Want to make creations as awesome as this one?

Autour du projet

Transcript

Un doudou et une histoire

Projet réalisé en étroite collaboration avec Geneviève Wendelski, conteuse professionnelle, la classe de 1 ASSP et leurs enseignants

Jour 1

Autour des albums de jeunesse

Choisir et lire un album

2. Les ingrédients pour raconter une histoire

3. La mise en scène

2. Les ingrédients pour raconter une histoire

Y mettre le ton

Parler distinctement

Créer une ambiance Ex: le site de Genevieve Wendelski

Faire des bruitages

La mise en scène

Jour 2

Raconter une histoire

Racontez l'histoire à votre manièreVous pouvez aussi raconter la suite de l'histoire ou ce qu'il y a avant l'histoire : "les aventures de..."Pensez au :phénomène de répétition,jeux avec les motsvisuelinteraction avec les enfants

Lecture de l'article de Christine SCHUHL : "le doudou, un objet sensoriel" paru dans la revue " Métiers de la petite enfance", n° 254 , février 2018

Des outils

Conseils pour mener à bien une histoire

PROJET ACMISA – LYCEE SIEGFRIED « DOUDOUS MARIONNETTES ».Animation n° 1 18/01/21 : observations recueillies suite aux petites saynètes présentées par la conteuse Geneviève Wendelski.Voix « naturelle »Humour : voix bizarres, surprises, références à des chansons connuesEffet de surprise : cacher-montrer les objets.Objets simples du quotidienPeu d’objetsDonner vie aux objets :Bouger la tête (direction du regard de la peluche / de l’objet)Bouger le corpsMettre des œillets sur les objets leur donne des yeuxLa marionnette échange des regards avec le narrateurLes objets peuvent créer un paysage, un décor (détournement d’objets, familles d’objets)Un objet peut servir à créer plusieurs images (ex : les bols qui forment une montagne, puis des bols, puis des marches d’escalier, puis des ours)Musique, chansons, bruitagesParticipation du public :Mots ou phrases qu’on répète comme un refrainQuestions posées par la conteuse pour faire le lien entre le vécu des spectateurs (mémoire affective) et le vécu des personnages, ou le thème de l’histoire.Continuité entre les histoires : il y a un lien entre l’histoire et le réel, prologue/épilogue « c’est ainsi que… » ou « voilà pourquoi… »Le public se fait des imagesLien entre le réel et l’imaginaire (il y a une thématique : voilà pourquoi je vous raconte cette histoire) : c’est un temps pour apprivoiser le public, prendre contact pour les emmener dans le monde imaginaireImagination : on rentre dans un jeu d’enfant, « on disait que… », il y a de l’improvisation, un côté ridicule, imparfait et fragile qui fait rireLIVRE : on peut utiliser les images sans le texte, ou juste le texte, ou juste s’inspirer du livre et faire à sa manière.Animation n°2 22/01/21 : techniques simples de manipulation d’objets, de marionnettes, et de marionnettes-objets.Théâtre d’objet: utilisation des objets comme un symbole, ils sont juste posés dans l’espace scénique pour évoquer une image, pas nécessairement pour illustrer un personnage.Théâtre de marionnettes : les marionnettes ont des corps « humanisés » avec des yeux, un corps et des membres qu’on manipule et qu’on fait parler comme s’ils étaient humains.Théâtre de marionnettes-objets : on « humanise » des objets en détournant leur usage et en les manipulant comme une marionnette, on leur définit des yeux et un corps au minimum, et parfois une bouche et des membres. Manipuler une marionnette :Faire vivre le regard : une marionnette vit quand on fait bouger sa tête et qu’on oriente son regard en la regardant.Trouver une gestuelle propre à la marionnette : les contraintes de son corps particulier vont lui donner une démarche très personnelleTrouver une voix à la marionnetteInteraction entre une marionnette et un narrateur :Le narrateur regarde la marionnette quand il lui parle, et quand la marionnette lui parleLa marionnette regarde le narrateur quand elle lui parle et quand le narrateur lui parleLa marionnette regarde le public quand elle parle au publicLe narrateur regarde le public quand il parle au public2 marionnettes qui parlent entre elles se regardent, et les manipulateurs regardent chacun leur marionnetteFaire apparaître un objet/une marionnette :Montrer d’abord puis définir ensuite, pour garder l’effet de surpriseEx : un jour, j’ai trouvé dans ma cuisine… (poser l’objet) un pot de confiture (le retourner pour montrer ses yeux) « coucou » (regard+voix marionnette)… (narrateur regardpublic) un pot qui parle !Ex : c’est l’histoire de… (je souffle dans le cochon) papa cochon, (je souffle dans le 2ème cochon) maman cochon et… (je souffle dans le 3ème cochon) grand-frère cochon. Ils ont le ventre rose, les pattes roses, les oreilles violettes. Ils sont tous pareils. Ils forment une famille. Jusqu’au jour où arrive… (je pose le cochon sans pattes) bébé cochon.Simplicité de la mise en scène : peu d’objets, peu de mots. On décrit ce qui se passe. On simplifie l’histoire de départ au besoin. C’est le spectateur qui se fait sa propre opinion de l’histoire, en partageant les émotions des personnages (pas besoin de morale).Spécificité des spectateurs 0-3 ans :Ils aiment le visuel : objets, couleurs, mouvement, cacher-trouver des objetsIls aiment la musique (chansons, refrains, rythme, faire de la musique)Ils aiment le toucher : matières différentesIls ne comprennent pas encore vraiment une histoire, car ils ne maîtrisent pas la notion de temps qui passe (passé-présent-futur), tout est au présent. Par contre, ils suivent ce qui arrive à un personnage, étape après étape.Ils apprécient des petites séquences courtes (de 1 à 5 minutes) et variées : une chanson, puis une comptine, puis une histoire à regarder, puis une musique avec un instrument…

Les productions

En anglais

Les doudous

Donner vie aux doudous

La mise en scène

Voici l'aventure d'une année mouvementée