Want to make creations as awesome as this one?

Séquence pédagogique 3e et Lycée - S.Amelineau, M.bossuyt, S.Geoffroy

Transcript

DECODER UN objet
de CONTROVERSE

L'exemple du film "Hold-up"

S.Amelineau - M.Bossuyt - S.Geoffroy

Stéphane Amelineau, professeur documentaliste Lycée Saint Joseph, Château-Thierry

Académie d'Amiens

Magalie Bossuyt, professeure documentaliste Lycée Jules Fil, Carcassonne

Académie de Montpellier

Sandrine Geoffroy, professeure documentaliste Collège Lycée Le Caousou, Toulouse

Académie de Toulouse

EMI

OBJECTIF DE LA SEQUENCE

Analyse factuelle d'un objet de controverse d'aujourd'hui, le film Hold-up, retour sur un chaos,

afin de débattre des questions générées
par cette vidéo.

Sorti en ligne le 11 Novembre 2020.

Six millions de vues le 23 novembre 2020.

Objectifs info-documentaires :

  • comprendre les mécanismes de construction d'un film complotiste
  • construire des outils de détection en approchant les théories du complot
  • développer la pensée critique par la prise de parole dans un débat


Concepts et notions :

fake news, désinformation, complotisme, médias, gouvernance, réseaux sociaux, autorité


Modalités :

  • Séquence de 3h
  • Public Lycéen
  • Cadre pédagogique : EMC, Français, Enseignement scientifique, SVT, HGGSP et EMI

Déroulé de la séquence

1. ANALYSE D'EXTRAITS DE LA VIDEO "HOLD-UP"

Extrait 1 INTRODUCTION DU FILM

Extrait 4

Extrait 3

Extrait 2

Extrait 5

Extrait 8

Extrait 9

Extrait 11

Extrait 12

Extrait 6

Extrait 7

Extrait 10
CONCLUSION DU FILM

VISIONNAGE PAR GROUPE D'UN EXTRAIT ET ANALYSE À PARTIR D'UNE GRILLE CRITERIEE

Organisation des visionnages :

Ensemble des groupes - extrait 1 et extrait 10

Groupe 1 - extrait 2

Groupe 2 - extrait 3

Groupe 3 - extrait 4

Groupe 4 - extrait 5

Groupe 5 - extrait 6

Groupe 6 - extrait 7

Groupe 7 - extrait 8

Groupe 8 - extrait 9

Groupe 9 - extrait 11

Groupe 10 - extrait 12

04 EXTRAIT : LE RIVOTRIL (à partir de 1.13.27)


Le pharmacien Serge Rader affirme que les patients âgés atteints du Covid-19 reçoivent une "seringue de Rivotril pour les achever complètement alors qu’ils étaient en détresse respiratoire". L’intervention de la Sage-femme va dans ce sens .

Cette interprétation est fausse. Le Rivotril n’est pas utilisé pour "achever" les malades ou les "euthanasier"

Pour aller plus loin : https://factuel.afp.com/covid-19-non-le-gouvernement-na-pas-autorise-leuthanasie-des-personnes-agees


Note (AFP) sur Serge Rader : ancien pharmacien connu pour ses positions antivaccins, il avait notamment assuré en avril que des personnes âgées étaient « achevées » faute de places dans les hôpitaux. Une interprétation, fausse, sur les modalités de délivrance du médicament Rivotril.



03 EXTRAIT : FAUX CHIFFRES DES DÉCÈS COVID, OMS INTERDIT LES AUTOPSIES (à partir de 0.37.23)

- 3 min. 45 s.


AFP :

Notes sur les Intervenants :

Violaine Guérin : endocrinologue, elle est cofondatrice de "Laissons les médecins prescrire", collectif de praticiens plaidant pour la liberté de prescrire l'hydroxychloroquine. Ce collectif avait notamment fait scandale en septembre en louant de supposés travaux de recherche du médecin d’Auschwitz, Josef Mengele.

Luigi Cavanna : chef du service d'oncologie et d'hématologie de l'hôpital de Piacenza, en Italie. Partisan du traitement des malades du Covid-19 avec l’hydroxychloroquine, le magazine Time lui a notamment consacré un portrait en avril dernier.


Face caméra, Violaine Guérin, présentée comme endocrinologue et gynécologue, affirme que "l'on a interdit les autopsies" suivant, selon elle, "des instructions de l'OMS".


Il s'agit d'une fausse affirmation, déjà vérifiée par l'AFP. D'une part les autopsies n'ont pas été interdites en France, ont confirmé plusieurs médecins légistes dans cet article de vérification.


D'autres part, l'OMS n'a pas donné d'instructions en ce sens. Dans ses orientations sur la "conduite à tenir en matière de lutte anti-infectieuse pour la prise en charge sécurisée du corps d'une personne décédée dans le Covid-19", datées du 24 mars 2020, et qui n'ont pas été actualisées depuis, l'OMS donne des recommandations claires.


L'organisme ne demande pas d'éviter les autopsies, mais invite les médecins et les établissements de santé à prendre un maximum de précautions quand ils manipulent des corps de personnes décédées du Covid-19.


"Les procédures de sécurité appliquées aux personnes décédées infectées par le virus de la COVID-19 doivent être compatibles avec celles utilisées pour n’importe quelle autopsie de personne décédée de maladie respiratoire aiguë. Si une personne est morte pendant la période de contagiosité du virus de la COVID-19, les poumons et les autres organes peuvent encore contenir du virus vivant, et des mesures de protection respiratoire supplémentaires seront nécessaires pendant les actes générant des aérosols", est-il écrit.


"S’il est pris la décision d’autopsier un corps présumé ou confirmé infecté par le virus de la COVID-19, les établissements de santé doivent vérifier que des mesures de sécurité sont en place pour protéger les personnes qui pratiqueront l’autopsie", est-il ajouté.



02 EXTRAIT : STATS AVEC LE CAS DE LA SUÈDE, CAMP D’INTERNEMENT AU CANADA, les DÉGÂTS DU MASQUE (à partir de 0.10.22) - 4 min. 26 s.


L’exemple enjolivé de la Suède :

Source Le monde :

Ce que dit le documentaire

Le cas spécifique de la Suède, qui a adopté une stratégie sanitaire atypique, est régulièrement cité dans le documentaire comme la preuve que le Covid-19 ne serait, finalement, pas très dangereux.

Contrairement à bon nombre de pays, la Suède n’a pas édicté de mesure contraignante de confinement de la population. Mais le pays n’a pas adopté pour autant une posture de laisser-faire total vis-à-vis de l’épidémie. Simplement, beaucoup de mesures qui étaient des obligations ailleurs (par exemple, en matière de distanciation physique ou de limitation des rassemblements) s’y sont déclinées sous forme de recommandations, en misant sur le sens des responsabilités de la population.

Avec quelle efficacité ? Difficile, à ce stade, d’en juger. Mais, rapporté à la population du pays, le bilan humain de l’épidémie n’est pas négligeable : il est de 600 morts pour un million d’habitants au 12 novembre, ce qui est, certes, un peu moins que la France (635), mais beaucoup plus que chez les voisins finlandais (66) et norvégien (53). Le tableau est donc, en tout cas, bien moins idyllique que ne l’indique le documentaire.

Source TV5 monde :

La Suède ne fonctionne pas du tout comme les pays du Sud, la culture suédoise est très différente, la démographie aussi. Dans ce pays, les enfants ont cours à l'extérieur la majorité du temps, par exemple. Les gens sont moins "tactiles", la discipline individuelle sur l'hygiène y est bien plus importante. Le pays a une densité très faible de 21 habitants par kilomètres carré. Mais au final, l'affirmation que la Suède s'en serait "mieux sortie" sans confinement, a elle-même été battue en brêche dès juin 2020 par la voix des autorités sanitaires du pays. Le nombre de morts y était bien plus important que dans les pays voisins, la Norvège et le Danemark. Il reste que les comparaisons sur un ou deux critères ne peuvent mener à une conclusion scientifique fiable sur la valeur des mesures adoptées entre des pays fortement dissemblables.



Source AFP :

Camps au Canada

Ce virus va jusqu’à faire construire des futurs camps d'internement au Canada", soutient également la voix off aux alentours des 11 minutes.


Il s'agissait d'un dispositif de quarantaine prévu uniquement pour les voyageurs en provenance de l'étranger dans l'incapacité de s'isoler. "En général, ce sont des hôtels, donc je ne sais pas vraiment d’où provient la notion de camps d'internement", avait expliqué André Gagnon, un porte-parole de Santé Canada, l’agence publique en charge de la réponse à la pandémie.


Source AFP :

Les masques

La dermatologue Claude Veres affirme que les masques chirurgicaux ne "sont pas très protecteurs" et que les masques en coton deviennent des "nids à microbes en quelques heures", deux théories déjà contredites par des experts à l’AFP.



05 EXTRAIT : ANTHONY FAUCI « le prophète » contredit Trump, la mise en doute de la transmission animale des virus à l’Homme

"Jusqu’à maintenant, les virus venant du monde animal ont du mal à se transmettre d’Homme à Homme" (à partir de 1.39.00)

3 min. 11 s.


Source : SCIENCE & AVENIR

L’affirmation est répétée deux fois à quelques minutes d’intervalle (entre 1h39 et 1h50) comme une vérité scientifique qui rendrait hautement improbable l’émergence naturelle d’un virus aussi contagieux que le SARS-CoV-2.


Sauf qu’il s’agit d’une grossière contre vérité.


Pour s’en convaincre, il suffit de songer à Ebola qui vient des chauve-souris, au VIH/Sida qui nous a été transmis par les grands singes, à la variole qui a été éradiquée en 1978 par la vaccination mais provenait initialement de rongeurs… ou plus simplement aux quatre coronavirus communs (OC43, 229E, NL63, HKU1) qui circulent largement chaque année dans le monde, depuis 130 ans (OC43), 200 ans (229E), 800 ans (NL63). Ces virus ont émergé chez l’Homme à partir de la chauve-souris et de bovins à des époques sans laboratoire pour trafiquer des virus. Et ils se transmettent toujours très bien ! Ce postulat faux sert à crédibiliser ce qui est le cœur du documentaire : le virus a été fabriqué en laboratoire et la crise a été préparée en amont et alimentée par certains puissants de ce monde : Bill Gates, Anthony Fauci, Jacques Attali…


En effet, ces 20 dernières années, les alertes sur le risque d’une pandémie mondiale potentiellement catastrophique se font de plus en plus nombreuses. Sras en 2003, Grippe H1N1 en 2009, Ebola en 2014, Zika en 2015… la menace d’un virus émergent plus difficile à contrôler que ces derniers planent depuis 20 ans. L’Organisation mondiale de la santé a même un terme pour cela : la maladie X. Anthony Fauci disait encore en 2017 qu’un jour "il y aura une épidémie surprise". Bill Gates, lors d’une conférence TedX, déclarait lui, qu’aujourd’hui, le plus grand risque de catastrophe mondiale était plus probablement un virus qu’une guerre. Et en octobre 2019, un exercice de simulation d’une pandémie mondiale avait même été organisé par l’OMS. Pour Pierre Barnérias, c’est la preuve que ce qui est arrivé au monde cette année était préparé. Gageons qu’il serait peut-être plus logique d’admettre que les alertes des scientifiques ont été nombreuses, largement relayées, et trop partiellement prises en compte comme on le voit aujourd’hui. En commentaire de différents extraits de personnes alertant sur un risque pandémique avéré scientifiquement, le documentaire dit ceci : "Cela donne à des Hommes de science une assurance déconcertante, pour ne pas dire troublante". Ceux qui savaient et qui alertaient depuis des années sont maintenant jugés responsables de la catastrophe sur la base de faux postulats.



08 EXTRAIT: THE GREAT RESET, COMPLOT MONDIAL, CULPABILISER L’AUDITEUR (à partir de 2.16.05)

6 min. 48 s.


Source Numerama : La démarche du film s’éclaircit au bout de 2h : la voix-off introduit alors la notion de « Great Reset » (Grande réinitialisation) et suggère que tout ceci serait un plan des élites économiques et politiques pour asservir la population à l’échelle mondiale. Tout est alors dirigé vers un « ils », un « ils » organisateur de toute une machination, un « ils » coupable de tous les maux, mais un « ils » abstrait. C’est ce même « ils » que reprend l’actrice Sophie Marceau en relayant l’affiche (« ‘Ils’ nous appellent inutiles… », écrit-elle).


Note Stéphane : J’ai choisi cet extrait à partir de 2.16.05. Un quart d’heure avant, l’objectif de ce film devient clair : Gouvernement mondial, nanoparticule, cryptomonnaie, 5G, les gouvernements et les grandes entreprises complotent pour le « Grand changement », les intellectuels doivent gérer et se débarrasser des « inutiles ».


A la fin du film, le réalisateur met tout en scène pour culpabiliser le téléspectateur à travers l’intervenante de la Sage-femme. Comparaison clairement explicite avec le nazisme, avec la sélection des Juifs pendant la Shoah. Avec les moyens d’information d’aujourd’hui c’est pire de ne pas réagir maintenant avec l’extermination programmé. En gros, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenu…


Les intervenants de l’extrait :

David Pliquet : ingénieur chef d’entreprise spécialisée dans le numérique

Nathalie Dérivaux : Sage-femme. Un gros décryptage serait à faire sur les propos qu’elle tient.



06 EXTRAIT : LES MEDIAS DANS LA COUVERTURE DE L’EPIDEMIE (à partir de 1.44.53)

3 min. 13 s.


Dans un passage où est évoqué le rôle des médias dans la couverture de l'épidémie, le narrateur de "Hold-up" épingle l'AFP et affirme que son PDG, Fabrice Fries, a été "camarade de promo" du président de la République Emmanuel Macron à l'Ecole Nationale d'Administration (ENA). C'est faux : les deux hommes ont été diplômés à 18 ans d'écart, Fabrice Fries en 1986 et l'actuel président en 2004.


Notes sur les intervenants de cet extrait :

Xavier Azalbert : propriétaire du site francesoir.fr. Autrefois un des plus grands quotidiens français, dans les années 50, France Soir assure aujourd’hui faire "le pari partagé d’un journalisme moderne, collaboratif et de qualité", mais ne comprend aucun journaliste dans son équipe. Depuis le début de la pandémie, le site s’est signalé par des articles extrêmement critiques sur la gestion de la pandémie par les autorités et l'ensemble des chercheurs mettant en cause l'efficacité de l'hydroxychoroquine.

Jean-Dominique Michel : il se présente comme "anthropologue de la santé" sur son blog. Sur profil LinkedIn, il détaille avoir été diplômé, pêle-mêle, de l'Université de Montréal, de la formation Esclarmonde (qui promeut la naturopathie), d'une académie de "psycho-physique" à Londres, d'instituts de coaching et d'une université américaine. Il a donné de nombreuses interviews dans lesquelles il critique les faits présentés par les scientifiques et minimise la pandémie. Son expertise dans le domaine de l'anthropologie de la santé a été remise en question.



07 EXTRAIT : L’INSTITUT PASTEUR A CREE LE VIRUS – L’origine humaine du Corona (à partir de 1.49.35)

5 min. 18 s.


(Source fact checking Libération) :

Jean-Bernard Fourtillan, connu pour avoir récemment mené un essai clinique sauvage sur plus de 350 malades de Parkinson et Alzheimer (et proche du docteur Henri Joyeux, figure du mouvement antivaccin), affirme, lui, que le Sars-CoV-1, puis le Sars-CoV-2, ont été créés en insérant une «séquence d’ADN de la malaria» dans un virus peu dangereux. Le responsable ? L’institut Pasteur, qui aurait déposé un brevet vieux de quinze ans sur le sujet. Problème : ces brevets sont des documents publics, qui comportent par exemple des descriptions de séquences d’un coronavirus de 2002 (responsable du Sras) et des premières pistes pour trouver un vaccin. Quoi qu’il en soit, «on n’invente pas un virus», comme l’explique Olivier Schwartz, directeur de l’unité virus et immunité de l’Institut Pasteur, ajoutant qu’il existe des centaines, voire des milliers de brevets de ce genre chaque année. Le 2 novembre, le tribunal correctionnel de Senlis a d’ailleurs condamné pour diffamation un homme qui avait diffusé les mêmes accusations contre l’Institut Pasteur. Il a écopé d’une amende de 5 000 euros avec sursis et 1 euro de dommages et intérêts.


Notes sur les intervenants de cet extrait :

Jean-Bernard Fourtillan : pharmacien et professeur agrégé de chimie thérapeutique. Il est à la retraite depuis 2008 et ne figure plus sur la liste de l'Ordre des Médecins. Il est proche du Pr Henri Joyeux, célèbre militant anti-vaccins, et a lui-même tenu des propos soutenant ces positions. Tous deux ont fondé le "Fonds Josefa" qui prône le traitement de maladies neurologiques - comme Alzheimer ou Parkinson - par la "valentonine", présentée comme une "hormone" dont il revendique la "découverte". En 2019, il avait mené illégalement avec sept autres médecins un essai clinique sur au moins 350 malades de Parkinson ou d'Alzheimer dans une abbaye près de Poitiers, une "atteinte grave au code de la santé publique et au code pénal" pour l'Agence du médicament (ANSM). Il avait été placé en garde à vue dans cette affaire qui est toujours en cours d'instruction. Début 2020, il a par ailleurs affirmé au magazine Capital que "l'objectif de cette fausse pandémie (de SARS-CoV-2, NDLR) est de vacciner la population mondiale avec un vaccin contre le Covid-19 extrêmement dangereux, qui est le fruit d’une manipulation génétique du Sars-CoV-2".


Luc Montagnier : il a dirigé, de 1972 à 2000, l'unité d'oncologie virale de l'Institut Pasteur. En 2008, ses travaux sur la découverte du virus du sida en 1983, ont été récompensés par le prix Nobel de médecine, qu’il partage avec le Pr. Françoise Barré-Sinoussi. Mais il a aussi été moqué par la communauté scientifique en défendant des théories comme l'émission d'ondes électromagnétiques par l'ADN ou la papaye comme remède à certaines maladies. Plusieurs médias ont ces dernières années consacré des articles à son parcours, qualifié de "lent naufrage scientifique" en 2017 par Le Figaro, tandis que Le Monde détaillait dans ce portrait de 2018 ses prises de position "radicales" qui ont fait de lui un "paria".

10 EXTRAIT : LA FIN DU FILM – CONCLUSIONS (à partir de 2.33.22)

6 min. 37 s.


Visages de quelques intervenants.

Intervention de Pinçon-Charlot : « Troisième guerre mondiale… Dictature mondiale…. Il y a un Holocauste… »

Un dernier document : la lettre au Vatican

Interventions pendant le script de fin l’intervention : la « profileuse », la dent du covid…


Source TV5 Monde :

Le clou de cette dernière partie — qui n'a plus rien à voir avec le documentaire de départ — est enfoncé par un extrait de conférence de Laurent Alexandre, laissé au jugement d'une sage-femme, qui finit par se mettre à pleurer. Les prophéties eugénistes du médecin urologue, polémiste et ex-patron du site Doctissimo, sur l'élite mondiale, sont prises comme une réalité objective — atroce — en train de se créer. La très réputée sociologue Monique Pinçon-Charlot vient elle aussi apporter son analyse sur le grand complot en cours, avec une thèse en 2 minutes chrono sur un "holocauste en cours des très riches qui n'ont plus besoin des plus pauvres et vont se débarasser de 3,5 milliards d'entre eux"… Aucune étude ou rapport ne viennent étayer ces affirmations passablement alarmistes et… délirantes de la chercheuse, mais la fiction prospective de ce — très — long document vidéo, n'est plus visiblement à ça près.


L'épilogue du documentaire met en scène une "profileuse" à qui le réalisateur donne la photographie de Laurent Alexandre et d'un médecin de l'administration américaine pour qu'elle donne son expertise à leur sujet. On ne sait plus alors si l'on doit rire ou pleurer face à ce procédé parfaitement décalé, sans aucune valeur informative ni aucun sens journalistique. C'est à ce moment là, très certainement, qu'il est possible de comprendre que "Hold-up, retour sur un chaos" a le goût, l'odeur et la couleur d'un documentaire — comme dans la célèbre publicité — mais que ce n'est pas un documentaire. Alors qu'il dénonce une volonté des médias et des politiques de faire peur aux populations, c'est exactement ce qu'il fait lui-même. Mais de manière déloyale, en mélangeant des procédés propagandistes, d'influence, avec des codes du documentaire tout en prenant en otage le spectateur par des procédés que les pires conspirationnistes utilisent depuis des années, tout en mélangeant le vrai et le faux, des thèses et des anti-thèses… souvent sans queue ni tête.

09 EXTRAIT : VIRUS NATUREL ? LE PRIX NOBEL, L’EX-MILITAIRE (à partir de 1.58.19)

4 min. 37 s.


Les intervenants de l’extrait :

Michael Levitt : Prix nobel de Chimie

Anonyme : ex-militaire dans le renseignement



01 EXTRAIT : Introduction - 4 min. 45 s.



11 EXTRAIT : Le virus a tué énormément notamment des médecins libéraux - 4 min. 30 s.


Les intervenants de l’extrait :

Violaine Guérin : endocrinologue et gynécologue.

Pascal Trotta : radiologue, homéopathe et nutritionniste. Pascal Trotta est à la tête d’un Institut éponyme basé à San Sebastian, en Espagne. On le retrouve également sur des sites anti-vaccination et complotiste. Il utilise trois pratiques de soins non conventionnelles : l’acupuncture auriculaire, l’endo-bio-thérapie et les ondes scalaires. Il est également à la tête du laboratoire Nutritional Dr Trotta fabriquant des produits et compléments naturels mis au point par le Docteur en personne.

Épinglé par l’Union nationale des Associations de Défense des Familles et de l’Individu victimes de sectes dans l’article “Épidémie de Fake news et de théories complotistes sur les réseaux sociaux : Une info qui méritait d’être approfondie” 14 avril 2020.

Laurent Toubiana : chercheur épidémiologiste à l’INSERM, directeur général de l’IRSAN (Institut de Recherche pour la valorisation des données de SANté, ).

On pourrait comparer la COVID aux épidémies passées, il a pu donner le pic et la fin de l'épidémie grâce à ses données. Dans les journaux, il disait qu’il n’y aurait pas de seconde vague. (ex https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-comment-les-rassuristes-tentent-d-inoculer-le-doute-sur-les-mesures-sanitaires_4131769.html)


idée véhiculée : la mauvaise gestion de crise a eu des conséquences mortelles.

12 EXTRAIT : Le virus n’est pas très dangereux - 5 min. 17 s.


Les intervenants de l’extrait :

Jean-Dominique Michel : anthropologue de la santé. Sur profil LinkedIn, il détaille avoir été diplômé, pêle-mêle, de l'Université de Montréal, de la formation Esclarmonde (qui promeut la naturopathie), d'une académie de "psycho-physique" à Londres, d'instituts de coaching et d'une université américaine. Il a donné de nombreuses interviews dans lesquelles il critique les faits présentés par les scientifiques et minimise la pandémie. Son expertise dans le domaine de l'anthropologie de la santé a été remise en question.


Jean-Bernard Fourtillan : pharmacien et professeur agrégé de chimie thérapeutique. Il est à la retraite depuis 2008 et ne figure plus sur la liste de l'Ordre des Médecins. Il est proche du Pr Henri Joyeux, célèbre militant anti-vaccins, et a lui-même tenu des propos soutenant ces positions. Tous deux ont fondé le "Fonds Josefa" qui prône le traitement de maladies neurologiques - comme Alzheimer ou Parkinson - par la "valentonine", présentée comme une "hormone" dont il revendique la "découverte". En 2019, il avait mené illégalement avec sept autres médecins un essai clinique sur au moins 350 malades de Parkinson ou d'Alzheimer dans une abbaye près de Poitiers, une "atteinte grave au code de la santé publique et au code pénal" pour l'Agence du médicament (ANSM). Il avait été placé en garde à vue dans cette affaire qui est toujours en cours d'instruction. Début 2020, il a par ailleurs affirmé au magazine Capital que "l'objectif de cette fausse pandémie (de SARS-CoV-2, NDLR) est de vacciner la population mondiale avec un vaccin contre le Covid-19 extrêmement dangereux, qui est le fruit d’une manipulation génétique du Sars-CoV-2".

Michael Levitt : Prix nobel de Chimie

Alexandra Henrion-Caude : généticienne et ancienne directrice de recherche de l’INSERM. Présente dans des vidéos youtube de Thana TV la chaine de TProd du réalisateur du docu Hold up Pierre Barnerias. Beaucoup des intervenants de ce documentaire y interviennent.

Une chaîne qui parle de l'au-delà, de l'expérience de mort imminente.

idée véhiculée : le virus n’est pas dangereux, la peur a pour but de nous faire accepter le masque (pour nous museler) et la vaccination (pour nous contrôler via les nano technologies)


GRILLE D'ANALYSE
D'ExTRAITS VIDEO
À COMPLETER PAR GROUPE DE TRAVAIL

2. MISE EN COMMUN A L'ORAL

CONSTRUCTION COLLECTIVE D'UNE CARTE MENTALE SUR LES MECANISMES D'UN FILM COMPLOTISTE

Musique de fond sombre

Caution de grands noms ayant valeur d'autorité : professeur universitaire, prix Nobel, député, chercheur...

Mobilisation des participants : 5232 habitants sur Terre

Figure ironique du Covid-19 se moquant de la population

Absence de conclusion claire, le film ne tranche pas.


Culpabilisation du spectateur : comparaison explicite avec le nazisme et avec la sélection des juifs pendant la Shoah.


Annonce du drame mondial : "troisième guerre mondiale", "dictature mondiale", "holocauste"


Laisse croire aux spectateurs qu'ils tirent eux- même leurs conclusions et qu'elles leur appartiennent en propre. Suppose que tout le monde est d'accord ainsi.


Procédé hyper décalé de la profileuse : aucune valeur informative, aucun sens journalistique


Thème majeur : complot mondial caché dans la crise du Covid-19


Thèmes sous-jacents :

Crise sanitaire

Vaccination

Nanotechnologie

Transhumanisme

Cryptomonnaie

5G

Élitisme mondial lié à la puissance des GAFAM

Génocide des plus pauvres

Contrôle de la société par l’État et les médias



  • Figure rhétorique de l'appel au bon sens
  • Parole indirecte : "Ma belle sœur a dit...", "Un collègue m'a confié..."
  • Abstraction : "Il", "Ils" coupables et organisateurs
  • Contradictions : le virus a fait beaucoup de mort / le virus n'est pas dangereux
  • Pouvoir de suggestion des modalisateurs énonciatifs : "je crois", "il me semble" restent vague afin que chacun puisse y voir ses propres interrogations
  • Mise au même niveau que le spectateur : "je me pose les mêmes questions que vous"




  • Le virus a provoqué beaucoup de morts / le virus n'est pas dangereux
  • Les scientifiques sont corrompus / les intervenants sont titrés comme étant des scientifiques
  • "Big Pharma" gagne de l'argent avec la vaccination / Pourquoi le film échapperait-il à cette logique lucrative ?


...




Panel de personnalités afin que chacun s'y retrouve

Titres ronflants qui font parole d'autorité


Silvano Trotta, figure complotiste du web

Violaine Guérin, endocrinologue : collectif "Laissons les médecins prescrire" ayant fait scandale en louant de supposés travaux de recherche sur le médecin d'Auschwitz, Josef Mengele

Jean-Dominique Michel, anthropologue de la santé : aucun diplôme universitaire reconnu, aucun écrit scientifique

Philippe Douste-Blazy, médecin et homme politique : s'est désolidarisé du film

Michael Levitt, prix Nobel de chimie ne parlant pas de sujets dont il est expert

...


8 personnages types des films complotistes :

  • le bénéficiaire : à la source du complot, celui à qui profite le crime = un gouvernement mondial avec maintien des élites
  • le volontaire : complice du bénéficiaire = les gouvernements et scientifiques corrompus, la laboratoires pharmaceutiques, les GAFAM, les "libertariens", l'Institut Berggruen et ses membres
  • l'épargné : complice passif du bénéficiaire se taisant par intérêt = la population consommant des objets connectés par plaisir tout en sachant qu'ils contribuent à la collecte des données personnelles et à leur contrôle
  • le prisonnier : complice forcé du bénéficiaire souhaitant dénoncer le complot mais devant se taire = Anthony Fauci l'immunologue nommé à la cellule de crise du gouvernement américain
  • l'ignorant : celui qui n'est pas au courant du complot = la majorité de la population représenté par la sage femme
  • la cible : à l'origine de la dénonciation du complot, éclaireur des ignorants = les réalisateurs, producteurs et intervenants
  • le collatéral : soutient la cible tout en évitant d'être identifié comme cible = le spectateur finissant par croire en la théorie proposée
  • l'innocent : au courant du complot mais préférant ne pas prendre part à l'affrontement = personnage le moins présent dans les récits complotistes





Interviews sur trame de fond noir

Décor minimaliste

Voix off tout au long du scénario

Musique dramatique et prenante

Images professionnelles imitant les codes des documentaires


Plans fixes sur les visages, regards tournés vers la caméra en fin de film

Charge affective forte : joue avec les émotions et le pathos

  • propos et larmes de la sage femme
  • culpabilisation "Qu'allons-nous dire à nos enfants ? "
  • regards tournés caméra à la fin du film
  • fond sonore adéquat


Utilisation de statistiques sous forme de courbes

Projection d'images émanant de laboratoires

Arrêt sur images de rapports scientifiques

Paroles d'experts


Aucun éléments sourcés, ne sont pas vérifiables ou vérifiés


= forme d'un documentaire scientifique à la manière de ceux proposés par Arte





3 parties : présentation des faits, élargissement et thèse finale


Implication du spectateur : précision de "5232 habitants de la Terre" ont participé à ce film

Argumentation mille-feuilles : poids écrasant, décorticage long, surcharge cognitive empêchant le traitement correct de l'information

Association d'idées : rapidité des sujets qui s'enchainent, création d'un malaise, d'une angoisse

Binarité des arguments : bien/mal, dominant/dominé, renforce le décor d'une société inégalitaire

Crescendo des thèses : escalade de propos pour adhérer à une thèse qui aurait été rejetée si elle avait été formulée d'emblée

Mélange d'éléments de vrai et de faux : toxicité plus grande







3. DEBAT AVEC LA CLASSE

Quelle est la place des réseaux sociaux dans la diffusion de ce film ?

Parler du film autour de soi n'est-il pas lui faire de la publicité ?

Comment être certain qu'une information n'est pas une fake news ?

Pourquoi ce film est-il objet d'attention aujourd'hui?

PROBLEMATIQUES

Impressionnante viralité du film démontrant la puissance des réseaux sociaux : audience se chiffrant en millions de vues en quelques jours suite à la médiatisation via ces mêmes réseaux sociaux



Ressort communautaire : renforcement des façons de penser par la création du concept de communauté, d'une grande famille qui partage pour protéger, ne pas se faire manipuler et qui participe également à son financement par crowdfunding, financement participatif via des plateformes en ligne (Tipee, Ululle)



Espace d'expression non contraint : liberté d'expression sur les réseaux sociaux donnant à tout internaute la capacité de promulguer des idées, de les créer, les partager, les commenter, les liker et les recommander


Création de bulles de filtre ou bulles de filtrage : algorithmes suivant la logique du marché, affichant ce qui est susceptible de plaire à l'utilisateur et donc d'être cliqué en fonction de personnalisation de résultats




Évocation du film par une majorité de média, à la fois médias mainstream et médias indépendants.


Diffusion en masse du film = signifie pour la population la validation des thèses avancées


Effet Streisand : attirer l'attention sur la vidéo et donc indirectement toucher davantage de personnes.


Visée de ces modes de diffusion : éclaircissement des idées des indécis, ceux non pleinement convaincus mais qui commençaient à douter



Croiser ses sources en allant vérifier l'information en confrontant un autre document sur cette même information

https://factuel.afp.com/le-coronavirus-les-verifications-faites-par-lafp


Utiliser des outils de vérification des faits ou factchecking



Assimiler la méthode journalistique des 3QOCP de vérification des informations : Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? Comment ? Pourquoi ?


  • Contexte actuel d'angoisse, voir de psychose lié à un virus, la COVID qui ne semble pas être maîtrisée et la pandémie mondiale qu'il suscite
  • Paradoxe de la sécurisation par le pire
  • Contradictions gouvernementales depuis la première vague : défiance et appréhension vis-à-vis des médias et des experts




3. DEBAT AVEC LA CLASSE

mode d'EMPLOI
IDENTIFICATION DES FAKE NEWS

SONDAGES SUR LES CROYANCES CONSPIRATIONNISTES

PAR AGE

PAR NIVEAU D'ETUDES

4. CONSTRUCTION D'UN DETECTEUR D'ALERTES

AUTO-DEFENSE INTELLECTUELLE

Hygiène mentale, "Les deux vitesses de la pensée"

https://www.youtube.com/c/Hygi%C3%A8neMentale/featured

Créer son propre détecteur de fausses informations

Pistes de voyants du bullshitometre indiquant qu’il faut passer en système 2 :


  • La forme de l’information (article, documentaire…)

    • rhétorique sensationnaliste

    • voix trafiquées

    • musique qui fait peur

    • gifs animés


  • Arguments fallacieux. Classique : appel à la nature superflux, analogie douteuse, argument d'autorité un peu trop insistant.

Ex : Il y a peu de femmes ingénieures DONC ce n’est pas un métier de femme.


  • Le biais de confirmation. Erreur la plus classique du système intuitif et la plus néfaste car elle consiste à comparer toute nouvelle information avec ce que l’on sait déjà ou que l’on a accepté comme vrai (connaissances, croyances, souvenirs et préjugé = raisonnement Bayésien)

Ici on confond : aller dans un sens et aller dans notre sens !


CE QUI EST AFFIRMÉ SANS PREUVE PEUT ÊTRE RÉFUTÉE SANS PREUVE



Que faire alors, en système 2 ?


  • remonter à la source de l’information

  • croiser ses informations (sources différentes) : comparer les indices et évaluer les preuves (mathématiques, statistiques, probabilités)

  • suspendre son jugement le temps de l’analyse

  • pratiquer le doute méthodique, utile pour la pensée critique : éviter les hypothèses superflues, construire ses propres modèles de raisonnement, ses propres hypothèses

  • tester ces modèles contre la réalité via une méthode scientifique (etude du réel à la recherche de phénomènes reproductibles et falsifiables)

  • outil de recherche d’image (import de l’image ou URL) : tineye ou google image en mode recherche inversée

Quelles sont les différences entre le système 1 et le système 2 ?

Qu'est-ce qu'un biais de confirmation ?

Et un argument fallacieux ?

+

+

+

+

+

+

5. THEORIE DU COMPLOT, DE QUOI PARLE-T'ON ?

THEORIE DU COMPLOT

Récit pseudo scientifique interprétant des faits comme étant le résultat de l'action d'un groupe caché, qui agirait secrètement et illégalement, pour modifier le cours des évènements en sa faveur, et au détriment de l'intérêt public.

La Théorie du complot pour les nuls, Michel Musolino, 2019.


DESINFORMATION

Ensemble de technique de communication visant à donner une fausse image de la réalité, dans le but de protéger des intérêts privés et/ou d'influencer l'opinion publique.

Wikipedia, "Désinformation", collectif, 2020.

FAKE NEWS

Informations, partiellement ou totalement fausses, rédigées en respectant tous les codes journalistiques des médias traditionnels de manière à tromper le lecteur.

Fake news : cultiver les bons réflexes. Hélène Charlet, 2019.

CONSPIRATIONNISME

Attitude consistant à remettre en cause abusivement l'explication communément admise de certains phénomènes ou évènements au profit d'un récit alternatif qui postule l'existence d'une conspiration.

La fabrique du complot, Jeanne Cayrel, 2020.

MESINFORMATION

Information fausse qui n'est pas partagée dans l'intention de nuire mais dont l'auteur, par manque de rigueur, s'appuie sur des préjugés ou des stéréotypes qu'il n'a pas interrogés.

Conseil de l'Europe

RUMEUR

Diffusion d'une nouvelle moralement et scientifiquement disqualifiée, comme le rappelle l'étymologie du mot soulignant son caractère incertain ou affabulateur. Statut de vérité contestable se répendant de façon soudaine dans l'opinion.

Penser la rumeur : une question discutée des sciences sociales, Philippe Aldrin, 2003.


6. DES LEVIERS POSSIBLES

Hold-up : qui sème le vent..récolte la tempête.

Chaine Youtube Partager c'est sympa
https://www.youtube.com/watch?v=VdpfL4rCVa0&feature=youtu.be

Extrait

  • Limitation du développement des GAFAM ou boycott de ces géants du numérique afin de limiter leur monopole
  • Prise de conscience de la déforestation intensive et protection du vivant à l'origine de la suppression des barrières biologiques entre faune sauvage et êtres humains
  • Lutte contre le déterminisme social, démarche citoyenne active et engagée dans notre société visant à agir dans le réel

POUR S'ECLAIRER DAVANTAGE...

  • Le Monde, "Les contre-vérités de Hold-up, documentaire à succès qui prétend dévoiler la face cachée de l’épidémie", 12 novembre 2020, https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/11/12/covid-19-les-contre-verites-de-hold-up-le-documentaire-a-succes-qui-pretend-devoiler-la-face-cachee-de-l-epidemie_6059526_4355770.html?utm_campaign=Lehuit&utm_medium=Social&utm_source=Twitter
  • La démocratie des crédules, Gérard Bonner, PUF, 2013
  • Esprit Critique, Science et médias, "Caractériser une théorie du complot : Y a-t-il une civilisation martienne ?" https://ires.univ-tlse3.fr/esprit-critique-science-et-medias/?page_id=282
  • Fake news : cultiver les bons réflexes, Hélène Charlet, Generation 5, 2019