Want to make creations as awesome as this one?

No description

Transcript

Des désaccords entre scientifiques

L'homéopathie

START

Ressource pédagogique élaborée par Emmanuella Di Scala, Maître de conférences, INSPE Dijon. Projet HOMEOCSS

Ressource pédagogique élaborée par Emmanuella Di Scala, Projet HOMEOCSS

Bibliographie

INTRODUCTION

L’homéopathie reste un sujet publiquement controversé. L'Académie de Médecine indique dans son communiqué datant de 2019, que 72% des français croient aux bienfaits de l'homéopathie et 52% y ont recours. Les désaccords portent essentiellement sur la scientificité de cet objet. Certains scientifiques estiment que cet objet n’est pas un objet médical et scientifique, les autres estiment au contraire qu’il est un objet médical et de science dont il reste encore des connaissances à découvrir. Les premiers se basent sur des recherches attribuant uniquement un effet placebo à cet objet (NHMRC, 2015 ; EASAC, 2017), les opposants revendiquent des recherches (Bornhoft & Matthiessen, 2011 ; Grimaldi-Bensouda et al., 2016) montrant son action propre notamment dans un cadre de référence différent. En 2018, ces affrontements ont conduit à une tribune publique en défaveur de l’homéopathie et à des procès en justice suite à des dépôts de plaintes des défenseurs de l’homéopathie. En 2019, l'Académie de Médecine a indiqué que l'effet de l'homéopathie s'expliquait par l'effet placebo avec attente. Le ministère de la santé a commandité une évaluation auprès de la Haute Autorité de la Santé en 2018, qui a confirmé un effet uniquement placebo. L'homéopathie a été déremboursée en conséquence, à partir du 1er janvier 2021.

CommuniquéAcadémiedeMédecine2019

Académie de Médecine (2019)L'homéopathie en France : position de l'Académie nationale de médecine et de l'Académie nationale de pharmacieTélécharger le communiqué de presse bi-académique (PDF) COMMUNIQUÉ DE PRESSE 28.03.2019 Daniel Bontoux*, Liliane Grangeot-Keros**, Christine Hache**,...Academie-medecinehttps://www.academie-medecine.fr/lhomeopathie-en-france-position-de-lacademie-nationale-de-medecine-et-de-lacademie-nationale-de-pharmacie/Bornhoft, G., & Matthiessen, P.-F. (2011). Homeopathy in Healthcare: Effectiveness, Appropriateness, safety, Costs. Germany : Springer Verlag. En ligne sur http://www.homeovet.cl/Libros/Homeopathy%20in%20Healthcare%20Effectiveness,%20Appropriateness,%20Safety,%20Costs.pdf, consulté le 04/10/2019EASAC, (2017). Reports and statements, Biosciences,“Homeopathic products and practices”. En ligne sur le site EASAC https://easac.eu/publications/details/homeopathic-products-and-practices/, consulté le 04/10/2019.Grimaldi-Bensouda, L., Abenhaim. L., Massol, J., Guillemot, D., Avouac, B., Duru, G., Lert, F., Magnier. A-M., Rossignol, M., Rouillon, F., & Begaud, B. (2016). Homeopathic medical practice for anxiety and depression in primary care: the EPI3 cohort study. BMC Complement Altern Med, 16(1), 1104-2.National Health and Medical Research Council. (2015) En ligne sur le site NHMRChttps://www.nhmrc.gov.au/sites/default/files/images/nhmrc-information-paper-effectiveness-of-homeopathy.pdf, consulté le 08/11/2020.

Des collectifs qui s'opposent

Ressource pédagogique élaborée par Emmanuella Di Scala, Projet HOMEOCSS

fakemed

HomeoFrance

MISSIONS

1

2

3

FINALMission

Le ministère de la santé veut sensibiliser le grand public sur la controverse sociétale au sujet de l'homéopathie. Il vous sollicite en tant que chercheur, en amont, afin de lui présenter, de façon impartiale, une analyse sous forme de cartographie expliquant les raisons pour lesquelles les scientifiques s'opposent tant sur l'homéopathie. Votre mission consiste donc à construire cette cartographie pour le ministère!!

Attention : des nombres cachés à la fin de chaque mission te permettront de la finaliser (note-les!)

=

Ce qu'il y a à gagner ou à perdre

Intérêts divergents, données absentes

Ce qu'on ne sait pas ou ce dont on doute

Ce que l'on sait

A

Les arguments

Pour se situer de façon mesurée et en conscience dans un débat il faut cartographier la controverse : regarde d'abord ce que cela veut dire

Les enjeux et risques

Clique sur le bon post-it bleu !!

"La réalisation d'une cartographie a pour fonction d'apprendre à se situer dans un débat en prenant en compte la diversité des enjeux, les incertitudes, et en comprenant les tensions pouvant exister entre les intérêts parfois divergents. L'objectif n'est pas de prendre parti ni de rechercher ou de proposer des solutions mais de représenter le plus objectivement possible la situation, comme une carte routière pour s'y repérer"eduscol.education.fr, Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse, juillet 2020

FELICITATIONS!

* Garde ce critère d'analyse en mémoire

=

Ce qu'il y a à gagner ou à perdre

Intérêts divergents, données absentes

Ce qu'on ne sait pas ou ce dont on doute

Ce que l'on sait

A

Les arguments

Pour se situer de façon mesurée et en conscience dans un débat il faut cartographier la controverse : regarde d'abord ce que cela veut dire

Le positionnement des scientifiques

Les enjeuxet risques

Clique sur le bon post-it bleu !!

Retour aux missions

eduscol.education.fr, Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse, juillet 2020

FELICITATIONS!

* Garde ce critère d'analyse en mémoire

=

Ce qu'il y a à gagner ou à perdre

Intérêts divergents, données absentes

Ce qu'on ne sait pas ou ce dont on doute

Ce que l'on sait

A

Les arguments

Pour se situer de façon mesurée et en conscience dans un débat il faut cartographier la controverse : regarde d'abord ce que cela veut dire

Les raisons du débat

Les enjeuxet risques

Le positionnement des scientifiques

Clique sur le bon post-it bleu !!

Retour aux missions

eduscol.education.fr, Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse, juillet 2020

FELICITATIONS!

* Garde ce critère d'analyse en mémoire

=

Ce qu'il y a à gagner ou à perdre

Intérêts divergents, données absentes

Ce qu'on ne sait pas ou ce dont on doute

Ce que l'on sait

A

Les arguments

Pour se situer de façon mesurée et en conscience dans un débat il faut cartographier la controverse : regarde d'abord ce que cela veut dire

Les certitudes

Les enjeuxet risques

Le positionnement des scientifiques

Les raisonsdu débat

Retour aux missions

Clique sur le bon post-it bleu !!

eduscol.education.fr, Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse, juillet 2020

FELICITATIONS!

* Garde ce critère d'analyse en mémoire

=

Ce qu'il y a à gagner ou à perdre

Intérêts divergents, données absentes

Ce qu'on ne sait pas ou ce dont on doute

Ce que l'on sait

A

Les arguments

Pour se situer de façon mesurée et en conscience dans un débat il faut cartographier la controverse : regarde d'abord ce que cela veut dire

Les incertitudes

Les enjeuxet risques

Le positionnement des scientifiques

Les raisonsdu débat

Les certitudes

Les incertitudes

Retour aux missions

Clique sur le bon post-it bleu !!

eduscol.education.fr, Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse, juillet 2020

FELICITATIONS!

* Garde ce critère d'analyse en mémoire

Les enjeuxet risques

Le positionnement des scientifiques

Les raisonsdu débat

Retour aux missions

2

3

1

Quels sont les moteurs de la controverse ?

En suivant l'ordre, clique sur les moteurs de la controverse

Controversesur l'homéopathieopposant les scientifiques

Les incertitudes

Les certitudes

FELICITATIONS!

* Garde ce critère d'analyse en mémoire

Le positionnement des scientifiques

Les raisonsdu débat

Retour aux missions

Les incertitudes

2

3

Quels sont les moteurs de la controverse ?

En suivant l'ordre, clique sur les moteurs de la controverse

Controversesur l'homéopathieopposant les scientifiques

Les enjeuxet risques

Les certitudes

FELICITATIONS!

* Garde ce critère d'analyse en mémoire

Le positionnement des scientifiques

Les raisonsdu débat

Retour aux missions

3

Quels sont les moteurs de la controverse ?

En suivant l'ordre, clique sur les moteurs de la controverse

Controversesur l'homéopathieopposant les scientifiques

Les enjeuxet risques

Les certitudes

Les incertitudes

FELICITATIONS!

* Garde ce critère d'analyse en mémoire

Le positionnement des scientifiques

Les raisonsdu débat

Retour aux missions

5

4

Quelles sont les conséquences de ces moteurs ?

En suivant l'ordre, clique sur les conséquences des moteurs

Les enjeuxet risques

Controversesur l'homéopathieopposant les scientifiques

Les incertitudes

Les certitudes

Le positionnement des scientifiques

Retour aux missions

5

Quelles sont les conséquences de ces moteurs ?

En suivant l'ordre, clique sur les conséquences des moteurs

Controversesur l'homéopathieopposant les scientifiques

Les enjeuxet risques

Les incertitudes

Les certitudes

Les raisonsdu débat

Ton outil de cartographie est prêt!

Controversesur l'homéopathieopposant les scientifiques

Les enjeuxet risques

Les incertitudes

Les certitudes

Les raisonsdu débat

Le positionnement des scientifiques

le nombre de la mission 1 est √5

Leurs arguments

Mauvaise réponse!!!!

*Recommence!

Tu as oublié un autre scientifique avant!!!!

*Recommence!

Prends la place du chercheur et analyseles discours des scientifiques!!

LANGUAGE AND LITERATURE

MATHEMATICS - ALGEBRA

APPLIED MATHEMATICS

CHEMICALPHYSICS

Mathematics - Arithmetic

HISTORY ANCIENT

MATHEMATICS

Natural Sciences

GEOGRAPHY

ETHICS

Physical education

Social Sciences

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques:

1

2

3

4

6

5

Lis ou écoute les discours puis trouve les bons critères de classement

Retour aux missions

scientifiques/pas scientifiques

homme/femme

favorable/ pasfavorable àl'utilisation de l'homéopathie

placebo/médecine

?

effet placebo/action propre (possible ou certaine)

Indique si les 5 critères ci-dessous sont pertinents ou non pour classer ces 6 discours en deux groupes :

Pertinent

NON pertinent

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

FELICITATIONS!

Conserve ce critère de classement à l'esprit!

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques : quels sont les critères de classement possibles ?

1

2

3

4

5

6

Lis ou écoute les discours puis trouve les bons critères de classement

Retour aux missions

scientifiques/pas scientifiques

homme/femme

?

favorable/pasfavorable àl'utilisation de l'homéopathie

placebo/médecine

effet placebo/action propre (possible ou certaine)

Pertinent

NON pertinent

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

FELICITATIONS!

Conserve ce critère de classement à l'esprit!

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques : quels sont les critères de classement possibles ?

1

2

3

6

5

4

Lis ou écoute les discours puis trouve les bons critères de classement

Retour aux missions

scientifiques/pas scientifiques

homme/femme

?

favorable/pasfavorable àl'utilisation de l'homéopathie

placebo/médecine

effet placebo/action propre (possible ou certaine)

pertinent

NON pertinent

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

FELICITATIONS!

Conserve ce critère de classement à l'esprit!

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques : quels sont les critères de classement possibles ?

1

2

3

6

5

4

Lis ou écoute les discours puis trouve les bons critères de classement

Retour aux missions

scientifiques/pas scientifiques

homme/femme

?

favorable/pasfavorable àl'utilisation de l'homéopathie

placebo/médecine

effet placebo/action propre (possible ou certaine)

pertinent

NON pertinent

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

FELICITATIONS!

Conserve ce critère de classement à l'esprit!

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques : quels sont les critères de classement possibles ?

1

2

3

4

6

5

Lis ou écoute les discours puis trouve les bons critères de classement

Retour aux missions

scientifiques/pas scientifiques

homme/femme

?

favorable/pasfavorable àl'utilisation de l'homéopathie

placebo/médecine

effet placebo/action propre (possible ou certaine)

pertinent

NON pertinent

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

FELICITATIONS!

Conserve ce critère de classement à l'esprit!

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques : quels sont les critères de classement possibles ?

1

2

3

6

5

4

Retour aux missions

scientifiques/pas scientifiques

homme/femme

favorable/pasfavorable àl'utilisation de l'homéopathie

placebo/médecine

effet placebo/action propre (possible ou certaine)

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques

1

2

3

5

4

6

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

A partir des trois critères de classement trouvés, répartis les six scientifiques en groupes

favorable ou non favorable à l'utilisation de l'homéopathie

1

Homéopathie = placebo ou médecine

Homéopathie agit par effet placebo ou action propre (possible ou certaine)

non favorable

favorable

relire les discours

2

En respectant l'ordre, clique sur les scientifiques non favorables

3

4

5

Retour aux missions

6

FELICITATIONS!

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques

1

2

3

6

4

5

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

A partir de chaque critère de classement, répartis les six scientifiques en groupes

favorable ou non favorable à l'utilisation de l'homéopathie

1

Homéopathie = placebo ou médecine

Homéopathie agit par effet placebo ou action propre (possible ou certaine)

non favorable

favorable

relire les discours

3

4

5

6

En respectant l'ordre, clique sur les scientifiques non favorables

2

Retour aux missions

FELICITATIONS!

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques

1

2

3

6

4

5

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

A partir de chaque critère de classement, répartis les six scientifiques en groupes

favorable ou non favorable à l'utilisation de l'homéopathie

1

Homéopathie agit par effet placebo ou action propre (possible ou certaine)

non favorable

favorable

relire les discours

2

3

5

En respectant l'ordre, clique sur les scientifiques pour qui l'homéopathie est un placebo

2

6

1

Retour aux missions

3

4

5

Homéopathie = placebo ou médecine

placebo

médecine

4

6

Cet exemple n'est pas forcément représentatif de la proportion réelle du nombre de sujets favorables ou non, il a pour objectif de faire comprendre les différents cas existants

FELICITATIONS!

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques

1

2

3

5

6

4

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

A partir de chaque critère de classement, répartis les six scientifiques en groupes

favorable ou non favorable à l'utilisation de l'homéopathie

1

2

Homéopathie agit par effet placebo ou action propre (possible ou certaine)

non favorable

favorable

relire les discours

3

4

5

6

En respectant l'ordre, clique sur les scientifiques pour qui l'homéopathie est un placebo

2

6

1

Retour aux missions

3

4

5

Homéopathie = placebo ou médecine

placebo

médecine

FELICITATIONS!

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques

1

2

3

6

4

5

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

A partir de chaque critère de classement, répartis les six scientifiques en groupes

favorable ou non favorable à l'utilisation de l'homéopathie

1

2

Homéopathie agit par effet placebo ou action propre (possible ou certaine)

4

non favorable

favorable

relire les discours

3

5

6

En respectant l'ordre, clique sur les scientifiques pour qui l'homéopathie est un placebo

2

6

Retour aux missions

1

3

4

5

Homéopathie = placebo ou médecine

placebo

médecine

FELICITATIONS!

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques

1

2

3

5

6

4

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

A partir de chaque critère de classement, répartis les six scientifiques en groupes

1

favorable ou non favorable à l'utilisation de l'homéopathie

1

2

2

3

4

6

4

5

non favorable

favorable

relire les discours

2

3

5

En respectant l'ordre, clique sur les scientifiques pour qui l'homéopathie agit par effet placebo

2

6

1

Retour aux missions

3

4

5

Homéopathie = placebo ou médecine

placebo

placebo

médecine

Homéopathie agit par effet placebo ou action propre (possible ou certaine)

effetplacebo

actionpropre

4

6

FELICITATIONS!

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques

1

2

3

4

5

6

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

A partir de chaque critère de classement, répartis les six scientifiques en groupes

1

1

favorable ou non favorable à l'utilisation de l'homéopathie

2

2

2

3

4

5

6

4

non favorable

favorable

relire les discours

3

4

5

En respectant l'ordre, clique sur les scientifiques pour qui l'homéopathie agit par effet placebo

2

6

Retour aux missions

1

3

4

5

Homéopathie = placebo ou médecine

placebo

placebo

médecine

Homéopathie agit par effet placebo ou action propre (possible ou certaine)

effetplacebo

actionpropre

6

FELICITATIONS!

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques

1

2

3

6

5

4

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

A partir de chaque critère de classement, répartis les six scientifiques en groupes

1

1

favorable ou non favorable à l'utilisation de l'homéopathie

2

2

2

3

4

6

4

4

5

non favorable

favorable

relire les discours

3

5

6

En respectant l'ordre, clique sur les scientifiques pour qui l'homéopathie agit par effet placebo

2

6

1

Retour aux missions

3

4

5

Homéopathie = placebo ou médecine

placebo

placebo

médecine

Homéopathie agit par effet placebo ou action propre (possible ou certaine)

effetplacebo

actionpropre

FELICITATIONS!

Comment expliquer les différentes répartitions selon les critères?

1

1

favorable ou non favorable à l'utilisation de l'homéopathie

1

2

2

Homéopathie = placebo ou médecine

2

Homéopathie agit par effet placebo ou action propre (possible ou certaine)

3

3

3

4

6

5

5

4

5

6

6

4

favorable

non favorable

placebo

médecine

effetplacebo

actionpropre

Cet exemple n'est pas forcément représentatif de la proportion réelle de sujets favorables ou non, il a pour objectif de faire comprendre les différents cas existants qualitativement

Retour aux missions

Complète maintenant le schéma des deux visions qui s'opposent afin de mieux comprendre

favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son action propre (certaine ou possible)

l'homéopathie agit par effet placebo

l'homéopathie = médecine

l'homéopathie agit par action propre (possible ou certaine)

favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son effet placebo

Retour aux missions

défavorable à l'utilisation de l'homéopathie

l'homéopathie =placebo

?

FELICITATIONS!

Retour aux missions

Complète maintenant le schéma des deux visions qui s'opposent

?

l'homéopathie = placebo

favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son action propre (certaine ou possible)

l'homéopathie agit par effet placebo

l'homéopathie = médecine

l'homéopathie agit par action propre (possible ou certaine)

favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son effet placebo

défavorable à l'utilisation de l'homéopathie

FELICITATIONS!

Retour aux missions

Complète maintenant le schéma des deux visions qui s'opposent

?

?

l'homéopathie = placebo

l'homéopathie agit par effet placebo

favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son action propre (certaine ou possible)

l'homéopathie = médecine

l'homéopathie agit par action propre (possible ou certaine)

favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son effet placebo

défavorable à l'utilisation de l'homéopathie

FELICITATIONS!

Retour aux missions

?

Complète maintenant le schéma des deux visions qui s'opposent

l'homéopathie = placebo

l'homéopathie agit par effet placebo

défavorable à l'utilisation de l'homéopathie

favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son effet placebo

favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son action propre (certaine ou possible)

l'homéopathie = médecine

l'homéopathie agit par action propre (possible ou certaine)

FELICITATIONS!

Retour aux missions

?

Complète maintenant le schéma des deux visions qui s'opposent ?

l'homéopathie = placebo

l'homéopathie agit par effet placebo

défavorable à l'utilisation de l'homéopathie

favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son effet placebo

l'homéopathie agit par action propre (possible ou certaine)

l'homéopathie = médecine

favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son action propre (certaine ou possible)

FELICITATIONS!

Deux visions s'opposent

l'homéopathie = placebo

l'homéopathie agit par effet placebo

défavorable à l'utilisation de l'homéopathie

favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son effet placebo

l'homéopathie = médecine

l'homéopathie agit par action propre (possible ou certaine)

favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son action propre (certaine ou possible)

le nombre de la mission 2 est +1

820

Il est temps de récapituler tout cela à l'aide de notre outil de cartographie !!!

150

270

Outil de cartographie

schéma synthétisant les visions qui s'opposent

270

150

Comprenons maintenant cette controverse!

Mais, l'effet placebo c'est quoi au fait

Retour aux missions

Appuie sur le bouton du projecteur

Retour aux missions

Retour aux missions

relire les discours

A toi de jouer : complète au brouillon la cartographie à l'aide du schéma et des informations que tu as découvertes

le nombre de la mission 3 est 1/2

Six discours sur l'homéopathie issus de six scientifiques

1

2

3

6

4

5

«J’utilise l’homéopathie, je ne suis pas réfractaire à l’utiliser. On peut toujours se dire que c’est l’effet placebo étant donné les doses infinitésimales mais bon ça marche je l’ai essayé ! Je n’ai pas une image négative de l’homéopathie. Je ne sais pas comment l’homéopathie fonctionne et quand j’ai cherché cela m’a paru étrange. L’hypothèse quantique peut paraître de la poudre de perlimpinpin mais je pense que c’est quelque chose à creuser. L’homéopathie est dans le bien-être et facilite le soin. Pour moi ce n’est pas ma vision philosophique de la vie qui m’a amenée à l’homéopathie mais de bouche à oreille car ce n’est pas la première chose qui me serait et me vient à l’esprit. L’effet placebo en homéopathie peut jouer sur certains paramètres mais pas sur tout : exemples les crampes qui contiennent un mécanisme chimique derrière, pour moi cela marche et scientifiquement cela ne peut pas être un effet placebo ».Sujet 1 (Femme, 40 ans)Thèse – post-doc –enseignant-chercheurDate de l’entretien : 29/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« On est sur un procédé, une méthode historique de l’histoire de la médecine. Une idée loufoque d’un illuminé qui invente des principes qui reposent sur son imagination et qui ne tombent pas dans l’oubli. L’homéopathie est à déviance sectaire. Ce n’est pas parce que les patients réagissent différemment qu’on va leur donner une thérapie type placebo : l’homéopathie est un savoir ésotérique et invalide, ce sont des croyances. L’homéopathie a un effet placebo. Le premier effet placebo c’est le médecin, donc quand vous prescrivez il y a déjà un effet placebo. L’effet placebo est d’autant plus important qu’on est détenteur d’un savoir scientifique. Le problème de l’homéopathie : elle fait semblant de prendre en compte. L’homéopathie est typique et emblématique d’une fausse réponse à de vraies questions qui ne se résument pas à une biologie. L’homéopathie trompe et apporte une mauvaise réponse. C’est grave que ceux qui sont supposés détenir du savoir soient l’équivalent de magiciens dont le savoir est inexistant. Les gens ne savent pas ce qu’est l’homéopathie, donc ils en prennent. Mais quand on leur explique ils n’ont plus d’avis positifs : c’est un manque d’informations ».Sujet 2 (Homme, 58 ans)Études de Médecine – formation scientifique –médecin/chercheurDate de l’entretien : 27/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« J’ai été déçu car avec l’approche conventionnelle on soigne les gens mais on ne les guérit pas alors je suis parti en recherche d’autre chose. On m’a parlé de l’homéopathie et je m’y suis intéressé, notamment pour les maladies chroniques dites incurables. Un premier cas qui m’a interpellé (et les aspects psychologiques ne pouvaient pas jouer c’est sûr) est un patient qui m’a été présenté comme cas clinique dans ma formation en homéopathie. Il a guéri alors que ses traitements conventionnels pris depuis 20 années n’y étaient pas arrivés : ce n’était pas un placebo qui lui ne peut pas agir dans ces maladies incurables et chroniques. J’ai voulu savoir comment ça marche et comment expliquer ces guérisons. L’homéopathie est une thérapie individuelle visant un meilleur équilibre de santé dans une logique globale. Ce sont les résultats qui m’ont convaincu sur l’homéopathie. Le médicament homéopathique ad hoc induit la production de molécules endogènes qui vont agir sur les récepteurs. Le médicament homéopathique n’agit pas mais fait réagir l’organisme, il contient une information électromagnétique matériellement stabilisée dans la solution. Quand un organisme est malade il devient sensible à des messages même non moléculaires, comme cette information est spécifique il va la reconnaître et réagir. L’action de l’homéopathie s’explique par une action épigénétique modulant l’expression des gènes cibles. L’homéopathie favorise l’autoguérison qui va plus loin que l’esprit, mais sa limite c’est qu’il faut que l’organisme cible soit encore capable de réagir. J’ai toujours voulu soigner les gens, peu importe la méthode. La phytothérapie j’ai essayé mais c’est pareil que l’allopathie car il y a des effets toxiques alors que l’homéopathie n’a pas d’effets secondaires. On ne guérit pas tout, il faut trouver l’origine de la maladie. »Sujet 3 (Homme, 71 ans)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 28/05/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Ce n’est pas un sujet qui m’intéresse en particulier. J’en pratique, j’y ai recours avec deux idées : d’une part certains disent c’est très efficace et si ça ne fait rien ça ne fera pas de mal. Moi je crois à l’effet placebo c’est-à-dire à un effet bénéfique sans qu’il y ait de molécules actives identifiées, mais dont la seule prise agit favorablement sur le patient par des mécanismes cognitifs car il pense qu’il se soigne et c’est alors cette pensée qui est favorable sur sa santé. A ma connaissance il faut des concentrations pharmacologiques d’un principe actif pour avoir un effet physiologique direct. Avec l’homéopathie il n’y a pas de preuves de mécanismes, c’est ce que je crois. Les gens vivent bien avec l’homéopathie quelle que soit la raison de son effet ».Sujet 4 (Femme, 52 ans)Thèse – post-doc – enseignant-chercheurDate de l’entretien : 07/06/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« L’un de mes enfants a souffert d’otites difficiles et à répétition à partir de l’âge de deux mois. Je me suis orientée vers l’homéopathie car les médicaments classiques n’aidaient pas. J’ai vu l’efficacité, j’ai alors décidé de me former à l’homéopathie.L’homéopathie pour moi, c’est une autre façon de soigner qui consiste à donner au patient un traitement global qui prend en compte sa personnalité, le ressenti de sa souffrance et lui permet de stimuler son énergie vitale. L’homéopathie n’a pas plus d’effet placebo que la médecine classique. Au départ c’est mon enfant qui m’a amenée à l’homéopathie. Maintenant je dirais que celle-ci est une autre façon de soigner intégrant une meilleure hygiène de vie, une meilleure alimentation, et qui après une recherche difficile du remède homéopathique (celui qui correspond le mieux aux symptômes globaux du patient) permet au malade de se défendre. Par ailleurs ce remède ne fait pas apparaître d’effets secondaires. »Sujet 5 (Femme, âge non renseigné)Études de Médecine –médecin homéopathe ayant fait des expérimentations de rechercheDate de l’entretien : 14/03/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

« Etant scientifique, l’homéopathie ne contenant pas de principe actif, donc cela ne peut être qu’un placebo. Ce n’est donc pas un médicament, mais du sucre. Cela dit j’ai une réflexion par rapport à l’approche homéopathique, où le médecin prend plus de temps pour analyser la cause. J’ai accompagné un de mes enfants chez un médecin homéopathe (par l’intermédiaire de ma femme) et j’ai vu qu’on pouvait se sentir déjà mieux en sortant du cabinet, donc c’est plus la démarche globale. Si un médecin allopathe pouvait passer plus de temps pour mieux comprendre on y gagnerait. Pour le public, ça ne peut pas faire de mal, il se dit soit ça ne fait rien, soit cela fera quelque chose mais c’est mieux que de m’empoisonner. Je pense que les gens ne savent pas ce qu’ils prennent. Je ne pense pas que si on donne l’information cela changera quelque chose. C’est plutôt le domaine de la croyance. L’information est là et présente et on n’en tient pas compte ».Sujet 6 (Homme, âge non renseigné)Thèse – post-doc –chercheurDate de l’entretien : 21/08/2019Extrait de l'analyse de recherche : "L'homéopathie, des désaccords entre scientifiques", E. Di Scala, 2020, L'Harmattan.

Entre le nombre secret pour connaître la cartographie complète

· Nombre de la mission 1 · Nombre de la mission 2· Nombre de la mission 3

Retour aux missions

Entre le nombre secret pour connaître la cartographie complète

· Nombre de la mission 1 · Nombre de la mission 2· Nombre de la mission 3

(√

Retour aux missions

Entre le nombre secret pour connaître la cartographie complète

· Nombre de la mission 1 · Nombre de la mission 2· Nombre de la mission 3

(√5

Retour aux missions

Entre le nombre secret pour connaître la cartographie complète

· Nombre de la mission 1 · Nombre de la mission 2· Nombre de la mission 3

(√5+

Retour aux missions

Entre le nombre secret pour connaître la cartographie complète

· Nombre de la mission 1 · Nombre de la mission 2· Nombre de la mission 3

(√5+1)

Retour aux missions

Entre le nombre secret pour connaître la cartographie complète

· Nombre de la mission 1 · Nombre de la mission 2· Nombre de la mission 3

(√5+1)/

Retour aux missions

Entre le nombre secret pour connaître la cartographie complète

· Nombre de la mission 1 · Nombre de la mission 2· Nombre de la mission 3

Appuie sur =

(√5+1)/2

Retour aux missions

FELICITATIONS!

TU as trouvé le nombre d'or qui te permet d'accéder à la cartographie finale!

La cartographie complétée de la controverse sur l'homéopathie entre scientifiques

Les enjeuxet risques

Les incertitudes

Les certitudes

Les raisonsdu débat

scientifiques 1

Thérapeutique sanseffets secondaires

Retard indirectdesoin possible

Action propredifférentedel'effet placebo ?

Action par effet placebo (comme dans toute thérapeutique typeplacebo ou non)

Désaccord sur le statut de l'homéopathie : placebo versus médecine sans effets secondaires

Désaccord sur le mécanisme d'action : effet placebo versus action propre différente de l'effet placebo

Expérimentations montrent qu'un effet psychologique type placebo ne peut pas être seul à agir

Mécanisme d'action = action propre possible ou certaine, différente de l'effet placebo

Favorable à l'utilisation d'une thérapie type placebo

Lesscientifiques

scientifiques 2

leursarguments

Pas de substances actives présentes après dilution = placebo

Mécanisme d'action = effet placebo, les expérimentationsle montrent

Favorable à l'utilisation de l'homéopathie pour son action propre possible ou certaine

Pas de substances actives présentes après dilution = placebo

Mécanisme d'action = effet placebo, les expérimentationsle montrent

Défavorable à l'utilisation d'une thérapie type placebo

Controversesur l'homéopathieopposant les scientifiques