Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

Transcript

SEPTEMBRE

01-06 Sept

07-13 Sept

14-20 Sept

21-27 Sept

28 Sept-04 Oct

05-11 Oct

12-18 Oct

19-25 Oct

BILAN DU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS INITIE PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE
GEORGES ABDALLAH

OCTOBRE

"Du début du siècle jusqu'à nos jours, rien ne nous fut épargné par vos patrons, des plus infâmes conspirations aux plus criminels massacres. Anéantissement et balkanisation se conjuguent sous le drapeau mystificateur des droits de l'homme occidental. Anéantissement, les Américains et leurs chiens de garde sionistes se chargent actuellement de le perpétrer le plus cruellement possible. Balkanisation, vous occidentaux, Européens en l'occurrence, vous en êtes les architectes, les anges gardiens de sa continuité".

Georges Abdallah,

Discours prononcé devant la Cour d'assises spéciale, lors de son second procès, en février 1987

10ème MANIF

Lannemezan

APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH

Camarades,
Dans un souci de mobilisation internationale toujours plus élargie, il nous a semblé important de faire connaître le dernier appel lancé par la campagne unitaire pour faire connaître le mois international d'actions qui se déroulera du 22 septembre au 24 octobre et engager le plus de forces possibles dans l'action pour la libération de notre camarade Georges Abdallah.

Nous appelons toutes les forces militantes, comités de soutien, associations, partis, syndicats à exprimer leur solidarité et à multiplier les initiatives pour faire connaître la cause de Georges Abdallah et pour que s’élève l’exigence de sa libération.
Nous appelons à une campagne nationale pour la libération de Georges Abdallah, menée dans le respect de ses engagements et de son parcours. Nous appelons également à la multiplication des initiatives internationales : Leila Khaled du FPLP le déclare si justement : « Georges Abdallah est un symbole pour les révolutionnaires à travers le monde ».

Nous appelons à ce que cette campagne soit menée sur deux axes principaux :

1. soutien au peuple palestinien et à son combat pour la victoire ; solidarité avec la lutte des prisonnières et des prisonniers palestiniens et défense du droit au retour et à l’autodétermination des Palestiniens.

2. soutien aux quartiers populaires et à leurs luttes d’émancipation ; solidarité avec les inculpés de la répression ; soutien aux révoltes contre les violences policières ; lutte contre le racisme d’Etat.

APPEL

AGENDA

LE CAS

Page 1 / Page 2

DISCOURS Georges Abdallah

APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH

Depuis l’arrestation de Georges Abdallah, nombreux ont été les collectifs et comités de soutien qui peu à peu se sont créés pour défendre avec acharnement notre camarade et exiger sa libération. Cet héritage fondateur de cette lutte, nous l’avons depuis toujours reconnu et clamé. En 2015 néanmoins, pour le cinquième anniversaire de la manifestation organisée à Lannemezan par ces militants de longue date, volonté a aussi été exprimée d’intensifier ce combat et de coordonner les forces existantes pour amplifier la mobilisation et parvenir à établir un véritable changement du rapport de force appelé par notre camarade lui-même. De-là, l’acte de naissance de la Campagne unitaire pour la libération de Georges Abdallah sur la base de la déclaration suivante, rédigée à l’époque :


« Nous, les participants à la réunion de soutien de Lannemezan ayant eu lieu après la manifestation du 24 octobre 2015 pour Georges Abdallah, appelons à l’intensification de la campagne de mobilisation pour la libération de notre camarade Georges Abdallah.

Nous nous reconnaissons dans l’identité politique de Georges Abdallah, combattant et résistant arabe, communiste libanais, symbole d’aujourd’hui du combat contre l’impérialisme, le sionisme, le capitalisme et les Etats réactionnaires arabes. Georges Abdallah est un prisonnier politique de l’Etat français depuis plus de trois décennies et ce sous les applaudissements des Etats-Unis et de l’entité sioniste. Son combat est le nôtre. Nous voulons une Palestine libre et victorieuse. Nous voulons la fin du colonialisme à travers le monde et sous toutes ses formes, la fin du capitalisme et de l’exploitation et nous soutenons la lutte des peuples contre toutes les oppressions. Nous nous reconnaissons dans le combat de Georges Abdallah contre la guerre d’invasion du Liban par les sionistes et pour la libération de la Palestine qu’il a mené avant d’être arrêté en 1984 par la police française. Nous nous reconnaissons dans son engagement révolutionnaire sans faille durant ses 3 décennies d’incarcération et sa farouche détermination combattante face à une justice de classe. Et nous serons à ses côtés le jour de sa libération pour continuer à lutter avec lui.


Nous sommes internationalistes et nous avons pleinement conscience que c’est l’Etat français qui maintient Georges Abdallah en prison. C’est cet Etat français et ses gouvernements successifs de droite et de gauche se disant républicain ou se disant socialiste qui met comme condition à la libération de ce militant intransigeant son reniement. Depuis plus de 30 ans, Georges Abdallah est debout face à ses geôliers et comme les milliers de prisonnières et prisonniers palestiniens, il ne cède rien. Il résiste et se bat pour la liberté.

La décision de non libération de Georges Abdallah est une décision politique et c’est pourquoi nous nous battons sur le terrain politique.

Nous appelons toutes les forces militantes, comités de soutien, associations, partis, syndicats à exprimer leur solidarité et à multiplier les initiatives pour faire connaître la cause de Georges Abdallah et pour que s’élève l’exigence de sa libération.

Nous appelons à une campagne nationale pour la libération de Georges Abdallah, menée dans le respect de ses engagements et de son parcours. Nous appelons également à la multiplication des initiatives internationales : Leila Khaled du FPLP le déclare si justement : « Georges Abdallah est un symbole pour les révolutionnaires à travers le monde ».


Nous appelons à ce que cette campagne soit menée sur deux axes principaux :

  • 1. soutien au peuple palestinien et à son combat pour la victoire ; solidarité avec la lutte des prisonnières et des prisonniers palestiniens et défense du droit au retour et à l’autodétermination des Palestiniens.
  • 2. soutien aux quartiers populaires et à leurs luttes d’émancipation ; solidarité avec les inculpés de la répression ; soutien aux révoltes contre les violences policières ; lutte contre le racisme d’Etat.

Nous appelons d’ores et déjà à des temps forts de mobilisation : rassemblements et manifestations à Lannemezan, Paris, Marseille, Toulouse, Lille, Bordeaux, Bruxelles, Beyrouth… A des meetings dans différentes villes de France, d’Europe ou du monde arabe. A l’implication des forces libanaises et palestiniennes qui mettent en avant la cause de Georges Abdallah (FPLP, PCL) ; à un appel à soutien des partis politiques et syndicats en accord avec la demande de libération de Georges Abdallah (PCF, NPA, CNT, FA, PIR…). A l’organisation d’événements lors de dates communes de mobilisation (journée de la terre, journée internationale des prisonniers politiques, 1er mai…). A la multiplication des efforts de sensibilisation et d’information auprès des médias à diffusion large (L’Humanité, Politis, Le monde diplo, radios et presses militantes).

Nous désignons dès à présent les cibles communes à interpeller : les autorités françaises et libanaises. Plusieurs interpellations ont eu lieu dans différentes villes de France (Valls, Taubira, F. Hollande) et il faut multiplier ces interpellations. Les Etats-Unis, partie civile dans le procès et toujours actifs pour bloquer la libération de Georges Abdallah, doivent également être interpellés et les autorités libanaises doivent se positionner fermement pour la libération de Georges Abdallah.

Une, deux, trois, mille initiatives pour la libération de Georges Abdallah !

Il est de nos luttes, nous sommes de son combat !

Palestine vivra, Palestine vaincra !

La victoire ou la victoire !

Lannemezan, le 24 octobre 2015 »



Cette ligne de défense de notre camarade sur cette base politique est aujourd’hui toujours la nôtre : Georges Abdallah, au quotidien, est de nos luttes et pas un acte militant n’est mené sans que nous réaffirmions que nous sommes de son combat. Depuis cinq ans, cette bataille sur le terrain politique, effectivement conduite dans le respect des engagements de notre camarade et de son parcours, est menée partout et par nous tous, selon les axes cités dans la déclaration de 2015 mais aussi plus largement au sein de toutes les luttes sociales et politiques, à travers des manifestations, des rassemblements, des meetings, des repas solidaires, des appels à signatures, des courriers adressés aux autorités françaises et libanaises et des semaines d’actions coordonnées entre toutes les forces engagées dans ce combat pour la libération de Georges Abdallah. Cet engagement à Paris, dans les régions, sur le plan national et désormais aussi largement sur le plan international - du fait de l’investissement de tous les soutiens à Georges Abdallah, dans la diversité de nos expressions - accroit chaque jour un peu plus la pression exercée ; et les multiples réactions - lues dans la presse, perceptibles aussi à travers les réponses des Gardes des sceaux et des ministres de l’Intérieur qui se sont succédé aux courriers d’élus ou encore traduites par les visites exceptionnelles menées auprès de notre camarade par des représentants politiques et religieux haut placés ou par la réponse lancée par le Président français, lors de sa visite à Beyrouth, aux militants libanais réclamant la libération de Georges Abdallah - toutes ces réactions sont autant de signes à saisir de la justesse de la lutte menée et qu’il nous faut poursuivre sur la même dynamique et énergie en cherchant à interpeller encore plus directement les représentants de l’Etat français quand cela est possible ou encore en se mobilisant tous ensemble pour frapper d’une seule main.

Cette ligne de conduite, Georges Abdallah ne cesse de nous en donner les clés quand à plusieurs reprises, dans ses déclarations, il met en exergue la force de cette solidarité unitaire et coordonnée. Ainsi, rappelons simplement là encore quelques-uns de ses messages où il nous encourage à poursuivre dans ce sens :

« Encourageons, toujours plus camarades, les divers processus de convergence des luttes aussi bien au niveau local qu’au niveau régional et à plus forte raison au niveau international » (Georges Abdallah - déclaration du 20 octobre 2018)

« Ce changement du rapport de force passe avant tout par l’inscription de cette démarche solidaire dans la dynamique globale de la lutte en cours en assumant toujours plus le terrain de la lutte anticapitaliste et antiimpérialiste » car « il ne s’agit pas de faire comme si nous ne savons pas que la dite justice est toujours une justice de classe au service d’une politique de classe inscrite dans la dynamique globale d’une guerre de classe à l’échelle nationale et internationale » (Georges Abdallah - déclaration du 23 juin 2018).

C’est en ce sens et toujours fidèles à cette ligne et aux principes d’action politiques rappelés ici que nous appelons aujourd’hui à, non plus une semaine internationale d’actions mais à un mois complet d’actions pour que nous tous, les soutiens à notre camarade, nous ne laissions pas un espace politique libre sur le plan local, régional, national et international sans que soit mise à l’ordre du jour l’exigence de la libération de notre camarade Georges Abdallah.


A Albertville, Amiens, Annecy, Aubagne, Aubervilliers, Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Gennevilliers, Grenay, Grenoble, Lannemezan, Lille, Lyon, Marseille, Montauban, Montpellier, Morlaix, Nanterre, Nîmes, Paris, Pau, Saint-Denis, Saint-Etienne, Tarbes, Thionville, Toulouse, Troyes ; dans les Alpes-Maritimes, en Corse, dans le Finistère, le Gers, en Gironde, en Haute-Marne, dans les Hautes-Pyrénées, l’Hérault, l’Ile de France, le Lot-et-Garonne, dans le Nord et le Pas de Calais, au Pays de Cornouaille, en Poitou-Charentes, au Puy-de-Dôme, en région Rhône-Alpes, en Seine-Maritime et dans le Tarn-et-Garonne. ; en Algérie, en Allemagne, en Angleterre, en Argentine, en Belgique, au Brésil, au Canada, en Espagne, en Grèce, en Inde, en Italie, au Kurdistan, au Liban, au Luxembourg, au Maroc, en Palestine occupée, au Pérou, en Pologne, en Roumanie, en Tunisie, en Turquie - partout en France et dans le monde où le combat de Georges Abdallah est relayé et l’exigence de sa libération portée, partout où nous sommes tous - soutiens solidaires actifs à notre camarade - , multiplions les actions de mobilisation et intensifions la pression sur les représentants et les lieux du pouvoir de l’Etat français pour qu’enfin soit signé par le ministre de l’Intérieur actuel l’avis d’expulsion conditionnant la libération de notre camarade et que soit gagné ce combat de mise à mort de cette perpétuité réelle inique.


Nous tous, - anarchistes, autonomes, antifascistes, anti-impérialistes, antisionistes, communistes, démocrates, écologistes, internationalistes, libertaires, marxistes-léninistes, marxistes-léninistes-maoïstes, républicains insoumis, révolutionnaires, trotskystes ; engagés dans des partis, syndicats, fronts, campagnes, associations, collectifs, comités, mouvements et réseaux multiples ; engagés aux côtés de notre camarade dans les luttes politiques pour la Palestine, en soutien à l’Intifada et contre la Normalisation ; pour la défense des luttes des peuples et de leurs résistances ; pour la défense des prisonniers politiques et des prisonniers révolutionnaires ; contre l’enfermement carcéral ; contre les violences policières ; pour la défense des immigrations et des quartiers populaires ; contre le racisme ; pour la défense des travailleurs, de leurs acquis et de leurs droits ; pour celle des gilets jaunes ; pour le combat de l’émancipation des femmes ; contre la torture et la peine de mort - mobilisons-nous une fois de plus, tous ensemble là où nous sommes, dans cette diversité qu’est la nôtre, du 22 septembre 2020 au 24 octobre 2020 pour qu’à cette date, la dixième manifestation à Lannemezan soit la dernière et que nous puissions enfin concrétiser ce désir profond que nous portons tous en nous depuis ces si nombreuses années : « nous serons à ses côtés le jour de sa libération pour continuer à lutter avec lui ! ».


Une, deux, trois, mille initiatives pour la libération de Georges Abdallah !

Il est de nos luttes, nous sommes de son combat !

Palestine vivra, Palestine vaincra !

La victoire ou la victoire !

Paris, le 19 septembre 2020

Campagne.unitaire.gabdallah@gmail.com



Premiers signataires :

Campagne unitaire pour la libération de Georges Abdallah - Campagne internationale pour la libération de Georges Abdallah - Samidoun Palestinien Prisoner Solidarity Network - Campagne internationale pour la libération d’Ahmad Sa ‘âdat et ses camarades - CLGIA - Le CRI Rouge pour la défense des prisonniers révolutionnaires - Jeunes révolutionnaires - CAPJPO-EuroPalestine - Comité d’action et de soutien aux luttes du peuple Marocain - PIR - ANC - UJFP - Collectif Palestine Vaincra - Secours Rouge International - FUIQP - Appel belge pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah - International Prisonners'News - AFPS34 - AFPS 63 - Couserans-Palestine - Action Antifasciste 79 - ISM-France - Collectif Investig’Action - Compagnie Jolie Môme - Unité Communiste - Comité de défense des Internés des Camps du Sud (Algérie) - Association Car t’y es libre

Agenda non exhaustif des actions programmées sur Paris et sa région durant le mois international d’actions


Du 22 septembre au 24 octobre sont d’ores et déjà programmées à Paris et sa région les initiatives suivantes :

- 19 septembre 2020 : « Ils roulent pour le Tour de France / Nous pédalons pour la Palestine ! » : participation à la déambulation en vélo pour la Palestine dans les rues de Paris (initiative organisée par de nombreuses organisations de soutien à la Palestine) en parallèle à l’arrivée du tour de France dans la région parisienne, pour dénoncer la participation de l’entité sioniste à cet événement sportif.

- 26 septembre 2020 : participation à la « soirée des solidarités internationales », organisée à Nanterre en lien avec l’Arène et l’AFPS locale

- 30 septembre 2020 : soutien à l’un de nos camarades qui passe en procès au tribunal de grande instance pour son implication dans les manifestations contre la COP21

- 1 octobre 2020 : présence à la conférence avec Pierre Stambul dont l’intitulé est « Proche-Orient : la paix est-elle encore possible ? »

- 7 octobre 2020 : participation au rassemblement pour exiger la libération de Mumia Abu Jamal

- 10 octobre 2020 : participation à la rencontre nationale et au meeting d’Ile de France de l’ANC à Saint-Denis, sur le thème : Une exigence : retrait de tous les soldats français d’Afrique ! »

- 17 octobre 2020 : participation à l’accueil de la marche de la solidarité des sans-papiers à Paris et aussi au rassemblement au pont Saint-Michel en hommage aux victimes du 17 octobre 1961

- 23 octobre 2020 : départ du car de Paris pour Lannemezan

- 24 octobre 2020 : 10ème manifestation à Lannemezan

A prévoir aussi : un rassemblement devant le Ministère de l’Intérieur et un rassemblement hebdomadaire sur 4 semaines dans le quartier populaire de Ménilmontant à Paris.


Merci de faire connaître à l’adresse de la campagne unitaire les initiatives programmées dans le cadre de ce mois international d’actions pour aider à leur diffusion.



L’affaire Georges Ibrahim Abdallah : un parfait exemple

de la négation de la notion même de justice


L’Affaire Georges Ibrahim Abdallah est un parfait exemple de la négation de la justice et de la notion même de Justice avec un procès biaisé, une culpabilité non établie, un régime d’exception et une perpétuité réelle.


L’affaire Georges Ibrahim Abdallah va générer par les interférences du politique sur le judiciaire, une série de dysfonctionnements débouchant sur une parodie de justice.


Un procès biaisé

Un avocat sous-marin de la DGSE ! Ce fait résume à lui seul toute l’ignominie du procès fait à Georges Ibrahim Abdallah, en ce que son propre défenseur, Jean Paul Mazurier, était en mission commandé pour le compte des services de renseignements français. Du jamais vu dans les annales judiciaires.

Ce fait exorbitant, que Me Jean Paul Mazurier révélait dans un livre qu’il publiait quelques jours après le procès, n’a pas pour autant entraîné l’annulation du procès où le 28 février 1987, Georges Ibrahim Abdallah était condamné à la réclusion à perpétuité après 70 minutes de délibération d’une cour spéciale composée de sept magistrats.

Une culpabilité non établie

Par ailleurs, après une première condamnation pour détention de faux papiers, Georges Ibrahim Abdallah est détenu et condamné sur la base de fausses preuves : celle de la découverte fortuite mais opportune d’un revolver enveloppé dans un journal arabe daté de 2 ans postérieures à son incarcération. Aujourd’hui, l’identité des auteurs des deux actes qui lui sont reprochés a été révélée : elle est notoirement connue et définitivement admise. Mais si cette révélation a placé en porte à faux le pouvoir politique français, elle n’a pas pour autant conduit à une révision du procès en ce qu’elle remettait en question le bien-fondé de l’incarcération de Georges Ibrahim Abdallah.

UN RÉGIME D’EXCEPTION

Depuis son arrestation le 24 octobre 1984, jusqu’à la décision de la Cour de cassation le 4 avril 2013, Georges Ibrahim Abdallah a été l’objet d’un régime d’exception :


➞ deux mois après sa première condamnation (à quatre ans de prison en juillet 1986 avec une interdiction du territoire français de cinq ans) par le tribunal correctionnel de Lyon, des juridictions d’exception se mettent en place qui suivront les dossiers de bout en bout : la 14e section du parquet dite ’antiterroriste’ mène l’instruction, les cours d’assises spéciales de Paris condamnent et un juge d’application des peines spécialisé contrôle les aménagements de peine des condamnés. Ainsi, Georges Abdallah inaugura la nouvelle Cour d’assises, composée uniquement de magistrats, qui le condamna à la réclusion à perpétuité en février 1987.


➞ En 2003, alors que la juridiction de Pau avait accordé la libération conditionnelle à Georges Abdallah, la juridiction nationale de libération conditionnelle la refuse en janvier 2004 suite à l’intervention directe du ministre de la Justice, Dominique Perben. Dès lors les décisions ne dépendront plus de la juridiction régionale mais de la seule compétence du juge de l’application des peines du TGI de Paris…


➞ la loi relative à la rétention de sûreté, appelée loi Dati, votée en février 2008, rend obligatoire l’avis d’une commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté (CPMS) dans le cadre d’une libération conditionnelle concernant les détenus condamnés à perpétuité. Ceux-ci doivent passer six semaines au Centre national d’observation (actuellement nommé Centre national d’évaluation) de Fresnes, afin d’expertiser leur dangerosité. Créée pour mesurer la potentialité de récidive chez les condamnés pour crimes sexuels, ce sont des prisonniers politiques, Georges Abdallah et les militants d’Action directe, qui ont inauguré cette nouvelle loi…


➞ Georges Abdallah ayant déposé sa septième demande de libération conditionnelle en février 2007, la loi Dati lui fut appliquée rétroactivement. Bien que la rétroactivité de la loi ait été censurée par le Conseil constitutionnel, une circulaire précise les dispositions immédiatement applicables, dont une concerne les condamnés à la réclusion à perpétuité.

Sont notamment concernés plusieurs prisonniers politiques, dont bien sûr Georges Abdallah.


➞ Cette demande de libération conditionnelle déposée en février 2007, qui a subi un déroulement rocambolesque de cinq reports et d’un passage au CNO de Fresnes, a finalement été refusée au bout de 2 ans et trois mois, la CPMS ayant mis, elle, 25 semaines pour émettre un avis (obligatoire)… Ce délai anormalement long illustre parfaitement le traitement judiciaire spécifique que subit Georges Abdallah.


➞ En décembre de la même année, Georges Abdallah comparaît au tribunal, pour refus d’un prélèvement d’ADN (que la DST, la CIA et le Mossad ont déjà) : il est condamné à trois mois de prison… Relaxe en appel, confirmation en cassation.


➞ La dernière demande de libération conditionnelle de Georges Abdallah a été déposée en janvier 2012. Suite à l’avis favorable donné en novembre 2012 par le tribunal d’application des peines, tout a été entrepris par le Parquet (représentant de l’État et sous la responsabilité de la Garde des sceaux) pour bloquer la libération de Georges Abdallah : refus du ministre de l’Intérieur de signer l’arrêté d’expulsion nécessaire et ce bien que le Liban ait déclaré officiellement à maintes reprises vouloir accueillir son ressortissant, reports et appels multiples, pourvoi en cassation. Au bout de 15 mois, la demande de libération est jugée irrecevable…



Une PERPÉTUITÉ RÉELLE QUI NE DIT PAS SON NOM

Georges Ibrahim Abdallah a été condamné à la peine maximale prévue par la loi, pour complicité d’assassinat d’un responsable du Mossad israélien et d’un attaché militaire américain à Paris en 1982. Au-delà du bien-fondé de sa condamnation sur la base de preuves sujettes à caution, l’homme a purgé sa peine : il est libérable, selon le droit français, depuis 1999, soit depuis plus de 20 ans.

La France ne respecte pas ses lois, l’expression de la volonté générale représentée par l’Assemblée nationale, artisan du Code Pénal. La peine de sûreté assortie à la condamnation a été accomplie, ce qui, en droit, implique la libération du détenu. Une libération qui n’est pas une faveur, mais par application du principe de la légalité des délits et des peines.

La Cour d’appel a bien ordonné la libération de Georges Ibrahim Abdallah mais en subordonnant sa remise en liberté à un arrêté d’expulsion du territoire du ministre de l’intérieur. Beaucoup voient dans cette décision de justice une double peine déguisée infligée au prisonnier. Un principe prohibé par le droit français. D’autres, tout aussi nombreux considèrent encore aujourd’hui que le fait de subordonner, à tout le moins de conditionner la mise en application d’une décision de justice, à une décision administrative du ministère de l’intérieur, constitue un cas flagrant d’atteinte aux principes généraux du droit : un principe constitutionnel, le principe de la séparation des pouvoirs.

CHRONOLOGIE ABRÉGÉE DU PARCOURS JUDICIAIRE DE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

⇾ Arrêté le 24 octobre 1984 à Lyon.
⇾ Juillet 1986 : condamné à 4 ans de prison.
⇾ Mars 1987 : condamné à perpétuité par un tribunal anti-terroriste.
⇾ 1999 : fin de la peine de sûreté assortie à sa condamnation.
⇾ Novembre 2003 : la juridiction de Pau autorise sa libération. Appel.
⇾ Janvier 2004 : libération refusée.
⇾ Février 2005 : nouvelle demande de libération conditionnelle rejetée. Appel.
⇾ Février 2006 : appel rejeté.
⇾ Février 2007 : nouvelle demande de libération conditionnelle refusée en octobre. Appel.
⇾ Décembre 2007 : examen de la demande. Décision prévue en janvier 2008, puis repoussée en avril.
⇾ 25 février 2008 : loi sur la rétention de sûreté.
⇾ Août 2008 : six semaines au CNO (Centre national d’Observation) à la prison de Fresnes.
Examen du dossier prévu en janvier 2009.
⇾ 22 janvier 2009 : avis défavorable de la commission pluridisciplinaire.
⇾ Audience repoussée au 26 mars. Délibéré au 5 mai.
⇾ 5 mai 2009 : libération refusée.
⇾ 1 décembre 2009 : procès à Tarbes pour refus d’un prélèvement d’ADN en juin 2008.
Condamnation à 3 mois de prison. Appel.
⇾ 18 février 2010, procès en appel à Pau. Décision attendue pour le 1 avril, repoussée au 20 mai.
⇾ 20 mai 2010 : relaxe prononcée.
⇾ 25 mai : le ministère public se pourvoit en cassation.
⇾ Juin 2011 : pourvoi non admis par la Cour de cassation.
⇾ Janvier 2012 : nouvelle demande de libération conditionnelle.
CNE (Centre national d’évaluation) de la prison de Fresnes, du 8 avril au 20 mai 2012.
⇾ Juillet 2012 : avis défavorable de la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté.
⇾ 21 novembre 2012 : avis favorable du tribunal d’application des peines en l’attente d’un arrêté
d’expulsion du ministère de l’Intérieur.
⇾ 4 avril 2013 : suite à trois ajournements, deux appels et un recours en cassation, la demande de
libération de Georges Ibrahim Abdallah est déclarée irrecevable.
⇾ mars 2014 : nouvelle demande de libération. Audience le 30 septembre 2014 à Lannemezan.
⇾ 5 novembre : demande de libération irrecevable en l’absence de mesure d’éloignement. Appel.
⇾ 26 février 2015 : confirmation du jugement de novembre. Cassation.
⇾ 7 septembre 2016 : la cour de cassation rejette le pourvoi.

Sources : blog CLGIA - blog MADANIYA civique et citoyen



Déclaration de Georges Abdallah lue lors de la manifestation du 27

juin 2020 à Paris, contre l’annexion de la Cisjordanie, contre

l’occupation sioniste et en soutien à la résistance du

peuple palestinien

Cher·e·s ami·e·s, Cher·e·s Camarades,

Dans des conditions particulièrement difficiles, les masses populaires palestiniennes et leurs avant-gardes révolutionnaires se battent sans relâche, depuis la fin des années soixante. L’émergence et l’affirmation de la révolution palestinienne contemporaine, suite à la défaite de la bourgeoisie arabe et ses divers régimes en 1967, ont certes suscité l’enthousiasme des masses populaires et des forces vives dans le monde arabe, surtout dans le Machrek... Cependant les réactionnaires de tous bords n’ont jamais voulu, et ne peuvent pas vouloir, cohabiter avec ce foyer révolutionnaire dans cette région et cautionner en quelque sorte une réelle Résistance à l’entité sioniste qui, soi dit en passant, n’est pas simplement un instrument parmi tant d’autres au service de l’impérialisme pour le pillage et la domination de la région. Il est en fait un prolongement organique de l’impérialisme occidental. C’est bien pourquoi la lutte du peuple palestinien assume dans la région une tâche bien plus compliquée que toute autre lutte de libération nationale contre le colonialisme traditionnel.

Depuis le tout début des années 1970, la liquidation de la révolution palestinienne est à l’ordre du jour des forces impérialistes et de leurs affidés réactionnaires régionaux. Les guerres et les massacres se sont succédé depuis et les masses populaires y ont fait face avec les moyens et les capacités disponibles...bien que la révolution ait été tiraillée (elle l’est toujours aujourd’hui) entre deux pôles : l’un cherchant à tout prix les négociations et les concessions sans fin et l’autre s’attachant à la résistance par tous les moyens et particulièrement la lutte armée. D’innombrables batailles ont été livrées, certaines ont été perdues, d’autres ont été gagnées, mais dans l’ensemble et en dépit de toutes les pertes et en dépit de toutes les erreurs, les masses populaires ont pu consolider certaines réalisations dont personne ne peut aujourd’hui contester leurs portées stratégiques.

Le peuple palestinien est toujours là et la cause palestinienne est plus que jamais vivante : un cheminement historique dont les contours sont tracés par le sang des Révolutionnaires palestinien·e·s et la dynamique pérennisée par l’engagement prématuré de ces Fleurs et autres Lionceaux de la Palestine - lumière, toujours plus éclairante, flambeaux de la liberté, indomptables Héros résistants captifs dans les geôles sionistes...

Tous affirment ces jours-ci leur rejet des tristement célèbres accords d’Oslo. Peut-être serait-il utile de signaler que ces initiatives en vue de n’importe quelles négociations et au prix des concessions bien loin d’être négligeables, se sont multipliées à partir du “programme intermédiaire” dit “programme de dix points” aux alentours de 1974, lors de l’apogée de la lutte palestinienne ; puis avec l’acceptation des résolutions 242 et 338 lors de la cession du Conseil national de 1988 ; et finalement avec Oslo qui n’a servi ni à arrêter la colonisation et la confiscation de la terre palestinienne ni à empêcher les judaïsations toujours plus accélérées d’Al-Quds...

Pendant plus de 27 ans “ils” ont continué à nourrir les illusions quant à l’établissement d’un “Etat réellement souverain” sur moins de 22% de la Palestine au milieu d’un projet de colonisation active, une colonisation de peuplement ; les illusions de deux “Etats” l’un à côté de l’autre comme de vieux voisins qui se sont brouillés à propos d’un lopin de terre ; les illusions quant à la capacité de l’entité sioniste à exister simplement en temps de paix et à établir d’autres rapports avec la région (et pas seulement avec le peuple palestinien) qui ne traduiraient pas les intérêts de ce “prolongement organique de l’impérialisme”.

Depuis 1993, les masses populaires palestiniennes ont été contraintes de supporter d’horribles massacres, un siège génocidaire et la détention des enfants et des familles entières pour ne pas parler de la démolition des maisons et d’autres biens, parce qu’une strate des compradores a pu entrevoir ses intérêts fleurir dans le bout du tunnel fantasmé !!!

Certainement ce n’est pas une si mince affaire de sortir des marécages d’Oslo d’autant plus que les instruments de répression sont essentiellement liés aux mécanismes de la contre-révolution au service de l’occupant sioniste...

Le peuple palestinien et ses avant-gardes combattantes ont accumulé tout au long de leur parcours de lutte existentielle le nécessaire pour relever le défi et continuer la lutte jusqu’à la victoire. Les forces de la Résistance dans la région sont d’une telle puissance que l’on peut dire avec confiance et sans fanfaronnade : la victoire est plus que jamais à l’ordre du jour. Tout naturellement, les masses populaires ainsi que leurs avant-gardes combattantes en captivité peuvent compter sur votre solidarité active.

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de la Palestine et sa glorieuse Résistance !

La solidarité, toute la solidarité avec les résistants dans les geôles sionistes, et dans les cellules d’isolement au Maroc, en Turquie, en Grèce et aux Philippines et ailleurs de par le monde !

La solidarité, toute la solidarité avec les jeunes prolétaires des quartiers populaires !

Honneur aux Martyrs et aux masses populaires en lutte !

À bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et autres réactionnaires arabes !

Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et celles qui s’y opposent dans la diversité de leurs expressions !

Ensemble Camarades, et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons !

À vous tous Camarades et ami«e»s, mes plus chaleureuses salutations révolutionnaires.

Votre camarade Georges Abdallah

Lannemezan, le 27 juin 2020

APPEL

AGENDA

BILAN DU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS INITIE PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE
GEORGES ABDALLAH

OCTOBRE

SEPTEMBRE

01-06 Sept

07-13 Sept

14-20 Sept

21-27 Sept

28 Sept-04 Oct

05-11 Oct

12-18 Oct

19-25 Oct

L'AFFAIRE
Georges Abdallah

PAGE FACEBOOK

DISCOURS Georges Abdallah

10ème MANIF

Lannemezan

Agenda non exhaustif des actions programmées sur Paris et sa région durant le mois international d’actions


Du 22 septembre au 24 octobre sont d’ores et déjà programmées à Paris et sa région les initiatives suivantes:
- 19 septembre 2020 : « Ils roulent pour le Tour de France / Nous pédalons pour la Palestine ! » : participation à la déambulation en vélo pour la Palestine dans les rues de Paris (initiative organisée par de nombreuses organisations de soutien à la Palestine) en parallèle à l’arrivée du tour de France dans la région parisienne, pour dénoncer la participation de l’entité sioniste à cet événement sportif.
- 26 septembre 2020 : participation à la « soirée des solidarités internationales », organisée à Nanterre en lien avec l’Arène et l’AFPS locale
- 30 septembre 2020 : soutien à l’un de nos camarades qui passe en procès au tribunal de grande instance pour son implication dans les manifestations contre la COP21 -
-1 octobre 2020 : présence à la conférence avec Pierre Stambul à l’université Paris 7 dont l’intitulé est « Proche-Orient : la paix est-elle encore possible ? »
- 1 et 2 octobre 2020 : présence au cinéma 3 Luxembourg pour la projection du film : « un pays qui se tient sage » de David Dufresne
- 2, 9 et 16 octobre 2020 : rassemblement hebdomadaire dans le quartier populaire de Ménilmontant, à Paris
- 7 octobre 2020 : participation au rassemblement pour exiger la libération de Mumia Abu Jamal
- 10 octobre 2020 : participation à la rencontre nationale et au meeting d’Ile de France de l’ANC à Saint-Denis, sur le thème : Une exigence : retrait de tous les soldats français d’Afrique ! »
- 14 octobre 2020 : meeting pour la libération de Georges Abdallah
- 17 octobre 2020 : participation à l’accueil de la marche de la solidarité des sans-papiers à Paris et aussi au rassemblement au pont Saint-Michel en hommage aux victimes du 17 octobre 1961
- 23 octobre 2020 : départ du car de Paris pour Lannemezan (retour à Paris le dimanche 25 octobre au matin)
- 24 octobre 2020 : 10ème manifestation à Lannemezan



L’affaire Georges Ibrahim Abdallah : un parfait exemple

de la négation de la notion même de justice


L’Affaire Georges Ibrahim Abdallah est un parfait exemple de la négation de la justice et de la notion même de Justice avec un procès biaisé, une culpabilité non établie, un régime d’exception et une perpétuité réelle.


L’affaire Georges Ibrahim Abdallah va générer par les interférences du politique sur le judiciaire, une série de dysfonctionnements débouchant sur une parodie de justice.


Un procès biaisé

Un avocat sous-marin de la DGSE ! Ce fait résume à lui seul toute l’ignominie du procès fait à Georges Ibrahim Abdallah, en ce que son propre défenseur, Jean Paul Mazurier, était en mission commandé pour le compte des services de renseignements français. Du jamais vu dans les annales judiciaires.

Ce fait exorbitant, que Me Jean Paul Mazurier révélait dans un livre qu’il publiait quelques jours après le procès, n’a pas pour autant entraîné l’annulation du procès où le 28 février 1987, Georges Ibrahim Abdallah était condamné à la réclusion à perpétuité après 70 minutes de délibération d’une cour spéciale composée de sept magistrats.

Une culpabilité non établie

Par ailleurs, après une première condamnation pour détention de faux papiers, Georges Ibrahim Abdallah est détenu et condamné sur la base de fausses preuves : celle de la découverte fortuite mais opportune d’un revolver enveloppé dans un journal arabe daté de 2 ans postérieures à son incarcération. Aujourd’hui, l’identité des auteurs des deux actes qui lui sont reprochés a été révélée : elle est notoirement connue et définitivement admise. Mais si cette révélation a placé en porte à faux le pouvoir politique français, elle n’a pas pour autant conduit à une révision du procès en ce qu’elle remettait en question le bien-fondé de l’incarcération de Georges Ibrahim Abdallah.

UN RÉGIME D’EXCEPTION

Depuis son arrestation le 24 octobre 1984, jusqu’à la décision de la Cour de cassation le 4 avril 2013, Georges Ibrahim Abdallah a été l’objet d’un régime d’exception :


➞ deux mois après sa première condamnation (à quatre ans de prison en juillet 1986 avec une interdiction du territoire français de cinq ans) par le tribunal correctionnel de Lyon, des juridictions d’exception se mettent en place qui suivront les dossiers de bout en bout : la 14e section du parquet dite ’antiterroriste’ mène l’instruction, les cours d’assises spéciales de Paris condamnent et un juge d’application des peines spécialisé contrôle les aménagements de peine des condamnés. Ainsi, Georges Abdallah inaugura la nouvelle Cour d’assises, composée uniquement de magistrats, qui le condamna à la réclusion à perpétuité en février 1987.


➞ En 2003, alors que la juridiction de Pau avait accordé la libération conditionnelle à Georges Abdallah, la juridiction nationale de libération conditionnelle la refuse en janvier 2004 suite à l’intervention directe du ministre de la Justice, Dominique Perben. Dès lors les décisions ne dépendront plus de la juridiction régionale mais de la seule compétence du juge de l’application des peines du TGI de Paris…


➞ la loi relative à la rétention de sûreté, appelée loi Dati, votée en février 2008, rend obligatoire l’avis d’une commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté (CPMS) dans le cadre d’une libération conditionnelle concernant les détenus condamnés à perpétuité. Ceux-ci doivent passer six semaines au Centre national d’observation (actuellement nommé Centre national d’évaluation) de Fresnes, afin d’expertiser leur dangerosité. Créée pour mesurer la potentialité de récidive chez les condamnés pour crimes sexuels, ce sont des prisonniers politiques, Georges Abdallah et les militants d’Action directe, qui ont inauguré cette nouvelle loi…


➞ Georges Abdallah ayant déposé sa septième demande de libération conditionnelle en février 2007, la loi Dati lui fut appliquée rétroactivement. Bien que la rétroactivité de la loi ait été censurée par le Conseil constitutionnel, une circulaire précise les dispositions immédiatement applicables, dont une concerne les condamnés à la réclusion à perpétuité.

Sont notamment concernés plusieurs prisonniers politiques, dont bien sûr Georges Abdallah.


➞ Cette demande de libération conditionnelle déposée en février 2007, qui a subi un déroulement rocambolesque de cinq reports et d’un passage au CNO de Fresnes, a finalement été refusée au bout de 2 ans et trois mois, la CPMS ayant mis, elle, 25 semaines pour émettre un avis (obligatoire)… Ce délai anormalement long illustre parfaitement le traitement judiciaire spécifique que subit Georges Abdallah.


➞ En décembre de la même année, Georges Abdallah comparaît au tribunal, pour refus d’un prélèvement d’ADN (que la DST, la CIA et le Mossad ont déjà) : il est condamné à trois mois de prison… Relaxe en appel, confirmation en cassation.


➞ La dernière demande de libération conditionnelle de Georges Abdallah a été déposée en janvier 2012. Suite à l’avis favorable donné en novembre 2012 par le tribunal d’application des peines, tout a été entrepris par le Parquet (représentant de l’État et sous la responsabilité de la Garde des sceaux) pour bloquer la libération de Georges Abdallah : refus du ministre de l’Intérieur de signer l’arrêté d’expulsion nécessaire et ce bien que le Liban ait déclaré officiellement à maintes reprises vouloir accueillir son ressortissant, reports et appels multiples, pourvoi en cassation. Au bout de 15 mois, la demande de libération est jugée irrecevable…



Une PERPÉTUITÉ RÉELLE QUI NE DIT PAS SON NOM

Georges Ibrahim Abdallah a été condamné à la peine maximale prévue par la loi, pour complicité d’assassinat d’un responsable du Mossad israélien et d’un attaché militaire américain à Paris en 1982. Au-delà du bien-fondé de sa condamnation sur la base de preuves sujettes à caution, l’homme a purgé sa peine : il est libérable, selon le droit français, depuis 1999, soit depuis plus de 20 ans.

La France ne respecte pas ses lois, l’expression de la volonté générale représentée par l’Assemblée nationale, artisan du Code Pénal. La peine de sûreté assortie à la condamnation a été accomplie, ce qui, en droit, implique la libération du détenu. Une libération qui n’est pas une faveur, mais par application du principe de la légalité des délits et des peines.

La Cour d’appel a bien ordonné la libération de Georges Ibrahim Abdallah mais en subordonnant sa remise en liberté à un arrêté d’expulsion du territoire du ministre de l’intérieur. Beaucoup voient dans cette décision de justice une double peine déguisée infligée au prisonnier. Un principe prohibé par le droit français. D’autres, tout aussi nombreux considèrent encore aujourd’hui que le fait de subordonner, à tout le moins de conditionner la mise en application d’une décision de justice, à une décision administrative du ministère de l’intérieur, constitue un cas flagrant d’atteinte aux principes généraux du droit : un principe constitutionnel, le principe de la séparation des pouvoirs.

CHRONOLOGIE ABRÉGÉE DU PARCOURS JUDICIAIRE DE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

⇾ Arrêté le 24 octobre 1984 à Lyon.
⇾ Juillet 1986 : condamné à 4 ans de prison.
⇾ Mars 1987 : condamné à perpétuité par un tribunal anti-terroriste.
⇾ 1999 : fin de la peine de sûreté assortie à sa condamnation.
⇾ Novembre 2003 : la juridiction de Pau autorise sa libération. Appel.
⇾ Janvier 2004 : libération refusée.
⇾ Février 2005 : nouvelle demande de libération conditionnelle rejetée. Appel.
⇾ Février 2006 : appel rejeté.
⇾ Février 2007 : nouvelle demande de libération conditionnelle refusée en octobre. Appel.
⇾ Décembre 2007 : examen de la demande. Décision prévue en janvier 2008, puis repoussée en avril.
⇾ 25 février 2008 : loi sur la rétention de sûreté.
⇾ Août 2008 : six semaines au CNO (Centre national d’Observation) à la prison de Fresnes.
Examen du dossier prévu en janvier 2009.
⇾ 22 janvier 2009 : avis défavorable de la commission pluridisciplinaire.
⇾ Audience repoussée au 26 mars. Délibéré au 5 mai.
⇾ 5 mai 2009 : libération refusée.
⇾ 1 décembre 2009 : procès à Tarbes pour refus d’un prélèvement d’ADN en juin 2008.
Condamnation à 3 mois de prison. Appel.
⇾ 18 février 2010, procès en appel à Pau. Décision attendue pour le 1 avril, repoussée au 20 mai.
⇾ 20 mai 2010 : relaxe prononcée.
⇾ 25 mai : le ministère public se pourvoit en cassation.
⇾ Juin 2011 : pourvoi non admis par la Cour de cassation.
⇾ Janvier 2012 : nouvelle demande de libération conditionnelle.
CNE (Centre national d’évaluation) de la prison de Fresnes, du 8 avril au 20 mai 2012.
⇾ Juillet 2012 : avis défavorable de la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté.
⇾ 21 novembre 2012 : avis favorable du tribunal d’application des peines en l’attente d’un arrêté
d’expulsion du ministère de l’Intérieur.
⇾ 4 avril 2013 : suite à trois ajournements, deux appels et un recours en cassation, la demande de
libération de Georges Ibrahim Abdallah est déclarée irrecevable.
⇾ mars 2014 : nouvelle demande de libération. Audience le 30 septembre 2014 à Lannemezan.
⇾ 5 novembre : demande de libération irrecevable en l’absence de mesure d’éloignement. Appel.
⇾ 26 février 2015 : confirmation du jugement de novembre. Cassation.
⇾ 7 septembre 2016 : la cour de cassation rejette le pourvoi.


Sources : blog CLGIA - blog MADANIYA civique et citoyen



Déclaration de Georges Abdallah lue lors de la manifestation du 27

juin 2020 à Paris, contre l’annexion de la Cisjordanie, contre

l’occupation sioniste et en soutien à la résistance du

peuple palestinien

Cher·e·s ami·e·s, Cher·e·s Camarades,

Dans des conditions particulièrement difficiles, les masses populaires palestiniennes et leurs avant-gardes révolutionnaires se battent sans relâche, depuis la fin des années soixante. L’émergence et l’affirmation de la révolution palestinienne contemporaine, suite à la défaite de la bourgeoisie arabe et ses divers régimes en 1967, ont certes suscité l’enthousiasme des masses populaires et des forces vives dans le monde arabe, surtout dans le Machrek... Cependant les réactionnaires de tous bords n’ont jamais voulu, et ne peuvent pas vouloir, cohabiter avec ce foyer révolutionnaire dans cette région et cautionner en quelque sorte une réelle Résistance à l’entité sioniste qui, soi dit en passant, n’est pas simplement un instrument parmi tant d’autres au service de l’impérialisme pour le pillage et la domination de la région. Il est en fait un prolongement organique de l’impérialisme occidental. C’est bien pourquoi la lutte du peuple palestinien assume dans la région une tâche bien plus compliquée que toute autre lutte de libération nationale contre le colonialisme traditionnel.

Depuis le tout début des années 1970, la liquidation de la révolution palestinienne est à l’ordre du jour des forces impérialistes et de leurs affidés réactionnaires régionaux. Les guerres et les massacres se sont succédé depuis et les masses populaires y ont fait face avec les moyens et les capacités disponibles...bien que la révolution ait été tiraillée (elle l’est toujours aujourd’hui) entre deux pôles : l’un cherchant à tout prix les négociations et les concessions sans fin et l’autre s’attachant à la résistance par tous les moyens et particulièrement la lutte armée. D’innombrables batailles ont été livrées, certaines ont été perdues, d’autres ont été gagnées, mais dans l’ensemble et en dépit de toutes les pertes et en dépit de toutes les erreurs, les masses populaires ont pu consolider certaines réalisations dont personne ne peut aujourd’hui contester leurs portées stratégiques.

Le peuple palestinien est toujours là et la cause palestinienne est plus que jamais vivante : un cheminement historique dont les contours sont tracés par le sang des Révolutionnaires palestinien·e·s et la dynamique pérennisée par l’engagement prématuré de ces Fleurs et autres Lionceaux de la Palestine - lumière, toujours plus éclairante, flambeaux de la liberté, indomptables Héros résistants captifs dans les geôles sionistes...

Tous affirment ces jours-ci leur rejet des tristement célèbres accords d’Oslo. Peut-être serait-il utile de signaler que ces initiatives en vue de n’importe quelles négociations et au prix des concessions bien loin d’être négligeables, se sont multipliées à partir du “programme intermédiaire” dit “programme de dix points” aux alentours de 1974, lors de l’apogée de la lutte palestinienne ; puis avec l’acceptation des résolutions 242 et 338 lors de la cession du Conseil national de 1988 ; et finalement avec Oslo qui n’a servi ni à arrêter la colonisation et la confiscation de la terre palestinienne ni à empêcher les judaïsations toujours plus accélérées d’Al-Quds...

Pendant plus de 27 ans “ils” ont continué à nourrir les illusions quant à l’établissement d’un “Etat réellement souverain” sur moins de 22% de la Palestine au milieu d’un projet de colonisation active, une colonisation de peuplement ; les illusions de deux “Etats” l’un à côté de l’autre comme de vieux voisins qui se sont brouillés à propos d’un lopin de terre ; les illusions quant à la capacité de l’entité sioniste à exister simplement en temps de paix et à établir d’autres rapports avec la région (et pas seulement avec le peuple palestinien) qui ne traduiraient pas les intérêts de ce “prolongement organique de l’impérialisme”.

Depuis 1993, les masses populaires palestiniennes ont été contraintes de supporter d’horribles massacres, un siège génocidaire et la détention des enfants et des familles entières pour ne pas parler de la démolition des maisons et d’autres biens, parce qu’une strate des compradores a pu entrevoir ses intérêts fleurir dans le bout du tunnel fantasmé !!!

Certainement ce n’est pas une si mince affaire de sortir des marécages d’Oslo d’autant plus que les instruments de répression sont essentiellement liés aux mécanismes de la contre-révolution au service de l’occupant sioniste...

Le peuple palestinien et ses avant-gardes combattantes ont accumulé tout au long de leur parcours de lutte existentielle le nécessaire pour relever le défi et continuer la lutte jusqu’à la victoire. Les forces de la Résistance dans la région sont d’une telle puissance que l’on peut dire avec confiance et sans fanfaronnade : la victoire est plus que jamais à l’ordre du jour. Tout naturellement, les masses populaires ainsi que leurs avant-gardes combattantes en captivité peuvent compter sur votre solidarité active.

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de la Palestine et sa glorieuse Résistance !

La solidarité, toute la solidarité avec les résistants dans les geôles sionistes, et dans les cellules d’isolement au Maroc, en Turquie, en Grèce et aux Philippines et ailleurs de par le monde !

La solidarité, toute la solidarité avec les jeunes prolétaires des quartiers populaires !

Honneur aux Martyrs et aux masses populaires en lutte !

À bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et autres réactionnaires arabes !

Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et celles qui s’y opposent dans la diversité de leurs expressions !

Ensemble Camarades, et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons !

À vous tous Camarades et ami«e»s, mes plus chaleureuses salutations révolutionnaires.

Votre camarade Georges Abdallah

Lannemezan, le 27 juin 2020

APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH

APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH

Depuis l’arrestation de Georges Abdallah, nombreux ont été les collectifs et comités de soutien qui peu à peu se sont créés pour défendre avec acharnement notre camarade et exiger sa libération. Cet héritage fondateur de cette lutte, nous l’avons depuis toujours reconnu et clamé. En 2015 néanmoins, pour le cinquième anniversaire de la manifestation organisée à Lannemezan par ces militants de longue date, volonté a aussi été exprimée d’intensifier ce combat et de coordonner les forces existantes pour amplifier la mobilisation et parvenir à établir un véritable changement du rapport de force appelé par notre camarade lui-même. De-là, l’acte de naissance de la Campagne unitaire pour la libération de Georges Abdallah sur la base de la déclaration suivante, rédigée à l’époque :


« Nous, les participants à la réunion de soutien de Lannemezan ayant eu lieu après la manifestation du 24 octobre 2015 pour Georges Abdallah, appelons à l’intensification de la campagne de mobilisation pour la libération de notre camarade Georges Abdallah.


Nous nous reconnaissons dans l’identité politique de Georges Abdallah, combattant et résistant arabe, communiste libanais, symbole d’aujourd’hui du combat contre l’impérialisme, le sionisme, le capitalisme et les Etats réactionnaires arabes. Georges Abdallah est un prisonnier politique de l’Etat français depuis plus de trois décennies et ce sous les applaudissements des Etats-Unis et de l’entité sioniste. Son combat est le nôtre. Nous voulons une Palestine libre et victorieuse. Nous voulons la fin du colonialisme à travers le monde et sous toutes ses formes, la fin du capitalisme et de l’exploitation et nous soutenons la lutte des peuples contre toutes les oppressions. Nous nous reconnaissons dans le combat de Georges Abdallah contre la guerre d’invasion du Liban par les sionistes et pour la libération de la Palestine qu’il a mené avant d’être arrêté en 1984 par la police française. Nous nous reconnaissons dans son engagement révolutionnaire sans faille durant ses 3 décennies d’incarcération et sa farouche détermination combattante face à une justice de classe. Et nous serons à ses côtés le jour de sa libération pour continuer à lutter avec lui.


Nous sommes internationalistes et nous avons pleinement conscience que c’est l’Etat français qui maintient Georges Abdallah en prison. C’est cet Etat français et ses gouvernements successifs de droite et de gauche se disant républicain ou se disant socialiste qui met comme condition à la libération de ce militant intransigeant son reniement. Depuis plus de 30 ans, Georges Abdallah est debout face à ses geôliers et comme les milliers de prisonnières et prisonniers palestiniens, il ne cède rien. Il résiste et se bat pour la liberté.


La décision de non libération de Georges Abdallah est une décision politique et c’est pourquoi nous nous battons sur le terrain politique.


Nous appelons toutes les forces militantes, comités de soutien, associations, partis, syndicats à exprimer leur solidarité et à multiplier les initiatives pour faire connaître la cause de Georges Abdallah et pour que s’élève l’exigence de sa libération.


Nous appelons à une campagne nationale pour la libération de Georges Abdallah, menée dans le respect de ses engagements et de son parcours. Nous appelons également à la multiplication des initiatives internationales : Leila Khaled du FPLP le déclare si justement : « Georges Abdallah est un symbole pour les révolutionnaires à travers le monde ».


Nous appelons à ce que cette campagne soit menée sur deux axes principaux :

  • 1. soutien au peuple palestinien et à son combat pour la victoire ; solidarité avec la lutte des prisonnières et des prisonniers palestiniens et défense du droit au retour et à l’autodétermination des Palestiniens.
  • 2. soutien aux quartiers populaires et à leurs luttes d’émancipation ; solidarité avec les inculpés de la répression ; soutien aux révoltes contre les violences policières ; lutte contre le racisme d’Etat.


Nous appelons d’ores et déjà à des temps forts de mobilisation : rassemblements et manifestations à Lannemezan, Paris, Marseille, Toulouse, Lille, Bordeaux, Bruxelles, Beyrouth… A des meetings dans différentes villes de France, d’Europe ou du monde arabe. A l’implication des forces libanaises et palestiniennes qui mettent en avant la cause de Georges Abdallah (FPLP, PCL) ; à un appel à soutien des partis politiques et syndicats en accord avec la demande de libération de Georges Abdallah (PCF, NPA, CNT, FA, PIR…). A l’organisation d’événements lors de dates communes de mobilisation (journée de la terre, journée internationale des prisonniers politiques, 1er mai…). A la multiplication des efforts de sensibilisation et d’information auprès des médias à diffusion large (L’Humanité, Politis, Le monde diplo, radios et presses militantes).


Nous désignons dès à présent les cibles communes à interpeller : les autorités françaises et libanaises. Plusieurs interpellations ont eu lieu dans différentes villes de France (Valls, Taubira, F. Hollande) et il faut multiplier ces interpellations. Les Etats-Unis, partie civile dans le procès et toujours actifs pour bloquer la libération de Georges Abdallah, doivent également être interpellés et les autorités libanaises doivent se positionner fermement pour la libération de Georges Abdallah.


Une, deux, trois, mille initiatives pour la libération de Georges Abdallah !

Il est de nos luttes, nous sommes de son combat !

Palestine vivra, Palestine vaincra !

La victoire ou la victoire !

Lannemezan, le 24 octobre 2015 »



Cette ligne de défense de notre camarade sur cette base politique est aujourd’hui toujours la nôtre : Georges Abdallah, au quotidien, est de nos luttes et pas un acte militant n’est mené sans que nous réaffirmions que nous sommes de son combat. Depuis cinq ans, cette bataille sur le terrain politique, effectivement conduite dans le respect des engagements de notre camarade et de son parcours, est menée partout et par nous tous, selon les axes cités dans la déclaration de 2015 mais aussi plus largement au sein de toutes les luttes sociales et politiques, à travers des manifestations, des rassemblements, des meetings, des repas solidaires, des appels à signatures, des courriers adressés aux autorités françaises et libanaises et des semaines d’actions coordonnées entre toutes les forces engagées dans ce combat pour la libération de Georges Abdallah. Cet engagement à Paris, dans les régions, sur le plan national et désormais aussi largement sur le plan international - du fait de l’investissement de tous les soutiens à Georges Abdallah, dans la diversité de nos expressions - accroit chaque jour un peu plus la pression exercée ; et les multiples réactions - lues dans la presse, perceptibles aussi à travers les réponses des Gardes des sceaux et des ministres de l’Intérieur qui se sont succédé aux courriers d’élus ou encore traduites par les visites exceptionnelles menées auprès de notre camarade par des représentants politiques et religieux haut placés ou par la réponse lancée par le Président français, lors de sa visite à Beyrouth, aux militants libanais réclamant la libération de Georges Abdallah - toutes ces réactions sont autant de signes à saisir de la justesse de la lutte menée et qu’il nous faut poursuivre sur la même dynamique et énergie en cherchant à interpeller encore plus directement les représentants de l’Etat français quand cela est possible ou encore en se mobilisant tous ensemble pour frapper d’une seule main.

Une, deux, trois, mille initiatives pour la libération de Georges Abdallah !

Il est de nos luttes, nous sommes de son combat !

Palestine vivra, Palestine vaincra !

La victoire ou la victoire !

Paris, le 19 septembre 2020

Campagne.unitaire.gabdallah@gmail.com

https://www.facebook.com/detouteurgence

Premiers signataires : Campagne unitaire pour la libération de Georges Abdallah - Campagne internationale pour la libération de Georges Abdallah - Samidoun Palestinien Prisoner Solidarity Network - Campagne internationale pour la libération d’Ahmad Sa ‘âdat et ses camarades - CLGIA - Le CRI Rouge pour la défense des prisonniers révolutionnaires - Jeunes révolutionnaires - CAPJPO-EuroPalestine - Comité d’action et de soutien aux luttes du peuple Marocain - PIR - ANC - UJFP - Collectif Palestine Vaincra - Secours Rouge International - Comité tunisien pour la libération de Georges Abdallah FUIQP - La Plate-forme Charleroi-Palestine - Appel belge pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah - International Prisonners'News - Rete dei Comunisti (Italie) - Association de palestiniens en Ile de France - AFPS34 - AFPS 63 - Couserans-Palestine - Action Antifasciste 79 - ISM-France - Collectif Investig’Action - Compagnie Jolie Môme - Unité Communiste - Comité de défense des Internés des Camps du Sud (Algérie) - Association Car t’y es libre – Comité syndical 09 (Ariège) de solidaires – PRCF – ARENE - L'orchestre Poétique d'Avant-guerre (O.P.A.) – Autonomie De Classe (A2C) -Collectif Contre Les Abus Policiers (C.L.A.P33) - Collectif "Bassin minier" pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah – NPA-

C

aux militants libanais réclamant la libération de Georges Abdallah - toutes ces réactions sont autant de signes à saisir de la justesse de la lutte menée et qu’il nous faut poursuivre sur la même dynamique et énergie en cherchant à interpeller encore plus directement les représentants de l’Etat français quand cela est possible ou encore en se mobilisant tous ensemble pour frapper d’une seule main.


Cette ligne de conduite, Georges Abdallah ne cesse de nous en donner les clés quand à plusieurs reprises, dans ses déclarations, il met en exergue la force de cette solidarité unitaire et coordonnée. Ainsi, rappelons simplement là encore quelques-uns de ses messages où il nous encourage à poursuivre dans ce sens :


« Encourageons, toujours plus camarades, les divers processus de convergence des luttes aussi bien au niveau local qu’au niveau régional et à plus forte raison au niveau international » (Georges Abdallah - déclaration du 20 octobre 2018)


« Ce changement du rapport de force passe avant tout par l’inscription de cette démarche solidaire dans la dynamique globale de la lutte en cours en assumant toujours plus le terrain de la lutte anticapitaliste et antiimpérialiste » car « il ne s’agit pas de faire comme si nous ne savons pas que la dite justice est toujours une justice de classe au service d’une politique de classe inscrite dans la dynamique globale d’une guerre de classe à l’échelle nationale et internationale » (Georges Abdallah - déclaration du 23 juin 2018).


C’est en ce sens et toujours fidèles à cette ligne et aux principes d’action politiques rappelés ici que nous appelons aujourd’hui à, non plus une semaine internationale d’actions mais à un mois complet d’actions pour que nous tous, les soutiens à notre camarade, nous ne laissions pas un espace politique libre sur le plan local, régional, national et international sans que soit mise à l’ordre du jour l’exigence de la libération de notre camarade Georges Abdallah.


A Albertville, Amiens, Annecy, Aubagne, Aubervilliers, Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Gennevilliers, Grenay, Grenoble, Lannemezan, Lille, Lyon, Marseille, Montauban, Montpellier, Morlaix, Nanterre, Nîmes, Paris, Pau, Saint-Denis, Saint-Etienne, Tarbes, Thionville, Toulouse, Troyes ; dans les Alpes-Maritimes, en Corse, dans le Finistère, le Gers, en Gironde, en Haute-Marne, dans les Hautes-Pyrénées, l’Hérault, l’Ile de France, le Lot-et-Garonne, dans le Nord et le Pas de Calais, au Pays de Cornouaille, en Poitou-Charentes, au Puy-de-Dôme, en région Rhône-Alpes, en Seine-Maritime et dans le Tarn-et-Garonne. ; en Algérie, en Allemagne, en Angleterre, en Argentine, en Belgique, au Brésil, au Canada, en Espagne, en Grèce, en Inde, en Italie, au Kurdistan, au Liban, au Luxembourg, au Maroc, en Palestine occupée, au Pérou, en Pologne, en Roumanie, en Tunisie, en Turquie - partout en France et dans le monde où le combat de Georges Abdallah est relayé et l’exigence de sa libération portée, partout où nous sommes tous - soutiens solidaires actifs à notre camarade - , multiplions les actions de mobilisation et intensifions la pression sur les représentants et les lieux du pouvoir de l’Etat français pour qu’enfin soit signé par le ministre de l’Intérieur actuel l’avis d’expulsion conditionnant la libération de notre camarade et que soit gagné ce combat de mise à mort de cette perpétuité réelle inique.


Nous tous, - anarchistes, autonomes, antifascistes, anti-impérialistes, antisionistes, communistes, démocrates, écologistes, internationalistes, libertaires, marxistes-léninistes, marxistes-léninistes-maoïstes, républicains insoumis, révolutionnaires, trotskystes ; engagés dans des partis, syndicats, fronts, campagnes, associations, collectifs, comités, mouvements et réseaux multiples ; engagés aux côtés de notre camarade dans les luttes politiques pour la Palestine, en soutien à l’Intifada et contre la Normalisation ; pour la défense des luttes des peuples et de leurs résistances ; pour la défense des prisonniers politiques et des prisonniers révolutionnaires ; contre l’enfermement carcéral ; contre les violences policières ; pour la défense des immigrations et des quartiers populaires ; contre le racisme ; pour la défense des travailleurs, de leurs acquis et de leurs droits ; pour celle des gilets jaunes ; pour le combat de l’émancipation des femmes ; contre la torture et la peine de mort - mobilisons-nous une fois de plus, tous ensemble là où nous sommes, dans cette diversité qu’est la nôtre, du 22 septembre 2020 au 24 octobre 2020 pour qu’à cette date, la dixième manifestation à Lannemezan soit la dernière et que nous puissions enfin concrétiser ce désir profond que nous portons tous en nous depuis ces si nombreuses années : « nous serons à ses côtés le jour de sa libération pour continuer à lutter avec lui ! ».

01 / 09
Publication des traductions de la déclaration de la Campagne unitaire « Il faut qu’il signe ! Faisons plier l’Etat français ! » en anglais, arabe, espagnol, italien, turc. Publication de ces textes dans une centaine de sites et de pages des réseaux sociaux Faire connaître Georges Abdallah à l’international

02 / 09 Paris -Place de la Concorde
Participation de la Campagne unitaire au rassemblement mensuel pour la libération de Mumia Abu Jamal, de Léonard Peltier et de tous les prisonniers politiques
Georges Abdallah et les prisonniers politiques

05 / 09 Paris – Châtelet-les-Halles
Participation au rassemblement contre le blocus de Gaza et en soutien avec la résistance du peuple palestinien Georges Abdallah et la cause palestinienne





0

SEPTEMBRE - PREMIÈRE SEMAINE

PHOTOS

SOMMAIRE

01-06 Septembre 2020

BILAN DU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS INITIE PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE
GEORGES ABDALLAH

01-06 Septembre 2020

retour



11 / 09 Paris – Quai d’Orsay
Participation de la Campagne Unitaire au rassemblement
devant l’ambassade des Emirats-Unis pour dénoncer la normalisation de cet état avec l’Etat français
Georges Abdallah et la cause palestinienne

12 / 09 Paris 12ème
Repas solidaire de tous les soutiens, amis et sympathisants à Georges Abdallah pour préparer le mois international d’actions.
Déclarations de Georges Abdallah et de la Campagne Unitaire pour l’occasion Repas solidaire / Textes de la Campagne Unitaire




SEPTEMBRE - DEUXIÈME semaine

PHOTOS

07-13 Septembre 2020

BILAN DU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS INITIE PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE
GEORGES ABDALLAH

SOMMAIRE

NATIONAL

8/9

Paris

Publication par l’OCML-VP de la déclaration de la Campagne Unitaire : « Il faut qu’il signe ! Faisons plier l’Etat français »

Soutiens des organisations politiques



07- 13 Septembre 2020

retour



19 / 09
Déclaration de la Campagne Unitaire appelant à un mois international d’actions : plus de 50 signatures recueillies et agenda d’actions programmées sur Paris et sa région Appels de la Campagne Unitaire et soutiens

19 / 09 Paris – Châtelet-les-Halles – Bastille – Place de la République
Participation au rassemblement et à la déambulation dans les rues de Paris, à pied et en vélo contre la présence d’une équipe sioniste dans le Tour de France : « Ils roulent pour le Tour de France ! Nous pédalons pour la libération de la Palestine ! » Georges Abdallah et la cause palestinienne

20 / 09 Paris – Denfert-Rochereau
Participation de la Campagne Unitaire à l’action du déploiement d’un immense drapeau palestinien sur le parcours pour dénoncer la présence d’une équipe sioniste au Tour de France et pour exprimer sa solidarité avec la lutte du peuple Palestinien Georges Abdallah et la cause palestinienne






0

SEPTEMBRE - TROISIÈME semaine

#d3444a

PHOTOS

SOMMAIRE

14-20 Septembre 2020

BILAN DU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS INITIE PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE
GEORGES ABDALLAH

NATIONAL

16 /9

Lille

Campagne d’information des étudiants communistes de Lille pour la libération de Georges Abdallah à l’Université de Lille : « ensemble, libérons Georges Abdallah ! »

19/9

Paris

« Ils roulent pour le Tour de France / Nous pédalons pour la Palestine ! » : participation à la déambulation en vélo pour la Palestine dans les rues de Paris (initiative organisée par de nombreuses organisations de soutien à la Palestine) en parallèle à l’arrivée du tour de France dans la région parisienne, pour dénoncer la participation de l’entité sioniste à cet événement sportif.



INTERNATIONAL

14/9

Publication en soutien de Samidoun : « Paris Solidarity evening gathers supporters of freedom for Georges Abdallah »

Faire connaître GA à l’international

14 - 20 Septembre 2020

retour


21-24 / 09
Traduction de l’Appel international d’actions en anglais, espagnol, arabe
Faire connaître Georges Abdallah à l’international

26 / 09 Nanterre ville
Tenue d’une table et prise de parole lors de la soirée des solidarités internationales organisée par l’ARENE, l’AFPS de Nanterre et d’autres associations de quartiers Georges Abdallah et la solidarité internationale



SEPTEMBRE - semaine 38

SEPTEMBRE - quatrième semaine

PHOTOS

21-27 Septembre 2020

BILAN DU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS INITIE PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE
GEORGES ABDALLAH

SOMMAIRE




INTERNATIONAL

25 / 9

Traduction et publication de l’appel au mois international d’actions sur le site samidoun.net

Faire connaître GA à l’international

25 / 9

Belgique (Charleroi)

Appel au mois international d’actions relayé par les camarades de « Charleroi-Pour la Palestine »

24/9

Italie

Traduction et publication de l’appel au mois international d’actions par les camarades de Rete dei Comunisti

Faire connaître GA à l’international

21/9

Irlande

Anti Imperialist Action Ireland exige la libération de Georges Abdallah

retour

21 - 27 Septembre
2020



01 / 10 Paris – Université de Jussieu
Collages d’affiches puis distribution de tracts ; et présence à la conférence de Pierre Stambul sur la Palestine. Georges Abdallah, la Palestine dans nos facs.

01 / 10 Paris – Luxembourg
Distribution de tracts au cinéma Les 3 Luxembourg lors de la projection du film « Un pays qui se tient sage » contre les violences policières
Georges Abdallah, la repression et les violences policières.

02 / 10 Paris - Ménilmontant
Premier rassemblement à Ménilmontant avec plus de 60 personnes présentes pour exiger la libération de Georges Abdallah, à l’appel de la Campagne Unitaire. Accueil très chaleureux des habitants de ce quartier populaire. Georges Abdallah et les quartiers populaires

SEPTEMBRE - CINQUIÈME semaine

PHOTOS

28 Sept - 04 Oct 2020

BILAN DU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS INITIE PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE
GEORGES ABDALLAH

SOMMAIRE

NATIONAL

3 / 10

Bordeaux

Exigence de la libération de Georges Abdallah rappelée à l’Université populaire de Bordeaux

30 / 9

Soutien à l’un de nos camarades qui passe en procès au tribunal de grande instance pour son implication dans les manifestations contre la COP21


INTERNATIONAL

3 / 10

Belgique

Dans le cadre du mois international d’actions, soutien du « groupe ici et maintenant » de la Fédération Anarchistes à Georges Abdallah et appel à intensifier la mobilisation

retour

28 Sept-04 OCT
2020




05 / 10 Saint-Denis – Université Paris VIII
Collage d’affiches et tracts distribués pour sensibiliser les étudiants aux combats de Georges Abdallah et mobiliser pour la manifestation de Lannemezan. Georges Abdallah dans nos facs
06 / 10 Nanterre – Université Paris X
Collage d’affiches et tracts distribués pour sensibiliser les étudiants aux combats de Georges Abdallah et mobiliser pour la manifestation de Lannemezan. Georges Abdallah dans nos facs

07 / 10 Paris -Place de la Concorde
Participation de la Campagne unitaire au rassemblement mensuel pour la libération de Mumia Abu Jamal, de Léonard Peltier et de tous les prisonniers politiques. Georges Abdallah et les prisonniers politiques
09 / 10 Paris - Ménilmontant
Deuxième rassemblement à Ménilmontant pour exiger la libération de Georges Abdallah, à l’appel de la Campagne Unitaire Georges Abdallah et les quartiers populaires
10 / 10 Participation de la Campagne Unitaire au meeting organisé par l’ANC à Saint-Denis contre l’impérialisme et pour le retrait des soldats français d’Afrique. Georges Abdallah, l’anti-impérialisme et l’anti-colonialisme





0

SEPTEMBRE - sixième semaine

PHOTOS

SOMMAIRE

05 - 11 Octobre 2020

BILAN DU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS INITIE PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE
GEORGES ABDALLAH

NATIONAL

11 / 10

Poitou

Déploiement d’une banderole par les Antifa 79 pour la libération de Georges Abdallah lors d’une manifestation

ville

10 /10

Appel du FUIQP Paris-Banlieue pour participer massivement à la manifestation de Lannemezan

Soutiens des organisations politiques

8 / 10

Lyon

Action des Jeunes Révolutionnaires sur les marchés pour évoquer avec les habitants des quartiers populaires la situation de Georges Abdallah et la cause Palestine

ville

8 /10

Paris 20ème et banlieue, à Malakoff

Collages des camarades de Rete dei Comunisti des affiches de la Campagne unitaire, pour le bus et la manifestation de Lannemezan

Soutiens des organisations politiques




INTERNATIONAL

11 /10

Palestine occupée (Ramallah)

Rassemblement en solidarité avec Georges Abdallah et Maher Al Akhras en grève de la faim depuis le 7 juillet 2020, à l’appel de Samidoun

8 / 10

Conférence en ligne, dans le cadre de la semaine internationale de lutte contre l’impérialisme, où est évoqué le combat de Georges Abdallah par son frère Robert Abdallah ainsi que celui de Julien Assange

8 / 10

Belgique (Charleroi)

Appel, dans le cadre du mois international d’actions, de camarades antifascistes de Charleroi pour la libération de Georges Abdallah

7 / 10

Suisse (Genève)

Déploiement de banderoles sur l’autoroute A40 – axe principal entre la France et Genève – pour exiger, dans le cadre du mois international d’actions, la libération de Georges Abdallah

05 - 11
OCTOBRE
2020

retour



14 /10 Paris
CICP Meeting international organisé par de la Campagne Unitaire pour la libération de Georges Abdallah Georges Abdallah et la solidarité internationale .

16 / 10 Paris - Ménilmontant
Troisième rassemblement à Ménilmontant pour exiger la libération de Georges Abdallah, à l’appel de la Campagne Unitaire Georges Abdallah et les quartiers populaires .

17/ 10 Paris
Participation de la Campagne Unitaire pour la libération de Georges Abdallah à la marche des solidarités. Georges Abdallah, les quartiers populaires et les immigrations.

-17 octobre 2020 : participation au rassemblement au pont Saint-Michel en hommage aux victimes du 17 octobre 1961.

18 / 10 Paris
Place de la République Participation de la Campagne Unitaire pour la libération de Georges Abdallah au rassemblement organisé pour commémorer le premier anniversaire des révoltes populaires au Chili et pour exiger la libération de tous les prisonniers politiques Georges Abdallah et les prisonniers politiques.






octobre - septième semaine

PHOTOS

SOMMAIRE

12 - 18 Octobre 2020

BILAN DU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS INITIE PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE
GEORGES ABDALLAH

NATIONAL

18 /10

Martigues

Soirée anti-impérialiste, anti-coloniale au Rallumeur d’étoiles avec le soutien de René Naba et du député Pierre Dharréville à Georges Abdallah et en hommage aux victimes du 17 octobre 61.

14 / 10

Publication d’un article dans le journal de Lutte Ouvrière pour la libération de Georges Abdallah appelant à rejoindre la Campagne Unitaire pour la libération de Georges Abdallah et à manifester à Lannemezan

Soutiens des organisations politiques

13 / 10

Grenoble

Déploiement d’une banderole « Libérons Georges Abdallah » par des militants du FUIQP

12 /10

Lille

Appel et campagne d’information des étudiants communistes de Lille pour la libération de Georges Abdallah à l’Université de Lille



INTERNATIONAL

17 / 10

Liban (Beyrouth)

Déploiement, par le mouvement de la jeunesse, de banderoles et drapeaux dans la manifestation pour le changement de la situation au Liban

12 - 18 OCTobre
2020

retour




- 23 octobre 2020 :
Départ de deux cars de Paris pour Lannemezan (retour à Paris le dimanche 25 octobre au matin)

- 24 octobre 2020 :
10ème manifestation à Lannemezan

octobre - huitième semaine

PHOTOS

19 - 25 Octobre 2020

SOMMAIRE

BILAN DU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS INITIE PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE
GEORGES ABDALLAH

NATIONAL

23 / 10

Article publié dans le journal du NPA, L’Anticapitaliste, à l’occasion de la manifestation de Lannemezan et de l’entrée de Georges Abdallah dans sa 37ème année de détention

Soutiens des organisations politiques

22 / 10

Saint-Etienne

Déploiement d’une banderole « Liberté pour Georges Abdallah » devant le palais de justice par les camarades des Jeunes Révolutionnaires


19 /10

Appel de l’AFPS (bureau national et section Paris sud) et de BDS à se rendre massivement à la manifestation de Lannemezan

Soutiens des organisations politiques




INTERNATIONAL

24 / 10

Liban (Beyrouth)

Manifestation devant l’ambassade de France à l’appel de la Campagne nationale pour la libération de Georges Abdallah et du Parti Communiste du Liban


23 / 10

Argentine

Traduction de l’Appel au mois international d’actions et publication sur le site Red International por la libertad de los presos politicos

24 /10

Tunisie (Tunis)

Rassemblement devant l’ambassade de France à Tunis, à l’appel du Comité de solidarité tunisien pour la libération de Georges Abdallah

24 / 10

Belgique (Bruxelles)

Action « FREE GEORGES ABDALLAH » à l’aéroport de Bruxelles devant le stand d’Air France, à l’appel du Secours Rouge International

24 / 10

Palestine occupée (Ramallah)

Rassemblement en solidarité avec Georges Abdallah, Khalid Ajarar et Maher Al Akhras, à l’appel du FPLP

24 / 10

Italie (Rome)

Déploiement d’une banderole devant le Colisée pour la libération de Georges Abdallah à l’appel de Rete dei Comunisti

23 / 10

Grèce (Athènes)

Affichage en solidarité avec les actions du mois international et avec la manifestation de Lannemezan dans un quartier populaire internationaliste et antifasciste

23 / 10

Liban (Beyrouth)

Rassemblement à l’appel de l’Union des jeunes démocratiques du Liban pour dénoncer la prise d’otage de Georges Abdallah par l’Etat français

21 / 10

Publication dans l’organe Orient XXI d’un article intitulé : « Georges Abdallah otage à perpétuité »


20 / 10

Suède (Göteborg)

Conférence organisée par Samidoun en solidarité avec Georges Abdallah

19 - 25
OCTobre
2020

retour





PHOTOS

SOMMAIRE

24 Octobre 2020

BILAN DU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS INITIE PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE
GEORGES ABDALLAH

DIXIèME MANIFESTATION à Lannemezan

Déclaration
de
Georges Abdallah

Déclaration
unitaire

Remerciements

Mobilisation internationale pour la libération de
Georges Abdallah

Remerciements


Un très grand MERCI à tous les camarades, amis et sympathisants de la Campagne Unitaire pour la libération de Georges Abdallah qui, malgré les risques liés à la situation sanitaires, au couvre-feu et aux 1600 km à faire en un seul week-end de nuit, ont contribué fortement par leur inscription aux 2 cars provenant de Paris ou par leur déplacement propre, à la réussite de cette 10ème manifestation de Lannemezan.


MERCI aux camarades d'avoir contribué à la rédaction de la déclaration unitaire, à la réalisation de la banderole de tête, à la proposition de mots d'ordre unitaires scandés avec force et énergie durant tout le cortège, au gonflage des 200 ballons aux couleurs de la Palestine lâchés symboliquement après la déclaration de notre camarade, Georges Abdallah.

MERCI à vous tous d'avoir contribué si fortement à la réussite de cette manifestation et à son rayonnement en ayant participé si activement à la mobilisation durant le mois international d'actions appelé par la Campagne Unitaire du 22 septembre au 24 octobre.


Ce n'est que par la lutte que l'on obtient raison !

Loin des grands discours et des effets de com’, seule la pratique militante est déterminante !

Ce n'est qu'un début !

Continuons le combat !

Libérons Georges Abdallah !





LA VICTOIRE OU LA VICTOIRE !

LIBERTÉ POUR GEORGES ABDALLAH !


Chers camarades et amis,

précisons que ce texte sera lu en pensant tout particulièrement à trois de nos camarades qui nous ont quitté et qui ont toujours été des soutiens déterminés et très actifs dans le soutien à notre camarade Georges Abdallah ; il s’agit de : Catherine GRUPPER, Gilbert HANNA et le camarade PIERROT, fondateur du Parti communiste maoïste (France).


nous voici, pour la dixième année consécutive, devant ce centre pénitentiaire de Lannemezan. Dix ans déjà durant lesquels nous avons, ici comme ailleurs, dénoncé la détention de notre camarade Georges Abdallah, exigé l’impérieuse nécessité de sa libération et réaffirmé notre soutien inconditionnel au grand résistant qu’il est et aux combats qu’il n’a eu de cesse de porter durant toute sa vie.


Dix ans déjà mais aussi 36 ans de prison et toute une vie de combat de cette conscience indéfectible que Georges Abdallah exprime à chacune de ses déclarations - et que nous faisons nôtre - qu’un autre monde est non seulement possible mais nécessaire.

Car nous le savons bien, à l’écoute ou à la lecture attentives de chacune de ses déclarations - comme cela vient d’être fait à l’instant-, lutter pour Georges Abdallah et avec Georges Abdallah, c’est, dans cette guerre de classe contre classe :


lutter contre le système capitaliste, impérialiste, colonialiste et néocolonialiste, synonyme d’occupation, d’exploitation et de domination, qui n’est plus - comme le dit notre camarade lui-même - que « barbarie », « destruction de l’Humain » et « gaspillage des ressources ».


C’est lutter pour demander des comptes à ceux qui se croyaient et se croient intouchables.

C’est lutter aux côtés des masses et quartiers populaires qui dénoncent avec vigueur et détermination les injustices, les violences policières et la répression, la corruption, l’incurie des autorités et qui se battent sans relâche, parfois dans des soulèvements quasi-insurrectionnels, pour leurs acquis et leurs droits.

C’est lutter contre toutes les formes répressives qui sous-couvert de régimes d’exception, de pleins pouvoirs votés dans l’union sacrée, d’états d’urgence, de lois anti-terroristes, de lois contre un soi-disant séparatisme, de couvre-feu, brident à coup de 49-3 et d’ordonnances permanentes, nos libertés fondamentales et laissent carte blanche aux forces répressives policières et judiciaires.

Lutter pour Georges Abdallah et avec Georges Abdallah, nous le savons bien également, c’est aussi opposer à toutes formes de nationalisme réactionnaire et à ses relents nauséabonds - particulièrement sensibles ces jours derniers-, un internationalisme sans faille.

C’est être aux côtés des peuples partout dans le monde et soutenir, dans une pleine et entière solidarité, leurs combats et leurs résistances.

C’est lutter aux côtés de la résistance palestinienne, pour la réalisation de tous les droits du peuple palestinien, y compris le droit au retour de tous les "réfugiés", en soutien à l’Intifada, à la jeunesse plalestinienne, aux héros résistants captifs des geôles sionistes ; c’est soutenir la révolution palestinienne et lutter contre la Normalisation et toutes les formes de liquidation. C’est clairement se positionner contre toutes formes de tergiversations, de compromissions, de négociations et d’illusions sans fin qui ne visent qu'à liquider le mouvement de libération national palestinien pour le réduire à une simple question humanitaire. C'est soutenir la résistance par tous les moyens au profit des intérêts du peuple palestinien et des peuples de la région.


Par cette ligne rouge qu’il trace à chacune de ses déclarations et que l’on doit impérativement garder comme marqueur de ce qui est progressiste et révolutionnaire et de ce qui ne l’est pas, Georges Abdallah est bien notre camarade ! Par cette revendication pleinement assumée que s’il est bien un droit juste et légitime aujourd’hui c’est bien celui de se révolter, Georges Abdallah est bien notre camarade !

Georges Abdallah, tes combats sont les nôtres et s’il en est bien un que nous sommes de plus en plus nombreux à revendiquer partout en France et dans le monde, c’est bien celui de l’exigence de ta libération. Mille initiatives solidaires fleurissent partout pour clamer cette exigence et pour que soit rappelée au plus haut sommet de l’Etat cette impérieuse nécessité adressée au ministre de l’intérieur du « il faut qu’il signe ».

Forts de ta conscience, nous savons bien que c’est toujours, et en particulier dans ton cas, au niveau des instances politiques que tout se décide - loin d’un jeu judiciaire pipé, avant tout au service de la classe des dominants. Forts de ta clairvoyance, nous savons bien que la décision de ta non libération est une décision politique et c’est bien pourquoi nous nous battons sur le terrain politique.

Ce cheminement vers la libération et la liberté est long, plein d’embûches et de contradictions mais là encore s’il est une affirmation de notre camarade Georges Abdallah que nous faisons nôtre, c’est bien celle de l’impérieuse nécessité de la lutte et de la résistance, dans la diversité de nos expressions et la convergence de nos engagements pour que soit enfin traduite en acte la libération de notre camarade et parce que « c’est ensemble et seulement ensemble que nous vaincrons » pour « la victoire ou la victoire ! ».

ABDALLAH, ABDALLAH, TES CAMARADES SONT LÀ !

IL EST DE NOS LUTTES, NOUS SOMMES DE SON COMBAT !

LIBEREZ GEORGES ABDALLAH l

Lannemezan, le 24 octobre 2020

Texte proposé par la Campagne unitaire pour la libération de Georges Abdallah


Signatures : Campagne unitaire pour la libération de Georges Abdallah et les 13 organisations qui la composent - C.L.G.I.A. – Collectif Palestine vaincra – Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network (réseau de solidarité aux prisonniers palestiniens) – Collectif de soutien à la résistance palestinienne, Lille – Solidarité Georges Abdallah, Lille – Comité « Libérez-les ! » (59-62) – Collectif 65 pour la libération de Georges Abdallah – Comité poitevin Palestine – Association Nationale des Communistes (ANC) – Parti des indigènes de la République (PIR) - Plate-forme Charleroi Palestine – Appel belge pour la libération de Georges Abdallah – Association Couserans-Palestine – FUIQP – Rete dei Comunisti (Italie) – Union syndicale Solidaires – Collectif Ni guerres ni état de guerre – Femmes pluriel – AFPS Albertville – Centre brésilien de solidarité avec les peuples ( CEBRASPO )- Comité tunisien de solidarité pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah – OCML-VP - Union Prolétarienne marxiste léniniste- Parti communiste du Liban (PCL) – AFPS 82 – Solidaires 09


Déclaration de Georges Abdallah pour la 10ème manifestation à Lannemezan et au premier jour de sa 37ème année de détention.



Cher·e·s Camarades, cher·e·s Ami·e·s,


À l’aube de cette 37e année de captivité, vous voici rassemblé·e·s de nouveau à quelques mètres de ces abominables murs ! Quelle émotion et quel enthousiasme à vous savoir si près, par ce temps de pandémie, de confinement et de couvre-feu ! Cette mobilisation solidaire dans la diversité de votre engagement, m’apporte aujourd’hui beaucoup de force et me fait chaud au cœur. En effet, loin de passer inaperçue, cette présence solidaire ne laisse personne ici indifférent ; elle suscite derrière ces murs une ambiance toute particulière d’éveil, d’enthousiasme et d’humanité. L’écho de vos slogans passe outre ces barbelés et autres miradors, il résonne dans nos têtes et nous transporte loin de ces sinistres lieux.


Camarades, après tant d’années de captivité, et autant d’années de mobilisation solidaire, nous voici toujours ensemble, résolument debout, avec une détermination à toute épreuve, face à cette 37e année qui s’annonce déjà pleine de luttes et d’espoirs.


Certainement vous n’êtes pas sans savoir Camarades, que c’est aussi grâce à ces diverses initiatives solidaires que l’on peut tenir debout dans ces sinistres lieux. Des années, de très longues années de captivité me confortent dans la conviction que face à la politique d’anéantissement dont font l’objet les protagonistes révolutionnaires incarcérés, c’est toujours dans la mobilisation solidaire assumée sur le terrain de la lutte anticapitaliste/anti-impérialiste que l’on peut apporter le soutien le plus significatif à nos camarades embastillés, et fortifier ainsi leur résistance.


Camarades, par ces temps de crise, force est de constater que les tenants du pouvoir du capital cherchent par tous les moyens à détourner l’attention des masses populaires des véritables questions posées par la crise générale qui ébranle les piliers du système. Dans cette période de pandémie rien ne doit faire oublier que l’on mène le combat contre le Covid 19 dans le cadre du capitalisme, sous le règne de la bourgeoisie, de la valeur et du profit. Nous savons tous Camarades que ce combat ne suspend pas la lutte de classes, il tente de la dissimuler avec des mots de circonstance…


Il faut comprendre que ceux et celles qui critiquent la gestion de cette « crise sanitaire «, sans combattre la domination de classe qui l’inspire, en obscurcissent la compréhension. Il faut dire que les propagandistes du système font toujours le nécessaire pour dévoyer la colère des masses populaires surtout dans les périodes de crises. Les travailleurs, même les moins politisés, connaissent à quel point le système hospitalier paye aujourd’hui ici en France et encore beaucoup plus ailleurs peut-être, la mainmise de la finance sur les hôpitaux.

Camarades, comme vous voyez, la crise du système s’est propagée un peu partout bien avant la pandémie et s’aggravera encore plus pendant et après. Pas besoin d’être expert pour constater qu’ils font tout pour faire supporter aux masses populaires le poids de cette crise, jetant dans la misère des millions d’hommes et de femmes.


D’un pays à l’autre, les mesures préconisées au service du capital sont presque toujours identiques : faire supporter aux travailleurs les frais d’entretien de leur système d’exploitation moribond. Force est de constater Camarades, que ces mesures ne font qu’amplifier l’étendue des sinistres et accentuer encore plus la dynamique de la crise.


Camarades, pour aller de l’avant dans la construction de l’alternative révolutionnaire appropriée, la convergence des luttes est plus qu’indispensable. Le bloc historique des travailleurs se construit et se structure dans la dynamique globale de la lutte dans toutes ses composantes. Ce n’est qu’ensemble, et ensemble seulement que les prolétaires et les diverses composantes des masses populaires de ce pays peuvent endiguer et conjurer la montée en puissance de tous les processus de fascisation en cours. Encourageons, toujours plus Camarades les divers processus de convergence des luttes aussi bien au niveau local qu’au niveau régional et à plus forte raison au niveau international.


Comme vous voyez Camarades, la bourgeoisie arabe, dans sa plus grande majorité, affiche dorénavant sans fard son alignement dans le camp de l’ennemi. Ce qui ne manque pas d’un côté de peser sur la lutte des masses populaires palestiniennes et de l’autre côté d’affirmer la place particulière de la cause palestinienne en tant qu’un des principaux leviers de la révolution arabe. La Résistance palestinienne a et aura à affronter le bloc réactionnaire arabo-sioniste dirigé par les puissances impérialistes.


La Palestine au quotidien nous donne à nous tous des leçons d’abnégation et de courage d’une exceptionnelle portée. Plus que jamais les masses populaires palestiniennes, en dépit de toutes les traitrises de la bourgeoisie, assument le rôle de véritable garant de la défense des intérêts du peuple. Face à l’occupation et à la barbarie de l’occupant, la première réponse légitime que l’on doit afficher avant tout autre chose est la solidarité, toute la solidarité, avec ceux et celles qui par leur sang font face à la soldatesque de l’occupation.


Les conditions de détention dans les geôles sionistes ne cessent de s’empirer de jour en jour, et comme vous le savez Camarades, pour y faire face, la solidarité internationale s’avère une arme indispensable. Tout naturellement les masses populaires palestiniennes et leurs avant-gardes révolutionnaires peuvent toujours compter sur votre mobilisation et votre solidarité active.

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de la Palestine et de sa prometteuse Résistance !

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur des Fleurs et des Lionceaux palestiniens !

La solidarité, toute la solidarité avec les résistants dans les geôles sionistes et dans les cellules d’isolement au Maroc, en Turquie, en Grèce, aux Philippines et ailleurs de par le monde !

La solidarité, toute la solidarité avec les jeunes prolétaires des quartiers populaires !

La solidarité, toute la solidarité avec les prolétaires en lutte !

La solidarité, toute la solidarité avec les masses populaires yéménites !

Honneur aux Martyrs et aux masses populaires en lutte !

A bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et autres réactionnaires arabes !

Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et toutes celles qui s’y opposent dans la diversité de leurs expressions !

Ensemble Camarades et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons !



À vous tous Camarades et Ami·e·s mes salutations révolutionnaires.


Lannemezan, 24 octobre 2020

Dixième
manifestation

retour



SOMMAIRE

Mobilisation internationale pour la libération de
Georges Abdallah