Want to make creations as awesome as this one?

No description

More creations to inspire you

Transcript

Pour acheter ce livre vous pouvez vous rendre ou commandezauprès de votre libraire de proximité et en particulier auprès denos libraires partenairesà FrontignanLa Plume Bleue11 Avenue des Vignerons04 67 80 14 01Prose café8 Place de la Vieille Poste04 67 25 62 11https://www.prose-cafe.com/à MontpellierLibrairie La Cavale24 Rue de la Cavalerie04 67 45 26 85https://librairielacavale.coop/à SèteNouvelle Librairie Sétoise7 Rue Alsace Lorraine,04 67 74 43 21www.nouvellelibrairiesetoise.frà ToulouseLibrairie Série B16 rue Sainte-Ursule05 62 27 03 34http://www.librairieserieb.fr/

Né en 1966. Romancier et nouvelliste français, auteur de romans noirs ou policiers multirécompensés, que ce soit pour les adultes ou les jeunes, Benoit Séverac vit à Toulouse, ville qui sert souvent de toile de fond à ses fictions. Membre fondateur de l’association des Molars, les motards fans de polars, il est également professeur d’anglais et dégustateur agréé de nombreux jurys et concours œnologiques.

Les chevelues (TME, 2007 – Rééd. Grands détectives/10/18, 2019)Rendez-vous au 10 avril (TME, 2009 – Rééd. Pocket, 2018)Arrête tes six magrets (Le Poulpe/Baleine, 2015)On peut pas faire ça à Guy Novès (Court circuit, 2016)Le chien arabe (La manufacture de livres, 2016 – Rééd. sous le titre de Trafics, Pocket, 2017)115 (La manufacture de livres, 2017 – Rééd. Pocket, 2018)Wazhazhe (avec H. Jubert, Le Passage, 2018)Tuer le fils (La manufacture de livres, 2020) JEUNESSESilence (Rat Noir/Syros, 2011)Le garçon de l’intérieur (Rat Noir/Syros, 2013)L’homme-qui-dessine (Syros, 2014)Little sister (Syros, 2016)Une caravane en hiver (Syros, 2018)Le jour où mon père a disparu (Syros, 2020)

Benoît Séverac, Tuer le fils, La manufacture de livresLe Service pénitentiaire d’insertion et de probation a approuvé ma demande. Je fais partie des neuf inscrits à l’atelier d’écriture. Douze séances animées par un écrivain. Un auteur connu, paraît-il. Pas une de ces stars de librairies qui monopolisent les émissions littéraires, mais il a publié plusieurs romans et même obtenu le prix Fémina à une époque.Une évasion collective par semaine pendant trois mois, organisée par la direction du centre de détention, aux frais de la princesse !Pour la première séance, l’auteur nous a demandé d’écrire un « autoportrait dérisoire » en guise de tour de table. Cela consistait à nous présenter, mais il a spécifié qu’on pouvait mentir. Il n’était pas intéressé par la vérité, il ne tenait pas à savoir ce qui nous a amenés derrière les barreaux. Il prétendait vouloir découvrir les menteurs en nous. Si nous inventions nos autoportraits de A à Z, il fallait que rien ne transparaisse. Que tout soit travesti. Et qu’il puisse y croire. Et si nous disions la vérité sous couvert de mensonge, il ne fallait pas qu’il puisse s’en apercevoir. Brouiller les pistes. La vérité cachée dans la fiction.