Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

Transcript

2

Enseigner la phonologie

Marta CANEPA - professeur d'anglais Collège Jean Moulin - Brignoles

DIdactique de la phonologie: une perspective chronologique et les textes officiels

définition

1

3

L'anglais et le français: différences

4

quoi et comment enseigner la phonologie

6

Ressources

5

evaluer la phonologie

1

La phonologie POURquoi et pour quoi faire ?

0

1

définition

1

Pascal Bouvet : "Le terme "phonologie" est utilisé pour nommer le champ d'étude des systèmes de sons des langues humaines [...], mais aussi pour nommer le système des sons d'une langue donnée [...]. On distingue généralement la phonologie de la phonétique, qui s'interesse aux sons uniquement (= les segments). La phonologie s'intéresse aux systèmes de sons et étudie donc, aussi, les traits suprasegmentaux de ces systèmes : notamment, l'accentuation, le rythme et l'intonation." (Pascal Bouvet, La phonologie de l'anglais. Compétences et connaissances phonologiques à acquérir, Belin éducation, 2021)

"La phonologie de l'anglais constitue l'un des trois "savoirs linguistiques" de la langue avec le lexique et la grammaire. Elle concerne trois des cinq compétences: la "compréhension de l'oral", l' "expression orale en continu" et l' "interaction orale"." (B.O. n°7 du 3 octobre 2002)

2

DIdactique de la phonologie: une perspective chronologique

1948

Manuel pratique de l'anglais parlé

2018

Propositions pour une meilleure maîtrise des LVE

2001

CECRL

1931

L'anglais vivant 6ème

1965

L'anglais par l'illustration 6ème

1985/87

I.O. collège / lycée

2010

Nouvelle grammaire de l'anglais oral

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat.

Dans L’anglais vivant 6ème de P. et M. Carpentier-Fialip (Hachette 1931) les mots des leçons étaient systématiquement regroupés selon le phonème vocalique de la syllabe accentuée. On trouvait ainsi des tableaux tels que le suivant : (Leçon 17, p. 47)eɪɑ:aɪəʊʊʌshapebrasswidegoldfootcomemadeglasshighstonegoodcoverradiatorhardironstovewoodrubble

Dans son Manuel pratique d’anglais parlé, Georges Faure (1948, 1-2) écrivait déjà :"Nul ne saurait plus douter aujourd’hui que la prononciation et l’intonation d’une langue comme l’anglais puissent et doivent s’enseigner, au même titre que le vocabulaire ou la syntaxe et d’une façon toute aussi précise."

En préface de l’Anglais par l’illustration 6ème les auteurs écrivaient ce qui suit : « Tout le monde est d’accord pour dire que l’étude de la prononciation en Sixième soit être l’objet de soins tout particuliers et qu’une véritable formation phonétique est indispensable. Les avis peuvent toutefois différer sur la place de la transcription phonétique proprement dite. De bons résultats peuvent être obtenus par divers moyens, à condition que l’étude soit menée avec méthode, patience et ténacité, pendant toute l’année et chaque heure du cours. »

Les I.O. pour le collège de 1985 introduisirent le principe de Pratique Raisonnée de la Langue (PRL) comme suit« Grâce à la Pratique Raisonnée de la Langue, l’élève atteint aussi un troisième objectif. Il exerce sa réflexion sur les grands principes du fonctionnement de l’anglais : sa compétence en langue maternelle s’en trouve partiellement explicitée et l’appropriation d’autres langues facilitée. »En 1987, les I.O. pour la classe de Seconde précisèrent « Des trois domaines de la langue – Phonologie, Lexique et Grammaire – le premier paradoxalement (pour un enseignement des langues qui insiste sur l’importance de l’oral) était jusqu’ici absent des programmes officiels, peut-être parce que l’apprentissage du système phonologique, dès le premier stade, semblait aller de soi. L’année 1987 fera date dans l’histoire de l’enseignement de l’anglais puisque, pour la première fois, est publié un contenu phonologique avec l’Annexe Phonologique qui a été jointe au Programme grammatical de consolidation’ destiné aux nouvelles classes de Seconde. »

L’une des raisons principales du retard pris dans l’enseignement de l’anglais en France résulte du fait que l’on n’enseigne pas du tout le rythme très spécifique de cette langue, rythme qui est diamétralement opposé à celui du français. Nous avons même eu l’impression que certains professeurs ignorent ce fait ![...]Il faut donc établir le rythme spécial de la langue anglaise dès le départ et cesser d’indiquer aux jeunes français que les voyelles anglaises sont prononcées à valeur pleine. Comme pour la grammaire, il ne s’agit pas d’enseigner la phonétique telle quelle. Il s’agit tout simplement de ne pas raconter aux jeunes francophones que l’on dit « A cup OF tea » à la française.

Ruth Huart (2010, 6), dans son introduction à la Nouvelle grammaire de l’anglais oral, écrit:Ce qu’on appelle désormais la « compétence phonologique » entre en jeu dans toutes les activités langagières. Les instructions officielles le disent bien, mais beaucoup d’enseignants ont du mal à intégrer cette dimension dans leur pratique. Ce qui compte est de retenir l’attention des élèves, de les faire participer, de les motiver. Il n’y a pas de place pour la phonétique dans un tel cadre. Et c’est vrai. Il ne peut être question d’enseigner la phonétique en et pour elle-même.

2

Guide pour l'enseignement des LV Oser les LVE à l'école (juillet 2019)

Propositions pour une meilleure maîtrise des LVE(septembre 2018)

DIdactique de la phonologie: préconisations officielles

CECRL Volume complémentaire avec des nouveaux descripteurs (février 2018)

Programme d'enseignement à l'école maternelle (Programme consolidé B.O. 31 du 30/07/ 2020)

Programme d'enseignement Cycle 2 (idem)

Programme enseignement Cycle 3 (idem)

Programme enseignement Cycle 4 (idem)

Programme LVlycée GT (idem)

Programme LV filière pro (idem)

[...] Il est pertinent de s’attacher en premier lieu au travail sur la musique de la langue, avant les sonorités à proprement parler. Pour l’anglais, il s’agit d’entraîner les élèves à la perception et à la production des schémas intonatifs et rythmiques, c’est-à-dire l’alternance entre temps forts et temps faibles. Pour ce travail sur le rythme, il est alors intéressant d’engager le corps de l’enfant afin qu’il puisse s’exprimer pleinement.Enfin, il convient de sensibiliser les élèves aux phonèmes spécifiques à la langue étudiée afin qu’ils prennent conscience des similarités et des différences. [...] Certains phonèmes sont communs aux deux langues tandis que d’autres existent dans une langue et pas dans l’autre. Jusqu’à l’âge de 10-11 ans, les élèves sont particulièrement réceptifs à ces différences et il est important de les entraîner à discriminer ces sons puis à les produire.Pour cela, ils doivent exercer leur appareil articulatoire, dans un travail de « mise en bouche », grâce à des activités théâtrales, des chants ou des comptines.Les spécificités phonologiques des langues vivantes imposent, à l’école élémentaire, de fixer en priorité la forme sonore des mots avant de proposer la transcription graphique, y compris au cycle 3.

L’une des raisons principales du retard pris dans l’enseignement de l’anglais en France résulte du fait que l’on n’enseigne pas du tout le rythme très spécifique de cette langue, rythme qui est diamétralement opposé à celui du français. Nous avons même eu l’impression que certains professeurs ignorent ce fait ![...]Il faut donc établir le rythme spécial de la langue anglaise dès le départ et cesser d’indiquer aux jeunes français que les voyelles anglaises sont prononcées à valeur pleine. Comme pour la grammaire, il ne s’agit pas d’enseigner la phonétique telle quelle. Il s’agit tout simplement de ne pas raconter aux jeunes francophones que l’on dit « A cup OF tea » à la française.

La maîtrise phonologique du locuteur natif idéalisé a longtemps été un objectif de l’enseignement des langues, l’accent représentant un indicateur de mauvaise maîtrise de la phonologie. L’insistance mise sur l’accent et son exactitude au détriment de l’intelligibilité a nui au développement de l’enseignement de la prononciation. Les modèles idéalisés qui ignorent les accents, ne prennent pas en compte les contextes, les aspects sociolinguistiques ni les besoins des apprenants. L’échelle de 2001 avait l’air de renforcer ce point de vue et c’est la raison pour laquelle elle a été redéveloppée à partir de zéro.[...]l’échelle concrétise ces notions en trois catégories :► Maîtrise générale du système phonologique (remplaçant l’échelle de 2001)► Articulation des sons► Traits prosodiques (intonation, rythme et accent tonique)MAÎTRISE PHONOLOGIQUEMAÎTRISE GÉNÉRALE DU SYSTÈME PHONOLOGIQUEARTICULATION DES SONSTRAITS PROSODIQUESC1Peut utiliser avec une assez bonne maîtrise tout l’éventail des traits phonologiques de la langue cible, de façon à être toujours intelligible. Peut articuler pratiquement tous les sons de la langue cible ; on peut noter la présence d’un accent venant d’autre(s) langue(s) mais cela n’affecte en rien la compréhension.Peut articuler pratiquement tous les sons de la langue cible avec un haut degré de maitrise. Peut en général s’autocorriger quand il/elle a manifestement mal prononcé un son.Peut prononcer un discours fluide et intelligible en ne faisant que de rares erreurs d’accent, de rythme et/ou d’intonation qui n’affectent ni la compréhension ni l’efficacité. Peut varier l’intonation et placer correctement l’accent pour exprimer exactement ce qu’il souhaite dire.B2Peut en général utiliser la bonne intonation, placer correctement l’accent et articuler clairement les sons isolés ; l’accent a tendance à subir l’influence de l’une ou l’autre des langues qu’il/elle parle, mais l’impact sur la compréhension est négligeable ou nul.Peut, dans de longues parties d’énoncés, articuler clairement une grande quantité des sons de la langue cible ; le tout est intelligible malgré quelques erreurs systématiques de prononciation. Peut, à partir de son répertoire, prédire avec une certaine précision les traits phonologiques de la plupart des mots non familiers (par ex. l’accent tonique en lisant).Peut utiliser des traits prosodiques (par ex. l’accent, l’intonation, le rythme,) pour faire passer le message qu’il a l’intention de transmettre, mais l’influence des autres langues qu’il/elle parle est notable.B1La prononciation est en général intelligible ; l’intonation et l’accentuation des énoncés et des mots sont presque corrects. L’une ou l’autre des langues qu’il/elle parle a en général une influence sur l’accent et la compréhension peut en être affectée.Est en général totalement intelligible, bien qu’il/elle fasse régulièrement des erreurs de prononciation de sons et de mots isolés qui ne lui sont pas familiersPeut transmettre son message de façon intelligible malgré une forte influence de l’une ou l’autre des langues qu’il/elle parle sur l’accent, l’intonation et/ou le rythme.A2La prononciation est en général suffisamment claire pour être comprise mais l'interlocuteur devra parfois faire répéter. Une forte influence de l’une ou l’autre des langues parlées sur l’accent, le rythme et l’intonation peut affecter la compréhension et requiert la participation des interlocuteurs. La prononciation des mots familiers est cependant claire.La prononciation est en général intelligible dans des situations d’échanges quotidiens simples, pourvu que l’interlocuteur fasse l’effort de comprendre certains sons spécifiques. Une mauvaise prononciation systématique des phonèmes n’affecte pas la compréhension, pourvu que l’interlocuteur fasse l’effort de reconnaitre l’influence de la langue du locuteur sur la prononciation et s’y adapte.Peut utiliser de façon intelligible les traits prosodiques des mots et expressions quotidiens, malgré une forte influence de l’une ou l’autre des langues qu’il/elle parle sur l’accent, l’intonation et/ou le rythme. Les traits prosodiques (par ex. l’accent tonique) des mots familiers et quotidiens et des énoncés simples sont convenables.A1La prononciation d’un répertoire très limité d’expressions et de mots mémorisés est compréhensible avec quelque effort pour des interlocuteurs habitués aux locuteurs de son groupe linguistique. Peut reproduire correctement un nombre limité de sons ainsi que d’accents sur des mots et des expressions simples et familiers.Peut, s’il/elle est guidé de manière précise, reproduire correctement des sons dans la langue cible. Peut articuler un nombre tellement limité de sons que l’interlocuteur doit proposer de l’aide pour que les paroles soient intelligibles (par ex. répéter correctement et demander la répétition de nouveaux sons).Peut utiliser de façon intelligible les traits prosodiques d’un répertoire limité de mots et d’expressions simples, malgré une très forte influence de l’accent, du rythme, et/ou de l’intonation de l’une ou l’autre des langues qu’il parle ; son interlocuteur doit se montrer coopératif.

Éveil à la diversité linguistiqueÀ partir de la moyenne section, ils vont découvrir l’existence de langues, parfois très différentes de celles qu’ils connaissent. Dans des situations ludiques (jeux, comptines…) ou auxquelles ils peuvent donner du sens (DVD d’histoires connues par exemple), ils prennent conscience que la communication peut passer par d’autres langues que le français : par exemple les langues régionales, les langues étrangères et la langue des signes française (LSF). Les ambitions sont modestes, mais les essais que les enfants sont amenés à faire, notamment pour répéter certains éléments, doivent être conduits avec une certaine rigueur.

Le cycle 2 constitue le point de départ de l’apprentissage des langues vivantes pour tous les élèves avec un enseignement correspondant au niveau A1 à l’oral du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL). Ce cycle contribue à poser les jalons d’un premier développement de la compétence plurilingue des élèves. La langue orale est la priorité. Elle s’organise autour de tâches simples, en compréhension, en reproduction et progressivement en production. [...] C’est dans ce cycle que se développent, en premier lieu, des comportements indispensables à l’apprentissage d’une langue vivante étrangère ou régionale : curiosité, écoute, attention, mémorisation, confiance en soi.Développer ces comportements, acquérir des connaissances prioritairement à l’oral, exercer son oreille aux sonorités d’une nouvelle langue sont les objectifs de cet enseignement qui doit tenir compte de l’âge, des capacités et des centres d’intérêt des élèves. L'enseignement et l’apprentissage d'une langue vivante, étrangère ou régionale, doivent mettre les enfants en situation de s’exercer à parler sans réticence et sans crainte de se tromper. Ce sont la répétition et la régularité, voire la ritualisation d’activités quotidiennes qui permettront aux élèves de progresser. Le travail sur la langue est indissociable de celui sur la culture.

Reconnaître et reproduire de manière intelligible les sons, l'accentuation, les rythmes et les courbes intonatives propres à chaque langue.PhonèmesPercevoir et reproduire les phonèmes spécifiques à chaque langue.Accents et rythmePercevoir et restituer le phrasé d'un énoncé familier.Repérer et respecter l'accent tonique.IntonationPercevoir et restituer les schémas intonatifs : l'intonation caractéristique des différents types d'énoncés.Lien phonie/graphieL'alphabet (selon les langues).

Phonologie- Prendre conscience des régularités de la langue orale.- Prendre conscience des variations phoniques et phonologiques dans les usages d’une même langue.- Viser la fluidité, l’intelligibilité, la sécurité linguistique personnelle dans la production orale : ne pas viser « l’accent natif ».

Dans le prolongement des apprentissages du collège, l’élève, en classe de seconde, est ainsi familiarisé à toutes les composantes phonologiques qui caractérisent la langue étudiée par des exercices appropriés reliant son et sens, par des activités permettant la découverte des régularités, et par les correspondances à mettre en évidence entre graphie et phonie. La poésie et la chanson trouvent ici pleinement leur place, car elles s’appuient sur la mémoire auditive pour créer des effets de sens.[...]L’erreur dans les énoncés des élèves, qu’elle soit lexicale, grammaticale ou phonologique, fait partie intégrante des apprentissages et, s’il faut veiller à l’éliminer, elle doit être considérée comme un moyen de progression qui ne doit pas brider la prise de parole.

[...] Les compétences en prononciation (discrimination des sons, reproduction, accentuation des mots et groupes de mots dans la phrase, intonation et rythme) relèvent de l’oral, les compétences en écriture et orthographe relèvent de l’écrit, les compétences en lecture à haute voix se situent au croisement entre oral et écrit (rapport entre le son et le signe). C’est au fil des activités de communication que se présentent les occasions où tel ou tel élément du tableau peut être abordé. De brefs exercices spécifiques peuvent, le cas échéant, être pratiqués. Quelle qu’ait été l’expérience antérieure des apprenants dans ce domaine, il appartient au professeur de déterminer quels outils peuvent leur être utiles pour développer et consolider leur maîtrise de leur prononciation.Programme 2020

2

DIdactique de la phonologie: préconisations officielles, une synthèse

Objectifs phonologiques au cycle 1

Repères de progressivité phonologique aux cycles 2, 3 et 4

La phonologie en lycée

3

L'anglais et le français: différences

1

3

2

Phonétique

accentuation

intonation

Le français comporte 12 phonèmes vocaliques et 4 voyelles nasales. En français, il n'existe ni de voyelles tendues ni de diphtongues.L'anglais comporte 25 phonèmes vocaliques - 12 voyelles des base avec des oppositions non tendu/tendu et 13 diphtongues et triphtongues.

Il s'agit de la différence principale entre le français (syllable-timed language) et l'anglais (stress-timed language) .La présence d'un accent tonique de mot a pour conséquence une réduction très forte des syllabes voisines.

Valeurs des schémas principaux.Intonation montante: incomplet, inachevé, encourageant, dubitatif.Intonation descendante: complet, achevé, neutre, assertif.

4

quoi et comment enseigner la phonologie

Sytématicité

Persévérance

Méthodicité

4

quoi et comment enseigner la phonologie

Phonétique

Privilégier les regroupements (tableaux, sound houses, thinglink, virelangues, dominos, fleurs phonologiques...)

Intonation

Utiliser la gestuelle (par exemple faire un mouvement ascendant du bras pour accompagner une question ouverte ou un mouvement descendant du bras pour accompagner une question fermée)Utiliser un code couleur.

Accentuation

Utiliser la gestuelle pour marquer la syllabe accentué à l'intérieur d'un mot ainsi que les mots porteurs de sens à l'intérieur d'une phrase (taper dans les mains, faire rebondir une balle de tennis...).Utiliser les regroupements pour montrer les régularités et les liens entre la graphie et la phonie.

Terminaisons toujours inaccentuées comportant /ə/-a, -ar, -er, -or,ire, -ure, -ious, -our, -ous, -us(en gras, les syllable accentuées)deltabeggardoctoropenerYorkshiredeliciousparlourAfricacollartractorsmokerculturereligiousenormousToyotaparticularinventorteacherfuturecolouroctopusGrammaire et formes réduites prononcées /ə/are, was, wereThe boys are late againPeter was in the atticThere are two policemen at the doorI was out at the timeAre you coming or what?There were four men in the carWho are you?My parents were very nice to himIdées proposées par P. Bouvet,La Phonologie de l'anglais. Compétences et connaissances phonologiques à acquérir.

Aux cycles 1 et 2 où l'introduction de l'écrit n'est pas préconisée, on pourra proposer aux élèves de:mémoriser la prononciation de deux mots-témoins, dont l'image sera placée dans le toit d'une des deux maisons ;s'entraîner à prononcer une liste de mots contenant l'un des sons des deux mots-témoinsdécouper les images représentant les mots de la liste afin de les coller dans chaque maison correspondante.Au cycle 3, avec l'introduction de l'écrit, on pourra demander aux élèves d'effectuer le même type d'activité, mais cette fois-ci en s'appuyant sur la forme graphique des mots et sur les symboles phonétiques.On pourra proposer aux élèves de:mémoriser la prononciation de deux symboles phonétiques, chacun placé dans le toit d'une des maisonss'entraîner à prononcer une liste de mots concernant l'un des sons correspondant à l'un des deux symboles phonétiquescopier les mots de la liste dans chaque maison correspondante.Idées proposées par P. Bouvet,La Phonologie de l'anglais. Compétences et connaissances phonologiques à acquérir.

Father, mother, sister, brother - hand in hand with one anotherI can think of six thin things, but I can think of six thick things too.Three thin thieves thought a thousand thoughts. Now, if three thin thieves thought a thousand thoughts how many thoughts did each thief think?Hello, happy Harry, how are you?Henry hides his horse on Halloween!How unhappy Harry is!He hates his horrible hair. Please, help him!Chubby Chuck got chubby cheeks.How much would a woodchuck chuck if a woodchuck could chuck wood?He would chuck, he would as much as he could, and chuck as much wood as a woodchuck would if a woodchuck could chuck wood. A cheap sheep is cheaper than a cheap shipIf Sue chews shoes, should she choose to chew new shoes or old shoes?The sheep on a ship slipped on the sheet of sleet.Virelangues recensés par Idées proposées par P. Bouvet,La Phonologie de l'anglais. Compétences et connaissances phonologiques à acquérir.

Au cycle 3 et 4, on peut proposer un chain game durant lequel les élèves sont amenés à reconnaître une série de lettres inscrites sur une carte qui leur est distribuée et, à leur tour, à annoncer une autre série. On crééra un nombre de cartes suffisant pour tous les élèves d'un groupe ou d'une classe, en veillant à choisir des séries de lettres comprenant celles dont on sait qu'elle posent problèmes aux élèves. Voici un exemple:Le professeur lance le jeu en annonçant la série de lettres qui apparaît sur la carte 1 (= USA). Ici, les cartes contiennent des sigles, mais on peut recourir à des séries créées de manière aléatoire. On peut également envisager un "domino des sons" avec des mots témoins. Sur chaque carte à gauche, le symbole phonétique correspondant au son-voyelle d'un des mots témoins; à droite l'image correspondant à un autre mot témoin. L'objectif sera que les élèves placent les dominos à la suite les uns des autres en associant chaque image-témoin au son correspondant.Idées proposées par P. Bouvet, La Phonologie de l'anglais. Compétences et connaissances phonologiques à acquérir.

Au cycle 3, on pourra s'appuyer sur des activités de classement des différentes prononciations de <ea>, par exemple. Les "fleurs phonologiques" se prêtent particulièrement bien à ce type de classement. On pourra demander aux élèves :d'écouter la prononciation de mots contenant <ea> et de les répéter ;de classer chacun de ces mots dans le pétale correspondant à une des prononciations de <ea>. Voici un exemple de classement.D'une part, la fleur phonologique peut être affichée dans la salle de classe et complétée au fil de l'année (ou, mieux, au fil du cycle) chaque fois que l'on rencontre un nouveau mot contenant le diagraphe <ea> : dans ce cas, elle devient une véritable aide visuelle à laquelle on de réfère dès que cela se relève nécessaire. D'autre part, la fleur phonologique peut être une activité ponctuelle pour classer les mots d'une liste ou ceux rencontrés dans un support unique.Idée proposée par P. Bouvet,La Phonologie de l'anglais. Compétences et connaissances phonologiques à acquérir.

4

quoi et comment enseigner la phonologie (Les manuels)

La plupart des manuels d'anglais prévoit des objectifs phonologiques et des activités pour les élèves. Les guides du professeur aident l'enseignant et fournissent des explications supplémentaires.

New Enjoy 6ème (Didier, 2011)

Thumbs up 6ème (Nathan, 2017)

New Enjoy 3ème (Didier, 2015)

E for English 3ème (Didier, 2017)

Le cas de l'enseignement de l'anglais en SEGPA (Easy Goals SEGPA Palier 1, Foucher, Vanves 2008)

4

quoi et comment enseigner la phonologie (Sites et livres de Jeunesse)

BBC Learning English (Pronunciation)

The Sounds of English (Beginner)

Tim's Pronunciation Workshop (Intermediate)

Learning English Kids British Council (Cycle 3)

Michael Rosen "I'm Going on a Bear Hunt"

4

quoi et comment enseigner la phonologie (Sites)

Rituel de débutd'heure"Sound of the day"crée par Charlie Rollo (ac. Versailles)

4

quoi et comment enseigner la phonologie (Sites)

Application dédiéeà l'apprentissage de l'anglaisavec des activités pour s'entraîner en prononciation.Cette application à été créée par P. J Kirrage professeur d'anglais dans l'académie de Lyon

4

quoi et comment enseigner la phonologie (Sites)

Police Alphabet Phonétique International (API)

4

quoi et comment enseigner la phonologie (sequence)

Séquence "All about myself" (3ème - début d'année)

Compréhension orale (documents audiolingua) : repérage des mots accentués

Prise de parole en continu: réalisation correcte des groupes de souffle ainsi que de certains phonèmes ciblés et travaillés en classe

Interaction orale: intonation des questions ouvertes et des questions fermées

5

evaluer la phonologie

Evaluations formatives

Corriger avec méthode et bienveillance les élèves lors des prises de parole en classe.

Evaluations des connaissances phonologiques

Elles sont prévues dans certains manuels, mais ont-elles une réelle utilité?

New Enjoy 6ème Test connaissances Book 2 Lesson 1.New Enjoy 3ème Test connaissances Situation 2

Ancrage dans les activités langagières orales

Repères de progressivité linguistique cycle 3 et cycle 4 (source eduscol mars 2016)

Grilles Expression Orale Baccalaureat général (source eduscol publié 2/12/2019)

6

Ressources

CERCL

Eduscol - Ressources pour les langues vivantes au cycles 2, 3 et 4

Eduscol - Ressources pour l'évaluation du socle commun en LVE

Ressources portail anglais site de l'académie de Nice

Eduscol - Programmes et ressources d'accompagnement pour les voies générale et technologique du lycée

Eduscol - Guide pour l'enseignement des langues vivantes étrangères - Oser les langues vivantes étrangères à l'école

MEN - Propositions pour une meilleure maîtrise des LVE

CERCL - Volume complémentaire avec nouveaux descripteurs

Jean-Pierre GABILAN, "Pratique raisonnée de la phonologie : prise de conscience, travail articulatoire, regroupements", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), juillet 2017. Consulté le 28/07/2020.

6

Ressources

Manuel JOBERT, Natalie MANDON, "Introduction au précis de phonétique et de phonologie", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), septembre 2012. Consulté le 28/07/2020

Natalie MANDON, "Les Sons de l'anglais - Introduction", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), mai 2012. Consulté le 28/07/2020

Anne-Marie Voise, « Enseigner la phonologie de l’anglais aux futurs professeurs du primaire », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 2 | 2010, document 2, mis en ligne le 13 avril 2011, consulté le 28 juillet 2020

6

Ressources

Henri Adamczewski, Denis Keen, "Phonétique et phonologie de l'anglais contemporain", Armand Colin, Paris, 1973.

Mireille Quivy, Claire Tardieu, "Glossaire de didactique de l'anglais", Ellipses, Paris 2002.

Nadine Herry-Bénit, "Didactique de la phonétique anglaise", Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2011.

Pascal Bouvet, La Phonologie de l'anglais. Compétences et connaissances phonologiques à acquérir, Belin, Paris, 2021.

"“Let us pick up our books and our pens,” I said. “They are our most powerful weapons. One child, one teacher, one book and one pen can change the world.” "

Malala Yousafzai, I Am Malala: The Story of the Girl Who Stood Up for Education and Was Shot by the Taliban