Want to make creations as awesome as this one?

No description

Transcript

s'informer avec les réseaux sociaux . Sophie Bon - TraAM 2019-20. Compte-rendu d'expérience. ENTREZ !. Les scénarios . S'informer sur les réseaux sociaux. Enquêtes et analyses, pour un cadre théorique préalable. De la théorie àla pratique. Trois scénarios : SNT, EMC, Spécialité Histoire géographie géopolitique et sciences politiques. VOIR. VOIR. Les réseaux sociaux : une source d’information dominante chez les jeunes. . . De la théorie à la pratique. . Les résultats d’une enquête menée par Karine Aillerie et Sarah McNicol en 2016 soulignent la place prépondérante des réseaux sociaux chez les jeunes comme moyen de socialisation mais aussi comme source d’information, tant pour l’information au quotidien que pour les recherches dans le cadre scolaire (Aillerie & McNicol, 2016).Une étude du Ministère de la Culture de 2018 sur les comportements des jeunes en matière d’accès à l’information vient corroborer ce travail de recherche. Selon cette étude, "les jeunes sont d’importants consommateurs de contenus d’information en mobilité et font en particulier un usage intense des réseaux sociaux.". . . . . . - 71% des 15-34 ans consultent quotidiennement l’actualité via les réseaux sociaux, ces derniers étant, pour cette génération, le premier mode d’accès à l’information.- 69% consultent quotidiennement l’actualité sur leur smartphone, premier support utilisé pour consulter l’actualité, devant le téléviseur (61%) et l’ordinateur (51%). De manière plus générale, l’étude relève une perte de vitesse des médias traditionnels (télévision linéaire, radio parlée, presse écrite). . LA SUITE. Les jeunes et l’actualité. . De la théorie à la pratique. Cette étude montre également que, « contrairement aux idées reçues, les jeunes s’intéressent beaucoup à l’actualité : 93 % déclarent s’intéresser à l’information, selon une intensité plus ou moins élevée. » (Mercier, Ouakrat, Pignard-Cheynel, Ministère de la Culture, 2018). . . . . Partir des pratiques et des représentations des jeunes. Les jeunes ne sont pas les utilisateurs naïfs des réseaux sociaux que dépeignent trop souvent les adultes. Rompant avec les discours alarmistes voir dramatisants, Anne Cordier engage à examiner les pratiques informationnelles juvéniles dans toute leur complexité et leur hétérogénéité. « Prendre appui sur ces pratiques, c’est reconnaître le sens et la légitimité qu’elles ont pour leurs acteur.trices, mais aussi aider ceux-ci et celles-ci à conscientiser leur rapport à l’information et aux médias, ainsi qu’à optimiser leurs modalités de traitement, d’évaluation et de (re-)publication de l’information » (Cordier, 2019).Elle poursuit en indiquant que «cet enrichissement de l’écosystème informationnel personnel des adolescent.es est primordial pour conférer un pouvoir de compréhension et d’action sur le monde » (Cordier, 2019)Partant de ces différents constats, il est indispensable que nos élèves comprennent les mécanismes de diffusion de l’information via ces canaux spécifiques de communication et puissent développer un regard critique et réfléxif.. LA SUITE. . De la théorie à la pratique. Partant de ces différents constats & analyses, il est indispensable que nos élèves comprennent les mécanismes de diffusion de l’information via ces canaux spécifiques de communication et puissent développer un regard critique et réfléxif.. En s’appuyant sur ces différents éléments, les scénarios conçus dans le cadre des TraAM : . S’appuient sur les pratiques les élèves sur les réseaux sociaux et notamment leurs pratiques informationnelles Ont pour ambition de les engager dans une démarche réflexive sur leurs pratiques informationnelles sur les réseaux sociauxS’intéressent plus particulièrement aux pratiques d’information sur l’actualitéVisent à analyser les mécanismes de diffusion et de communication de l’information via les réseaux sociaux . S'informer avec les réseaux sociaux : pistes pédagogiques. SNT, 2ndRéseaux sociaux. EMC/EMI, 2nd. Spécialité histoire géo, géopolitique, sciences politiques, 1e. Les réseaux sociaux sont un canal particulièrement intéressant pour se tenir informé de l’actualité. Différentes études ont montré que les jeunes s’informent d’ailleurs majoritairement via les réseaux sociaux. Mais qu’est-ce que cela change par rapport à des canaux d’information plus traditionnels tels les sites de presse par exemple ? Comment faire découvrir aux élèves quelques médias traditionnels présents sur les réseaux sociaux ? Ce scénario vise à amener les élèves à s’interroger sur les spécificités de l’information sur l’actualité via les réseaux sociaux.Posons le cadre :Classe de 2ndSNT (Sciences numériques et technologie), thématique : Réseaux sociauxUne séance d’une heure (qui s’intègre dans une séquence sur les réseaux sociaux de 4 heures)Objectifs :Les réseaux sociaux sont un medium intéressant pour s’informer sur l’actualitéComprendre ce qu’est une bulle informationnelle et en quoi elle est favorisée par les algorithmes de recommandation des réseaux sociauxComparer les modalités de présentation de l’information sur les réseaux sociaux et sur les sites de presse et comprendre ce que cela induit pour l’usagerCompétences :EMI Se questionner sur les enjeux démocratiques liés à la production participative d’informations et à l’information journalistiqueDécouvrir des représentations du monde véhiculées par les médiasSNT Connaître les principaux concepts liés à l’usage des réseaux sociaux.Décrire comment l’information présentée par les réseaux sociaux est conditionnée par le choix préalable de ses amisCRCNDomaine 1: Informations et données1.1 Mener une recherche et une veille d’informationDomaine 2: Communication et collaborationCompétence 2.4 S’insérer dans le monde numériqueWikinotion Apden:Médias sociaux (en ligne)Ressources & outils numériques utilisés :Plate-forme de cours Moodle pour l’accès aux différents documents et le dépôt des travaux (pendant le confinement).Capture d'écran du cours sur Moodle (adapté pour le confinement)Un article de la revue Le 1 (n°252, 05 juin 2019 « Des bulles radicales et hermétiques »).Un document avec une capture d’écran de la page d’accueil du quotidien LibérationUn document regroupant les tweets de ce même quotidien pendant 1 heure (le même jour que la capture d’écran du site internet)Modalités :En demi-groupe (18 élèves)Les élèves équipés de leurs ordinateurs portablesDéroulement :La séance s’articule autour de deux activités.Activité 1 : les bulles de filtreObjectif de l’activité :faire comprendre aux élèves que, sans s'en rendre nécessairement compte, les utilisateurs des réseaux sociaux n'ont pas accès à des informations riches et variées : ils n'accèdent qu'à ce que les algorithmes jugent pertinents pour eux (selon leurs like, leurs amis, leurs préférences, leur navigation, leurs retweets).Les utilisateurs se retrouvent enfermés dans une bulle de filtre. Dans cette bulle, les algorithmes ont tendance à conforter les opinions voire à les radicaliser.Cette activité s’appuie sur un article de la revue Le 1 présentant les témoignages de trois étudiants qui ont créé de faux profils Facebook pour mesurer l'influence politique du réseau.Phase individuelle :Il est demandé à chaque élève de choisir l’un de ces témoignages et, en s’appuyant sur celui-ci, d’expliquer ce que l’étudiant reproche au fonctionnement de Facebook.Phase collective : mise en commun des réponses et comparaison entre les trois témoignages. Présentation de la trace écrite disponible la plateforme de cours Moodle.Activité 2: S’informer sur les réseaux sociaux avec les médias traditionnelsObjectif de l’activité :Le travail sur les bulles de filtre a permis de montrer que l'information qui nous arrive sur les réseaux sociaux est souvent incomplète et parfois orientée. Une démarche volontaire s'impose donc pour compléter et enrichir nos sources d'information.Pour s'informer sur l'actualité, les médias dits "traditionnels" (télévision, radio, presse écrite) sont largement plébicités par les jeunes (Etude 2019 : Les jeunes préfèrent les médias traditionnels). Or, ils sont désormais très présents sur les réseaux sociaux. En s'abonnant à quelques comptes de médias judicieusement choisis, ils vous fourniront directement sur vos fils une information de qualité, dans le respect de la déontologie des journalistes.Attention toutefois, car les informations diffusées par les médias sur les réseaux sociaux sont moins hiérachisées et privilégient des formats courts (peu de texte, vidéos de courte durées). Là encore, pour avoir plus de détails, il faudra le plus souvent compléter et enrichir en allant consulter les sites de ces médias.Phase individuelle :Il est demandé aux élèves de comparer le fil Twitter du journal Libération (pendant 1h à une date donnée) avec la page d’accueil du site du même journal (le même jour). Phase collective :mise en commun des réponses. Présentation de la trace écrite disponible la plateforme de cours Moodle.Pendant le confinement, les phases collectives ne pouvant avoir lieu, nous avons proposé sur Moodle un corrigé détaillé des deux activités, qui est venu s’ajouter à la trace écrite.Pour aller plus loin, une ressource vidéo de FranceTV Education est proposée sur la plateforme de cours : Les réseaux sociaux, un danger pour la démocratie. FranceTV Education (https://www.lumni.fr/video/les-reseaux-sociaux-un-danger-pour-la-democratie)Evaluation formative Pour conclure : Des contraintes de temps et le nombre de classes à suivre (8 classes de 2nd) ne nous ont pas permis de consacrer plus d’une heure à cette thématique complexe qui aurait mérité plus de développements. Avec le recul, on peut cependant souligner que cette séance aura eu le mérite de susciter débats et réflexions chez les élèves grâce des échanges riches et des remarques très pertinentes de certains élèves (qui ont été utilisées pour la correction écrite proposée à distance). La plateforme de cours Moodle, que nous utilisons beaucoup dans notre académie est un outil qui nous a permis de basculer très rapidement et avec un léger travail d’adaptation vers un enseignement à distance. Combiné à l’ENT pour communiquer avec les élèves (via sa messagerie), Moodle nous a permis de suivre le travail des élèves sans difficulté (diffusion du travail à faire, dépôt des activités par les élèves, mise à disposition des corrections et de la trace écrite). Ce scénario a donc été mis en œuvre en présentiel et en distanciel. Merci à mes collègues Patricia Carton & Florence Ponthieux pour la co-construction du scénario et sa mise en oeuvre après de nos classes de seconde. . EMC/EMI, 2nd, YouTube, ce sont les jeunes qui en parlent le mieuxLes enquêtes montrent que les jeunes s’informent de manière prioritaire au moyen des réseaux sociaux.Aussi à côté des séances permettant de travailler les médias traditionnels (revue de presse, analyse d’une Une...), il faut aussi partir des pratiques réelles des élèves: « prendre appui sur ces pratiques, c’est reconnaitre le sens et la légitimité qu’elles ont pour leurs acteur.trices, mais aussi aider ceux-ci et celles-ci à conscientiser leur rapport à l’information et aux médias, ainsi qu’à optimiser leurs modalités de traitement, d’évaluation et de (re-) publication de l’information » (Cordier, 2017).Une enquête qualitative, sous forme d’un questionnaire court auprès d’élèves du secondaire souligne la place des réseaux sociaux numériques (RSN) comme source d’information (Aillerie & McNicol, 2016). Ainsi, plus encore sans doute après le confinement, les réseaux sociaux représentent pour nos élèves une source d’informations importante(actualités, aide aux devoirs, informations recherchées pour le travail scolaire...).Ces réseaux sont aussi le moyen pour ces jeunes de s’exprimercomme nous pouvons le voir très récemment avec TikTok, un réseau social qui rassemble plus de 800 millions d’utilisateurs dans le monde. Habituellement dédié à la danse, ce réseau social chinois est actuellement utilisé par des milliers de jeunes pour dénoncer le racisme et les violences policières (#BlackLivesMatter) après la mort de George Floyd comme l’explique un récent article dans Libération: https://www.liberation.fr/planete/2020/06/13/blacklivesmatter-tiktok-sur-le-terrain- politique_1790960).En ayant conscience aussi des limites des réseaux sociaux (bulles informationnelles notamment), il semble important de les intégrer comme objet et outil d’apprentissage.Nous proposons ici une séquence de 3 heures en partant des pratiques des élèves, revenus au lycée. Cette proposition, alternant temps individuel et temps en commun, a pour objectif final l’élaboration d’un écrit de synthèse et d’un Top10 de chaînes YouTube à recommander.Objectifs:Partir de leurs pratiques pour faire réfléchir les élèves sur les caractéristiques des chaînes YouTube appréciées des jeunesFaire découvrir le fonctionnement de Youtube: modèle économique de la plateforme et ses conséquences sur les utilisateurs et les créateurs, la censure sur YoutubeFaire découvrir une sélection de chaînes YouTube (vulgarisation scientifique, histoire, arts …)Compétences :EMI- Découvrir les représentations du monde véhiculées par les médias- S’interroger sur l’influence des médias sur la consommation et la vie démocratique EMCAxe 1: Des libertés pour la libertéLa liberté de l’information CRCNDomaine 2: Communication et collaborationCompétence 2.2 Partager et publierCompétence 2.3 CollaborerCompétence 2.4 S’insérer dans le monde numériqueWikinotion Apden :Médias sociaux (en ligne)Outils numériques utilisés :La plateforme de cours Moodle pour communiquer la consigne et le lien vers le pad constituant la trace écrite.Framapad.Modalités:Un groupe de 10 élèves en présentiel (après le confinement).Les élèves équipés de leurs ordinateurs portablesDéroulement :1- Création préalable d’un pad collaboratif(lien vers un pad de Framapad ou pad dans l’ENT) afin de rédiger au fur et à mesure de la séquence une trace écrite à destination de tous les élèves. En amont, il a été demandé aux élèves de donner le nom et/ou le lien d’une chaîne YouTube qu’ils souhaitent présenter.2- YouTube à partir des usages des élèves.Afin de lancer la séquence, il est demandé aux élèves de se connecter au pad et de répondre à quatre questions :Comment fonctionne YouTube ?Qui publie sur YouTube ?Qu’est-ce qui est publié sur YouTube ?Pourquoi consulter YouTube ?On pourrait tout à fait envisager de faire au préalable un court sondage auprès des élèves (utilisation de Framaforms) pour cerner leurs usages. La séquence débuterait par l’analyse des résultats.Capture d’écran du pad3- Chaque élève présente à l’oral rapidement la chaîne YouTube de son choix. Cette présentation est le moyen de décrypter la chaîne, de discuter en grand groupe autour des éléments permettant de caractériser une chaîne YouTube.En dialoguant avec les élèves au fil de ces présentations, l’objectif est de les faire réfléchir à ce qui caractérise les chaînes qui les intéressent et l’« éco-système » YouTube : langage « jeune », mise en scène qui donne un sentiment de proximité, adresse au public, des vidéos en réalité très construites (cadrage, incrustations, effets), le métier de Youtubeur, le rôle des influenceurs, le renforcement des stéréotypes de genre, un moyen de se divertir mais aussi de s’informer ...L’enseignant note au tableau au fur et à mesure les éléments au tableau. Ils seront ensuite repris par les élèves et rédigés sur le pad pour compléter la trace écrite (voir ci-dessous). C’est ainsi, en partant des usages des élèves, qu’un regard critique sur des chaînes issues des « pratiques sociales informelles » peut s’aiguiser. C’est aussi le moyen, pour les enseignants, d’apprendre des élèves.4- Les dessous de YouTube : un fonctionnement et des algorithmes qui ne sont pas sans conséquences...Trois vidéos ont été sélectionnées pour leur pertinence. Leur durée et leur contenu permettent de proposer une approche différenciée. Elles sont déposées sur Moodle.Vidéo 1- Dopamine Artehttps://www.arte.tv/fr/videos/085801-005-A/dopamine-5-8/Vidéo 2- FigaroLive :https://www.youtube.com/watch?v=E63Ke6Kr0MgVidéo 3- témoignage de youtubeurs (exemple de censure)https://www.youtube.com/watch?time_continue=448&v=Fg_tit- 0nO0&feature=emb_logoDans un premier temps, chaque élève se voit attribuer une vidéo à visionner (prise de notes). Dans un second temps, les élèves ayant visionné la même vidéo échangent (mise en commun des notes) afin de présenter au grand groupe les informations retenues et rédigent sur le pad un paragraphe pour la trace écrite. Dans un dernier temps, chaque groupe rend compte à l’oral des informations retenues des vidéos visionnées.Captures d’écran du pad après l’exploitation des vidéos5- Youtube, c’est le moyen de se cultiver et de s’informerCe temps est réservé à la présentation d’une sélection de chaînes (vulgarisation scientifique, histoire, arts...) par le professeur documentaliste et à la navigation libre des élèves. L’idée est de sélectionner une nouvelle chaîne : chaque élève doit proposer une nouvelle chaîne issue de cette sélection.Une sélection de chaînes sur le portail Esidoc du CDI : https://0510035l.esidoc.fr/eleves/decouvrir-2/nos-recommandations-youtubeLa rubrique du site Geek Junior qui propose régulièrement des sélections de chaînes : https://www.geekjunior.fr/19-chaines-scientifiques-youtube-31256/Un dernier temps est consacré à compléter et vérifier la trace écrite sur le pad. Les élèves y indiquent, avant une séquence suivante, le choix d’une autre chaîne parmi celles présentées durant la séquence (5). Ce Top10 ainsi que la trace écrite de la séquence seront déposées sur Moodle.Capture d'écran du cours sur MoodlePour aller plus loin :https://www.ladn.eu/media-mutants/reseaux-sociaux/medias-facebook-reste-premier- reseau-informer/https://www.cnesco.fr/fr/education-aux-medias-et-a-lactualite-comment-les-eleves- sinforment-ils/Agnès Jung, Sophie Bon, juin 2020. Posons le cadre Le 4e thème au programme de la Spécialité Histoire, géographie, géopolitique, sciences politiques en classe de 1es’intitule « S’informer : un regard critique sur les sources et les modes de communication » et a un double objectif :amener les élèves à réfléchir sur leur propre manière de s’informeret aider les élèves à saisir les enjeux de l’information (liberté, manipulation, contrôle).Avec le professeur en charge de cet enseignement, nous nous sommes accordés sur le fait qu’il était difficile d’aborder la question des enjeux sans s’être assuré préalablement que les élèves disposaient d’une culture commune sur le monde des médias aujourd’hui.Mon intervention auprès de la classe avait donc pour objectifsd’aider les élèves à:connaître la diversité de la presse en Franceidentifier les différents médias et leurs caractéristiquesconnaître les différentes problématiques liées aux évolutions récentes de la presse.C’est ce dernier objectif qui concerne plus particulièrement le travail mené dans le cadre du TraAM et que j’aborderai ici.Pour atteindre cet objectif, il a été décidé de travailler autour de 4 thématiques:la présence des médias traditionnels sur les réseaux sociauxle phénomène des bulles informationnellesl’info-divertissement comme source d’informationles nouveaux formats de l’information sur internetObjectifsConnaître les différentes problématiques liées aux évolutions récentes de la presse sur internetComparer les modalités de présentation de l’information sur les différents réseaux sociauxComprendre ce qu’est une bulle informationnelle et en quoi elle est favorisée par les algorithmes de recommandation des réseaux sociauxCompétencesEMI Se questionner sur les enjeux démocratiques liés à la production participative d’informations et à l’information journalistiqueDécouvrir des représentations du monde véhiculées par les médiasUtiliser les plateformes collaboratives numériques pour coopérer avec les autres Histoire-géographie, géopolitique, sciences politiquesamener les élèves à réfléchir sur leur propre manière de s’informerCRCNDomaine 1: Informations et données 1.1 Mener une recherche et une veille d’informationDomaine 2: Communication et collaboration, Compétence 2.4 S’insérer dans le monde numériqueWikinotions ApdenMédias sociaux (en ligne)Ressources & outils numériques utilisés:La plate-forme de cours Moodle, largement utilisée dans l’académie. Utilisée pour l’accès aux différents documents dont la trace écrite et le dépôt des travaux.L’outil de mur virtuel Padlet pour le travail collaboratif.Modalités :En classe entière (33 élèves)L’ensemble de la séquence s’est déroulée à distance pendant le confinement et a été conçue pour le distanciel.Durée évaluée à 2 heures de travail.Déroulement :La séance a commencé par un sondage auprès des élèves afin de connaitre leurs pratiques d’information sur l’actualité. Les résultats de ce sondage ont été communiqués aux élèves et les réponses ont été utilisées pour la construction du scénario, notamment pour le choix des réseaux sociaux analysés dans l’activité 1.Capture d'écran des résultats du sondageLa séance s’est ensuite articulée autour de 4 activités.Activité 1: La présence des médias traditionnels sur les réseaux sociaux : Le cas du quotidien Le MondeIl s’agit d’un travail d'analyse de la présence du quotidien Le Monde sur les réseaux sociaux que vous utilisez le plus (cf notre sondage) : Instagram, Twitter, YouTube, Snapchat.L'objectif est d’examiner les spécificités de chaque réseau social à travers la manière dont il diffuse les infos sur l'actualité.Il s'agit d'un travail collaboratif destiné à favoriser l'engagement des élèves à distance.Pour tester et comparer la présence du Monde sur différents réseaux sociaux, il était demandé aux élèves de:1/Suivre les publications du Monde sur les réseaux sociaux et le site web (ou l'application smartphone) pendant quelques joursPour cela :S’abonner au quotidien Le Monde sur les réseaux sociaux utilisé par l’élèveInstaller l’application Le Monde sur votre téléphone ou consultez la version en ligne du journal.2/ Repérer les spécificités de chaque réseau social dans la diffusion des informations du Monde.Il était demandé d’observer plus particulièrement :La diversité des infos proposéesLe détail des infos proposéesComment les informations sont-elles « mises en scène » ?Quel(s) avantage(s)/inconvénient(s) par rapport au site web ou à l’application?3/ Indiquer les réponses (courtes et synthétiques) sur un mur virtuel conçu avec Padletcapture du padlet complété par les élèvesNe pouvant pas faire de mise en commun du travail avec les élèves, j'ai réalisé une synthèse de leurs réponses, que je leur ai communiqué ensuite sur la plateforme Moodle (cf capture ci-dessous).Activité 2 : le phénomène des bulles de filtreL’idée que nous sommes enfermés enfermons dans une bulle informationnelle ou bulle de filtre a été lancé dès 2011 par Eli Pariser. Selon lui, internet nous présente des opinions, croyances et perspectives similaires aux nôtres, ce qui finit pour nous enfermer dans un cercle vicieux.Les bulles ont toujours existé. Un lecteur du Temps ou de l’Illustration au début du siècle dernier était aussi enfermé dans sa bulle. Il ne s’agit donc pas d'une nouveauté. Avec la révolution numérique et les espoirs que toutes les révolutions engendrent, on aurait pu croire à une plus grande liberté de s’informer, de partager, de s’enrichir. Or si l’on (re)parle d’une bulle informationnelle aujourd’hui, c’est que l’on se rend comptequ’avec internet le phénomène persiste voire s'amplifie.La vidéo «Comment les algorithmes nous enferment» est mise à disposition sur la plateforme de cours Moodle (https://www.lumni.fr/video/comment-les-algorithmes-nous-enferment).Les élèves ont pour consigne de regarder la vidéo puis de répondre à un quizz conçu sur Moodle (activité H5P). L’intégration du quizz au cours Moodle permet de suivre les résultats des élèves. Activité 3: L’info-divertissement comme source d’informationNé dans les années 80 à la télévision, l'info-divertissement (infotainment en anglais) mêlant information et divertissement a trouvé son prolongement sur internet. Ces médias vivant uniquement de leurs recettes publicitaires sont souvent critiqués. Selon un article publié dans Le Monde diplomatique en 2017 (https://www.monde-diplomatique.fr/2017/08/EUSTACHE/57804) : "Le lecteur est une cible marketing plutôt qu’une personne à informer"On les désigne parfois comme des pièges à clics plus soucieux d'attirer les visiteurs par des publications qui font le buzz que par de la qualité des contenus proposés. Et en effet, les journalistes qui travaillent pour ces médias exercent leur métier dans des conditions très précaires qui ne leur permettent pas de proposer une information de qualité.A travers une activité en ligne Moodle, il est demandé aux élèves de lister les médias d’info-divertissement en ligne qu’ils connaissent et qui sont évoqués dans l’article signalé.A partir des réponses en ligne fournies par les élèves, un corrigé est proposé et déposé sur la plateforme de cours. Activité 4: les nouveaux formats de l’information sur InternetFace aux médias traditionnels, aux pures players gratuits et payants existants de longue date, aux médias d'info-divertissement, on voit également apparaitre aujourd'hui des initiatives visant proposer aux internautes des informations de qualité, sous des formes originales.L’objectif de cette dernière activité, sous forme d’un jeu d’association définition/description permet de découvrir 3 médias sur internet : Brut, Brief.me et Les jours. Evaluation:Les élèves n’ont pas été évalués pendant la période du confinement. La plateforme de cours Moodle a en revanche permis d’assurer un suivi personnalisé des élèves en vérifiant leur connexion à la plateforme et la réalisation des différentes activités. Prolongement :L’activité sur la présence des médias traditionnels sur les réseaux sociaux et plus particulièrement le travail d’analyse des élèves a servi de base pour la rédaction d’un article à destination des élèves sur le blog du CDI sur l’ENT. Cet article a permis de valoriser le travail des élèves de Spécialité et de faire bénéficier l’ensemble des classes du travail de réflexion mené.Il aurait pu être intéressant de confier la rédaction de cet article à la classe.S’informer sur l’actualité avec son smartphone:https://view.genial.ly/5ea83adcbc2c640db8238c9b/horizontal-infographic-review-sinformerPour conclure:Ce scénario mis en œuvre pendant la période de confinement a été conçu pour un enseignement en distanciel, il est cependant tout à fait possible de l’adapter pour le présentiel.La plateforme de cours Moodle a été un point d’appui indispensable pour sa mise en œuvre. Pour soutenir la motivation des élèves à distance, deux modalités ont été retenues :Le travail collaboratif des élèves lors de l’activité 1Des tests avec un feedback afin que les élèves bénéficient d’une rétroaction immédiate malgré la distanceUn forum avait été mis en place sur Moodle afin de répondre aux questions éventuelles, mais les élèves ne s’en sont pas emparés et les échanges (individuels donc) se sont déroulés via la messagerie de l’ENT.Il aurait été judicieux d’ajouter à ce dispositif une ou deux classes virtuelles, notamment pour la passation des consignes et la restitution du travail collaboratif.En effet le travail à distance en mode asynchrone n’a pas permis les échanges et réflexions qui peuvent naître d’une discussion en synchrone (à distance ou en présence).