Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

François a imaginé des activités interactives.

"

"

Écoute

Un mot pour résumer le projet: ÉcouteÉcoute, respect et collaboration, je prendrais ces mots-là ! L'un ne va pas sans l'autre.

vit à Bruxelles

kinésithérapeute

53 ans

Interview du 3 juin 2020

Lire l'interview de janvier

Cette expérience lui a beaucoup apporté dans sa façon de voir les choses, de s'ouvrir à d'autres manières de penser.

"C'était mieux demain"Un titre intrigant

L'évolution du patrimoine dans la société

© Photo Joelle-N.Jacques

Quelles ont été vos contraintes dans ce projet ?La principale contrainte a été de ne pas se voir. L'utilisation des outils virtuels m'a empêché de pouvoir exploiter toutes mes compétences et mes idées parce que je ne suis pas du tout à l'aise avec eux. Je n'ai pas pu participer autant que je l'aurais voulu.

Quels sont les 3 points forts de l'exposition ?Une expo dans l'expo : l'exposition temporaire et l'exposition permanente se renforcent, elles se complètent.Des thèmes bien distincts : les salles (le pluralisme, la salle Europe, la salle des langues…) peuvent se visiter de manière indépendante. Les visiteurs peuvent zapper une salle s'ils ne sont pas intéressés ou au contraire rester dans une salle plus longtemps lorsque le sujet les passionne.Des liens entre l'expo permanente et l'expo temporaire : avec notre exposition temporaire, nous avons ajouté des outils et quelques réflexions dans une exposition permanente.

Un élément important : les échanges avec les autres participantsLa richesse intellectuelle des autres participants, la vision des choses, des différentes stratégies possibles pour mener à bien un projet, la démarche intellectuelle, la démarche logique, la façon de réfléchir, d'envisager les éléments clés… J'ai beaucoup appris. Et nous avons été très bien entourés.

En quoi ce projet a-t-il changé ta vision sur les musées, les expos, le milieu culturel ?Ce projet n'a pas changé ma vision des choses. J'étais très content de participer à cette expérience. J'aimais déjà beaucoup les musées avant et je les aime toujours.Cette volonté de participation est très positive et très dynamique mais je me rends compte que cela prend beaucoup de temps de bénévolat chez les professionnels.

Nous voulions comparer ce qui était fait hier, ce qui est fait aujourd'hui et surtout les objets qui traversent le temps.

François est un promeneur de ville.

N'ayant pas d'attentes particulières par rapport au projet, il est ouvert à toutes les idées et n'a pas peur d'aller vers l'inconnu.

"

"

Créativité

Un mot pour résumer le projet : AudaceC'est assez audacieux de la part du musée d'accueillir ce type de projet. Ça l'est également pour les personnes qui y participent parce que, jusque maintenant, nous n'avons pas d'idées concrètes de ce que nous allons faire.

Un lieu à visiter avec des touristes

vit à Bruxelles

kinésithérapeute

53 ans

Le musée des instruments de musique

J'aime beaucoup la musique et le jazz en particulier. J'ai joué de la clarinette pendant plus de 20 ans. Je vais régulièrement à des concerts. Le MIM est un très bel endroit.

© iStock

Interview du 23 janvier 2020

© Photo BELvue

Lire l'interview de juin

Genially Genial.ly es una herramienta para crear todo tipo de recursos interactivos. Es momento de darle vida a tus contenidos, ¡impresiona a tu público! YouTube

Tweets by genially_es

J'aime beaucoup la musique et le jazz en particulier. J'ai joué de la clarinette pendant plus de 20 ans. Je vais régulièrement à des concerts. Le MIM est un très bel endroit.

Un mot pour résumer le projet : CréativitéNous rassemblons de nouvelles idées, des définitions, les avis de chacun. Analyser les idées des autres et pouvoir les raccrocher à ses idées puis avancer dans le projet, je trouve cela assez créatif.

Je trouve que nous avons la chance d'avoir des artistes modernes qui sont très caractéristiques. Le musée d'art moderne peut résumer la Belgique d'un point de vue plus concret. La Belgique est très cosmopolite et cela transparait dans l'art.

Que retiens-tu de positif ?Au départ d'un mot, on arrive parfois à tirer beaucoup plus qu'une simple définition. La façon dont les ateliers sont menés permet de voir les facettes d'un même mot, ou d'une simple phrase et toutes les possibilités qui s'offrent à nous. Cette richesse de développement ouvre le champ des possibles. Cela m'a beaucoup étonné.

Un élément important : la diversité au niveau du groupeNous sommes de tous les âges, de tous les profils, de différentes nationalités. Pour moi, c'est un aspect intéressant, notamment dans la créativité, dans les rencontres et dans les relations.

Quel pourrait être le thème retenu par le groupe pour cette exposition ?J'ai l'impression que l''envie du groupe c'est de partir sur "et avant, c'était comment ? Comment est-ce devenu ? Notre expo temporaire sera intégrée à l'expo permanente. Le fait de comparer avant et maintenant va peut-être être plus facile à développer autour de l'exposition existante.

Connaissais-tu le musée BELvue ?Oui je le connaissais, j'y ai emmené mes filles. Par contre, je n'étais jamais allé dans les réserves.

Quelle est la place de la culture aujourd'hui ?Vu le nombre de gens qui fréquentent les lieux culturels, il me semble qu'il y a de plus en plus de gens qui prennent le temps de… prendre du temps. Dans ma vie, cela a une place importante et il me semble que chez les autres aussi. Les jeunes prennent le temps d'aller au théâtre, au cinéma, de déambuler dans la ville. La culture a toujours de l'avenir. La difficulté, c'est le prix. Mais à Bruxelles, il y a moyen de très bien se cultiver et de se distraire avec un budget restreint. Un concert à 95€ ce n'est pas obligatoire pour être heureux. Il y a des tas d'endroits, des petits théâtres locaux, des petites salles qui proposent des artistes moins connus mais avec lesquels il y a plus d'interactions. Et marché dans la ville, c'est gratuit pour profiter des beaux bâtiments, des lieux, des ambiances… Alors que je passe ma vie à me promener dans Bruxelles, je découvre encore aujourd'hui des endroits que je ne connaissais pas.

Pourquoi as-tu souhaité participer au projet ?Comme je suis assez curieux de la vie culturelle bruxelloise, je vais souvent sur les sites des musées, des théâtres… J'ai vu l'annonce sur le site du BELvue. Tout de suite le projet m'a séduit et j'ai posé ma candidature.Ce qui m'a motivé c'est la perspective de rencontrer d'autres gens car pour moi, toute rencontre est enrichissante. Je ne savais pas vraiment vers quoi nous allions aller mais je ne suis pas déçu.