Want to make creations as awesome as this one?

No description

More creations to inspire you

Transcript

2019-2020

REVUE ANNUELLE

www.ccisd.org

ccisd@ccisd.org

TABLE DES MATIÈRES

Introduction

Les faits saillants 2019-2020

Nos projets en cours cette année

Les programmes spéciaux et implications du CCISD

Une fin d'année marquée par la COVID-19

Nos partenaires

Notre équipe

Contactez-nous

01

02

03

04

05

06

07

08

Introduction

01

MOT DE LA PRÉSIDENTE

Dans le rapport annuel de l’an dernier, je positionnais le CCISD comme une organisation au cœur d’écosystèmes complexes et changeants et au sein desquels notre objectif de santé durable était un processus d’action concertée. L’année qui vient de s’écouler nous aura permis de poursuivre cet objectif en veillant à ce que nos principes fondateurs et nos valeurs guident nos actions. Mais, face à la pandémie de COVID-19, nous avons dû également faire preuve d’anticipation, d’adaptation et de ce qui est maintenant convenu d’appeler de résilience organisationnelle.Grâce à la direction générale et à toute l’équipe du CCISD (que ce soit au siège social ou dans les pays partenaires), cette forme de résilience s’est manifestée de différentes façons.

Diane MORIN

LIRE LA SUITE...

Mot de la présidente du Conseil d’administrationDans le rapport annuel de l’an dernier, je positionnais le CCISD comme une organisation au cœur d’écosystèmes complexes et changeants et au sein desquels notre objectif de santé durable était un processus d’action concertée. L’année qui vient de s’écouler nous aura permis de poursuivre cet objectif en veillant à ce que nos principes fondateurs et nos valeurs guident nos actions. Mais, face à la pandémie de COVID-19, nous avons dû également faire preuve d’anticipation, d’adaptation et de ce qui est maintenant convenu d’appeler de résilience organisationnelle. Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik la définirait comme […] un processus et des passages qui incluent une capacité de rebondir et de se transformer pour tracer de nouvelles façons de faire[1]. Le groupe d’accréditation britannique BSI pour des normes d’entreprises en santé la définit aussi comme […] la capacité d'anticiper, de se préparer, de réagir et de s'adapter aux événements - à la fois des chocs soudains et des changements graduels. Cela signifie être adaptable, compétitif, agile et robuste[2].Grâce à la direction générale et à toute l’équipe du CCISD (que ce soit au siège social ou dans les pays partenaires), cette forme de résilience s’est manifestée de différentes façons.D’abord, les membres du conseil d’administration ont souhaité que la direction générale, ainsi que chaque direction, chaque service, et chaque projet prennent acte de l’impact de la pandémie, mais aussi des forces et des opportunités en présence. Les dirigeant·e·s ont mis l’accent sur ces éléments pour utiliser les ressorts et les talents qu’ils ont au sein des équipes, pour consolider la confiance et pour continuer de contribuer à la santé durable. Les membres du conseil d’administration ont perçu une réelle agilité à évoluer dans cet environnement soudainement incertain et pavé de changements continus. Tout en ayant conscience des enjeux pour les ressources et le maintien des objectifs prioritaires, nous avons observé de la diligence à agir et de la transparence dans l’information. Nous avons aussi compris que jamais autant de rencontres virtuelles ne se sont avérées si efficaces, si productives et si ciblées vers la résolution de problèmes. En ces temps exceptionnels, nous avons donc senti de la cohésion et de la solidarité au sein du CCISD et avec ses partenaires. Cela a fort probablement permis au CCISD de traverser la turbulence avec espoir et réussite jusqu'à présent, malgré d’immenses contraintes qui étaient la plupart du temps imprévisibles.Ainsi, nous percevons aujourd’hui le CCISD comme une organisation capable de résilience. Cet attribut a permis de renforcer des liens, de déployer des approches de mains tendues, et de générer de nouvelles capacités à travailler ensemble. C’est ce qui nous a amenés à ce jour et qui nous assurera dans l’avenir de relever les plus grands défis tout en favorisant la complicité et l’intelligence collective. Donc, si la résilience organisationnelle a mis en valeur notre capacité de miser sur des forces plus collectives, de solidifier des ancrages et des relations, et de faire preuve de créativité, elle nous propulse aussi à bâtir une vision plus audacieuse de notre futur. L’année qui vient sera donc une année où innovation, solidarité et engagement collectif seront au rendez-vous.Sachez que les membres du conseil d’administration se sentent solidairement concernés par la situation qui prévaut actuellement à travers le monde. Ils se concentrent à appuyer le CCISD pour qu’il réalise sa mission de contribuer à l'amélioration durable de la santé des communautés de manière collaborative, efficace et éthique. Enfin, je prends ici la parole au nom de l’équipe complète des membres du conseil d’administration pour remercier sincèrement notre directeur général, l’équipe du siège social de même que toutes les équipes œuvrant au sein des pays d’intervention du CCISD pour leur implication, leur agilité et leur générosité.[1] https://www.revuegestion.ca/la-resilience-organisationnelle-la-cle-pour-rebondir-et-se-propulser[2] https://www.bsigroup.com/fr-CA/Nos-services/Organizational-Resilience/Evaluation-de-la-resilience-organisationnelle/

MOT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL

À la place du deuxième Rendez-vous annuel du CCISD, dans le contexte de cette pandémie qu’il n’est plus nécessaire de nommer, nous avons opté pour une formule différente qui, je l’espère, saura vous faire prendre connaissance de façon attrayante des résultats probants et événements marquants de la dernière année.

Visionnez le message de notre directeur général, Robert BEAUDRY!

«

»

LE CCISD, EN BREF

MISSION

EXPERTISE

PRIORITÉS

Notre équipe mène des actions structurantes dans le domaine de la santé internationale depuis maintenant près de 35 ans.Grâce à une stratégie d'accompagnement/appropriation qui favorise la pérennité des interventions réalisées, nos projets parviennent à générer un impact durable sur la santé de milliers d'enfants, d'adolescents (filles et garçons), de femmes et d'hommes.G

232 M $Budget total géré

41 pays d'intervention

12,7 Mpersonnes touchées par nos activités

113 projets réalisés

Le Centre de coopération internationale en santé et développement (CCISD) est une organisation canadienne à but non lucratif ayant pour mission decontribuer à l'amélioration durable de la santé des communautés.

Depuis 1987, notre équipe conçoit et gère des projets de santé internationale en fonction des besoins des communautés avec et pour qui elle intervient.Le CCISD est reconnu pour ses stratégies d’intervention efficaces pour un renforcement des systèmes de santé en vue d’assurer à toutes et à tous un accès à des services de santé de qualité, offerts dans un environnement sain et par du personnel qualifié.Les domaines concernés incluent les soins de santé primaires, la santé sexuelle et de la reproduction, la riposte au VIH, la surveillance épidémiologique, l’environnement sanitaire et la formation.

Le CCISD favorise des approches participatives, transformatrices et fondées sur les droits pour agir sur lescauses profondes des inégalités en santé, particulièrement les inégalités de genre.S'appuyant sur des données probantes, notre équipe mise sur le renforcement des capacités du personnel de santé, de manière à reconnaître et valoriser les compétences locales existantes. Chacun de nos projets travaille aussi étroitement avec les organisations de la société civile, en particulier les groupes et associations de femmes, en tant qu’alliées du développement local.Par un appui à la gouvernance inclusive et au renforcement de l’ensemble des actrices et acteurs de la pyramide sanitaire, nous contribuons ainsi au développement de services résilients, capables de s’adapter.

Les faits saillants

02

2019-2020

Cliquez sur les dates pour en savoir davantage sur chaque fait saillant.

PAR MOMENT CLÉ

20

AOÛT 2019Annonce officielle du projet CLEFS (Mali)

AOÛT 2019Annonce officielle du projet CLEFS (Mali)Le 28 août 2019, le gouvernement du Canada a annoncé l’octroi d’une somme pouvant atteindre 20 millions de dollars au cours des cinq prochaines années pour améliorer l’accès à des services de santé sexuelle et reproductive de qualité pour les femmes et les filles au Mali.Ce financement permettra la mise en oeuvre du projet CLEFS, une initiative du Consortium composé du CCISD, du Cégep de Saint-Jérôme et de l'Université de Sherbrooke, qui a entamé sa phase de démarrage en mars 2020.EN SAVOIR PLUS

JUIN 20191er Rendez-vous annuel du CCISD

JUIN 2019Premier Rendez-vous annuel du CCISDLe 20 juin 2019, l’équipe du CCISD a instauré une nouvelle coutume en présentant son tout premier Rendez-vous annuel à la salle des Promotions située au Séminaire de Québec. Cet événement a réuni divers partenaires, collaborateurs et membres du personnel des équipes terrain afin de partager les faits saillants et célébrer les succès et les résultats significatifs de l'année 2018-2019.EN SAVOIR PLUS

OCTOBRE 2019Présentations à la Conférence canadienne sur la santé mondiale

OCTOBRE 2019Présentations à la Conférence canadienne sur la santé mondialeUne délégation du CCISD a participé à la 25e Conférence canadienne sur la santé mondiale qui s'est tenue à Ottawa, du 17 au 19 octobre 2019.Cécile MALEKO(1), conseillère en égalité de genre du projet ASSK (République démocratique du Congo), et Ericka MOERKERKEN(2), chargée de projet au CCISD, y ont d'ailleurs présenté les résultats desAnalyses comparatives entre les sexes+,réalisées dans le cadre des projets ASSK et PASSRELLE (Bénin).Ces oraux ont été l'occasion de partager les données collectées par le CCISD sur : les barrières à l’accès et à l’utilisation des services de santé sexuelle et reproductive par les femmes dans la province de Kinshasaainsi queles préférences et perceptions des adolescent.e.s sur les interventions en santé sexuelle et droits sexuels et reproductifs au Bénin.

JANVIER 2020Nomination de nouveaux membres du conseil d'administration

JANVIER 2020Nomination de nouveaux membres au conseil d'administrationPlusieurs changements au conseil d'administration du CCISD ont été officialisés au cours de l'année 2019-2020, dont l'arrivée du Dr Jean-Pierre KALALA(1), sociologue du développement économique rural, et M. Robert DUBÉ(2), analyste financier agréé (CFA), à titre d'administrateurs. De plus, M. Jean BÉDARD(3), comptable professionnel agréé (CPA) et professeur titulaire à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval, a accepté un mandat en tant que membre externe du comité d'audit.Toute l'équipe tient à leur souhaiter la bienvenue!Nous désirons également souligner l'engagement et l'apport de MmeDanielle C. BÉLAIR(4)et M.Jacques R. GAGNÉ(5)qui ont terminé leurs mandats respectifs à titre d’administratrice et de membre externe du comité d'audit pendant la même période.

FÉVRIER 2020Participation à la Semaine du développement international

FÉVRIER 2020Participation du CCISD à la Semaine du développement internationalDans le cadre de la Semaine du développement international, Ericka Moerkerken, chargée de projet, a représenté le CCISD au sein d'un panel sur la santé mondiale.Elle a ainsi eu l'occasion de partager son expérience en tant que spécialiste de santé publique, mais également de présenter certaines des leçons apprises du CCISD au cours des 33 dernières années.Cet événement, organisé à l'Université Laval le 4 février 2019, s'est tenu sous le thème " Apprendre du passé pour préparer l'avenir " du Colloque-Enjeux et défis de la coopération internationale.

MARS 2020Obtention d'un mandat d'appui au projet REDISSE (Afrique de l'Ouest)

MARS 2020Obtention d'un mandat d'appui au projet REDISSE (Afrique de l'Ouest)L'Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) et la Banque mondiale ont une fois de plus fait confiance à l'équipe du CCISD en nous octroyant un second mandat d'appui dans le cadre du Projet régional de renforcement des systèmes de surveillance des maladies en Afrique de l'Ouest(REDISSE).Signé le 5 mars 2020, ce mandat de 3 096 304$ US est mis en œuvre dans la même logique que les projets Appui au REDISSE-47 (2017-2019) et WARDS (2014-2017). Il permettra au CCISD de faire valoir sa vaste expertise en surveillance épidémiologique dans le cadre de la mise en place de 53 centres de surveillance épidémiologique dans 5 pays : Bénin, Mali, Mauritanie, Niger et Nigéria.Les activités du mandat seront réalisées en synergie avec la Fondation Mérieux et s'inscrivent dans une perspective « une seule santé » (One Health).

DÉVELOPPEMENT DURABLE

PAR THÉMATIQUE

ÉGALITÉ DE GENRE

RECHERCHE ET EXPERTISE

DÉVELOPPEMENT PHILANTHROPIQUE

DÉVELOPPEMENT DURABLEPour le CCISD, le progrès social, l’efficacité économique et la protection de l’environnement sont indissociables. L’amélioration durable de la santéet de la qualité de vie constituent ainsi des variables essentielles pour le bien-être des populations et s’inscrivent au cœur de nos interventions.En tant qu'organisation de coopération internationale, nous trouvons essentiel que le CCISD joue pleinement son rôle pour contribuer à l’atteinte des objectifs du développement durable (ODD). Cette année, des jalons importants ont d'ailleurs été franchis en ce sens, alors qu'un comité de développement durable a travaillé à l'élaboration d'une Politique de développement durable dont découlera un plan d'actions concrètes, à la fois pour les activités au siège social, à Québec, et dans les pays que nous appuyons.Par ailleurs, le CCISD s'est déjà engagé à réduire son empreinte climatique en compensant les émissions de gaz à effet de serre produits par ses multiples déplacements aériens.En 2018-2019, ce sont près de 52 tonnes de CO2 qui ont été compensées par le CCISD. Conséquemment, grâce à cette nouvelle initiative,881.96 $ CA ont été versés au programme de compensation volontaire de la Forêt Montmorency.

ÉGALITÉ DE GENREAu fil des ans, l'engagement et l'expertise du CCISD en matière d'égalité de genre ne cessent de croître. Grâce à un personnel dévoué, des approches transformatrices et des interventions participatives adaptées, notre organisation contribue de manière de plus en plus efficace à réduire les inégalités ainsi qu'à accroître la promotion et le respect des droits humains dans le domaine de la santé et au-delà.Cette année, notre équipe a continué de s'investir dans de nombreuses activités visant à partager les connaissances, à assurer la transversalité des bonnes pratiques, ainsi qu'à consolider nos efforts, à la fois dans nos projets sur le terrain et au siège social.À cet effet, notamment :Notre Politique institutionnelle de prévention du harcèlement sexuel et psychologique au travail et une version actualisée de notre Code de conduite ont été adoptés par le conseil d'administration et présentés aux membres du personnel qui ont participé à divers ateliers de réflexion et de travail à leur sujet.Des rencontres bimensuelles de suivi-évaluation avec chaque spécialiste en égalité de genre des projets du CCISD ont eu lieu tout au long de l'année, ainsi que des rencontres de codéveloppement entre les spécialistes visant à mettre en lumière les expertises développées dans nos pays d'intervention.Des outils de suivi des indicateurs en matière d'égalité de genre, particulièrement de santé et droits sexuels et reproductifs, ont été développés et contribuent à renforcer nos pratiques dans chaque projet et entre ceux-ci.Le personnel du siège social a participé à une formation sur la rédaction non sexiste et poursuit ses efforts afin de donner une visibilité équitable aux femmes et aux hommes dans ses projets, ses actions... et ses communications!Pour en savoir plus sur nos actions concrètes en faveur de l'égalité de genre,cliquez ici!

RECHERCHE ET EXPERTISEDans une optique d'amélioration continue, il est important pour toute organisation d'être en mesure d'identifier et de documenter ses interventions et approches efficaces ainsi que de suivre ses progrès afin de tirer des leçons de ses expériences. À cet effet, notre équipe a été bien occupée cette année à consolider son programme de recherche et expertise.Visant une application des connaissances, ce programme s'appuie notamment sur la réalisation de recherches opérationnelles en lien avec des projets du CCISD. Il inclut le suivi-évaluation et la mise en valeur de nos expertises transversales, dont l'égalité de genre et l'environnement, afin de produire des informations opportunes et des données probantes ainsi que favoriser les apprentissages.Le programme contribuera donc à nous outiller et nous aider à mieux:Répondre aux besoinsApprendre de nos actions Prendre des décisions éclairéesMettre en valeur nos meilleures pratiquesUne première recherche a été entamée au cours de l'année autour du projet BECEYA sous la forme d'une étude mixte (qualitative et quantitative) surles effets d’un projet d’amélioration de l’environnement sanitaire pour les mères et les enfants dans les centres de santé dans trois régions du Mali.Cette recherche a reçu l'aval du comité d'éthique de la Faculté de médecine et d'odontostomatologie (FMOS) de Bamako et est réalisée par une équipe canadienne et malienne.L'analyse et la systématisation des résultats seront finalisés au cours des prochains mois et permettront de mieux comprendre certains effets indirects encourageants observés suite aux interventions du projet.

DÉVELOPPEMENT PHILANTHROPIQUENous avons entamé en 2019 un important virage afin d'accroître les activités philanthropiques du CCISD. Dans cette optique :Un comité dédié, composé de 6 employé·e·s et incluant une nouvelle ressource spécialisée en philanthropie, a été formé afin d'appuyer le développement philanthropiqueUne stratégie et d’un plan d’action de collecte de fonds sont en cours d'élaborationLe personnel du siège social a suivi une formation sur le développement philanthropiqueLe CCISD sera prêt à solliciter des dons dès l'automne 2020.Vous pouvez déjà en apprendre davantage sur les façon de soutenir nos activités ou contribuer en cliquant ici.

Dans nos pays d'intervention comme au Canada, l'impact des changements climatiques se fait sentir sur la santé des communautés. En tant qu'organisation de coopération internationale, nous sentons la responsabilité d'agir en faveur d'un développement durable.

NOS PROJETS

03

en cours cette année

CARTE DES PROJETS 2019-2020

Cliquez sur les points de la carte pour découvrir les projets mis en œuvre dans chaque pays.

HAÏTIPRISMA 2Projet de prise en charge intégrée de la Santé de la Mère et de l'Enfant dans l'Artibonite - Phase 2Durée : 2017-2021Budget : 22 208 000 $ CABailleurs de fonds :Affaires mondiales Canada (19 520 000 $ CA) et One Drop (2 688 000 $ CA)PROSAMIProjet de santé maternelle et infantile à Léogâne et Gressier en HaïtiDurée : 2016-2020Budget : 8 761 539 $ CABailleurs de fonds :Affaires mondiales CanadaEn consortium avec Mission inclusion (chef de file)

MALIBECEYAAmélioration de l'environnement sanitaire pour les mères et les enfants dans les centres de santéDurée : 2015-2020Budget : 19 931 735 $ CA, incluant une contribution de 390 818 $ CA du CCISDBailleurs de fonds :Affaires mondiales CanadaCLEFSCommunautés Locales d'Enseignement pour des Femmes et des filles en SantéDurée : 2020-2025Budget : 20 968 692 $ CA, incluant une contribution de 998 446 $ CA du ConsortiumBailleurs de fonds :Affaires mondiales CanadaEn consortium avec le Cégep de Saint-Jérôme et l'Université de Sherbrooke

BÉNINPASSRELLEProjet d'amélioration de la santé sexuelle et reproductive et du respect des droits des adolescentes du BéninDurée : 2018-2021Budget : 7 955 378 $ CA, incluant une contribution de 155 990 $ CA du CCISDBailleurs de fonds :Affaires mondiales CanadaEn collaboration avec BASP'96

RD CONGOASSKAccès aux services de santé à KinshasaDurée : 2018-2023Budget : 19 844 047 $ CA, incluant une contribution de 293 262 $ CA du ConsortiumBailleurs de fonds :Affaires mondiales CanadaEn consortium avec l'Unité de santé internationale (USI)

BOLIVIEPROMAVIProgramme multisectoriel d'amélioration des conditions de vie en milieu rural bolivienDurée : 2016-2022Budget : 11 486 736 $ CA, incluant une contribution de 486 715 $ CA du ConsortiumBailleurs de fonds :Affaires mondiales CanadaEn consortium avec SOCODEVI (chef de file)

AFRIQUE DE L'OUESTAPPUI AU REDISSEMise en place de 53 Centres de surveillance épidémiologique dans le cadre du Projet régional de renforcement des systèmes de surveillance des maladies en Afrique de l'Ouest (REDISSE)Durée : 2020-2022Pays : Bénin, Mali, Mauritanie, Niger et NigériaBudget : 3 096 304$ USBailleurs de fonds :Banque mondiale via l'Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS)

HAÏTIPRISMA 2Projet de prise en charge intégrée de la Santé de la Mère et de l'Enfant dans l'Artibonite - Phase 2Durée : 2017-2021Budget : 22 208 000 $ CABailleurs de fonds :Affaires mondiales Canada (19 520 000 $ CA) et One Drop (2 688 000 $ CA)PROSAMIProjet de santé maternelle et infantile à Léogâne et Gressier en HaïtiDurée : 2016-2020Budget : 8 761 539 $ CABailleurs de fonds :Affaires mondiales CanadaEn consortium avec Mission inclusion (chef de file)

BOLIVIEPROMAVIProgramme multisectoriel d'amélioration des conditions de vie en milieu rural bolivienDurée : 2016-2022Budget : 11 486 736 $ CA, incluant une contribution de 486 715 $ CA du ConsortiumBailleurs de fonds :Affaires mondiales CanadaEn consortium avec SOCODEVI (chef de file)

BÉNINPASSRELLEProjet d'amélioration de la santé sexuelle et reproductive et du respect des droits des adolescentes du BéninDurée : 2018-2021Budget : 7 955 378 $ CA, incluant une contribution de 155 990 $ CA du CCISDBailleurs de fonds :Affaires mondiales CanadaEn collaboration avec BASP'96

RD CONGOASSKAccès aux services de santé à KinshasaDurée : 2018-2023Budget : 19 844 048 $ CA, incluant une contribution de 293 262 $ CA du ConsortiumBailleurs de fonds :Affaires mondiales CanadaEn consortium avec l'Unité de santé internationale (USI)

MALIBECEYAAmélioration de l'environnement sanitaire pour les mères et les enfants dans les centres de santéDurée : 2015-2020Budget : 19 931 735 $ CA, incluant une contribution de 390 818 $ CA du CCISDBailleurs de fonds :Affaires mondiales CanadaCLEFSCommunautés Locales d'Enseignement pour des Femmes et des filles en SantéDurée : 2020-2025Budget : 20 968 692 $ CA, incluant une contribution de 998 446 $ CA du ConsortiumBailleurs de fonds :Affaires mondiales CanadaEn consortium avec le Cégep de Saint-Jérôme et l'Université de Sherbrooke

AFRIQUE DE L'OUESTAPPUI AU REDISSEMise en place de 53 Centres de surveillance épidémiologique dans le cadre du Projet régional de renforcement des systèmes de surveillance des maladies en Afrique de l'Ouest (REDISSE)Durée : 2020-2022Pays : Bénin, Mali, Mauritanie, Niger et NigériaBudget : 3 096 304$ USBailleurs de fonds :Banque mondiale via l'Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS)

DES RÉSULTATS

UNE réussite

PLUS d'INFO

UN TÉMOIGNAGE

Le Projet ASSK a pour objectif d’améliorer la santé des femmes, des enfants et des adolescent·e·s vivant dans la province de Kinshasa, en République démocratique du Congo.

Réalisée en consortium avec l'Unité de santé internationale (USI), cette initiative propose notamment une série d'interventions en faveur de services de santé sexuelle et reproductive de meilleure qualité et disponibles. Elle est prévue sur une durée de 5 ans (2018-2023).

-LE PROJET ASSK : Un bel exemple de coopération triangulaireAu cours de 2019-2020, le projet ASSK a été sélectionné par le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) en tant que projet exemplaire dans le cadre d'une initiative visant à promouvoir la coopération triangulaire.Qualifiée d'approche de développement inclusive et plus contemporaine, la coopération triangulaire repose sur la création de partenariats Sud-Sud et Nord-Sud de manière à valoriser le partage d'expertises et stimuler l'innovation pour relever un défi de développement particulier.Dans le cas du projet ASSK, l'expérience de coopération triangulaire a pris forme autour d'un enjeu bien spécifique, à savoir celui de l'amélioration des pratiques d'hygiène et de la gestion efficace des déchets biomédicaux (GDBM) en milieu de soins, des éléments essentiels à la qualité des services de santé sexuelle et reproductive.En raison d'une expertise locale très limitée, l’absence de normes nationales en la matière et la disponibilité réduite de matériaux adaptés pour la construction d’incinérateurs de qualité en République démocratique du Congo (RDC), le projet ASSK faisait face à de nombreux défis. Le CCISD a donc proposé de capitaliser son expertise acquise au Mali dans le cadre du projet BECEYA (2015-2020),spécialisé dans le domaine de l’eau-hygiène-assainissement en milieu de soins.À cet effet, une collaboration a été entamée entre les deux projets et des membres de l’équipe congolaise se sont rendus au Mali dans le cadre d’un voyage d’études qui visait notamment àcomprendre le processus de construction d’incinérateurs performants faits de matériaux disponibles localement.L’équipe du projet ASSK a dès son retour entamé des analyses en laboratoire pour identifier des briques adéquates. Sur la base des leçons apprises du projet BECEYA, deux incinérateurs seront construits à titre pilote, suscitant un vif intérêt des partenaires étatiques (provincial et national) du projet ASSK.Si l’expérience est concluante, ce sera une première en RDC, car il n’existe encore sur le marché d’incinérateurs construits avec des matériaux 100% locaux qui peuvent atteindre des standards internationaux.Le profil complet du projet ASSK et de son expérience de coopération triangulaire sont présentés sur le site du CCCI.Pour le lire,cliquez ici.Un résumé de la coopération triangulaire et des conclusions du CCCI à ce sujet peuvent quant à eux être consultés en cliquant ici.

-L'ANNÉE 2019-2020, EN BREFLe projet ASSK a connu une importante intensification de ses activités au cours de cette seconde année de mise en œuvre. Entre autres, les interventions ont permis d'atteindre les résultats suivants :Six missions d’appui-conseilont été réalisées dans le cadre du Programme de partage d’expertise en santé (PEPS) du CCISD. L'équipe ASSK a ainsi pu bénéficier d'une expertise dans des domaines aussi diversifiés que la santé des ados, la recherche opérationnelle, l'architecture, l'ingénierie et l'énergie solaire.50 prestataires (14F/36H)ont été formés sur la prise en charge syndromique des IST et les soins post avortement ainsi que sur l’offre de services de santé adaptés aux adolescent·e·s.32 pairs éducateurs dans l'adolescence (16F/16G) ont été formés sur la santé sexuelle et reproductive.36 formateurs et enseignant·e·s (9F/27H) ont été formés avec l’appui du Projet pour renforcer l’utilisation du Programme national d’éducation à la vie familiale dans les écoles de la Province. À travers ce programme, les jeunes filles et garçons de Kinshasa ont accès, entre autres, à de l'information adaptée sur une variété de sujets en lien avec leur santé sexuelle.168 prestataires (72F/96H) de 11 centres de santéont reçu la formation sur site au sujet des bonnes pratiques d’hygiène et de gestion des déchets biomédicaux.Sous la responsabilité de l’expert en recherche, l’équipe du Projet a réalisé deux recherches opérationnelles dont les résultats serviront à bonifier les stratégies du projet en matière de santé des adolescent·e·s et de soins obstétricaux et néonataux (SONU).Les partenaires du projet ont été dotés en véhicules et en équipements informatiques. Une entente a aussi été signée avec UNFPA qui permet au Projet de sécuriser l’approvisionnement en contraceptifs gratuits pour la population dans toutes les structures appuyées par ASSK.Dès le mois de mars 2020, le Projet a rapidement concentré ses efforts pour répondre aux besoins urgents de ses partenaires en matière de protection du personnel de santé et d’hygiène ainsi que des bénéficiaires des structures de santé, dont les femmes et les adolescent·e·s, afin de lutter contre la propagation de la COVID‑19.

-Dr Willy Mvuandulu, Médecin-chef de zone de Maluku 2« Je suis médecin-chef de zone de santé de Maluku 2 depuis plus de 10 ans. Au cours de notre parcours professionnel, nous avons accumulé des connaissances et un savoir-faire remarquable qui, aujourd'hui, fait la fierté de la province de Kinshasa.Tout cela grâce aux appuis du Canada par le biais des projets PROSA-KIN, PASSKIN et actuellement ASSK qui vient de nous octroyer des bourses d'études en santé publique témoignant son objectif de voir les cadres des zones de santé appuyées par le Canada se distinguer encore plus dans la ville de Kinshasa, chose que nous saluons avec beaucoup de considération..Nous vous rassurons que vous ne serez pas déçus et une fois encore grand merci! »Sept médecins chefs de zone (1F/6H), incluant le Dr Willy, poursuivent actuellement leur formation à l’École de santé publique de Kinshasa pour l’obtention d’un diplôme en santé communautaire. Leur formation est subventionnée à 80% par le Projet ASSK.

DES RÉSULTATS

UN BILAN

PLUS d'INFO

Le projet BECEYA a pris fin en mars 2020, après cinq années de partenariats fructueux en faveur de l'environnement sanitaire de 128 centres de santé du Mali.Il visait l’amélioration de l’accès des Malien·ne·s à des services de base de qualité, respectueux de l’environnement, qui répondent à leurs besoins, particulièrement à ceux des femmes, des nouveau‐nés, des enfants et des jeunesde Kayes, Ségou et Sikasso.

-L'ANNÉE 2019-2020, EN BREFÉtant arrivé à la fin de son cycle de vie, le projet BECEYA a connu une année de transitions, de passation et de capitalisation dans ses trois régions d'intervention (Kayes, Ségou et Sikasso).Les travaux complémentaires dans 64 centres de santé appuyés à l’An 5 et lesouvrages dans les 110 centres de santé des Ans 3 et 4 ont été finalisés et officiellement inaugurés.41 responsables de centres de santé, 41 agent·e·s de santé, 252 agent·e·s d'entretien et d'incinération et 200 membres d'Assocations de santé communautaire (ASACO) et des conseillères/conseillers communauxont été formés sur diverses thématiques, dont l'eau-hygiène-assainissement en milieu de soins, l'égalité entre les femmes et les hommes et le leadership.429 890 personnesont été sensibilisées par les Coordinations d’associations de femmes et les agents de santé dans les 128 centres de santé appuyés par BECEYA.42 Coordinations d’associations de femmes ou Comités de femmes utilisatrices (CFU)ont reçu un appui financier pour les activités génératrices de revenus (AGR) dans les trois régions. Cet appui a été offert à titre de contribution par le CCISD.Une Rencontre interrégionale rassemblant près de 85 parties prenantes a été organisée à Kayes, les 13 et 14 février 2020, et unBilan final de partage des résultats du Projet avec le Ministère de la Santé et des Affaires Sociales, l’Ambassade du Canada, d’autres ministères impliqués et les partenaires techniques et financiers s'est tenu à Bamako, le 20 février 2020.Un document de capitalisation de l’expertise développée en gestion des déchets biomédicaux a été produit par le Projet. Ce dernier sera édité et distribué au cours de l'été 2020.Les bénéficiaires du Projet ont illustré leur engagement à assurer la pérennité des interventions BECEYA en :Réalisant certains ouvrages (approvisionnement en eau potable par connexion au système municipal, latrines et douches selon les modèles BECEYA, hangar pour l’aire de lavage, etc.),Recrutant des agent·e·s d’entretienMettant en place des mécanismes financiers pour l’entretien et la maintenance des ouvrages.L'initiative se termine sur un sentiment du devoir accompli pour toute l'équipe BECEYA, tant au Mali qu'au Canada, qui est fière des résultats atteints au cours des cinq dernières années.

DES RÉSULTATS

PLUS d'INFO

Le PASSRELLEvise à améliorer la santé sexuelle et reproductive (SSR) et le respect des droits de plus de 100 000 adolescentes de 15 à 19 ans des départements de l’Atlantique et du Mono, au Bénin.

En appui au Ministère de la Santé du Bénin, cette initiative contribue à renforcer l’offre et la demande de services en SSR adaptés aux besoins des adolescentes et axés sur le respect de leurs droits, tout en agissant auprès des structures de gouvernance afin d’optimiser la coordination des activités de prévention et de prise en charge de la SSR.

UN TÉMOIGNAGE

-L'ANNÉE 2019-2020, EN BREFAu cours de cette deuxième et avant dernière année de mise en œuvre des activités, l'équipe PASSRELLE a été particulièrement occupée et a réalisé d'importantes avancées. Notamment :Les constructions de cinq centres amis des ados (CAAD), des structures spécialisées où les jeunes peuvent recevoir de l'information sûre et adaptée sur leur santé, ont été finaliséesPlusieurs formations ont été réalisées sur la santé sexuelle et reproductive, la santé mentale, l'égalité de genre et le respect des droits des adolescentes. Celles-ci ont été adaptées et offertes à différentes catégories d'intervenant·e·s, dont :120 prestataires de soins77 membres du personnel-cadre de santé150 membres de Comité de gestion des centres de santé (COGECS)Plus de 600 acteurs locaux, groupements/associations, relais-communautaires et pairs-éducateurs qui ont aussi reçu du matériel de sensibilisation pour faire leur travail(boîtes à images, haut-parleurs, matériel promotionnel, etc.)50 établissements de santéont été dotés en matériel médical (tables d’accouchement, spéculums en aciers, tables d’examen, tensiomètres, etc.), en kits d’urgence pour la référence et contre-référence et en registres7 structures de gouvernance en santé (directions départementales et équipes d'encadrement) ont été dotées en matériel pour la gestion des données sanitaires (ordinateurs, motos, modem Internet, registres, etc.)2 cadres de concertation départementaux et 5 cadres de concertation communaux en SSR et lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) ont été appuyésDepuis le début de la pandémie de coronavirus, l'équipe du projet a consacré beaucoup d'efforts afin que les adolescentes béninoises ne soient pas oubliées dans les plans de riposte et de relèvement liés à la COVID-19.

NABILATH LANIGNAN, SAGE-FEMME d'état en poste au centre de santé de tangboSix mois après avoir participé aux activités de renforcement des capacités du PASSRELLE sur les services de santé adaptés aux adolescent·e·s, Mme LANIGNAN fait le point sur son expérience et les améliorations qu'elle constate dans son travail quotidien.« Tout d'abord, je remercie PASSRELLE pour cette formation qui m’a vraiment aidé à savoir comment aborder les ados. Toutes les compétences et informations qui ont été partagées avec nous étaient réelles et EXACTES. Je prends maintenant beaucoup de temps et de plaisir à accueillir les adolescent·e·s. J’ai reçu une jeune femme, élève de 16 ans environ, en consultation pour une plainte banale. Grâce à l’approche ouverte que PASSRELLE nous a apprise et la technique d’Identification Systématique des Besoins, j’ai découvert chez elle des symptômes sévères d'une IST. J’ai pris toute ma patience pour faire un bon diagnostic. Si je n'avais pas été formée par PASSRELLE, je jure que je ne l'aurais pas bien accueillie et n'aurais pas pu faire ce diagnostic. Aussi, si je n'avais pas reçu cette formation, j'aurais sûrement informé tout de suite son mari, sans le consentement de sa femme.Par ailleurs, la formation a amélioré la qualité de mes soins et principalement au profit des adolescent·e·s.Je sais maintenant m’adapter pour leur offrir les services de contraception, de prise en charge des IST, des soins après avortement et accouchement, ce que je ne faisais pas avant. Je sais maintenant faire la différence entre mes valeurs personnelles et professionnelles.Je les reçois en tant que sœurs, on se dit tout et je prends du plaisir à les écouter pour bien les satisfaire. Je sais maintenant que la confidentialité est un élément clé dans la réussite la prise en charge des adolescent·e·s dans nos formations sanitaires.La dernière fois, une adolescente de 15 ans a eu confiance en moi et a fait venir ses parents pour que je les convainque sur sa décision d’adopter une méthode de contraception. Elle a pris allègrement sa méthode. Aujourd’hui, c'est son papa qui l'amène renouveler sa méthode.En tout cas, toutes ces compétences mises à la disposition des adolescentes, c'est grâce à la formation. Vous êtes à féliciter! »* Le témoignage de Mme LANIGNAN a été légèrement édité pour en optimiser la compréhension.

DES RÉSULTATS

PLUS d'INFO

UN TÉMOIGNAGE

UNE RÉUSSITE

Le PRISMA 2 contribue à l'amélioration de la santé des femmes, des filles et des enfants de 0 à 5 ans dans le département de l'Artibonite, en Haïti.

Cette initiative vise une utilisation accrue des services de santé de qualité intégrant une approche d'égalité de genre, ainsi qu'une gouvernance inclusive renforcée en santé. Grâce à l'appui de One Drop, le projet inclus maintenant une importante composante eneau-hygiène-assainissement.

-L'ANNÉE 2019-2020, EN BREFL'An 3 du projet n'a pas été de tout repos pour l'équipe du PRISMA 2 qui a dû faire preuve de résilience et d'innovation face à une situation sécuritaire difficile et des troubles sociopolitique. Malgré certains retards dans le déroulement des activités, des réalisations concrètes méritent d'être mentionnées :Introduction de la stratégie du Financement Basé sur les Résultats (FBR)au niveau du département de l’Artiboniteà travers 10 sites (9 SONUB et la DDSA). Le FBR est la stratégie adoptée par le Ministère de la Santé pour le renforcement de ses institutionsCodéveloppement d’uneintervention de changement de comportementpar le biais de l’art social auprès du personnel des centres de santé et des communautés d’Ennery et de l’Estère en Haïti. Axée principalement sur les questions d'eau, d'hygiène et d'assainissement en milieu de soins et dans la communauté, cette stratégie permettra d'accroître la qualité des services offerts et la santé des populationsMise en place d’une maison d’attente pour les femmes enceintesau niveau de la commune de Gros Morne. Cette structure est gérée par une organisation de femmes en étroite collaboration avec les responsables du centre de santé auquel elle est rattachéeRéhabilitation et équipement d’unlocal devant abriter la Coordination Départementale Artibonite du Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (CDA-MCFDF)Dans le contexte d’incertitude élevée en lien avec la crise sanitaire liée à la COVID-19, l’équipe a redoublé d’efforts pour planifier les activités à mettre en œuvre à court terme en vue de répondre à la crise, tout en continuant les activités régulières du Projet qui devrait se terminé le 31 décembre 2021 prochain.

-UNE INSTITUTION RÉNOVÉE AU SERVICE DES FEMMES ET DES FILLESDans le cadre de son partenariat avec la Coordination départementale de l'Artibonite du Ministère à la Condition féminine et aux droits des femmes (CDA-MCFDF), le projet PRISMA 2 a pu, à travers un protocole d’entente, rénover et équiper un bâtiment gracieusement mis au service de cette institution par la Mairie des Gonaives.Une réalisation qui fait la fierté des femmes engagées envers lapromotion des droits des femmes et des filles dans tout le département!Le MCFDF a mis en place en 2005 des bureaux départementaux à travers tout le pays. Cependant, ces structures dénommées «Coordinations départementales du MCFDF » fonctionnent, en majorité, dans des conditions très précaires, ayant peu de ressources financières à leur disposition.C’était le cas du bureau départemental de l’Artibonite qui, devant cohabiter avec une autre instance étatique, ne disposait que de deux espaces de travail, dont l'un servant aussi de salle de réunion commune et d’espace d’accueil pour les femmes sollicitant un appui-conseil auprès de la CDA-MCFDF, dans les cas de violence conjugale ou domestique.Cette cohabitation s’avérait difficile pour plusieurs raisons, en particulier le manque de confidentialité dans les services qui étaient offerts aux femmes et aux filles. En effet, les rencontres individuelles prévues avec les familles devaient se tenir dans cette grande salle et en présence de tout le personnel. Il en résultait une violation flagrante de leurs droits à la dignité et au secret requis dans ces circonstances particulièrement délicates.Le nouvel immeuble, inauguré symboliquement le 8 mars 2020, Journée internationale des droits des femmes,compte maintenant cinq bureaux et une salle de réunion. Ainsi, chaque membre de l’équipe possède désormais son propre bureau pour recevoir en toute discrétion les femmes et filles en difficulté, dans le respect de leurs droits. Une salle de séjour est aussi mise à la disposition de ces personnes au cas où elles souhaiteraient se reposer un moment, avant de poursuivre les autres démarches nécessaires.Il est rapidement devenu une source de fierté pour les organisations de femmes qui se sentent désormais « chez elles » et plus confortablement installées pour préparer leurs cahiers de revendications, sans être dérangées ni perturber les activités d’autres entités.« C’est le premier département du pays à disposer de son propre local et d’un bureau de pareille envergure,s'est exclamée la directrice du MCFDF, responsable de la Coordination des Bureaux Départementaux. C’est un pas important vers l’autonomisation des femmes pour la réalisation de leurs objectifs!»Toute aussi enthousiaste, la Coordonnatrice de la CDA-MCFDF a dit souhaité ardemment que la collaboration avec le CCISD et PRISMA 2 puisse se poursuive afin que «l’égalité des genres devienne une réalité concrète dans l’Artibonite». Elle espère également que des initiatives semblables soient développées dans d’autres régions du pays, en attendant que l’État puisse contribuer à une prise en compte effective des droits des femmes et des filles, conformément aux engagements souscrits dans les différentes conventions internationales.

-DRE NÉHÉMIE SÉNAT, DIRECTRICE MÉDICALE DU CENTRE DE SANTÉ D'ANSE-rougeUn samedi 21 septembre 2019, Dre SÉNAT, se retrouve face à une situation qui l'inquiète particulièrement et qui nécessite une approche bien spécifique avec laquelle elle n'est pas totalement à l'aise : une rétention totale du placenta après un accouchement physiologique.Se trouvant seule comme médecin face à ce problème, dans une commune éloignée et difficile d'accès, elle juge bon d’utiliser son téléphone portable, avant de décider d’un éventuel transfert du cas vers l’Hôpital la Providence des Gonaïves (HPG) à plus de 2 heures de route cahoteuse de là. C'est ainsi qu'elle téléphone au Dr Swann Risselin, le spécialiste de PRISMA 2 en la matière.Suite à une discussion au cours de laquelle elle fait état de la situation, le Dr Swann est en mesure de lui offrir son appui en rappelant les gestes importants à poser, ce qui remet rapidement la Dre Sénat en confiance.« À plusieurs occasions, je me suis trouvée seule face à des situations peu communes et j’en suis sortie grâce au coaching.Je peux dire à haute voix que l’encadrement de proximité offert par PRISMA aux institutions est réel et adapté, car j’en ai moi-même bénéficié à maintes reprises, soit comme simple médecin du centre, soit comme directrice. L’équipe de coaching est très accessible, répond aux appels, te met toujours en confiance et te permet d’adopter la bonne attitude ou bien d’effectuer le geste correct.En vérité, il faut le souligner, ce cas de rétention placentaire qui était sur le point d’être référé [à HPG] a été pris en charge et la délivrance a été réalisée selon les instructions reçues au téléphone.Ce fut un grand ouf de soulagement, car Anse-Rouge se trouvant dans une zone d’accès si difficile, il faut à chaque référence penser aux difficultés de la route et à ce long trajet que devrait supporter le ou la patiente. Ce que je souhaite de tout cœur que la Direction départementale sanitaire de l'Artibonite (DDSA) soit capable de faire un coaching pareil après le départ de PRISMA 2. »L’an 3 de PRISMA 2 s’est révélé une année parsemée de difficultés, notamment en raison des tensions sociopolitiques qui ont paralysé le pays et handicapé le déroulement des activités et le fonctionnement adéquat du projet en rendant les déplacements extrêmement difficiles, voire impossibles à l'intérieur du pays.Dans un souci de maintenir la qualité des soins au niveau des institutions de santé et d’offrir un encadrement technique aux personnels des 9 centres appuyés par le projet, l'équipe PRISMA 2 a fait usage de la téléphonie mobile pour continuer à apporter son soutien à distance en cas besoin.À n’importe quelle heure, les prestataires sont donc en mesure de signaler les cas problématiques et les accouchements difficiles ainsi qu'à solliciter de l’aide, à travers un appel, des échanges WhatsApp, ou un courriel.

DES RÉSULTATS

DES RÉSULTATS

PLUS d'INFO

PLUS d'INFO

Cette initiative, mise en œuvre avec SOCODEVI (chef de file), vise ultimement à contribuer à l’amélioration des conditions de vie de plus de 10 000 femmes, hommes et enfants vivant en milieu rural défavorisé, en Bolivie.À travers son approche multisectorielle, le PROMAVI combine le renforcement des capacités des producteurs et productrices agricoles et l’accompagnement des communautés et gouvernement locaux en faveur d'actions de promotion de la santé répondant aux besoins de la population, en particulier à ceux des femmes et des filles.

Réalisé en consortium avec Mission inclusion (chef de file), le projet PROSAMI a pour objectif de renforcer les soins, les services de santé de base et les infrastructures accessibles aux femmes enceintes, aux nouveau-nés et aux enfants 0-5 ans dans les communes de Léogâne et de Gressier, en Haïti.Cette initiative fournit un appui aux instances de gouvernance, aux structures de santé et aux communautés afin d’augmenter l’utilisation des services offerts en santé reproductive, des mères, des nouveau-nés et des enfants.

-L'ANNÉE 2019-2020, EN BREFL’an 3 du projet s’est terminé au 31 mars 2020, après une année d’avancements significatifs vers l’atteinte des résultats attendus, malgré des défis de taille :Variations climatiques (gels importants en 2019 affectant fortement les cultures appuyées par le projet)Crise politique (à la suite des élections présidentielles d’octobre 2019), avec un ralentissement des activitésCrise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19, incluant l’impossibilité pour les équipes de se rendre auprès des familles et communautés participantesAinsi, l'équipe du PROMAVI est particulièrement fière des résultats et faits saillants suivants :636 familles appuyées (sur un total prévu de 1045 familles, soit 61%) disposent désormais d’équipements en eau-hygiène-assainissementLa diversité de l’alimentation des femmes et des filles a été améliorée, notamment grâce aux champs-école qui valorisent la production de recettes nutritives à partir des cultures localesLes membres de 5 municipalités(sur 7 prévus à la fin du projet)ont été accompagnés dans l’élaboration et la mise en œuvre progressive de plans d’action multisectoriels qui intègrent les dimensions de santé (incluant la nutrition, l’eau sécuritaire, la prévention des grossesses adolescentes) et le développement économique autour de la chaîne de valeur de la taraUne approche partant de la production agricole pour aborder la santé et les droits sexuels et reproductifs a été consolidée dans le cycle des champs-école intégrés. Tout en renforçant les messages clés sur les pratiques agricoles importantes pour la production de la tara, l’approche fait le parallèle avec la vie des personnes à travers une approche sur le cycle de vie, avec un accent sur la santé et les droits des femmes et des adolescentesUne extension d'un an sans incidence budgétaire a été approuvée, amenant la fin des activités au 30 septembre 2022 plutôt qu'en 2021. Toute l'équipe du PROMAVI se réjouit à l'idée de pouvoir ainsi mieux avancer dans les processus productifs et de changement entamés.

-L'ANNÉE 2019-2020, EN BREFLe projet vient de réaliser sa quatrième année d’appui, laquelle s’inscrit dans la poursuite des efforts entrepris à ce jour afin de parvenir à mettre en place un réseau de soins obstétricaux et néonataux d'urgence (SONU) fonctionnel dans les deux communes appuyées. Plusieurs jalons importants ont été franchis cette année, dont :L'approbation, par Affaires mondiales Canada,d'unepériode de prolongation d’un an au projet, pour permettre de finaliser la construction du bloc opératoire au Centre Materno-infantile de Léogâne et en assurer le fonctionnement adéquat, à travers un transfert complet de responsabilité au Ministère de la Santé publique et de la Population d'HaïtiLedésengagement progressif des appuis du projet aux institutionsavec un retrait effectif des ressources humaines supportées par le projet dans deux SONU de base (Darbonne et Gressier) et dans les 5 centres communautaires de santé (CCS) appuyés par PROSAMILerenouvellement des Comités de santé et la mise en place d’une Commission de leaders locauxchargée de représenter et de défendre les intérêts des communautés vis-à-vis des tiers concernés dans la gestion du Fonds des CCSAlors qu'elle entame sa cinquième et dernière année d'activités, l'équipe du projet note une progression régulière d’un bon nombre d’indicateurs de rendement et une évolution significative vers la production des résultats visés en fin de projet.

LES PROGRAMMES SPÉCIAUX

04

et implications du CCISD

PRIX CCISD - PIERRE VIENS

PLUS D'INFO

La SERC School, au Népal, a été nommée à titre de récipiendaire de l’édition 2019 pour son projet de construction et d'équipement d'une salle de réhabilitation.Cette organisation à but non lucratif a pour mission d’offrir une éducation et des services de réhabilitation pour les jeunes vivantavec des déficiences physiques et/ou intellectuelles. Elle offre une vaste gamme de services, passant de la physiothérapie à l’intégration sociale et professionnelle des jeunes.Grâce à l'appui du Prix CCISD - Pierre Viens, la SERC School pourra augmenter sa capacité de prise en charge et son offre de services afin de rejoindre davantage de jeunes Népalais·e·s vivant avec un handicap, faisant passer de 85 à 250 le nombre de bénéficiaires à temps plein au sein de l’institution.

L'ÉDITION 2019

We would like to thank you all and the Award review team for this from the whole SERC family. This will help us a lot in providing good quality rehabilitation services in Nepal.Thank you very much!

Kalpana Basnet4 mars 2020

« »

LE PRIX

5pays(Bénin, Bolivie, Inde, Népal et Sénégal)

10candidatures reçues

SERC Schoolnotre récipiendaire 2019en provenance du Népal a reçu 20 000 $ CA pour réaliser son projet

Le PRIX CCISD - Pierre Viensest une initiative du CCISD visant à reconnaître la contribution des organisations à but non lucratif ou des établissements publics de santé qui accueillent les stagiaires de la Faculté de médecine ou de la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval à l’amélioration de la santé des populations.Prévu sur une durée de 5 ans, ce programme spécial financé par les fonds propres du CCISD, nous permet de remettre chaque année jusqu'à 20 000 $ CA afin d'appuyer la réalisation de projets répondant à des besoins réels en lien avec la santé des populations, en particulier celle des mères, des enfants et de leurs familles.

Porté par les valeurs du codéveloppement, le PEPS fait appel à des spécialistes volontaires québécois et canadiens qui réalisent des missions d'appui-conseil afin de contribuer à l'atteinte des résultats visés par nos projets.

Le but premier du programme PEPS est de répondre aux besoins d'expertise spécifique recensés dans nos projets en cours.Les bénéfices sont mutuels : tant nos projets et les équipes qui les mettent en œuvre que les ressources mobilisées profitent d'une opportunité unique d'apprentissage dans un contexte de santé mondiale et de développement durable.

PROGRAMME DE PARTAGE D'EXPERTISE POUR LA SANTÉ (PEPS)

remerciements

Missions réalisées

REMERCIEMENTS SPÉCIAUXLe programme PEPS ne serait possible sans l'implication des spécialistes volontaires ci-dessous qui ont accepté le mandat qu'on leur a offert et qui ont généreusement donné de leur temps afin que nous puissions bénéficier de leur précieuse expertise.M. André BERGERON, ingénieurDre Pascale CHOLETTE, médecin omnipraticienne avec une vaste expertise en santé des adolescent·e·sM. Martin LAMBERT, spécialiste en énergie solaireDre Marie-Josée LORD, pédopsychiatreDr Patrice NGANGUE, expert en recherche opérationnelleM. François ROBITAILLE, architecteDe la part de toute l'équipe du CCISD, et en particulier des membres des équipes PASSRELLE et ASSK qui vous ont accueillies sur le terrain, nous vous disons MERCI!Par ailleurs, il nous est important de souligner l'appui de nos membres institutionnels* et partenaires dont les vastes réseaux de ressources spécialisées nous permettent de recruter des personnes compétentes et engagées :Architecture sans frontières QuébecFédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) *Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) *Ingénieurs sans frontières QuébecPharmaciens sans frontières *Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone (SIDIIEF) *Université Laval *

MISSIONS RÉALISÉESDepuis le lancement du programme, à la fin 2018, un total deneuf missions d'appui-conseila été réalisé parsix spécialistes volontairesdans le cadre de deux projets du CCISD : PASSRELLE (Bénin) et ASSK (République démocratique du Congo).Ces missions ont porté sur :L'architectureL'énergie solaireL'ingénierieLa recherche opérationnelle (3 missions)La santé des adolescent·e·s (2 missions)La santé mentale et la pédopsychiatrie

IMPLICATIONS EXTERNES

CCCI

SCSI

En tant qu'acteur du développement, le CCISD est fier de participer à la coconstruction des savoirs et de l'expertise en santé mondiale.Cette année, les membres de l'équipe du siège social ont poursuivi leur implication au sein de différents réseaux, institutions, comités de travail et groupes thématiques canadiens.

CANSFE

ULAVAL

CQFD

congrèsEpiter-ADelf

Crédit : AQOCI

En tant que membre du CanSFE, le CCISD s'est impliqué dans les activités suivantes :Réflexions et réunions du Groupe de travail sur l’égalité entre les sexesConsultation d’expert·e·s organisée par Affaires mondiales Canada (AMC), en collaboration avec le CanSFE, sur l’Engagement de 10 ans du gouvernement du Canada à l’égard du cadre des résultats en matière de santé mondialeDes membres de l'équipe, dont Ericka MOERKERKEN, chargée de projet agissant à titre de représentante officielle du CCISD au sein du CanSFE, ont également pris part aux événements ci-dessous :Assemblée générale annuelleDivers webinaires thématiques organisés par le CanSFEEN SAVOIR PLUS SUR LE CANSFEET SES ACTIVITÉS

Depuis notre adhésion au CCCI en 2015, notre équipe tente de s'impliquer et de participer à un maximum d'activités organisées par ce réseau phare du domaine de la coopération internationale au Canada. Cette année, nous avons notamment pris part à :De nombreuses réunions des dirigeant·e·s des organisations canadiennes de coopération internationale (en présentiel et à distance)La journée de plaidoyer de l’aide publique au développement sur la Colline parlementaire organisée par le CCCI le 6 février 2020Cinq sessions de travail sur la gestion des accords de contributions et directives administratives d’Affaires mondiales CanadaPlusieurs rencontres thématiques sur les changements climatiques et sur les questions de prévention du harcèlementUne étude sur la coopération triangulaire, à travers le projet ASSK, présenté comme un exemple en la matièreEN SAVOIR PLUS SUR LE CCCI ET SES ACTIVITÉS

Le CCISD est très actif au sein du comité de coordination du CQFD.Représentés par Sophie BOURDON, notre conseillère en égalité de genre et droits humains, nous sommes en mesure d'y partager des leçons apprises, d'offrir une expertise sur les questions de santé qui touchent les femmes et de bénéficier des nombreuses réflexions critiques qui émergent de ce groupe dynamique.Entre autres, cette année, nous avons contribué ou participé à :L’élaboration d’une fiche technique de la Communauté de pratique de l’AQOCI sur la Justice reproductive et sexuelle (travaux en cours)L’actualisation des définitions associées aux expressions « Droits des femmes, Égalité de genre, Féminismes et Intersectionnalité »La production d'une fiche « Santé et droits sexuels et reproductifs »EN SAVOIR PLUS SUR LE CQFD ET SES ACTIVITÉS

À titre de membre organisationnel de la SCSI, le CCISD a poursuivi sont implication de deux façons cette année :En faisant partie du Comité de sélection pour le Prix d'excellence pour les réalisations en carrière (PERC) 2019 / Life-Time Achievement Award (LTAA) 2019En participant, par le biais de deux présentations orales, à la 25e Conférence canadienne sur la santé mondialeEN SAVOIR PLUS SUR LA SCSI ET SES ACTIVITÉS

Le CCISD continue année après année de cultiver ses liens précieux avec l'université dont il est issu en s'impliquant notamment auprès de la communauté étudiante.Notre équipe s'est entre autres impliquée à travers :Un cours de deuxième cycle portant sur la planification et la gestion de projets en santé internationale, offert dans le cadre du programme de maîtrise en santé publique de la Faculté de médecine.L’octroi de 10 500 $ CA en bourses au Fonds étudiant de la Faculté de médecine pour la santé internationale (FEMSI) et à Sciences infirmières autour du monde (SIAM), des programmes de mobilité internationale qui permettent à la relève québécoise en santé de vivre une expérience interculturelle, professionnelle et humaine très riche en participant à des stages internationaux. Cela porte à243 086 $ CA le montant total des bourses offertes depuis 1987 à la communauté étudiante de l’institution.L’embauche de d'étudiantes et de stagiaires de divers programmes de l'Université Laval.LePrix CCISD - Pierre Viensqui vise à récompenser les organismes à but non lucratif ou les établissements publics qui accueillent les stagiaires de la Faculté de médecine et de la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval. À travers ce prix, le CCISD prévoit offrir de ses fonds propres une contribution totale de 100 000 $ CA sur une période de 5 ans. Depuis son lancement en 2016, le Prix CCISD - Pierre Viens a déjà distribué 80 000 $ CA.

IXe CONGRÈS INTERNATIONAL D'ÉPIDÉMIOLOGIE EPITER-ADLEFOrganisé sous l'égide de l'Université Laval, avec la collaboration du CCISD, cet important congrès francophone se tiendra à Québec en 2021.Cet événement de trois jours sera l’occasion pour les membres de la communauté francophone de tous horizons et issus des diverses disciplines en épidémiologie et en santé publique (chercheur·se·s, praticien·ne·s, décideur·se·s, étudiant·e·s, etc.) de partager leurs recherches, innovations et réflexions et favorisera leur réseautage.Trois membres de notre équipe sont particulièrement impliqués dans l'organisation du congrès en tant que membre du comité scientifique, membre du comité organisateur et membre du comité d'organisation des activités sociales, respectivement :Ericka MOERKERKEN, chargée de projetPierre CHAMPAGNE, directeur des opérationsAudrey SIMARD, chargée de dossiersInitialement prévu du 18 au 20 août 2020, l'événement a malheureusement dû être reporté à 2021 en raison de la pandémie de COVID-19. Les nouvelles dates sont toujours à préciser.EN SAVOIR PLUS SUR LE CONGRÈS

UNE FIN D'ANNÉE

05

marquée par la COVID-19

UNE SITUATION SANS PRÉCÉDENT

Il est difficile de parler de l'année 2020 sans mentionner la pandémie de COVID-19 qui est venue chambouler radicalement notre quotidien.Dès le début mars, notre équipe a suivi de près l’évolution de la situation dans ses pays d'intervention et au Canada. Il est impressionnant de constater, ici comme ailleurs, les nombreux efforts déployés, tant par nos gouvernements que par les actrices et acteurs de la santé qui sont sur la ligne de front.Le CCISD n’est pas une organisation humanitaire spécialisée dans les mesures d’urgence. Toutefois, à travers nos projets, nous pouvons répondre à des besoins immédiats pour contribuer au renforcement des services de santé de base dans ce contexte bien spécial. Nos équipes terrain, composées en majorité de spécialistes de la santé, peuvent aussi offrir un appui et une expertise valables aux cellules de crise en place.C'est dans cette optique d'accompagnement et de renforcement des interventions existantes que nous avons contribué et continuerons de collaborer aux efforts pour endiguer la propagation du virus.

DES ACTIONSCONCRÈTES

À l'écoute de nos partenaires locaux, nos équipes projets s'activent (tout en protégeant leur santé) depuis le début de la pandémie à ajuster et bonifier leurs interventions planifiées dans chaque pays en vue d'adresser les défis liés à la COVID-19.Voici quelques-unes des nombreuses actions concrètes qui ont été réalisées au cours des derniers mois.

Cliquez sur les images pour en apprendre davantage sur l'important travail réalisé par nos équipes terrain.

L'EAU, UNE COMPOSANTE ESSENTIELLE À LA RIPOSTELe projet ASSK, en République démocratique du Congo, a distribué des citernes d'eau de 2000 et 3000 litres dans deux hôpitaux très fréquentés de la ville de Kinshasa afin d'y assurer un approvisionnement constant en eau. En complément, des ententes ont été conclues avec des camions-citernesafin de remplir les réservoirs acquis par le projet, ceux qui existaient déjà et d’autres récipients disponibles sur place dans ces structures et d'autres formations sanitaires appuyées.Avec les mesures d’hygiène et de prévention préconisées en ce contexte de pandémie, les réserves en eau partent très rapidement et cet appui est plus qu’apprécié par nos partenaires!À travers son plan d'action COVID-19, l'équipeconcentre ses efforts afin d'assurer le maintien de l'offre de services de santé de qualité dans ses sept zones de santé partenaires. Ses activités portent notamment sur l'appui au fonctionnement du système de santé, l'amélioration des pratiques d’hygiène et d’assainissement ainsi que la sensibilisation au niveau communautaire, en intégrant des messages axés sur l'égalité de genre et la prévention des violences.

SE PRÉPARER, AVEC LES MUNICIPALITÉSDans le cadre du projet PROMAVI, en Bolivie, un plan de contingence reposant sur trois composantes a été élaboré avec l'implication des municipalités rurales de Chiquisaca en vue de faire face à la COVID-19.Ce plan comprend notamment :La diffusion, via la radio communautaire, de messages clés portant sur les mesures de prévention, les pratiques d’hygiène et toute autre information pertinente dans le contexte critique de la pandémie;Des mesures concrètes afin de permettre aux familles rurales de continuer et, si possible, d'augmenter leur production de denrées alimentaires pour éviter les pénuries;Le renforcement descapacités des professionnels de la santé et la disponibilité d’un protocole « feuille de route » pour mieux répondre aux défis causés par la propagation du virus.En faisant ainsi preuve de proactivité et en prévenant les impacts possibles de la pandémie sur les communautés appuyées, l'équipe du PROMAVI espère appuyer environ 6000 familles rurales à accroître leur résilience par rapport au virus et contribuer à sauver la vie des personnes qui pourraient se trouver dans une situation de risque.

UNE RÉPONSE ADAPTÉE AUX BESOINS DES ADOLESCENTESL’équipe PASSRELLE et ses partenaires sontà pied d'œuvre afin que les adolescentes du Bénin ne soient pas oubliées dans les plans de riposte et de relèvement mis en place en réponse à la COVID-19. L’une des priorités est de maintenir la vigilance vis-à-vis les différents enjeux de santé qui constituent les conséquences indirectes de la pandémie, dont une recrudescence possible des violences basées sur le genre (VBG) et des grossesses précoces.Afin de maintenir et accroître la qualité des services de santé sexuelle et reproductivepour les adolescents et les jeunes, lePASSRELLE a donc prévu dans son plan de riposte d’adapter les formations sur les gestes barrières et la prévention de la COVID-19 de manière à aborder les enjeux d’égalité de genre. Il poursuit également son appui aux cadres de concertations mis en place sur les VBG afin de soutenir, en temps réel, les parties prenantes impliquées dans la lutte contre les violences et contribuer à l’amélioration de la prise en charge des victimes en cette période de crise qui les rend particulièrement vulnérables.Pour l’équipe du Projet, un message est essentiel à promouvoir : les pratiques présentées ont toujours été déterminantes pour la santé et le bien-être des adolescentes et des communautés béninoises; elles le sont pendant et le resteront bien après la pandémie.

DES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION DYNAMIQUES!En plus d'appuyer la coordination des interventions de prévention et de réponse à la COVID-19 dans le département de l'Artibonite, en Haïti, l'équipe du PRISMA 2a créé des collaborations uniques avec des groupes d'artistes locaux afin de mener des campagnes de sensibilisation sur les bonnes pratiques à adopter.En utilisant l’approche mise de l’avant par One Drop qui vise à susciter des changements de comportement par l’entremise de l’art social (SABC), le Projet contribuera à la promotion et l’adoption de comportements réduisant la transmission de la COVID-19, dont de bonnes pratiques de lavage des mains en milieu de soins et dans la communauté.À ce jour, plusieurs messages et outils ont été diffusés auprèsdes prestataires, des agents de santé communautaire polyvalents (ASCP), des membres des organisations de femmes et des membres de la communauté, dont une vidéo musicale entraînante que vous pouvez visionner encliquant ici!

DES STATIONS DE LAVAGE DES MAINS CONÇUES LOCALEMENTLe consortium responsable du projet CLEFSavait à peine signé son Accord de contribution avec Affaires mondiales Canada, le 25 mars dernier, que déjà l'équipe restreinte du projet déjà en poste au Mali communiquait avec ses Centres de santé communautaire universitaires (CSCom-U) partenaires afin de les appuyer dans leurs efforts pour prévenir et contrôler l'épidémie de COVID-19.Une analyse des besoins a permis notamment de relever qu'un renforcement des pratiques d'hygiène était nécessaire pour assurer le maintien des soins de santé primaires dans les CSCom-U. En collaboration avec ces partenaires, CLEFS a pu identifier et distribuer des systèmes de lavage des mains adaptés aux besoins immédiats et conçus localement. Un accompagnement a également été offert pour renforcer les pratiques d'utilisation, d'entretien et d'organisation du matériel sans lequel il serait difficile de protéger adéquatement le personnel et les utilisateurs et utilisatrices de services dans les communautés.L’affluence dans les CSCom-U a grandement diminué depuis le début de la pandémie, notamment parce que les populations craignent de contracter le virus en milieux de soins. Ces mesures appuyées par CLEFS visent donc également à contribuer à renforcer la confiance des communautés envers la prise en compte diligente des risques associés à la pandémie.

UNE VASTE EXPERTISE SUR LAQUELLE CAPITALISERNotre équipe venait tout juste de signer un nouveau mandat d'appui au projet REDISSElorsque la pandémie mondiale a été déclarée. Grâce à cette implication, le CCISD poursuivra sa contribution au renforcement des capacités de surveillance et de riposte aux épidémies en Afrique de l'Ouest; un apport d'autant plus pertinent à la lumière des événements des derniers mois.Considérant la disponibilité de ressources humaines hautement qualifiées au Sénégal, un accompagnement et des services d'appui-conseil seront offerts par notre équipe en vue d'optimiser la prise de décisions opportunes et adaptées face à la pandémie de COVID-19 dans ce pays.Le CCISD cumule près de 25 années d'interventions ciblées dans le domaine de la surveillance épidémiologique. Depuis 1990, nous avons créé ou appuyé des centres de surveillance épidémiologique (CSE) intégrés aux systèmes nationaux d'information sanitaire dans 15 pays d'Afrique de l'Ouest. Couplées à un programme de formation reconnu, ces actions permettent à nos partenaires de détecter et de contrôler plus efficacement les maladies à potentiel épidémique et pandémique.

APPUYER LES PRATIQUES D'HYGIÈNE... JUSQU'À LA FINLes activités terrain du projet BECEYA ont pris fin officiellement à la fin mars 2020. Néanmoins, notre équipe a tenait à faire sa part pour contribuer à endiguer l'épidémie au Mali et poursuivre sa mission d'améliorer l'environnement sanitaire des centres de santé jusqu'au bout.Avant que le projet ne soit officiellement clôturé sur le plan administratif, des produits et de l'équipement pour renforcer les pratiques d'hygiène ont été achetés et distribués afin de répondre à certains besoins exprimés par le Ministère de la Santé et des Affaires sociales du Mali.Après cinq années d'interventions concrètes en faveur de l'hygiène et de l'assainissement en milieu de soins, incluant la prévention et le contrôle des infections, l'équipe BECEYA est persuadée que ses partenaires détiennent les compétences et les ressources requises pour limiter la propagation de la COVID-19 dans leurs centres de santé et dans leurs communautés.

L'ÉGALITÉ DE GENRE ET LE RESPECT DES DROITS, UNE PRIORITÉ!Dans un contexte de crise sanitaire comme celle que nous traversons, il s'avère essentiel de réfléchir et de tenir compte des impacts potentiels et réels sur les personnes les plus vulnérables, notamment les femmes et les filles qui sont parmi les plus à risque de contracter la COVID-19 en raison des rôles qui leur sont traditionnellement attribués.En tant que partenaire d'un développement et d'une santé durables, le CCISD se devait de redoubler de vigilance afin de respecter ses engagements envers l'égalité de genre et le respect des droits humains.À cet effet, nos équipes, au Canada comme dans nos pays d'intervention, ont été accompagnées dans l'identification d'interventions adaptées, inclusives et répondant aux besoins, tant dans la riposte que dans l'après-pandémie.Par conséquent, les actions proposées par nos projets assurent entre autres le maintien des services de santé sexuelle et reproductive de qualité, insistent sur les droits des personnes utilisatrices des services de santé, favorisentl'inclusion des femmes et des filles dans la prise de décisions et luttent contre les violences basées sur le genre.

Nos plus sincères remerciements à nos partenaires de projets ainsi qu'aux actrices et acteurs du domaine de la santé qui font un travail exemplaire dans des circonstances sans précédent.Nous sommes ensemble!

SOLIDAIRES DANS LA RÉPONSE MONDIALE À LA COVID-19

NOS PARTENAIRES

06

d'importants catalyseurs des efforts du CCISD

PARTENAIRES FINANCIERS

Le travail du CCISD ne serait rien sans le vaste réseau de partenaires appuyant notre équipe depuis maintenant près de 35 ans.Nous remercions vivement toutes les personnes qui, de près ou de loin, nous permettent de poursuivre notre mission.

PARTENAIRES TECHNIQUES

RÉSEAUX et regroupements

ORGANISATIONS CANADIENNES ET INTERNATIONALES

Afrique

amérique latine et caraïbes

PLUS LOIN, ENSEMBLE

AFRIQUEAgence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS) en République de Guinée ConakryAmbassades canadiennes dans les pays d’interventionBASP’96, Burkina Faso et BéninCentres de santé communautaires universitaires (CSCom-U) de Banconi, Koniakary, Konobougou, Sanoubougou 2 et Ségué, MaliDirection de la sécurité sanitaire et des urgences (DHSE) du Ministère de la santé et de l’Assainissement de la Sierra LeoneDivision de la surveillance intégrée des urgences sanitaires et de la riposte/Ministère de la santé, TogoFaculté de médecine et d’odontostomatologie (FMOS) de l’Université des Sciences techniques et des Technologies de Bamako, MaliFédération nationale des Associations de santé communautaire (FENASCOM), MaliInstitut national de formation en sciences de la santé (INFSS) du MaliInstitut National de Santé Publique de la Guinée Bissau (INASA)Institut National de santé publique du Liberia (NPHIL)Ministère de l’Éducation Supérieure et de la Recherche Scientifique (MESRS) du MaliMinistère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille (MPFEF)Ministères de la Santé (niveaux centralisé et décentralisé) des pays partenaires de projetsOrganisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS)Zones de santé dans la province de Kinshasa, République démocratique du Congo

AMÉRIQUE LATINE ET CARAÏBESMinistère de la Condition Féminine et des Droits des Femmes (MCFDF)Ministère de la Santé et Service départemental de la santé (SEDES) du département de Chuquisaca, BolivieMinistère de la Santé Publique et de la Population (Niveau centralisé et département sanitaire de l’Artibonite) d’HaïtiOrganisation panaméricaine de la Santé (OPS), HaïtiPlusieurs associations à base communautaire, entreprises associatives, ONG et instituts nationaux en Haïti

ORGANISATIONS CANADIENNES ET INTERNATIONALESCégep de Saint-Jérôme Faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS) de l’Université de SherbrookeFédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ)Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ)Fondation MérieuxFondation One Dropmission inclusionOrganisation mondiale de la Santé (OMS)Pharmaciens sans frontières (PSF)Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l’espace francophone (SIDIIEF)Société de coopération pour le développement international (SOCODEVI) • UNICEFUnité de santé internationale du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM-USI)Université Laval

RÉSEAUX ET REGROUPEMENTSCadre de liaison inter-ONG Haïti (CLIO-Haïti)Comité de coordination du Comité québécois femmes et développement (CQFD) de l'Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)Comité national de pilotage du Financement basé sur les résultats (FBR) en santé, HaïtiConseil Canadien pour la Coopération internationale (CCCI)Partenariat canadien pour la santé des femmes et des enfants (CanSFE)Société canadienne de santé internationale (SCSI)Table sectorielle en santé et Table sectorielle WASH, HaïtiTask Force nationale WASH animée par l’OMS (à travers BECEYA), Mali

Les partenaires et parties prenantes du projet BECEYA, au Mali, réunis dans le cadre d'une rencontre interrégionale organisée en 2019.

NOTRE ÉQUIPE

07

dans nos pays d'intervention et au Canada

PRISMA 2

BECEYA

ASSK

PASSRELLE

ÉQUIPES DE PROJETS

représentant·e·s nationaux

cLEFS ET MANDAT REDISSE

83 personnes

6 projets

7 pays

Geneviève BLOUIN, Dr Léon TSHIABUAT, Pierre TAYELE, GillesBOLEKU, Marie-Jeanne TUSEY, D’achi BENGOLO BEKOPE, CécileMALEKO, Désiré NSOBANI LUKELO, Françoise MUKONKOLE, PatrickLUYEYE, Mabus MUTUBULU, Alphonse BAYOLANA TEKAD, PathyM’BUMBA WELO, Alphonse KWENGE KINSONDIKA, Jeannot ONEMANYEME, Raphael LANDU KISINA, Blaise TSHIAMA MBODO, EnockMBENGO.

Équipe nationaleAbdoul Karim MACALOU, Berthé FatoumataBOUARE, Mamoudou TRAORE, Aïcha FADIGA, Nouhoum SANGARE,N’Golo KEITA, Abdoul Karim TOUNKARA.Équipe de KayesDre Kadidia BOKAR, Siaka MARIKO, Idrissa TalebTOURE, Daouda SISSOKO.Équipe de SégouDre Maimouna SISSOKO, Kadiatou DIALLO,Hambarké Gouro CISSE, Ibrahime Bakary KOUYATE.Équipe de SikassoDr Souleymane AG ABOUBACRINE, RamataSIDIBE, Karime SIDIBE, Fatoumata TRAORE.

Camille SCHOEMAKER-MARCOTTE, Dr Brunel AVODAGBE, Dr WilliamATADE, Asmodel BANKOLÉ, Dre Hortense LOKOSSOU, MarlèneKPEMAVO, Ruben CATRAYÉ, Cédric AMOSSOU, Johan N’KONOU,Eustache AHOUANDJISSI, Clément DEGUENON.

Dr Ludzen D. SYLVESTRE, Dr Claudy JEAN BAPTISTE, Ivrose LOUIS PAUL, Anne Marie THIMOTHÉE ROBERT, Dr Jeffson BERCY, Dr Swann RISSELIN, Adeline ALY, Dr Raymond DÉCIMUS, Lise SYLVESTREGEFFRARD, Pierre INODYL FILS, Evens CETOUT, Ronald CENET, Samantha SAINT-CYR BERLUS, Johanne PETIT-FRÈRE, Aline JEAN‑LOUIS, Marc NARLY JEAN-CLAUDE, Souffrance THÉLUSMA, Son’s CHÉRY, Yves PATRICE JEANTY, Patrick JEAN BAPTISTE, Samuel PIERRE, Holiza CASSÉUS.

BURKINA FASODre Clotilde TRAORÉReprésentante du CCISDOuagadougouOHAÏTIDr Ludzen D. SYLVESTREReprésentant du CCISD et Coordonnateur national de PRISMA 2Port-au-PrinceOMALIDr Mahamane MAÏGADirecteur de l’assistance technique du projet CLEFSBamakoM. Moussa TRAOREAssistant administratif du projet CLEFSBamakoONIGÉRIADr Victor FATIMEHINReprésentant du CCISDAbujaORD CONGODr Léon TSHIABUATReprésentant du CCISDKinshasaOSÉNÉGALDr Sylvestre Roger M. TIENDREBEOGOReprésentant du CCISDDakar

Les équipes du projet CLEFS et du mandat d'appui au REDISSE sont actuellement en période de recrutement. Elles sont déjà constituées des personnes suivantes, mais seront appelées à grandir dans les prochains mois..CLEFSMahamane MAÏGA, Mamoudou TRAORE, Moussa TRAORE, Drissa COULIBALY, Lassana COULIBALY etAliou DICKO.-REDISSESylvestre R. M. TIENDREBEOGO, Koffi AKOLLY, Marie-Louise VARELA, Fatou TRAORE N'DEYE, Idrissa NDAO, Victor FATIMEHIM, Amadou SYLLA et Anicet KHONDE.

Direction des opérations

SIÈGE SOCIAL

Direction générale

Direction des finances et de l'administration

REMERCIEMENTS SPÉCIAUX

Sophie BOURDONConseillère en égalité de genre et droits humains

Robert BEAUDRYDirecteur général

Carole-Anne CORMIERResponsable des communications pour le développement

Tamara-Jeanne DUBÉChargée de dossier

Lina FOURNIERResponsable des affaires institutionnelles

Sarah Louise LATOURCoordonnatrice du développement philanthropique

Audrey SIMARDChargée de dossier

Sergio Paolo SolanoConseiller en égalité de genre et droits humains

Maman M. BACHIRChargé de projet

Pierre CHAMPAGNEDirecteur des opérations

Caroline GOSSELINResponsable administrative

Maguil GOUJAChargé de projet

Dre Aissatou Tinka BAHChargée de projet

Alfred NIKIEMAChargé de projet

Camille SCHOEMAKER-MARCOTTEChargée de projet

Maude VÉZINAAuxiliaire de recherche

Geneviève BLOUINChargée de projet

Patrice NGANGUEConseiller à la recherche

Fabrice GUIMONT DUNCANResponsable administratif

Ericka MOERKERKENChargée de projet

Gladys OJEDAAssistante de direction

Anne-Marie PROULXAssistante de direction

Sabrina LÉVESQUEDirectrice des finances et de l'administration

Simon BÉLANGERTechnicien en administration

Michel DUBOISTechnicien en informatique et à l'approvisionnement

Maryse LORRAINTechnicienne en administration

Des remerciements tout spéciaux sont offerts àLouise PATOINEqui, après plus de 25 ans à l'emploi du CCISD, a tiré sa révérence pour un départ bien mérité à la retraite.Son professionnalisme et sa rigueur ont été pendant toutes ces années un atout précieux de notre organisation. Son apport aux pratiques financières et administratives du CCISD constituera encore longtemps une référence.Nous tenons également à souligner la contribution fort appréciée de trois membres du personnel ayant terminé leur parcours au CCISD au cours de l'année :Ariane JEAN,Josée LEMIREetBrigitte PAQUET.Nos meilleurs vœux de succès sont aussi transmis àEugénie FONTAINE etKatherine ROBERTqui ont effectué ou poursuivent un stage au sein de notre équipe!

CONSEIL D'ADMINISTRATION

Présidente du CA et présidente du comité de mise en candidature

Administrateuret président du comité d’audit

Membre externe du comité d'audit

Vice-présidente, trésorière et membre du comité de vérification

Administratrice

Secrétaire sans droit de vote

Administratrice et membre du comité de mise en candidature

Administrateur

Administrateur

Administratrice

Administrateur

Diane MORINProfesseure associée à la Faculté des Sciences infirmières de l’Université Laval et professeure émérite (depuis 2015)

Denis SAVARDComptable professionnel agréé et chargé de cours à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ainsi qu’à la maîtrise (DESS) au HEC Montréal

Dr Jean-Pierre KALALASociologue du développement en économie rurale

Jean BÉDARDComptable professionnel agréé (CPA) et professeur titulaire à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval

Dre Sylviane FORGETGastroentérologue pédiatre à l’Hôpital de Montréal pour enfants et Conseillère à la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ)

Dre Pascale CHOLETTEMédecin de famille et membre de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ)

Geneviève LAROUCHEPharmacienne et membre de Pharmaciens sans frontières

Robert BEAUDRYDirecteur général du CCISD

Hélène SALETTESecrétaire générale du Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l’espace francophone (SIDIIEF)

Robert DUBÉAnalyste financier agréé (CFA)

Dr Julien POITRASDoyen à la Faculté de médecine de l’Université Laval

CONTACTEZ-NOUS

08

Vous souhaitez en savoir davantage sur les façons d'appuyer notre mission? Contactez notreCoordonnatrice du développement philanthropique, Sarah Louise Latour : sarahlouise.latour@ccisd.org

Trouvez-nous sur :

2180 chemin Sainte-Foy

Pavillon de l'Est2180, chemin Sainte-Foy, 3e étageQuébec (Québec) G1V 0A6CANADA+1 (418) 656-5525 |ccisd@ccisd.org

Centre de coopération internationale en santé et développement (CCISD)

faire un don

© CCISD, 2020 – Tous droits réservés