Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

START

Les déterminants de la participation électorale

Quels sont les déterminants de la participation électorale ?

Objectif : mener une démarche d’enquête, en utilisant des données statistiques, pour identifier les
corrélations entre le taux de participation électorale et des variables sociales.



Questions traitées dans cette ressource

Voter : une affaire individuelle ou collective ?


Objectifs d'apprentissage

- Être capable d’interpréter des taux de participation et d’abstention aux élections

- Comprendre que la participation électorale est liée à divers facteurs inégalement partagés au sein de la population (degré d’intégration sociale, intérêt pour la politique, sentiment de compétence politique) et de variables contextuelles (perception des enjeux de l’élection, types d’élection).

Quels sont les déterminants de la participation électorale ?


Vous êtes quatre étudiants chercheurs en sociologie.

Votre professeur travaille sur les déterminants sociaux qui influencent la participation électorale.
En vue de la publication d'un ouvrage sur « Les variables sociales du vote », il a besoin de données pour identifier ces déterminants .

glisser la souris ici

Tout au long de ce parcours, les mots ou expressions surlignés signifient qu'en glissant la souris ou en cliquant sur ces mots vous aurez accès à des informations supplémentaires.

Participation électorale selon l'âge, vote systématique

Ce premier document mesure la part des électeurs, selon l'âge, qui se sont déplacés quatre fois pour aller voter :

- ils ont voté aux premier et deuxième tour des élections présidentielles de l'année considérée

- ils ont voté aux premier et deuxième tour des élections législatives de l'année considérée

Enquêtes sur la participation électorale de 2002 à 2017


Insee

En cliquant sur le graphique, vous pourrez accéder à l'enquête de l'Insee, cherchez la figure 3a.


Etape 1 : sensibilisation

Votre première mission est de mesurer les différences de participation électorale selon l'âge, à partir du document ci-contre

Les élections étudiées par l'Insee sont les élections présidentielles et légialstives qui ont eu lieu la même année en 2002, 2007, 2012 et 2017.

Les électeurs qui ont voté à tous les tours de ces élections ont voté systématiquement.

1. Quelle est la bonne formule du calcul du taux de participaton ?

Nombre de votants de 18-24 ans
------------------------------------- x 100
Nombre d'inscrits de 18-24 ans


Nombre d'inscrits de 18-24 ans
------------------------------------- x 100
Nombre de votants de 18-24 ans


Nombre de votants de 18-24 ans
------------------------------------- x 100
Nombre total de votants


1

Participation électorale selon l'âge, vote systématique

Ce premier document mesure la part des électeurs, selon l'âge, qui se sont déplacés quatre fois pour aller voter :

- ils ont voté aux premier et deuxième tour des élections présidentielles de l'année considérée

- ils ont voté aux premier et deuxième tour des élections législatives de l'année considérée

2. Choisissez la bonne phrase de lecture


18% des électeurs qui ont voté systématiquement en 2017 sont des jeunes de 18-24 ans


18% des jeunes de 18-24 ans ont voté à des élections en 2017


18% des jeunes de 18-24 ans ont voté à toutes les élections en 2017


2

Participation électorale selon l'âge, vote systématique

Ce premier document mesure la part des électeurs, selon l'âge, qui se sont déplacés quatre fois pour aller voter :

- ils ont voté aux premier et deuxième tour des élections présidentielles de l'année considérée

- ils ont voté aux premier et deuxième tour des élections législatives de l'année considérée

3. Comment a évolué la part des 18-24 ans qui a voté systématiquement entre 2002 et 2017 ?

3

la part a diminué de 15 % environ


la part a diminué de 15 points de %
environ


la part a augmenté de 15 % environ


Participation électorale selon l'âge, vote systématique

Ce premier document mesure la part des électeurs, selon l'âge, qui se sont déplacés quatre fois pour aller voter :

- ils ont voté aux premier et deuxième tour des élections présidentielles de l'année considérée

- ils ont voté aux premier et deuxième tour des élections législatives de l'année considérée

4. Comparez le taux de participation électorale des 18-24 ans à celui des 65-69 ans en 2017

4

la part des 65-69 ans qui a voté systématiquement est plus élevée d'environ 30% à celle des 18-24 ans


la part des 65-69 ans qui a voté
systématiquement est 2,5 fois plus élevée que celle des 18-24 ans


la part des 65-69 ans qui a voté systématiquement est 2,5 point plus élevée que celle des 18-24 ans


Participation électorale selon l'âge, vote systématique

Ce premier document mesure la part des électeurs, selon l'âge, qui se sont déplacés quatre fois pour aller voter :

- ils ont voté aux premier et deuxième tour des élections présidentielles de l'année considérée

- ils ont voté aux premier et deuxième tour des élections législatives de l'année considérée

Les élections étudiées par l'Insee sont les élections présidentielles et légialstives qui ont eu lieu la même année en 2002, 2007, 2012 et 2017.


Les électeurs qui se sont abstenus à tous les tours de ces élections se sont abstenus systématiquement

Participation électorale selon l'âge, abstention systématique

Ce deuxième document mesure la part des électeurs, selon l'âge, qui ne se sont déplacés à aucun des quatre tours des élections présidentielles et législatives les années concernées.

Enquêtes sur la participation électorale de 2002 à 2017

Insee

En cliquant sur le graphique, vous pourrez accéder à l'enquête de l'Insee, cherchez la figure 3c.

5. Choisissez la bonne phrase de lecture.

5

20% des électeurs de 18-24 ans se sont abstenus à toutes les élections en France en 2017


20% des électeurs de 18-24 ans en France
n'ont pas voté en 2017


20% des électeurs qui se sont abstenus
à toutes les élections en France en 2017
sont des jeunes de 18-24 ans


Participation électorale selon l'âge, abstention systématique

Ce deuxième document mesure la part des électeurs, selon l'âge, qui ne se sont déplacés à aucun des quatre tours des élections présidentielles et législatives les années concernées.

Synthèse de lecture

Votre professeur vous confie une deuxième mission complémentaire : en étudiant les témoignages d'abstentionnistes , il vous demande d'identifier des variables qui, selon vous, pourraient être corrélées avec le taux d'abstention. Il met à votre disposition ces différents témoignages parus dans le Journal Le Monde.

Etape 2 : Formulation d’hypothèses

Qu'est ce qu'une variable ?

On appelle variable une caractéristique commune à l'ensemble des individus d'une étude.
La valeur de cette caractéristique varie entre les individus.

C'est pour cela que nous parlons de variable.

Morgane M., étudiante de 23 ans : « Pourquoi l’abstention ? Parce que je ne me sens pas représentée »


Cédric P., auditeur de 32 ans, Champigny-sur-Marne : « Notre démocratie est à bout de souffle »

Victoria F., 18 ans, en année d’échange aux Etats-Unis : « Je ne reconnais plus mon pays »

Ugo L., administrateur systèmes et réseaux de 31 ans : « Marre de voter utile et pas par conviction »

Hicham N., agent EDF de 32 ans : « Le vote est un choix, l’abstention aussi »

Ilinca B., doctorante de 28 ans, Paris : « Ils ne méritent pas mon vote »

Kaël C., sans-emploi de 37 ans, Paris : « J’en ai marre de faire des concessions sur mes convictions »

Romain S., intermittent de 36 ans, Paris : « Ce qui serait démocratique, c’est que le vote blanc compte vraiment »

Evelyne A., proviseure adjointe de 49 ans, Pantin : « Ras le bol du vote utile »

Manu R., 42 ans, Pontault-Combault : « Voter me semble être un acte devenu insignifiant »

Voici le profil des personnes interrogées dans l'article

6. Les individus interrogés se différencient par ....

6

des opinions religieuses


l'âge


l'adhésion à un parti politique


Pour revoir le profil des personnes interrogées

Morgane M., étudiante de 23 ans : « Pourquoi l’abstention ? Parce que je ne me sens pas représentée »

Cédric P., auditeur de 32 ans, Champigny-sur-Marne : « Notre démocratie est à bout de souffle »

Victoria F., 18 ans, en année d’échange aux Etats-Unis : « Je ne reconnais plus mon pays »

Ugo L., administrateur systèmes et réseaux de 31 ans : « Marre de voter utile et pas par conviction »

Hicham N., agent EDF de 32 ans : « Le vote est un choix, l’abstention aussi »

Ilinca B., doctorante de 28 ans, Paris : « Ils ne méritent pas mon vote »

Kaël C., sans-emploi de 37 ans, Paris : « J’en ai marre de faire des concessions sur mes convictions »

Romain S., intermittent de 36 ans, Paris : « Ce qui serait démocratique, c’est que le vote blanc

compte vraiment »

Evelyne A., proviseure adjointe de 49 ans, Pantin : « Ras le bol du vote utile »

Manu R., 42 ans, Pontault-Combault : « Voter me semble être un acte devenu insignifiant »

le statut matrimonial


le lieu de résidence


le genre


la taille de la famille


la nationalité


les pratiques culturelles


le niveau de diplôme


le statut de l'emploi stable / précaire


Bilan de l'étape 2

Vous avez identifié cinq variables qui permettent de différencier les électeurs.

Retrouvez les en vous aidant du test ci-dessous

Choisissez parmi les propositions suivantes celles que vous pourriez soumettre à votre professeur

Le niveau de diplôme d'un électeur influence son taux de participation.


La nationalité d'un électeur influence son taux de participation.


Le lieu de résidence d'un électeur influence son taux de participation.


Formulation des hypothèses sous forme d'affirmations à tester

L'âge d'un électeur influence son taux de participation.


7

Etape 3 : Tester des hypothèses

Votre professeur trouve vos hypothèses intéressantes.

Mais il vous demande à présent de vérifier leur pertinence à l'aide d'un sondage réalisé en juin 2017.

Source des données proposées dans les questions suivantes :


sondage réalisé par l'Ipsos lors des élections législatives de juin 2017

8

8

La variable âge est-elle pertinente ?

OUI

En effet les écarts constatés rendent cette variable utile à tester.

on ne sait pas


NON


©Ipsos. LÉGISLASTIVES 2017

Sur 100 électeurs inscrits de 70 ans ou plus, 34 ne sont pas allés voter au permier tour des légisaltives de 2017 selon le sondage de l'Ipsos.

9.

9

La variable lieu de résidence est-elle pertinente ?

OUI

Vous avez choisi cette réponse car vous considérez que même si les écarts sont très faibles, le lieu de résidence a eu une légère influence sur l'abstention de l'électeur.

Votre réponse est admise.

NON


En effet, les écarts constatés ne sont pas assez importants pour conclure à une influence déterminante du lieu de résidence sur l'abstention.

on ne sait pas

Vous avez choisi cette réponse car vous considérez que les écarts sont très faibles et qu'il est difficile de savoir si cette variable est déterminante ou pas dans l'abstention. Votre réponse est admise.

©Ipsos. LÉGISLASTIVES 2017

Sur 100 électeurs inscrits sur les listes électorales, 51,2 ne sont pas allés voter au permier tour des légisaltives de 2017 selon le sondage de l'Ipsos.

10.

10

La variable niveau de revenu est-elle pertinente ?

©Ipsos. LÉGISLASTIVES 2017

OUI

En effet les écarts constatés rendent cette variable utile à tester.

NON

JE NE SAIS PAS


Sur 100 électeurs inscrits vivant dans un foyer où le revenu mensuel est de plus de 3 000 euros, 42 ne sont pas allés voter au permier tour des légisaltives de 2017 selon le sondage de l'Ipsos.

11.

11

©Ipsos. LÉGISLASTIVES 2017

La variable statut d'emploi est -elle pertinente ?

OUI

En effet les écarts constatés, notamment entre les salariés du privé et les salariés du public rendent cette variable utile à tester.

NON

JE NE SAIS PAS

57% des électeurs qui sont au chômage ne sont pas allés voter au permier tour des légisaltives de 2017 selon le sondage de l'Ipsos.

12.

12

©Ipsos. LÉGISLASTIVES 2017

La variable niveau de diplôme est -elle pertinente ?

OUI

En effet les écarts constatés rendent cette variable utile à tester.

NON


JE NE SAIS PAS


54% des électeurs dont le dernier diplôme obtenu est le baccalauréat ne sont pas allés voter au permier tour des légisaltives de 2017 selon le sondage de l'Ipsos.

13. La variable genre est -elle pertinente ?

13

OUI

Vous avez choisi cette réponse car vous considérez que même si les écarts sont très faibles, le genre semble avoir une légère influence sur l'abstention de l'électeur.

Votre réponse est admise.

NON


Vous avez choisi cette réponse car vous considérez que les écarts sont trop faibles pour considérer qu'il y a une influence déterminante de cette variable sur l'abstention. Votre réponse est acceptée.

JE NE SAIS PAS

Vous avez choisi cette réponse car vous considérez que les écarts sont très faibles et qu'il est difficile de savoir si cette variable est déterminante ou pas dans l'abstention. Votre réponse est admise.

©Ipsos. LÉGISLASTIVES 2017

Sur 100 femmes inscrites sur les listes électorales, 49 ne sont pas allées voter au permier tour des légisaltives de 2017 selon le sondage de l'Ipsos.

14. La variable pratique religieuse est-elle pertinente ?

14

OUI

En effet les écarts constatés notamment entre les électeurs catholiques pratiquant et la moyenne rendent cette variable utile à tester.

NON

JE NE SAIS PAS

©Ipsos. LÉGISLASTIVES 2017

Sur 100 électeurs inscrits et catholiques pratiquants réguliers, 33 ne sont pas allés voter au permier tour des légisaltives de 2017 selon le sondage de l'Ipsos.

15. La variable statut socio-professionnel est-elle pertinente ?

15

OUI

En effet les écarts constatés rendent cette variable utile à tester.

NON

JE NE SAIS PAS

©Ipsos. LÉGISLASTIVES 2017

36% des électeurs retraités ne sont pas allés voter au permier tour des légisaltives de 2017 soit 15,2 points de % de moins que pour l'ensemble des électeurs, toutes CSP confondues.

Bilan de l'étape 3

À partir des résultats du sondage réalisé par l'Ipsos, vous avez identifié six variables qui vous semblent avoir une influence déterminante sur l'abstention et que vous pourriez tester.


Vérifiez les en cliquant sur le test ci-dessous


Votre mission est maintenant de vérifier l'existence d'une relation entre le niveau de diplôme et la participation électorale.

Etape 4 : Tester une corrélation

Les écarts constatés à l'aide du sondage réalisé au moment des élections législatives de juin 2017

- sont-ils le fruit du hasard ?
- sont-ils spécifiques aux élections législatives de juin 2017 ?
- révelent-ils une véritable corrélation entre la variable choisie et le taux de participation aux élections ?

Pour répondre à cettte question nous vous proposons de sélectionner la variable : niveau de diplôme

LE SAVIEZ-VOUS ?

Une corrélation se définit comme une liaison entre deux variables telle que leurs valeurs varient dans le même sens (corrélation positive) ou dans le sens opposé (corrélation négative).

Il existe une corrélation positive entre les variables A et B.

16.

16

VRAI

En effet il s'agit d'une corrélation positive : plus le niveau de diplôme est élevé, plus le taux de participation est élevé.

La corrélation devient négative si on compare la variable diplôme à la variable abstention systématique : plus le niveau de diplôme est élevé, plus la part des abstentionnistes systématiques baisse.

FAUX

on ne sait pas


À la lecture des données, on peut dire qu'il y a une
corrélation entre le niveau de diplôme et la participation électorale.

Insee, enquête sur la participation électorale 2017.

En cliquant sur le graphique vous pourrez accéder au document complet de l'Insee. Cherchez la figure 4.

17. À la lecture des données, on peut dire qu'une corrélation entre le niveau de diplôme et la participation électorale s'observe sur les trois années.

17

INSEE, Enquêtes sur la participation électorale de 2002 à 2017

En cliquant sur le graphique, vous pourrez accéder à l'enquête de l'Insee, cherchez la figure 5..

VRAI

FAUX

on ne sait pas


Les données suivantes proviennent de deux sondages réalisés par l'Ipsos lors des élections euroépennes de 2014 et 2019

Fiche technique : enquête Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, RFI et France 24 du 22 au 25 mai 2019 auprès de 5 433 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Fiche technique : enquête Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, Le Point, LCP/ Public Sénat , France 24 du 22 au 24 mai 2014 auprès de 2 048 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

18. Choisissez les bonnes phrases de lecture

18

La corrélation entre le niveau de diplôme et le taux d'abstention est plus faible en 2019 qu'en 2014.


Le taux d'abstention a baissé entre 2014 et 2019


En 2014, la part des électeurs ayant le baccalauréat qui se sont abstenus est plus élevée de 13 points de % à celle des électeurs ayant au moins un bac + 3 ans


LE SAVIEZ-VOUS ?

Certaines corrélations observées
sont le fruit du hasard,
d'autres révèlent un lien de causalité,
d'autres enfin masquent une variable cachée.

Une causalité se définit comme un lien qui unit la cause à l'effet.

Y a t-il un lien de causalité entre A et B qui explique la corrélation positive entre ces deux variables ?

Des éléments d'explications

Comment expliquer la corrélation entre le niveau de diplôme et la participation électorale ?


Pour dissiper une erreur d'interprétation durable, on notera tout d'abord que l'abstention n'est que marginalement la conséquence d'un choix "doctrinal" arrêté. Seul un petit noyau de citoyens se tient à l'écart des élections par conviction idéologique systématique. Beaucoup plus nombreux sont les abstentionnistes qui s'intéressent très peu à la politique, sont assez sceptiques sur ce qu'ils peuvent en attendre et peu attentifs aux comptes rendus qu'en donnent les médias. Ces segments du public font état d'un sentiment d'incompétence dans ces domaines et de difficultés à comprendre les quelques péripéties de l'activité politique qui parviennent jusqu'à eux. Ils expriment également leurs difficultés à "s'y retrouver", c'est-à-dire à choisir entre les partis ou les candidats à une élection. Ces publics appartiennent pour l'essentiel à des milieux populaires peu scolarisés. Leurs conditions de vie sont souvent pénibles et leurs difficultés quotidiennes les renforcent dans leur conviction qu'il n'y a pas grand-chose à attendre des hommes politiques, dont ils pensent qu'ils "parlent" beaucoup plus qu'ils "n'agissent" et que, pour se faire élire, ils multiplient des "promesses" qu'ils ne tiennent jamais. Ces femmes et ces hommes sont portés à se tenir à distance de la politique et des élections, en négligeant de s'inscrire sur les listes électorales ou, quand ils le sont, d'aller voter. Les segments de la population les plus enclins à l'abstention sont ceux qui cumulent les handicaps sociaux les plus divers. Le chômage, la pauvreté, la précarité, la stagnation du pouvoir d'achat des salariés modestes, la violence physique ou symbolique dans les rapports sociaux, l'absence de perspectives, la fatalité de l'échec scolaire, la dégradation des conditions de travail dans les emplois peu qualifiés, les discriminations et stigmatisations subies par ceux qui sont d'origine non européenne, tout ce qui a contribué au durcissement des conditions de vie d'un nombre plus important de catégories depuis une trentaine d'années contribue à renforcer le scepticisme politique et l'abstention de catégories de population déjà prédisposées.

L'abstention électorale : entre scepticisme et indifférence Publié le 26/07/2007 Auteur(s) : Daniel Gaxie

Voici un petit exercice pour vérifier votre compréhension des liens de cause à effet identifiés par Daniel Gaxie

Des éléments d'explications

Il est donc possible d'établir des liens de causalité entre le niveau de diplôme et le taux de participation aux élections



mais d'autres facteurs permettent de rendre compte de la spécificité de certaines élections

19. L'année 2017 se caractérise par une baisse significative du vote systématique pour tous les électeurs quel que soit leur niveau de diplôme.

19

OUI

En effet la part des électeurs qui ont voté systématiquement, c'est à dire qui ont participé aux deux tours des élections présidentielles, puis aux deux tours des élections législatives a fortement baissé en 2017 par rapport aux deux autres années pour toutes les catégories d'électeurs. Une autre variable que le niveau de diplôme a aussi eu une influence sur la participation électorale.

NON


on ne sait pas


INSEE, Enquêtes sur la participation électorale de 2002 à 2017

En cliquant sur le graphique, vous pourrez accéder à l'enquête de l'Insee, cherchez la figure 4.

Le Monde 07/05/2017
Présidentielle 2017 : abstention record pour un second tour depuis l’élection de 1969

20.

20

À partir de la lecture de l'article du journal Le Monde,
on peut dire que le fort taux d'abstention au second tour des présidentielles s'explique par une offre électorale peu satisfaisante.

OUI


Oui le manque de choix politique décrit une offre électorale insuffisante.

NON


on ne sait pas


21.

21

À partir de la lecture de l'article du journal Le Monde,
on peut dire que le fort taux d'abstention s'explique
par l'élimination des candidats des deux principaux partis de gouvernement dès le premier tour.

VRAI

FAUX

on ne sait pas


22.

22

À partir de la lecture de l'article du journal Le Monde, on peut dire que le fort taux d'abstention au second tour des présidentielles s'explique par ...

le refus de voter


le climat de défiance vis à vis des deux candidats
en lice


le sentiment d'incompétence politique à choisir


À SAVOIR

De nombreuses études montrent le poids des variables sociales dans la détermination des comportements électoraux.
En France, l'âge, le niveau de diplôme, la pratique religieuse, le niveau de revenu, ou le statut socioprofessionnel influencent la participation d'un individu au vote.

Mais il existe aussi des variables contextuelles dans la détermination des comportements électoraux. Ces variables témoignent de l'importance du contexte économique, social, politique dans lequel se déroule une élection.

23. La baisse du vote systématique en 2017 est due à des variables contextuelles.

23

INSEE, Enquêtes sur la participation électorale de 2002 à 2017

En cliquant sur le graphique, vous pourrez accéder à l'enquête de l'Insee, cherchez la figure 4..

OUI


Oui le contexte particulier des élections présidentielles et législatives de 2017 explique la baisse du vote systématique pour toutes les catégories d'électeurs confondues.

NON


on ne sait pas


La décision individuelle de ne pas participer à une élection est un acte complexe influencé par un grand nombre de facteurs. Les niveaux globaux de participation et la tendance à l'augmentation de l'abstention sont des effets de composition de millions de décisions individuelles dont on ne peut rendre compte par quelques explications simplistes. Dans nombre de cas, l'abstention est provoquée par divers impondérables (maladie, déplacement professionnel, congés, cérémonie familiale) qui empêchent des citoyens de se rendre aux urnes. Ces facteurs apparemment accidentels ne sont pourtant pas sans lien avec les transformations du rapport à la politique qui seront évoquées plus loin. Des citoyens plus déçus ou sceptiques que par le passé prennent plus facilement prétexte d'un empêchement pour éviter de voter pour un parti dont il se sentent moins proches; c'est spécialement le cas chez les jeunes. Par ailleurs, les niveaux de participation varient selon le type d'élection et dépendent de multiples paramètres en relation avec les conditions d'organisation des scrutins. La portée des enjeux associés ou assignés aux résultats (généraux ou localisés, lisibles ou obscurs, importants ou secondaires aux yeux des diverses fractions du public), le nombre de candidats, leur notoriété, les liens qu'ils ont établis avec les électeurs, la présence de représentants des diverses orientations politiques, les pronostics plus ou moins incertains sur les résultats, la couverture médiatique, la simplicité du mode de scrutin, le jour choisi pour organiser la consultation, l'organisation d'élections simultanées, le contexte social ou politique, et bien d'autres facteurs propres à chaque scrutin de chaque type d'élection dans chaque pays ont des effets sur la participation.

L'abstention électorale : entre scepticisme et indifférence Publié le 26/07/2007 Auteur(s) : Daniel Gaxie

24. Parmi les variables contextuelles proposées par D. Gaxie, quelles sont celles qui pourraient correspondre aux législatives de 2017 ?

24

organisation d'élections simultanées


Oui la succession des élections présidentielles puis législatives un mois plus tard explique la hausse du taux d'abstention aux secondes élections depuis la loi constitutionnelle de 2000 ramenant le mandat présidentiel à 5 ans.

Chiffres sur l'évolution de la participation aux élections législatives depuis 1958

simplicité ou complexité du mode de scrutin


portée des enjeux associés aux résultats de ces élections


Certains des électeurs se sont en effet abstenus aux législatives considérant que les enjeux associés à ces élections étaient moins importants que ceux des présidentielles. S'ils ont participé aux deux tours des présidentielles, ils ont pu s'abstenir aux deux tours des législatives (cf document statistique de l'Insee dans la diapositive suivante).

notoriété des candidats

En effet, sur les 577 députés élus en 2017, 188 n'avaient eu aucun autre mandat électif avant celui-là. Cette situation est particulière aux législatives de 2017. Le parti politique qui a soutenu la candidature d'Emmanuel Macron n'a été créé qu'en 2016. Ce parti a donc du recruter 428 personnes (214 femmes et 214 hommes) pour présenter des candidats aux législatives. Parmi ces derniers, beaucoup n'avaient aucune expérience élective.

25. Choisissez la bonne phrase de lecture

25

20,4% des inscrits ont voté aux deux tours des présidentielles mais à aucun tour des législatives


20,4% des inscrits n'ont voté à aucun tour des élections présidentielles et législatives


L'année 2017 est donc en effet particulière

Le vote sytématique a fortement baissé en 2017 par rapport à 2002 et 2012.

En 2017 ....

seuls 35% des électeurs inscrits ont participé à tous les tours = vote systématique

seuls 13,8% des électeurs inscrits n'ont participé à aucun tour = abstention systématique ou abstention structurelle

mais 20,4% des électeurs inscrits ont voté aux deux tours des présidentielles mais à aucun tour des législatives = abstention par intermittence ou abstention conjoncturelle

Qui sont les abstentionnistes ?

Ils se répartissent en deux grandes catégories.

Ceux qui sont « hors jeu » politiquement, qui se tiennent toujours en retrait des élections. Ces électeurs restent en dehors de la décision électorale d’abord pour des raisons d’ordre sociologique, liées aux conditions de leur insertion dans la société : appartenance aux couches populaires, faible niveau d'instruction, moindre insertion sociale. Cette catégorie est relativement stable, elle concerne à peu près le même volant d'individus d'une élection à l'autre.

La seconde catégorie est différente. Ceux qui la constituent sont « dans le jeu » politique, souvent diplômés, mieux insérés socialement, ils se disent intéressés par la politique. Ceux-là utilisent l'abstention pour envoyer un message politique et ce sont eux qui contribuent, depuis une trentaine d'années, à la dynamique de l'abstention : ils font un usage alterné du vote et du non-vote et leur nombre augmente régulièrement.

Et si l'abstention était un signe de vitalité politique ?, entretien avec Anne Muxel, Telerama, 3 avril 2014

Voici un petit exercice pour vérifier votre compréhension de la distinction faîte par A. Muxel


Bilan de l'étape 4

Vous avez réussi à identifier deux grandes catégories d'explications de la participation électorale

Vérifiez ces deux catégories en réalisant le test ci-dessous

Schéma de synthèse

Etape 5 : Rédaction d'une synthèse

Vous êtes arrivés au terme de votre étude.
Votre équipe répondra, au choix, à l'une des deux questions ci-dessous sous la forme d'un paragraphe argumenté à remettre à votre professeur.

Question 1

Montrez que le diplôme est une variable explicative majeure de la participation électorale.

Question 2

Montrez que la participation électorale peut aussi s'expliquer par des variables contextuelles.