Want to make creations as awesome as this one?

No description

Transcript

La course à l'Elysée

élection présidentielle 2017

Au départ, ils sont 55 candidats.Ils doivent récolter 500 signatures d'élus pour pouvoir se présenter. A la fin, il n'en restera qu'un.

Suite

Première étape

les 500 signatures

Suite

Suite

Nombre de signatures selon le candidat :

708

3635

587

805

528

573

637

2039

1829

627

707

passez la souris sur les candidats pour avoir des informations

Seuls ces 11 candidats sur les 55 ont pu obtenir les 500 signatures et peuvent passer à l'étape suivante.

M. Nicolas Dupont-Aignan (parti : Debout la France) : 707 signatures de parrainage : officiellement candidat à la présidentielle.

Mme Marine Le Pen (parti : Front National) : 627 signatures de parrainage : officiellement candidate à la présidentielle.

M. Emmanuel Macron (parti : En Marche) : 1829 signatures de parrainage : officiellement candidat à la présidentielle.

M. Benoit Hamon (parti : Parti socialiste) : 2039 signatures de parrainage : officiellement candidat à la présidentielle.

M. Philippe Poutou (parti : Nouveau Parti Anticapitaliste) : 573 signatures de parrainage : officiellement candidat à la présidentielle.

Mme Nathalie Arthaud (parti : Force ouvrière) : 637 signatures de parrainage : officiellement candidate à la présidentielle.

M. Jaques Cheminade (parti : Solidarité et Progrès) : 528 signatures de parrainage : officiellement candidat à la présidentielle.

M. Jean Lassalle (parti : Résistons !) : 708 signatures de parrainage : officiellement candidat à la présidentielle.

M. Jean-Luc Mélanchon (parti : La France insoumise) : 805 signatures de parrainage : officiellement candidat à la présidentielle.

M. François Asselineau (parti : Union Populaire Républicaine) : 587 signatures de parrainage : officiellement candidat à la présidentielle.

M. François Fillon (parti : Les Républicains) : 3635 signatures de parrainage : officiellement candidat à la présidentielle.

Deuxième étape

faire campagne

Suite

Affiches des 11 candidats.Cliquez sur les affiches pour les agrandir

Les analyses des affiches et des slogans sont reprises de https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/980/reader/reader.html#!preferred/1/package/980/pub/981/page/9

Suite

Plus aucun logo n’apparaît sur les affiches, sauf ceux de Le Pen et de Mélenchon mais qui sont nouveaux.

L’affiche est dans la continuité de la dédiabolisation du Front National qui a débuté depuis quelques années. Avec cette volonté de mettre en avant la personnalité.

Le slogan, «Remettre la France en ordre», signale clairement le projet politique. Elle a bien compris que nous sommes entrés dans un moment de la campagne où il faut revenir aux fondamentaux et parler à son électorat. On est dans la suite logique d’une candidate qui a d’abord voulu apaiser avant de revenir à son leitmotiv qui est l’ordre.

Il n’y a pas son nom, c’est intéressant. Comme ces grandes marques qui sont assez connues et qui n’ont plus besoin d’apparaître dans leurs spots publicitaires. Elle essaye clairement d’effacer son nom de famille en se recentrant sur son prénom dans cette quête de dédiabolisation encore une fois.

C’est une affiche vraiment minimaliste. Elle me fait penser aux banques d’images avec des protagonistes anonymes. Au final elle se désincarne du « Macron Président ».

Il y a cette dominante bleu clair qui fait penser à une affiche d’entreprise.

Le slogan, « La France doit être une chance pour tous » est une incantation morale qui n’engage à rien. Le « doit » n’implique pas l’action du candidat. C’est très classique.

Là on est dans une affiche très classique et sobre. Il a une posture gaullienne assumée.

Avec son slogan, « Une volonté pour la France », c’est sa volonté de garder le cap contre vents et marées. C’est le capitaine face à la tempête des affaires, ce qui souligne sa force de caractère.

Avec cette affiche il s’affirme comme le candidat apaisé. On a l’impression que c’est la force tranquille, il semble relâché.

Dans la couleur aussi, contre la colère rouge de l’affiche de 2012, en 2017 il a choisi un fond bleu, un univers marin, souvent utilisé comme dans le clip de campagne de Marine Le Pen. L’iconographie de l’affiche est d’ailleurs assez semblable à celle de la candidate d’extrême droite.

Avec son slogan « La Force du Peuple », Mélenchon se place comme le guide et le porte-parole du peuple. Il fait écho au slogan du Front National « Au nom du peuple ».

On ne sait pas que c’est le candidat qui représente le PS, il n’y a aucun logo.

Avec son visage souriant il y a une volonté de paraître sympathique.

Le slogan est allégorique, vaporeux. On dirait qu’il s’adresse seulement au Parti socialiste comme une sorte de défibrillateur.Comme chez Macron le slogan n’incarne pas de projet. « Mon projet », à part les électeurs qui ont pris connaissance de son programme, une personnalité extérieure ne comprend pas trop.

Son affiche fait connaître et imprimer son visage dans l’espace public. il essaye de maximiser sa visibilité, montrer qu’il est photogénique, qu’il a une tête de président.

Son slogan, « Debout la France » n’implique pas directement le candidat.

C’est un peu la même affiche que celle de Nathalie Arthaud.

Il y a un message qui est socialement clivant. Il insiste sur un rapport de classe qu’il martèle tout au long de sa campagne. C’est typique de l’argumentaire de l’extrême gauche.Le slogan, « Nos vies, pas leurs profits », est revendicateur et plus agressif que ceux des autres affiches. Le but n’est pas de vouloir rassembler mais de s’adresser à un seul segment du marché électoral en incarnant le camp des travailleurs.

Le candidat est tout de même mis un peu plus en avant.

On est dans une présentation graphique et iconographique qui est propre à l’extrême gauche.

C’est une supposition un peu naïve qu’en saturant à l’excès une pancarte d’arguments déjà connus, on va réussir à convaincre les indécis.

Il y a un décalage entre son image et son slogan. On s’attend à quelqu’un de sobre alors qu’il est habillé en costume-cravate.

Se libérer de l’occupation financière : c’est un slogan qui manque de clarté. On ne sait pas si on a affaire à un projet ou une révolte.

C’est le seul à être de profil et à ne pas regarder son public. D’autres avant lui ont adopté cette posture en regardant vers l’avant. Il veut montrer qu’il sait où il va et qu’il n’a pas besoin de nous regarder pour convaincre.

L’affiche montre bien qu’il veut incarner le candidat atypique avec son charisme. C’est comme si c’était le Messie, l’homme providentiel. On voit clairement que la personnalisation se présente comme LA solution politique.

Son slogan « Le candidat du Frexit » est très fort. Le Brexit est resté dans l’esprit des gens, c’est pas mal pour se faire connaître.Son objectif est toujours le même : se prouver et prouver aux Français qu’il n’est pas un petit candidat. Son autre slogan, « + 368 % d’adhérents en un an », montre que c’est le candidat des chiffres, du « fact-checking » qui veut dire la vérité.

Troisième étape

le premier tour23 avril 2017

Suite

les onze candidats en lice ont essayé de convaincre par leurs affiches. ils doivent désormais débattre en face à face.

Pour les présidentielles, le CSA applique certaines règles en matière de temps de parole des candidats à l'élection :un principe d'équité

plusieurs débats vont avoir lieu :le 20 mars : sur TF1 et LCILe 4 avril : sur BFMTV et CNEWS

attention : le décompte du temps de parole s'applique aux interventions du candidat, mais également à celles de ses soutiens.

Suite

CSA : Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.Le Conseil supérieur de l'audiovisuel est l'autorité française de régulation de l'audiovisuel. L'intitulé de sa mission est de garantir l'exercice de la liberté de communication audiovisuelle en France.

20 mars 2017

-TF1-LCI

Suite

Candidats débattant :

5 Candidats jugés "principaux"

M. Benoit Hamon (parti : Parti socialiste)

Mme Marine Le Pen (parti : Front National)

M. Emmanuel Macron (parti : En Marche)

M. Jean-Luc Mélanchon (parti : La France insoumise)

M. François Fillon (parti : Les Républicains)

CSA : Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.Le Conseil supérieur de l'audiovisuel est l'autorité française de régulation de l'audiovisuel. L'intitulé de sa mission est de garantir l'exercice de la liberté de communication audiovisuelle en France.

20 mars 2017

-TF1-LCI

Suite

3 thèmes de débat

Quel modèle social pour la France ?

Quel modèle économique pour la France ?

Quelle place pour la France dans le monde ?

CSA : Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.Le Conseil supérieur de l'audiovisuel est l'autorité française de régulation de l'audiovisuel. L'intitulé de sa mission est de garantir l'exercice de la liberté de communication audiovisuelle en France.

4 avril 2017

- BFM - CNEWS

Candidats débattant :

Suite

Pour la première fois, les 11 candidats de l'élection présidentielle se sont affrontés au cours d'un débat télévisé.

M. Benoit Hamon (parti : Parti socialiste)

Mme Marine Le Pen (parti : Front National)

M. Emmanuel Macron (parti : En Marche)

M. Jean-Luc Mélanchon (parti : La France insoumise)

M. François Fillon (parti : Les Républicains)

M. Nicolas Dupont-Aignan (parti : Debout la France)

Mme Nathalie Arthaud (parti : Force ouvrière)

M. Philippe Poutou (parti : Nouveau Parti Anticapitaliste)

M. Jaques Cheminade (parti : Solidarité et Progrès)

M. Jean Lassalle (parti : Résistons !)

M. François Asselineau (parti : Union Populaire Républicaine)

CSA : Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.Le Conseil supérieur de l'audiovisuel est l'autorité française de régulation de l'audiovisuel. L'intitulé de sa mission est de garantir l'exercice de la liberté de communication audiovisuelle en France.

4 avril 2017

- BFM - CNEWS

3 thèmes de débat

"Comment créer des emplois ?»,

"comment protéger les Français ?"

"comment mettre en oeuvre votre modèle social ?"

Suite

CSA : Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.Le Conseil supérieur de l'audiovisuel est l'autorité française de régulation de l'audiovisuel. L'intitulé de sa mission est de garantir l'exercice de la liberté de communication audiovisuelle en France.

Suite

Résultats des candicats en pourcentages des suffrages exprimés

1,21%

20,01%

0,92%

19,58%

0,18%

1,09%

0,64%

6,36%

24,01%

21,3%

4,7%

Les deux finalistes

M. Nicolas Dupont-Aignan (parti : Debout la France)

Mme Marine Le Pen (parti : Front National)

M. Emmanuel Macron (parti : En Marche)

M. Benoit Hamon (parti : Parti socialiste)

M. Philippe Poutou (parti : Nouveau Parti Anticapitaliste)

Mme Nathalie Arthaud (parti : Force ouvrière)

M. Jaques Cheminade (parti : Solidarité et Progrès)

M. Jean Lassalle (parti : Résistons !)

M. Jean-Luc Mélanchon (parti : La France insoumise)

M. François Asselineau (parti : Union Populaire Républicaine)

M. François Fillon (parti : Les Républicains)

Quatrième étape

le second tourle 7 mai 2017

Suite

3 mai 2017

- France 2

Candidats débattant :

thèmes de débats :

s’ affronteront sur leurs programmes et leurs idées politiques

video résumée du débat

video extraits du débat

Suite

Mme Marine Le Pen (parti : Front National)

M. Emmanuel Macron (parti : En Marche)

fin

3 mai 2017

20h

66,10 %

33,90 %

Mme Marine Le Pen (parti : Front National)

M. Emmanuel Macron (parti : En Marche)