Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Le journal


Notre centre imprimerie du journal a perdu la mémoire et cette édition est totalement embrouillée!

Retrouvons les mémoires et l'histoire de la guerre d'Algérie.
Retrouvez votre fiche guide dans cette Une.Le lien "Je suis perdu" peut vous aider La maison vous ramène ici.

Ta mission: Rendre un article de presse synthétique :

Rappel du contexte colonial et de décolonisation concernant l'Algérie.

Identifier les groupes mémoriels

Expliquer les silences, les conflits entre mémoires et le rôle des Etats ( France/Algérie).

Pour illustrer ton article.

EDITO33

lMémoires passées sous silence, mémoires enssevelies, mémoires qui s'opposent,mémoires en conflits,mémoires florissantes,combats pour les mémoires: La guerre d'Algérie et sa mémoire continuent aujourd'hui à alimenter le travail des historiens,l'action des politiques et des débats dans les sociétés.

Les humouristes de tous les pays ont leur page! Pas de censure!

Sélection d'ouvrages

Le journal vous propose une sélection de livres et film sur les mémoires et le conflit algérien.

19 Mars 2021

Edition limitée

N CHADEFAUD LGT Yves Leborgne

ma fiche article

Journaliste en herbe:

Ton article doit porter sur la problématique suivante:

Comment la guerre d ‘Algérie est-elle gravée dans la mémoire collective des sociétés et dans les mémoires individuelles ?


Il doit reprendre:


—>Un résumé de la guerre d'Algérie

—>Les différentes mémoires collectives ou individuelles

—>Un ou des exemples de mémoire censurée puis rendue publique

—>Une explication sur l'évolution du traitement du conflit par La France et l'Algérie ( Etats, historiens, journalistes...)


Ton support peut ressembler à une page d’article ( titres, sous titres, articles, documents iconographiques /sources).


je suis perdu

Tu es perdu? Pas de soucis! A chaque page tu trouveras cet insigne et pourras cliquer pour une aide supplémentaire. Pour l'instant, un conseil: Utilise ta fiche et consulte le journal! Bon feuilletage!

L'histoire n'est pas la mémoire

Sélection de films et documentaires


Quels lieux de mémoire?


Citation de François MITTERRAND (1916-1996), ministre de l’Intérieur du gouvernement Mendès France, 5 novembre 1954.

Contexte Quatrième République début de la guerre d'Algérie. À replacer dans le contexte, comme la plupart des citations. Beaucoup d’hommes de gauche n’envisagent pas l’indépendance de l’Algérie comme une solution au « problème algérien ». Il faudra attendre de Gaulle, appelé pour trancher.


L'Algérie c'est la France!



L'Algérie est une colonie de peuplement depuis 1830.Les liaisons entre les ports de Marseille et Alger sont nombreuses, les trajets courts en Méditerranée. La colonie est divisée en 3 départements . La société hiérarchisée se compose d'"Indigènes" et de colons européens (pieds noirs) Voir la video INA ci-dessous

je suis perdu

Tu as des éléments pour rappeler le contexte colonial pour l'Algérie.

Cette page montre l'Algérie comme une colonie française . Beaucoup de propagande sur le bienfaits de la colonisation. La vidéo présente un village en Algérie comme identique à un village français. Tous ces éléments de propagande alimentent le sentiment nationaliste d'Algériens dont la situation en tant qu'indigènes dure depuis 1830.

Depuis 1830 jusqu'au milieu XXème siècle

Depuis 1881 les indigènes musulmans ont la nationalité française mais ce ne sont pas des citoyens. Le code de l'indigénat impose un régime pénal différent rendant les indigènes algériens inférieurs en politique, justice et fiscalité.La société est hiérarchisée: ce sont les pieds

noirs qui dominent.

source du document:

https:/www.mondialisation.ca/l-oeuvre-positive-de-la-colonisation/5623310

Cette affiche de propagande commémore en 1930 les 100 de colonisation en ventant les bienfaits .Mais la réalité est toute autre .

source affiche Marseille:

http://www.artnet.fr/artistes/nasreddine-dinet/algerie-exposition-coloniale-marseille-avril-67VUmSoI27-Sca1b4Mh4bA


Manuel scolaire Belin Terminale ES/L


+Je suis perdu

Pour ton article tu dois résumer le conflit et précisant: Les dates , la nature du conflit: conquête de territoire ?Lutte pour indépendance?Les forces en présence: quels pays? Le déroulement de la guerre: résumé. Les bilans.Les accords de paix

Heu...non? Ce n'est pas la France?

Le FLN (Front de Libération Nationale) réunit les indépendantistes algériens contre la présence française en Algérie. Il provoque le 1er Novembre 1954 une série d'attentats pour revendiquer l' indépendance (Toussaint rouge).Des manifestations éclatent mais le gouvernement français préfère parler "d’événements" et d'opérations de maintien de l'ordre. Des français (communistes, intellectuels) appuient ce mouvement d'indépendance et condamnent l'action du gouvernement français qui réprime les manifestations.


Longtemps désignée comme des "évènements" ou "opérations de maintien de la paix", la guerre d'Algérie et une guerre d'indépendance dans le contexte de la décolonisation qui met fin progressivement à l'empire colonial français. Elle débute en 1954 et se termine en 1962 par les accords d'Evian. Son bilan (28000 soldats français? 300000 algériens? reste à ce jour objet de débats. Le FLN parle d'1 million de morts (chiffre symbolique). Les accords d'Evian 19 Mars 1962 mettent fin au conflit. photo: Copyright sypa press.


1954-1962 Guerre d'Algérie

source chrono:https://sites.google.com/site/histghmingaud/premiere-s-1

La bataille d'Alger a opposé, en 1957 à Alger (département d'Alger ou zone autonome d'Alger), durant la guerre d'Algérie, la 10e division parachutiste de l'Armée française aux indépendantistes algériens du Front de libération nationale (FLN). À la suite des nombreux attentats perpétrés contre la population par le FLN, le pouvoir civil délègue alors tous pouvoirs au général Massu pour démanteler l'organisation du FLN et ainsi mettre fin aux attentats, de janvier à .

Dès 1956, la violence s'accentue en Algérie et à Alger en particulier, Le général Jacques Massu, commandant de la 10e division parachutiste, doit "pacifier" Alger. Il entre dans la ville avec 8 000 paras et proclame la loi martiale. Le FLN réplique par des attentats et une grève générale qui débute le . En réaction, l'armée divise la ville en secteurs et ceinture les quartiers musulmans. Elle exerce une sévère répression et procède à des arrestations massives, internant les détenus dans des centres où l'on recourt à la torture pour obtenir des informations. Cette stratégie permet effectivement de démanteler l'organisation de la Zone autonome d'Alger, forçant ses dirigeants à quitter Alger et entraînant l'arrestation de certains membres clés.

La bataille est remportée par l'Armée française qui a éradiqué les attentats et la guérilla urbaine du FLN, l'ordre est rétabli, mais elle suscite une crise morale car les méthodes utilisées ne sont pas acceptées par tous. Le , le général Jacques Pâris de Bollardière, opposé à la torture, demande à être relevé de ses fonctions. Des intellectuels et fonctionnaires, de même que certains réservistes servant en Algérie, lui emboîtent le pas.

. En dépit de la censure, les Français découvrent les aspects moins connus de cet épisode de la guerre d'Algérie, tandis qu'en Algérie elle contribue à solidariser une partie de la population autochtone autour du FLN. Les Français d'Algérie, qui ont subi durant trois mois les attentats du FLN, n'oublient pas le général Massu qui a gagné la « bataille d'Alger », et le soutiennent lors de la crise de mai 1958, appelée également putsch d'Alger, lorsqu'il crée le Comité de salut public, puis une seconde fois lorsque, après avoir critiqué la politique algérienne du général de Gaulle, il est muté en métropole, ce qui provoque la semaine des barricades.

La « bataille d'Alger » est l'un des épisodes les plus sanglants de la guerre d'Algérie qui se termine en 1962 avec la proclamation de l'indépendance algérienne.

Le 1er novembre 1954, les différentes tendances du nationalisme algérien, unifiées dans le nouveau Front de libération nationale (F.L.N.), déclenchent une insurrection armée contre la France, métropole de l'Algérie depuis 1830. La révolte prend vite de l'ampleur et, de janvier à septembre 1957, la « bataille d'Alger » sème la panique parmi les colons. Le 13 mai 1958, ceux-ci se révoltent à leur tour contre le gouvernement de la IVe République, contribuant à la chute de celle-ci et à l'avènement d'une Ve République dirigée par le général de Gaulle, qui revient ainsi au pouvoir. La lutte algérienne s'intensifie alors, le F.L.N. refusant à l'automne de 1958 la « paix des braves » proposée par de Gaulle. Ce dernier, qui avait d'abord suscité les espoirs des colons, reconnaît finalement, le 16 septembre 1959, le droit à l'autodétermination du peuple algérien, ce qui est perçu par certains Français comme une trahison. La création de l'Organisation de l'armée secrète (O.A.S.) ou la tentative de putsch des généraux algériens, en 1961, témoignent de cette rancœur. Mais, en mars 1962, après huit ans de guerre, les accords d'Évian donnent l'indépendance à l'Algérie, ce que le peuple français ratifie, quelques mois plus tard, par référendum.

Source du croquis: Manuel Hachette anciens programmes TES/L 2014

Les derniers gouvernements de la IVe République s’avèrent incapables de régler la question algérienne, faute de consensus politique, tandis que la France est mise au ban de l’ONU pour sa politique de répression, les pays arabes se solidarisant de la cause du FLN. En février 1958, l’incident de Sakhiet Sidi-Youssef (des avions français bombardant des troupes du FLN réfugiées dans un village tunisien alors que la Tunisie est indépendante) provoque la chute du gouvernement de Félix Gaillard et l’exaspération des militaires : le soulèvement du 13 mai 1958 et la création à Alger d’un comité de Salut Public s’expliquent par leur exigence de pouvoir disposer d’un pouvoir politique fort et stable soutenant une politique de force.


La politique algérienne du général de Gaulle vise avant tout à apaiser ces tensions : dès le 4 juin 1958, le Général est à Alger, où il lance à la population son célèbre « Je vous ai compris ». Par la suite, De Gaulle lance une politique dite d’autodétermination visant à rendre le peuple algérien maître de son destin, politique qu’il fait ratifier par référendum le 8 janvier 1961 (75% de « oui »). Ce résultat permet l’ouverture de négociations avec le FLN, malgré l’opposition violente d’une partie de l’armée (putsch des Généraux du 21 au 26 avril 1961) et conduit aux accords d’Evian du 8 avril 1962, qui organisent l’indépendance de l’Algérie. Source: fondation Charles de Gaulle

19 Mars 1962: Fin de la guerre d'ALgérie

Les accords d'Evian entérinent la fin de la guerre et le procsessus d'indépendance de l'Algérie a commencé. Le 5 Juillet 1962 ce nouvel Etat proclame officiellement son indépendance. De nombreuses questions se posent sur le devenir des populations concernées par ce conflit.

Le bilan humain n'est pas encore connu

Tandis que les français et européens d'Algérie ( surnommés pieds noirs après 1962 quittent l'Algérie en même temps que l'armée française, les Harkis semblent oubliés. Le FLN installe un nouveau gouvernement à Alger. L'OAS est défaite.

Des dizaines manifestants français européens d'Algérie sont victimes de repression par l'armée française ou enlèvements après le 19 Mars .Ils considèrent que la fin de la guerre n'est pas le jour des accords d'Evian. .

Massacre rue d'Isly Alger 26 Mars 1962

17 Octobre 1961

Un massacre de civils à Paris manifestant contre le couvre feu et en soutien à l'Algérie. Le préfet Papon réprime sévèrement. Des dizaines de manifestants noyés dans la seine.

Page spéciale :19 Mars 1962


je suis perdu

Il faut commencer à retrouver les différents groupes qui ont été concernés par la guerre. Retrouver le bilan des victimes .

Fin de guerre début des mémoires

La guerre? Quelle guerre? Circulez! Il n'y a rien à voir!

Jusqu'en 1999 la guerre d'Algérie n'a pas de nom. On parle d’événements. L'Etat français ne reconnait que tardivement le terme de guerre ( loi votée le 5 Octobre 1999); les anciens combattants sont reconnus et ont droit à une pension.Les archives militaires ne sont ouvertes aux historiens,au public progressivement qu'à partir de 1997.

Une du Figaro 19 Mars 1962

La fin de la guerre est suivie de mouvements de populations. La France est gouvernée par le Général de gaulle, elle profite de la croissance ( 30 glorieuses). La IVème Répulique cède la place à la Vème république en 1958. Le conflit n'est pas nommé et tombe dans l'oubli. Quelques groupes de personnes ou individus cherchent à raviver la mémoire ( les rapatriés sont désormais nommés les pieds-noirs), d'autres se taisent ( soldats ayant vécu la guerre, civils militants, rapatriés ) , sont censurés ( jouralistes, érivains) , ou s'autocensurent ( victimes,soldats etc...).

Que sont-ils devenus en France?


+Je suis perdu

Identifie les différentes mémoires exprimées par groupes /individus. Elles ne sont pas toutes dans cette page. Certaines se taisent ou sont censurées ou peu médiatisées dans ces années 1960-1990. Les archives sont inaccessibles.

Armée et appellés du contingent retournent en France après 1962

Après 1962 années 1960-1990

Des Harkis fuient l'Algérie indépendante et rejoignent la France

Les européens d'Algérie baptisés Pieds-noirs ou "rapatriés" quittent l'Algérie pour la France

Tous ces groupes arrivent en France avec Leur propre mémoire du conflit mais la France est amnésique. on ne parle pas de guerre...juste d'évènements.

Environ 80 000 Harkis rejoignent la France. Une grande majorité restera dont une grande partie sera assassinée en Algérie considérée comme traîtres car n'ayant pas rejoint le FLN.

En France ils sont vus comme des arabes et non considérés comme des français et sont internés dans des camps ( Bias Lot et Garonne le Larzac Aveyron ...) Dans les mémoires, ils expriment une SENTIMENT D'ABANDON.

Durant les années 1960 jusqu'aux années 1980 les familles vont vivre e dans ces camps

À la difficulté d’être relogées, s’ajoute, pour les familles, la difficulté de s’adapter à un environnement social, économique et culturel qui leur est étranger du fait de leur long isolement. Même s’ils ont vécu dans une grande précarité, les plus âgés sont finalement réticents à quitter les camps. Ayant vécu depuis leur rapatriement pour certains, ou depuis leur naissance pour d’autres, dans un monde clos et isolé, les jeunes aussi parviennent difficilement à s’adapter à l’extérieur. En témoigne la fréquence des retours au camp de ces jeunes, qui l’ayant quitté pour entrer au collège ou suivre une formation professionnelle, y revenaient devant le constat de leur difficulté ou de leur peur à vivre ailleurs que dans le camp.

En France officiellement on ne parle pas de la guerre qui n'a pas de nom, les archives sont fermées jusque dans les années 1990.


Que sont-ils devenus en algérie?

Le GPRA (gvt provisoire de la République Algérienne membres du FLN signe les accords d'Avian et installe une nouvelle Républqiue d'Algérie

+Je suis perdu

Identifie les différentes mémoires exprimées par des groupes ou des individus en Algérie . Le FLN au pouvoir a imposé une mémoire unique au détriment des mémoires plurielles.

Des soldats Harkis , ou familles sont restés en Algérie, considérés comme traitres pour le FLN.

Après 1962 années 1960-1990

Avec les accords d'Evian 19 Mars 1962 , Le FLN se positionne comme le vainqueur de la guerre. L'Algérie célèbre son indépendance le 5 Juillet 1962 et le nouvel Etat est dirigé par les membres du FLN. Pour célébrer la victoire et asseoir son pouvoir le FLN impose une mémoire et une histoire officielle selon laquelle tous les algériens se sont soulevés: Mythe du peuple en armes. Les différents mouvements indépendantistes (MNA) et les populations présentes sur le territoire ( Harkis, pieds noirs, kabyles etc..) ne sont pas reconnus comme appartenant à ce peuple. La censure est omniprésente dan ce nouveau régime autoritaire.

Mémoire officielle: elle est imposée par l'Etat. elle ne représente pas du tout les diff"rentes mémoires des individus ou des groupes mémoriels. C'est une idéologie: ici, le peuple algérien se serait soulevé contre l'armée française. Mais il n'est jamais question des européens ( pieds noirs, harkis, kabyles, immigrés en France etc...)

La censure est omniprésente en Algérie. C'est le FLN au pouvoir qui impose une mémoire unique, une histoire officielle.

Les disparus

En Algérie officiellement: c'est le peuple qui s'est libéré par les armes. Le FLN impose une mémoire / histoire officielle.

Le MNA (mouvement national algérien ) parti modéré se revendiquant de Messali Hadj est rival du FLN Des affrontements ont eu lieu ( en France et en Algérie) entre les 2 mouvements : durant la guerre d'Algérie alors que les 2 recherchent l'indépendance .

Des Harkis restés en Algérie après 1962 considérés comme traîtres seront exécutés et leurs survivants se tairont.

Des pieds-noirs installés de longue date décident de rester en Algérie mais ne parleront que beaucoup plus tard.

Les générations futures n'ayant pas connu la guerre ne connaissent que la version officielle du FLN.



Je suis perdu


EN FRANCE: La reconnaissance des victimes doit passer par des lois. L'Etat reconnait donc officiellement la guerre est nommée, les victimes sont reconnues voire indemnisées.

3 périodes:

de 1954 à 1962: ce n'est pas une guerre reconnue comme telle ,on parle d’événements

après 1962-1990: des mémoires tentent de s'affirmer

Après 1990: les mémoires sont mieux diffusées et étudiées par les historiens.

Années 2000: L'Etat prend des mesures:des lois mémorielles

EN ALGÉRIE: Depuis 1962 il n'y a 'une seule mémoire possible: le mythe d'un "peuple en armes" qui a arraché l'indépendance. Toutes les mémoires sont occultées. Il n'y'a que les combattants du FLN qui sont reconnus.Le bilan des victimes est faussé, les pieds noirs, Harkis, algériens de France et activistes hors FLN sont passés sous silence. Les historiens algériens ont du mal à accéder aux archives.

2005 Loi "rôle positif de la présence française outre mer Abrogée après débats réactions historiens.


2016: reconnaissance par PDT F Hollande de l'abandon des Harkis par la France

L'Etat français retrouve la mémoire de la guerre d'Algérie


2018: Affaire Maurice Audin évoquée par E Macron
De nombreux étudiants en Histoire travaillent
sur cette guerre

Depuis le début des années 2000, les pouvoirs publics français ont progressivement intégré le conflit algérien dans la mémoire nationale. Cette intégration passe d’abord par la reconnaissance officielle par l’État de la situation de guerre en Algérie entre 1954 et 1962, étape essentielle dans la mesure où elle donne un statut à tous les « anciens combattants » en Afrique du Nord. En 2002, l’inauguration du premier mémorial national englobant soldats, supplétifs et civils, vise à rapprocher toutes les victimes et met fin au silence officiel (« cette guerre dont on ne parlait pas, et qui a laissé de profonds stigmates dans notre mémoire nationale », J. Chirac). Depuis cette date, l’État multiplie les actes symboliques. En 2018, Emmanuel Macron reconnaît la responsabilité de l’État dans la mort de Maurice Audin.


Travail Groupe H/G Ac Créteil 2014

L'Etat Algérien impose une "mémoire officielle"

"La fabrique de l'Histoire: des mémoires multiqples et concurrentes? Emission radio


Je suis perdu


EN ALGÉRIE: Depuis 1962 il n'y a 'une seule mémoire possible: le mythe d'un "peuple en armes" qui a arraché l'indépendance. Toutes les mémoires sont occultées. Il n'y'a que les combattants du FLN qui sont reconnus. Le bilan des victimes est faussé, les pieds noirs, Harkis, algériens de France et activistes hors FLN sont passés sous silence. Les historiens algériens ont du mal à accéder aux archives.

Les manuels scolaires et les déclarations officielles présentent l'occupant français comme des barbares?. Des excuses sont attendues par le gouvernement Algérien.


Le 22 novembre 1962, à l’âge de 8 ans, Fatima Besnaci-Lancou quitte l’Algérie en guerre. Direction : le camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), avec sa famille. Devenue historienne et membre du conseil scientifique du mémorial de ce camp, elle revient sur son passé douloureux et explique l’importance de l’hommage rendu aux harkis


L'historien Benjamin Stora a souhaité coréaliser cette BD pour répondre aux questions d'une jeunesse franco-algérienne en demande de réponses car elle n'a pas vécu cette guerre.

je suis perdu

Des mémoires individuelle, collectives, des historiens qui les analysent. Il te faut des références bibliographiques dans ton article.

Ils et elles écrivent

Connu sous le nom d'Henri Alleg, qu'il avait pris lors de son passage dans la clandestinité pendant la guerre d'Algérie, Harry Salem est mort le 17 juillet à Paris trois jours avant son quatre-vingt-douzième anniversaire. Dans son livre La Question qui reste un document majeur sur la torture, il avait témoigné sur les sévices qu'il avait subis, en 1957, entre les mains des parachutistes français.

Mohammed Harbi et Benjamin Stora rassemblent les meilleurs spécialistes. 25 historiens, toutes générations, toutes nationalités, toutes origines confondues, font donc ici le point sur la connaissance historique actuelle de la guerre d'Algérie, pour passer de la mémoire à l'Histoire. Privilégiant une approche thématique plutôt que chronologique, centrée sur les acteurs et le travail de mémoire, ils brossent un panorama complet du drame algérien, qui est appelé à faire référence.

Consectetuer adipiscing elit IV

Censuré jusqu'en 2003

Film grand public sorti en 1979

Documentaire 2012

Sortie 2010, film polémique

Film (1966) adapté du livre de Yacef Saadi (un des chefs du FLN) décrit la bataille menée par l'armée française en 1957 contre le FLN pour reprendre la Casbah ( vieille ville d'Alger). Film censuré jusqu'en 2003 en France.

Le Coup de sirocco est un film français d'Alexandre Arcady, sorti en 1979, consacré à l'exode des Pieds-Noirs à la fin de la guerre d'Algérie. Le film raconte l'arrivée à Paris de la famille Narboni, Français d'Algérie à la suite de l'exode de 1962.


Un documentaire global racontant de manière pédagogique l'ensemble de la guerre d'Algérie. "le premier film français tout en archives" sur le sujet, sans témoignages mais accompagné d'un commentaire en voix off de l'acteur Kad Merad, lui-même né en Algérie en 1964" explique Benjamin Stora.

Film franco-algérien a représenté l'Algérie aux Oscar 2011 dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère. Le film a créé une grande polémique médiatique et des manifestations en France en mai 2010 à cause de l'histoire des massacres de Sétif et Guelma.

je suis perdu

Des films/docu à différentes époques ont fait ou non objet de polémiques. Pourquoi y'-a-t-il des polémiques? Le documentaire (la déchirure) est très instructif! Il te faut des références cinématographiques (liste non exhaustive) dans ton article.

Des films aux parcours différents, un documentaire où l'histoire intervient

La torture de la part des combattants du FLN a été médiatisée largement mais celle opérée par des militaires français a été gardée sous silence avec des archives militaire fermées jusqu'à la fin des annnées 1990. Les témoignages depuis la fin de la guerre ( Henri Alleg "la question" ) sont censurés. La presse ravive exhume des témoignegas des généraux Paul Aussaresses et Jacques Massu (2000). Leurs aveux ouvrent à nouveau un dossier sur la torture que l'Etat français doit gérer 40 ans après le conflit.

Je suis perdu

Les tortures pendant la guerre ont eu lieu des deux cotés. En France c'est un crime ( conventions pour le respect des prisonniers à respecter) qui a longtemps été caché. Qui a été torturé? Qui torture? Comment et pourquoi ces témoignages n'éclatent au grand jour que dans les années 2000? Il y a une multiplication des actions de commémorations par l'Etat français qui divisent les différentes mémoires.

Ton article doit mentionner le rôle de la presse dans cette médiatisation des mémoires.

La presse française en parle!

De quoi? De la torture par l'armée française sur des combattants ou militants politiques du FLN pour l'indépendance de l'Algérie. Mais la question de la torture n'est abordée que très tard dans les années 2000 grâce au travail des historiens et des journalistes qui avaient accès aux archives militaires.

Les années 2000

Pendant la guerre d’Algérie, l’armée française a recouru de façon quasi systématique à la torture contre les suspects de soutenir la cause du FLN. Raphaëlle Branche montre que dès la bataille d’Alger en 1957 la torture est devenue « l’arme reine du conflit », « une violence employée à dessein, pour gagner »

. Pratiquée pendant toute la guerre, elle a été impulsée ou couverte par les autorités militaires et politiques. Pourtant, dès 1955, des témoignages parus dans France Observateur ou L’Express révèlent son usage. Mais c’est avec l’affaire Maurice Audin que la torture « apparaît au grand jour » (B. Stora, La Gangrène et l’oubli). Maurice Audin, jeune enseignant de mathématiques à l’université d’Alger, militant communiste anticolonialiste, est en effet arrêté le 11 juin 1957 par des parachutistes français puis porté officiellement « disparu » à la suite d’une prétendue évasion

. Peu convaincus par cette thèse, plusieurs intellectuels dont l’historien Pierre Vidal-Naquet et le mathématicien Laurent Schwartz créent le Comité Maurice Audin, chargé de dévoiler la vérité sur sa disparition. Pierre Vidal-Naquet publie ensuite en mai 1958 L’Affaire Audin dans laquelle il défend la thèse de la mort de Maurice Audin lors d’une séance de torture et du maquillage de son décès en prétendue « évasion ». La Question d’Henri Alleg, récit des tortures endurées par son auteur, parue en février 1958, avait déjà connu un grand retentissement en France.

Après 1962, la torture disparaît du débat public. Elle ne revient au premier plan de l’actualité et de la scène médiatique qu’au début des années 2000. Par leurs témoignages, différents acteurs de la torture, victimes et auteurs, rouvrent en effet le débat.

Ainsi, le 20 juin 2000, Le Monde publie le témoignage de Louisette Ighilahriz, militante du FLN alors âgée de vingt ans, capturée par l’armée française le 28 septembre 1957, torturée et violée pendant trois mois à l’état-major de la 10e division parachutiste à Alger : « J’étais allongée nue, toujours nue. Ils pouvaient venir, deux ou trois fois par jour. Dès que j’entendais le bruit de leurs bottes dans le couloir, je me mettais à trembler. » Elle déclare n’avoir alors eu qu’un seul but, le suicide. Elle met notamment en cause les généraux Massu et Bigeard. Deux jours plus tard après la publication de son récit, Jacques Massu exprime ses regrets, déclarant dans une interview au Monde le 22 juin 2000 que « la torture n’est pas indispensable en temps de guerre ». Au contraire, Marcel Bigeard qualifie le témoignage de Louisette Ighilahriz de « tissu de mensonges ».

L’Affaire Audin, pour reprendre le titre d’un ouvrage de Pierre Vidal Naquet, empoisonne la république depuis juin 1957, date de la « disparition » de ce jeune mathématicien assistant à la faculté des sciences d’Alger, membre du Parti communiste, après son arrestation par les parachutistes du 1er R.C.P. L’armée fit longtemps croire à une évasion alors que le jeune militant mourut sous la torture. Sa veuve, Josette Audin, disparue en 2019, s’est battue toute sa vie pour que soit reconnu le crime d’État. Elle a interpellé les présidents successifs sur la question. Après François Hollande qui a remis en cause la thèse officielle de l’évasion, Emmanuel Macron reconnaît les faits de torture et le crime en 2018.

Dans les mémoires : le 17 Octobre 1961

Je suis perdu

Le 17 Octobre 1961 est une date oubliée en France jusqu'en 2012 officiellement: Pourquoi? un exemple intéressant pour ton article.

17 Octobre 1961?

Le 17 octobre 1961, une manifestation organisée à Paris par la Fédération de France du Front de libération nationale (FLN), pour protester contre la décision du préfet de police Maurice Papon d’imposer un couvre-feu aux Algériens de la capitale, a fait l’objet d’une très violente répression policière : plusieurs dizaines d’Algériens ont été tués par des policiers (voir Les manifestations musulmanes du 17 octobre 1961). Le bilan des victimes n’a néanmoins jamais pu être établi avec certitude : de 30 à 50 pour l’historien Jean-Paul Brunet à plus de 200 pour Jean-Luc Einaudi.

Pourquoi ce timbre en 2011?

des témoins?

analyse du timbre?

Sur la seine 50 ans après

Les autorités françaises ont progressivement reconnu le massacre du 17 octobre 1961 à PAris. Ainsi, le 17 octobre 2001, le maire de Paris Bertrand Delanoë a inauguré sur le pont Saint-Michel une plaque en mémoire « des nombreux Algériens tués lors de la sanglante répression de la manifestation pacifique du 17 octobre 1961 ». Puis le 17 octobre 2012, le président de la République François Hollande, élu quelques mois avant, a officiellement reconnu la répression dans un communiqué : « Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ont été tués lors d’une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes. » Pour la première fois, un président de la République reconnaît donc la répression de la manifestation 17 octobre 1961. Il n’a toutefois dit mot des responsables du massacre, de son mode opératoire et du nombre de victimes. Six jours après la reconnaissance présidentielle, le Sénat a à son tour adopté le 23 octobre 2012 une résolution présentée par le groupe communiste qui a elle aussi reconnu la répression, par 174 voix contre 168.

Ce timbre, émanant du service public de la poste algérienne, doit être considéré comme la position officielle de l’État sur cet événement.

Enfin, en tant qu’objet usuel, il est amené à avoir une circulation importante, notamment entre la France et l’Algérie (courrier postal).

Il célèbre en 2011 la journée de l'émigration mais choisit le 50ème anniversaire du 17 Octobre 1961 rappelant le massacre d'émigrés algériens à Paris . Jusqu'en 2012, officiellement en France le 17 Octobre 1961 n'est pas à commémorer.


L’image est un timbre algérien édité pour le 50e anniv du 17 octobre 1961. Nous sommes donc en pleine problématique mémorielle puisqu'il s’agit d’une commémoration.L’image est séparée en deux parties distinctes qui sont une mise en miroir des deux États impliqués dans cet événement : la France et l’Algérie. Le pont symbolise le lien. La partie supérieure évoque l’anniversaire qui a lieu dans les deux pays. Les drapeaux de la France (bleu / blanc / rouge) et de l’Algérie se fondent dans le nombre « 50 ». Incarnée par la tour Eiffel, c’est une France du progrès qui est représentée. La partie inférieure rompt avec le registre de la rencontre fraternelle en représentant les scènes de massacre du 17 octobre de façon très violente. On y lit le caractère injuste et aveugle de l’intervention policière par la présence d’Algériens désarmés frappés au sol, ainsi que par celle des femmes et les ruissellements rouge sang sur la Seine. Le slogan, en haut de l’image, doit interpeller sur le statut du 17 octobre 1961 érigé, en Algérie, comme la journée de l’émigration, marquant par là le lien émigration / immigration qui caractérise les relations franco-algériennes depuis longtemps.

Le Mémorial des martyrs date de 1982.Erigé le 5 Juillet 1982 date anniversaire de l'indépendance actée le 5 juillet 1962. Il rappelle la colonisation et la guerre de Libération nationale. Mais les victimes ne sont pas toutes citées: les kabyles, des membres du MNA, des victimes civiles qui n'appartenaient pas au FLN.

Mémorial de la Guerre d'Algérie inauguré en 2002. Sur les colonnes défilent les noms des victimes ( soldats, civils, harkis)
Quelle date retenir pour commémorer les combattants de la guerre d'Algirie?
Les accords d'Evian 19 Mars 1962 ont été suivis par des fusillades sur les pieds noirs en Algérie qui contestent cette date. Donc le 5 Décembre est reconnu (date sans repères) comme une date de consensus.

Des lieux de mémoire: les monuments


+Je suis perdu

Vas-tu à un cérémonie? si oui, laquelle? où sont les lieux de commémoration? Et quels morts sont commémorés? En France? En Algérie?

Liberté aux caricatures

Dilem dessinateur algérien.Le caricaturiste est connu pour sa liberté de ton envers le régime de Bouteflika, des dessins qui lui ont valu pas moins d’une soixantaine de procès.Très populaire en Algérie où il vit.

Dessin Plantu Mars 2003 soit un an parès le mémorial Quai Branly pour commémorer les victimes de la guerre. Colombe de la paix et les drapaux Français algériens montrent la volonté de réconciliation .MAis dans le bas de l'image des groupes mémoriels ( musulman intégriste, anciens combattants ou activistes xénophobes montrent leur mécontentement.

En 2005, devant la multiplication des lois mémorielles, 650 historiens signent un appel pour dénoncer cette tendance au nom de l'indépendance des historiens et de la nécessaire neutralité de la discipline.( dessin Plantu dessinateur Le Monde)

Les rencontres diplomatiques France/ ALgérie sont toujours teintées de demandes d'excuses émanant de la France pour les actes commis durant le conflit.

retour

+retour la UNE

Je suis perdu

Dans ces caricatures se trouvent des références à des mémoires qui s'opposent. Des difficultés entre les 2 états à commémorer cette guerre aujourd'hui. Ton article peut en utiliser.

Exposition https://www.onac-vg.fr/une-exposition-numerique-sur-les-memoires-de-la-guerre-algerie

Je suis perdu

Tu n'as toujours pas pris en compte le rôle des historiens dans ton article? Il est encore temps! Ne confonds pas les groupes de mémoires et l'histoire!


Les historiens publient et parlent encore et toujours

http://www.histoire-immigration.fr/agenda/2020-02/benjamin-stora-l-algerie-l-immigration

Le rapport de B Stora au PrEsident E MacroN à écouter en Podcast France inter

+FLN

Front de Libération Nationale crée en 1954 dans la clandestinité pour demander l'indépendance de l'Algérie . Il organise l'Armée de Libération Nationale (ALN) . Il est au pouvoir comme parti politique dominant après l'indépendance et pour organiser le pays . Il impose une mémoire officielle : c'est le peuple qui est un héros face à l'envahisseur.

+HARKIS

Combattants supplétifs de l'armée française en lutte pour garder l'Algérie française. Ce sont des algériens qui ont été recrutés de différentes façons pour lutter contre l'ALN ( armée de libération) et sont considérés comme des traîtres en Algérie. Ils seront massacrés après l'indépendance , d'autres vont migrer en France mais reçus dans des camps sans perspectives de reconstruction de vie. Ils manifesteront ( ainsi que leurs enfants) dans les années 1990 pour que leur statut de combattants soit reconnu par l'Etat Français.

Pieds noirs

Pieds noirs désigne les européens (dont français) installés durant la colonisation en Algérie.Nommés ainsi de façon péjorative par les arabes et après 1962 en France comme des colons/rapatriés.Une communauté importante voulant témoigner très tôt.

Appelés du contingent

Jeunes français faisant leur service militaire obligatoire vers l'age de 18 ans. Environ 2 millions envoyés en Algérie entre 1956 et 1962.

+OAS

Organisation de l'Armée Secrète: mouvement terroriste/politique crée en 1961 pour garder l'Algérie Française. Opposé à De Gaulle (militaires, militants dont pieds noirs) des membres ont pratiqué la torture; désobéissance à l'Etat.

+COMMEMORATION

Cérémonie officielle organisée pour conserver la conscience nationale d'un événement de l'histoire collective et servir d'exemple et de modèle. Elle engage tout l'État : les hauts fonctionnaires doivent y assister et rassembler les citoyens afin de conforter la mémoire collective. Elle donne lieu à des événements culturels en dehors de la cérémonie.

+MEMOIRE

Mémoires

Rapport subjectif au passé : souvenirs fondés sur un choix et une interprétation des événements du passés, qui sont considérés comme une vision valide du passé.

Mémoire :

qui est individuelle (donc transmise – témoignages – ou non) ou collective (vision portée par un groupe donc transmise, même si seulement au sein de ce groupe).

qui peut ou non être audible, reconnue, contestée, revendicative, concurrencée.

+HISTOIRE

Histoire

L'histoire est une science humaine et sociale. Elle cherche à comprendre et expliquer les faits, les événements et les évolutions des sociétés des temps passés. Pour cela, elle étudie les traces laissées par l'activité des hommes. Ces traces sont traitées de manière scientifique : les historiens s'emploient à respecter des méthodes précises de recherche pour construire une image du passé la plus juste possible.

Le récit du passé alors construit n'est pas nécessairement connu / partagé par les groupes auxquels il s'adresse

+FIS

Le Front Islamique du Salut(FIS) parti extrémiste Algérien rendu populaire années 1990 mais bloqué par le pouvoir en place (FLN) . L'Algérie a connu une décennie noire dans les années 1990 où la mémoire de la guerre d'indépendance a été occultée/ instrumentalisée.

retour

Bibliographie/Sitographie
Si des liens pour les sources sont rompus, ici le sources pour élaborer le Journal.
Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962)
-Manuels anciens programmes: Belin/Hachette/Magnard/ Hatier programmes TERM S/ES/
-Manuels HGGSP:
Hachette Nouveau bac 2020 HGGSP/ Nathan 2020 HGGSP
Benjamin Stora et Mohammed Harbi, La Guerre d'Algérie, 1954-2004 : la fin de l'amnésie, Paris, Robert Laffont, 2004.
Benjamin Stora et Sébastien Vassant, Histoire dessinée de la guerre d'Algérie, Paris, Le Seuil, 2016, 192 p. (ISBN 978-2-02-128295-5)
Benjamin Stora et Mohammed Harbi, La Guerre d'Algérie, 1954-2004 : la fin de l'amnésie, Paris, Robert Laffont, 2004.
L'Affaire Audin, 1957-1978, Éditions de Minuit, 1989 [nouvelle édition augmentée]

Liens:

Exposition https://www.onac-vg.fr/une-exposition-numerique-sur-les-memoires-de-la-guerre-algerie
https://www.lemonde.fr/
https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/09/25/01016-20160925ARTFIG00001-un-discours-attendu-de-hollande-pour-la-journee-nationale-d-hommage-aux-harkis.php
https://www.cartooningforpeace.org/
https://www.humanite.fr/
Extraits video:
https://www.dailymotion.com/video/x20ytt
https://www.youtube.com/watch?v=Ara-YuepISo
https://enseignants.lumni.fr/parcours/0178/les-memoires-de-la-guerre-d-algerie.html?fiche-media=00000001888
https://enseignants.lumni.fr/fiche-media/00000001887/inauguration-d-une-plaque-commemorative-dediee-aux-algeriens-tues-le-17-octobre-1961.html
https://www.youtube.com/watch?v=-QaRvbDNyjw (film bataille d'Alger)
https://www.francetvinfo.fr/france/guerre-d-algerie-la-dechirure-le-documentaire-choc_71313.html La Déchirure Benjamin Stora
http://www.histoire-immigration.fr/agenda/2020-02/benjamin-stora-l-algerie-l-immigration