Want to make creations as awesome as this one?

Journal d'élèves confinés : "Pendant le confinement, la nature reprend ses droits"

More creations to inspire you

Transcript

par de petits reporters confinés du collège LES PRUNAIS

La nature reprend ses droits

1

6ème VERTE

Journal d'élèves confinés

Prun'infos

(Villiers-sur-Marne)

Title 1

1

2

3

Une biodiversité ravie d'un confinement forcé ?

Quelques mauvais exemples

Et si ce confinement bénéficiait à notre planète ?

Mais l'après confinement ?

La nature reprend-elle vraiment ses droits ?

Nabil Hallaoui

Menu

Une biodiversité ravie d'un confinement forcé ?

1

Des animaux sauvages aperçus dans nos villes

Placez votre souris sur les différentes zones marquées, pour voir apparaître les photos de ces animaux observés

Des rues vides, des villes silencieuses, un air et des eaux moins pollués... L’épidémie de Covid-19 offre un répit bienvenu à la faune et à la flore sauvages, et l’état de la biodiversité semble s'améliorer.

retour au

un COYOTE à San Francisco, le 22 mars

un OURS BRUN observé en Espagne, le 24 mars(voir la photo sur la page suivante)

un PUMA observé au Chili, le 24 mars

ZEBRE et DAIMS observés en île de France, les 10 et 13 avril

des SANGLIERS sauvages à Haifa en Israël, le 13 avril

Une CIVETTE de Malabar en Inde, le 26 mars

des SANGLIERS dans les rues d'Italie, le 12 mars

des MACAQUES en Thaïlande

Title 1

par Mayli Hereda - 20 avril 2020

Un puma d’environ un an qui avait abandonné les montagnes entourant Santiago du Chili, à la recherche de nourriture, a été capturé le 24 Mars à l’aube dans les rues de Santiago (Ñuñoa) en bonne santé.

C’est en Asturies, le 24 Mars que les habitants ont eu la plus grande frayeur. Là-bas, pas de chats de gouttière ni de canard affamé : c'est bien un ours brun qui est descendu dans le village à la recherche de nourriture. Un voisin a filmé la bête depuis son balcon.

Dans la soirée du 10 Avril, à Champigny- sur-Marne en plein confinement face au coronavirus, un trio s’est enfuis de son cirque pour s’offrir une virée en ville: deux poneys et surtout. un zèbre. Heureusement, quelques temps après, le trio a pu retrouvé son cirque.

Deux daims ont été surpris en train de se balader paisiblement dans une rue de Boissy Saint Léger, dans le Val-de-Marne, le 13 avril. D’après la mairie, les cervidés viennent du domaine autour du château du Piple, sur lequel on compte une centaine de daims.

Un puma dans la ville...

Un puma, qui avait abandonné les montagnes qui entourent Santiago à la recherche de nourriture, a été aperçu dans les rues de la capitale chilienne pendant le couvre-feu. Des riverains ont filmés la scène depuis leurs domiciles.

Le jeune puma de 1 an est parti à l’aventure dans les rues désertes et silencieuses de Santiago en quête de nourriture. L'animal sauvage a été capturé à Ñuñoa, lors d'une opération menée par la police, les services de l'Agriculture et du Bétail (SAG) et le personnel du zoo de la ville. L’animal de 35 kg a été transféré au zoo, en bonne santé.1000 cas similaires ont été recensés dans le pays depuis le début du confinement.

par Lino Villanova & Léna Do Amaral - avril 2020

Observez ce puma dans cette vidéo

par Redwan Souali

Léna

Title 1

Des canards ont été filmés en plein Paris, un sanglier dans Barcelone (Espagne), un puma au Chili ou encore une civette en Inde. Au début, seuls les cerfs, les sangliers, les chèvres et les chevaux osaient s’aventurer dans les villes et villages. Aujourd’hui, ce sont des animaux plus sauvages, comme des ours, et des pumas qui rôdent dans les rues.

par Léïa Giappone - 10 avril 2020

Les animaux s'aventurent dans les villes

"Pour ma part, j’ai eu la chance de croiser un écureuil roux dans mon jardin..Et vous, quel animal sauvage avez vous rencontré ou rêvez-vous de rencontrer non loin de votre maison?"

Il y a moins de bruit

Pour se nourrir

Les singes affamés, habituellement nourris par les touristes, s’affrontent régulièrement dans les rues de Lopburi, en Thaïlande.

Mais pourquoi les animaux sauvages s'aventurent-ils dans nos villes ?

"La présence humaine réduite est bien ce qui amène des animaux à s'aventurer dans les villes "

Bilkis - 22 avril 2020

"Les rues sont devenues désertes, ils ont donc moins peur de venir s'y aventurer"

Léïa

Title 1

Habituellement, ces chèvres cachemires sauvages gambadent à l'extérieur de la ville, sur les falaises rocheuses du bord de mer. Celles-ci semblaient avoir décidé d'aller se promener dans les rues de la ville, vidées de ses habitants et voitures.Le troupeau y a rapidement pris ses aises, au point de s'installer dans les parcs et de se nourrir dans les jardins des humains.Inquiets, les humains vivant à Llandudno ont eu pour premier réflexe d'appeler la police, alors que personne n'est dehors à cause du confinement.

Un troupeau de cerfs a été aperçu dans un quartier désert de l’est de Londres, profitant des rues inhabituellement calmes alors que le Royaume-Uni reste confiné. Les animaux se sont aventurés dans un lotissement à Harold Hill, où ils ont été vus en train de se détendre sur diverses parcelles de gazon.

"Des chèvres envahissent une ville galloise"

Un troupeau de chèvres cachemiriennes se balade dans les rues désertes de la ville galloise de Llandudno, en confinement depuis le 23 mars 2020.

"Des cerfs envahissent les jardins de Londres"

Des cerfs Sika en plein centre ville de Nara au japon :

- Eva lapagnol

par Sacha Losq- 15 avril 2020

Cliquez sur l'image suivante pour voir la vidéo

Title 1

Des oiseaux qui se font entendre

Et ceci pour 3 raisons :

Il y a moins de pollution sonore, donc on entend mieux les oiseaux. Comme les personnes sont confinées, elles prennent le temps de s’arrêter écouter cette si belle nature. Les oiseaux adaptent leur chant (créneaux, volume…) pour ne pas entrer en compétition avec le bruit ambiant. Avec moins de bruit, ils chantent plus et à des heures où on ne les entendait pas avant_

Les oiseaux sont-ils revenus dans la capitale en raison d’une baisse importante du bruit et de la pollution, comment on peut le lire sur les réseaux sociaux ?

"Non", répond Emmanuel du Chérimont, membre du conseil territorial de la LPO Ile-de-France. «Effectivement Paris est devenu plus silencieux et on peut entendre beaucoup plus facilement les chants d’oiseaux notamment avant le lever du soleil et en fin d’après-midi. Mais ils n’ont pas bougé », explique le spécialiste. En fait, ce sont simplement les Parisiens qui se sont arrêtés. « Ils étaient déjà là, mais on ne les entendait pas, on ne prenait pas le temps de les écouter. On n’y prêtait plus attention », complète-t-il.

par Nicolas Paniagua - 23 avril 2020

1

2

3

Pourquoi ne pas aider ces oiseaux à mieux vivre et les faire chanter de plus belle, en leur fabriquant de jolies mangeoires ? Vous pourrez alors prendre le temps de les admirer et surtout les écouter.

Comment me rendre utile pendant mon confinement ... et après ?

Vous trouverez plein de vidéos tutos sur internet (Mais pour ça , il vous faudra quelques planches, clous et des graines…).

par Mathieu Victot - avril 2020

Idées

Title 1

1

3

Des animaux qui profitent bien mieux de leurs milieux naturels

"La nature reprend donc progressivement ses droits comme à Venise où des bancs de poissons ont fait leur réapparition dans les canaux de la ville. L’eau y est devenue beaucoup plus claire et la faune y est revenue."

"En absence de ferry, des dauphins ont été aperçus en train de jouer prés des quais du port de Cagliari en Sardaigne, ce qui ne s'était pas produit depuis des années"

2

l’absence de touristes fait quelques heureux. En effet, depuis quelques jours, des animaux marins s’approchent à nouveau au plus près des rivages.

- Ania Amzali

"Les Calanques sont désertées et les oiseaux sont moins intimidés".

Ainsi que devant l'entrée du vieux port à Marseille.

- Lucie De Sampaio

- Eva Lepagnol

-Léïa & Eva

Title 1

Beaucoup de personnes ont délaissé leur animal, dans la rue ou à la SPA par peur qu'ils puissent leur transmettre le virus. Ou tout simplement par peur de devoir sortir leur chien avec un risque supplémentaire de contracter le virus en sortant.

"A ce jour, rien ne prouve que les animaux de compagnie puissent propager la maladie. Il n’est donc pas justifié de prendre des mesures à l’encontre des animaux de compagnie qui pourraient compromettre leur bien-être", a déclaré l’OMS*.

"Mon chien et mes devoirs"

- Lucie De Sampaio

par Roxana Barnas - avril 2020

Malheureusement, tous n’ont pas eu la même chance.

Alors les animaux domestiques peuvent-ils attraper le COVID19 et le transmettre?

"Qu'en est-il de nos animaux domestiques ?"

«Il a été décidé qu'une tolérance sera accordée à partir du 16 avril 2020 concernant les déplacements pour l'adoption d'animaux en refuge», a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Une ouverture saluée par les défenseurs des animaux redoutant un risque de saturation dans certains refuges.

"S'il y a bien certains à qui profitent ce confinement, ce sont nos chers compagnons, les animaux domestiques, car nous pouvons maintenant leur consacrer bien plus de temps que d'habitude."

Title 1

Pendant ce temps de confinement, où moins de personnes sortent dehors, moins de piétinement et moins de pollution... des plantes poussent entre les pavés des rues, la nature a repris le dessus!Nathalie Machon, professeure d’écologie urbaine au Muséum national d’Histoire naturelle espère que cette expérience permettra aux urbains de mieux apprécier ces plantes.

C'est le Muséum de Toulouse qui a avoué être derrière cet acte “aussi ludique que rigoureusement scientifique”. Ces plantes, plus connues sous le nom de « mauvaises herbes », souvent mal aimées et mal connues des citadins regorgent de propriétés et de bienfaits pour l'environnement. Elle contribue en ville à la dépollution des sols et de l'air… Et au bien-être des habitants.

Le confinement, une parenthèse enchantée pour ces "mauvaises herbes""

"À Toulouse, 2 botanistes se sont amusés à renseigner à la craie le nom des plantes qui poussent sur les trottoirs"

par Kimlye Nianzi - avril 2020

Cliquez sur la vidéo pour en avoir un bel aperçu et des explications

En ville, des plantes appelées « mauvaises herbes » (car non cultivées), ont pu se développer sans être arrachées ou piétinées durant ces deux derniers mois.

Menu

"De sa fenêtre, le constat s’impose :Des odeurs de fleurs et de terre se font sentir ! Le calme et le silence laissent place aux chants des oiseaux !La planète respire comme jamais depuis longtemps".

2

Et si ce confinement bénéficiait à notre planète ?

Emma Blanché - 15 avril 2020

La pollution provoque une dégradation de l’environnement par des substances (chimiques, naturelles ou radioactives), par des déchets (ménagers, ou industriels), ou par des nuisances diverses (sonores, thermiques, biologiques). Elle est en majorité liée aux activités humaines.

LE CONFINEMENT : QUELS BENEFICES POUR NOTRE PLANETE ?

Une baisse de la pollution de l'air

Le 17 mars, selon le site d’information routière Sytadin, le trafic sur les routes d’Ile de France n’a pas dépassé les 25 km de bouchons dans la matinée, alors qu’il dépasse facilement les 250 km en temps normal. En effet, on constate une nette diminution de l’usage des voitures, des transports aériens, des transports en communs, du trafic routier, et du trafic fluvial : cela se traduit par une baisse des gaz à effet de serre, une baisse du monoxyde de carbone et du dioxyde d’azote dans l’air. La qualité de l’air est meilleure comme le montre ces 2 cartes:

par Anthony Perez - avril 2020

Photographies aériennes de la France qui montre clairement une baisse de pollution de la troposphère (en rouge)

MARS 2020

MARS 2019

Le fait de confiner les personnes, c’est à dire limiter leurs déplacements et restreindre leurs activités comporte ainsi de nombreux aspects positifs sur l’environnement.

retour au

Title 1

C'est un point indéniablement positif ! En Chine aussi il y a eu un nombre incalculable de morts épargnés grâce à l’amélioration de la qualité de l’air.

Les particules fines et le dioxyde d’azote (NO2) étant responsables, chaque année en Europe, de plus de 400 000 morts prématurées selon l’Agence européenne de l’environnementEn réduisant la pollution de l’air, le confinement aurait évité 11 000 décès en Europe en un mois.En France, ce sont 1 230 décès qui auraient été évités. Un centre de recherche européen a calculé que les niveaux de dioxyde d’azote et de particules fines ont baissé respectivement de 40 % et 10 % en avril. (Le Monde - 29 avril 2020).

par Enzo Ferreira

Des vies épargnées grâce à une meilleure qualité de l'air

Une baisse de la pollution de l'air...

Depuis le début du confinement les bénéfices sont nombreux : - Moins de déplacement en voiture donc moins d’émission de dioxyde de carbone, dioxyde d'azote, et autres gaz toxiques.- Moins de transport aérien et maritime. - Une consommation réduite donc moins de déchets. La conséquence de tous ces aspects c’est que nous respirons un air plus sain.

par Eduardo Marques

Nous respirons un air plus sain

Depuis que l’Italie est en quarantaine à cause du coronavirus, les milliers de touristes qui, en temps normal, envahissent les canaux, ont disparu. Les bateaux à moteur ne circulent plus, ce qui a entraîné une forte réduction de la pollution, comme l'atteste le retour des poissons dans les canaux. -France 24

L'activité de pêche est réduite, cela permet aux poissons de se reproduire plus facilementPour Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, c’est « une opportunité de relâcher la pression sur le milieu marin continuellement surexploité ».

Une baisse de la pollution de l'eau...

Un confinement qui réduit considérablement la pêche : "un répit inespéré pour les océans"

Une eau transparente dans les célèbres canaux de Venise

par Rokiya Camara

Title 1

La période de reproduction de nombreux mammifères et d'espèces d'oiseaux a lieu entre avril et juillet. Le confinement pourrait favoriser ce cycle de reproduction. De plus, la baisse de la pollution atmosphérique, sonore et lumineuse pourrait réduire le stress et faciliter les migrations chez les animaux.

Jérôme Sueur, spécialiste de l’acoustique du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), affirme que la diminution des bruits ambiants permet aux oiseaux de reprendre leurs chants et qu’elle est profitable à de nombreux autres animaux de nos villes qui sont "dépollués de stress", à une période de reproduction.

Une baisse de la pollution sonore...

On sait que les oiseaux adaptent la fréquence, la puissance, les plages horaires de leurs chants, pour éviter d'entrer en compétition avec les bruits produits par les agglomérations, les avions, la circulation. A notre plus grand bonheur.

La quasi-disparition des bruits ambiants, des véhicules en circulation et surtout des Français explique de manière formelle ce retour en force de la nature.

Des effets positifs sur la reproduction

par Bilkis Sall - 22 avril 2020

La baisse du trafic routier et aérien a provoqué une diminution de la pollution sonore. À Paris, le niveau sonore a diminué de 90 % sur certains axes routiers.

Quelques mauvais exemples

La maire de Paris a annoncé avoir retrouvé des "traces infimes" de Covid-19 dans le réseau d'eau non potable de la ville, utilisé notamment pour nettoyer les rues. Ce qui a poussé la ville à suspendre son utilisation pour nettoyer les rues ou arroser les parcs. Le maire assure toutefois que l’eau potable" ne présente aucune trace de virus Covid" et "peut être consommée sans aucun risque".- 20 avr. 2020 LCI

Masques, gants… la crise sanitaire pourrait aggraver la pollution plastique

Des représentants d'associations écologistes s'inquiètent auprès de CNN de l'accélération de la production massive de plastique contre l'épidémie.

Depuis fin février, si l’on en croit l’association OceansAsia, cette nouvelle pollution touche déjà les plages chinoises.

Des traces de covid-19 dans l'eau non potable de Paris…

Des masques tapissant le sol du carrefour à Claye-Souilly (le 5 mai)

Menu

3

Mais l'après confinement ?

La nature reprend-elle vraiment ses droits ?

Pour la biodiversité, les effets à long terme pourraient donc être tout à fait relatifs, d’autant plus que «la cause majeure de déclin, c’est le changement d’usage des sols, autrement dit le fait de déforester pour faire de l’élevage ou des cultures intensives, souvent avec des produits chimiques», dit Hélène Soubelet. Sur cet aspect pourtant essentiel, cette crise sanitaire ne devrait pas fondamentalement changer la donne.

"Que se passera-t-il, quand, dans quelques semaines, les humains s'activeront à nouveau? "

Il se peut qu’ils préfèrent foncer dans le mur plutôt que remettre en cause leurs modes de vie de manière aussi importante.»

Romain Julliard craint même «un retour de bâton»: « Avec le confinement, les gens s’aperçoivent des efforts à consentir pour baisser drastiquement les émissions de gaz à effet de serre et les pollutions.

« Le répit sera ponctuel, affirme Madline Reynaud. La nature va mieux parce qu’on s’arrête, mais quand l’activité reprendra, les nuisances reviendront. »

par Daphné Defrel - avril 2020

"Je ne pense pas qu’en aussi peu de temps cela pourra changer vraiment les habitudes des animaux. Certainement que dès que le confinement sera terminé les activités humaines reprendront, les animaux se sentiront de nouveau menacés et se refugieront encore comme avant, loin de nos villes… Alors profitons-en tant que nous le pouvons… ça a du bon ce confinement!"

Nicolas Paniagua - 23 avril 2020

retour au

Title 1

12 mesures pour passer au "monde d'après"

La question se pose alors : Souhaitons-nous reprendre notre vie d’avant ou tirer les leçons de cette crise ?

- Emma Blanché - 15 avril 2020

- Rokiya Camara

"Il est plus que jamais nécessaire que les humains respectent bien plus l'environnement, qu'ils s'approprient des gestes durables pour prendre soin de notre air si important"

- Timéo Chéron - 23 avril 2020

Title 1

"Fabrication d'hôtels à insectes à partir d'éléments apportés par les élèves

"Fabrication de jardinières & mur végétalà partir de palettes"

Collaboration SVT- horticulture, section segpa

Collaboration SVT-arts plastiques-technologie

recyclage!

quelques exemples facilement realisables de

Roxana Barnas

Qu'en est-il de nos animaux domestiques ?

Emma Blanché

Si ce confinement bénéficiait à notre planète

Rokiya Camara

Timéo Chéron

Lucie De Sampaio

Des oiseaux moins intimidés dans les calanques

Daphné Defrel

Que penser de l'après confinement ?

Léna Do Amaral

Enzo Ferreira

Léa Giappone

Pourquoi les animaux s'aventurent-ils dans nos villes?

Mayli Hereda Saez

Des animaux sauvages aperçus dans nos villes

Astan KEITA

Ania Amzali

Des dauphins aperçus en sardaigne

Sacha Losq

Des chèvres envahissent une ville galloise

Eduardo Marques

Arij Nadhamou

Kimlye Nianzi

Une parenthèse enchantée pour les mauvaises herbes

Nicolas Paniagua

Des oiseaux qui se font entendre

Anthony Perez

Une baisse de la pollution de l'air

Bilkis Sall

Redwan Souali

Un puma aperçu dans les rues au Chili

Mathieu Victot

Se rendre utile pendant mon confinement

Lino Villanova

Un puma dans la ville

Emily Glin

Eva Lepagnol

Des animaux qui profitent de leurs milieux natutrels

Marvin Welle

MISE EN PAGE :

6è verte

collège les prunais

Une baisse de la pollution sonore

Des vies épargnées grâce à une meilleure qualité de l'air

Nous respirons un air plus sain

Phrase de fin :nécessité d'instaurer des gestes durables!

Une pêche réduite, un répit inespéré pour les océans (reproduction).

Des daims dans les rues de Boissy-St-léger

Un puma dans la ville

Title 1

Les petits reporters en herbe

nettoyons la nature - 27/09/19

débat sur l'environnement - france TV - 29/01/20

visite de l'egoût ecole de maisons-alfort- 26/11/19

avant confinement

Title 1

Merci !

Les élèves de 6ème Verte - Mme GLIN - Edition 2019/2020

retour au

Menu