Want to make creations as awesome as this one?

No description

More creations to inspire you

BERTA CÁCERES

Interactive Image

VANDANA SHIVA

Interactive Image

CRAIG HODGES

Interactive Image

VIRTUAL LIBRARY

Interactive Image

TRAIN

Interactive Image

CLC MALL MAP

Interactive Image

Transcript

Le rôle du clergé en ville : La charité

Scène de la vie d'Andrea Gallerani (vers 1200-1251), attribué à Guido da Siena

La distribution de l’aumône est réglementée et se fait souvent sous forme de produits en nature car plus faciles à contrôler dans leur utilisation que l’argent. On distribue en premier lieu du pain.Tous n’avaient pas le droit de bénéficier de ces dons. Les truands ou les personnes de mauvaise vie étaient exclues. Pour contrôler la distribution, on attribuait à chacun des jetons, un badge ou un écusson, en somme un moyen de vérifier que la distribution n’était faite qu’une seule fois par personne. Les personnes sélectionnées étaient souvent des privilégiés ayant travaillé auparavant dans telle ou telle famille. Les étrangers ne pouvaient espérer obtenir ce privilège.

Le pauvre est indispensable à la réalisation des œuvres de charité. Sans lui, les riches ne peuvent donner l’aumône et prouver leur générosité aux yeux de tous. Cet exercice courant d’aumône ne se faisait pas sans une mise en scène prouvant la bonne foi, mais aussi l’étendue des richesses et la puissance du donateur.Ainsi les pauvres sont un moyen d’assurer le salut et la reconnaissance sociale aux riches.

Le rôle du clergé en ville : l'enseignement

Enluminure, XIVe siècle, BnF, Paris

Le maître, ici un religieux reconnaissable à son vêtement et sa tonsure.

Les élèves, ici destinés à devenir clercs. Ils doivent respect et obéissance.

La férule : Petite baguette avec laquelle on frappait la main des écoliers en faute.

Le rôle du clergé en ville : la prédication

Les ordres mendiants à la rencontre des habitants des villes, Sano di Pietro, huile sur bois, 1455, Sienne [Italie]

A l'arrière plan, on voit la façade de l'hôtel de ville de Sienne, le Palazzo Pubblico. La réunion se tient donc sur la place centrale, la Piazza del Campo.

La foule assemblée écoute pieusement le prêche du prédicateur, les femmes, cheveux cachés (à gauche) séparées des hommes (à droite).

Le moine franciscain Saint Bernardin prêche sur la place publique de Sienne (Italie).Nés au XIIIe siècle, les ordres mendiants, comme par exemple l'ordre franciscain, s'installent en ville dans des couvents. Ils ont fait vœu de pauvreté (abandonner tous leurs biens matériels) et vivent de la charité. Ils se consacrent à la prédication (l'enseignement de la religion) et à l'assistance aux pauvres.

Le rôle du clergé en ville : les soins aux malades

L'hôpital de l'Hôtel-Dieu à Paris, miniature, XVe siècle.Hôpital au Moyen Âge, fondé et entretenu par l’Église. A l'origine, il accueillait les pèlerins, les pauvres, les vieillards impotents et les malades. Cependant, les soins s'adressaient davantage à l'âme qu'au corps, d'où l'importance donnée à la confession, à la communion et aux offices (à la messe).

Les malades sont entassés à trois ou quatre par lit au mépris de la contagion. L'Hôtel-Dieu était un dangereux foyer d'infection au cœur de la ville.La technique médicale est rudimentaire. Il s'agit le plus souvent de saignées, de sirops ou de bains. Au XIVe siècle, des médecins et des barbiers (chirurgiens) commencent à apparaître.La pratique d'une saignée

Le personnel des soignants est composé de religieux (frères ou soeurs), engagés au service de l’Église et respectant une règle religieuse.