Want to make creations as awesome as this one?

Revue de pratiques de continuité pédagogique dans l'enseignenement spécialisé au sein de l'académie de Besançon

Transcript

"Allons les chercher !"revue de pratiques de continuité pédagogique Aupres des Familles et élèves les plus éloignés de l'école en temps de confinement

Durant cette période inédite, maintenir le lien pédagogique avec les élèves à besoins éducatifs particuliers est un défi. Vous trouverez ici des illustrations de ce que mettent en oeuvre des enseignants de l'académie de Besançon pour accompagner les familles et "aller chercher" chacun des élèves.N'hésitez pas à naviguer, à piocher (et à vous inspirer) des idées !

En Unité d'enseignement

En SEGPA / EREA

En ULIS

Principes généraux

Principes généraux de la continuité pédagogique avec les familles et élèves les plus éloignés de l'École et de la culture numérique, à prendre en compte pour ne laisser personne "de côté"En cette période de fermeture des écoles et des établissements, il est essentiel de maintenir le lien afin d'éviter retard ou décrochage des élèves pour lesquels l’école à la maison peut être d’une complexité particulière.Le maintien du lien avec chaque élève est l'objectif principal. Il s'agit d''aller chercher les élèves" et de préserver, par tous les moyens, la relation entre l'École et chacun d'entre eux. Ceci passe par les contacts individuels mais aussi et surtout par le maintien - même ténu, même symbolique - d'un sentiment d'appartenance au collectif. Il est essentiel afin de préparer les retours en établissement, de tout mettre en œuvre - notamment par lapréservation de liens affectifs avec les enseignants et les pairs - pour qu'au-delà du travail scolaire réalisé, les élèves ne s'isolent pas et conservent leurs rôles et leurs statuts d'élèves.--> L'adaptation aux contextes etmoyens de communication dont disposent les élèves permettant des temps d’échanges individualisés entre enseignants et élèves contribuent à préserver ce lien pédagogique.--> La mise en place de « rendez-vous avec la classe » ritualisés permettant un suivi, une explicitation des attentes dans un cadre collectif, une structuration du rythme des apprentissages, des échanges entre pairs contribuent également à préserver ces liens.Le maintien du lien avec chaque famille est essentiel dès lors qu’il permet d’évaluer les possibilités d'utilisation et conditions d’accès aux ressources matérielles (numériques, connexions, papier) et de proposer un accompagnement régulier pour briser l’isolement.--> Les contacts réguliers et pérennes permettent de percevoir l'état d'esprit, de rassurer, de mesurer les difficultés, d'évaluer et d'ajuster le travail réalisé afin d'accompagner au mieux.--> La qualité des liens créés ou préservés avec les familles lors de cette période singulière sera le socle des conditions favorables aux retours des élèves les plus éloignés de l'Écoleau sein des établissements scolaires.La réflexion d'équipe et la coordinationseront de nature à anticipercollectivementles possibles manque d'autonomie dans l'utilisation des outils numériques, difficultés d'accompagnement dans le cadre familial ou difficultés spécifiques aux besoins éducatifs particuliers des élèves. Il apparait primordial de trouver la bonne mesure et le juste équilibre pour les élèves et leurs familles en définissant des objectifs et une charge de travail réalisables, favorisant la curiosité et l'envie d'apprendre sans risquer de mettre en péril le lien parfois ténu des élèves avec l'École.

À l'EREA-LEA Simone Veil de Besançon :Chaque enseignant suit 4 à 5 élèves individuellement.Le travail scolaire est mis en ligne via l'ENT.Les élèves qui n'ont pas d'ordinateur reçoivent les documents par voie postale.Des SMS sont envoyés aux familles pour la transmission des informations.Un accueil téléphonique est maintenu.Un contact journalier est réalisé entre l'élève et l'enseignant.Le suivi du travail scolaire est assuré en fonction du matérieldisponible pour l'élève.

À la SEGPA du collège Mont-Miroir de Maîche :On communique via l'Environnement Numérique de Travail (ENT).Les élèves et familles ont accès à une permanence téléphonique pour régler les soucis de connexion.Une classe virtuelle quotidienne est orgnisée par roulement : un jour les 6ème, un jour les 5ème... les élèves se sont pris au jeu et sont très en demande.

À l'EREA-LEA "La Moraine" de Crotenay :Un enseignant suit individuellement 4 à 5 élèves.Projet "Rendez-vous avec ma classe" : contact collectif par classe deux fois par semaine, organisé par le professeur principal, ritualisé, avec comme défiproposé aux élèves de raccrocher leurs camarades au fur et à mesure des semaines.Utilisation de la classe numérique du CNEDsur ordinateur et sur téléphone.Quantité de travail adaptée : une page recto verso maximum par matière et par semaine.Différenciation individuelle par téléphone lors du retour du travail réalisé.Dans le travail envoyé, on aborde pas de nouvelles notions pour le moment.Compte rendu de l'expérience "rendez-vous avec ma classe" au 30/03Nécessité de s'adapter aux équipements des élèves.Investir au maximum des outils connus et utilisés par le plus grand nombre.Les groupes classes qui possédaient un collectif solide sont ceux qui se connectent le plus en distanciel.

Pour les SEGPA du Jura :Le Conseil Départemental facilite le prêt de tablettes pour les élèves ne disposant pas de moyens numériques suffisants.Utilisation généralisée des environnements numériques de travail (ENT) et envois systématiques par voie postale si les équipements ou les connexions sont manquants.

Dans l'antenne de Dole du DITEP PEP CBFC, Catherine et ses collègues ont mis en place le fonctionnement suivant :Les éducateurs référents font des points téléphoniques réguliers avec les familles.Du travail est envoyé aux familles enformat papier.Les familles ont reçu par mail des liens vers des exercices interactifs.Les enseignants ont transmis aux familles leurs adresses mails professionnelspour accompagner de manière plus efficace.

Au sein du DITEP ASMH de Revigny :La priorité est de garder le lien avec les élèves pour qu'ils ne se sentent pas abandonnés par leurs enseignants.L'équipe communique entre elle quotidiennement.L'équipe propose aux élèves des visioconférencespour garder le lien.Un fichier papier par semaine, avec un programme personnalisé de travail pour chacun.Les enseignants ont les coordonnées téléphoniques des jeunes et les contactent.Les enseignants échangent avec les collègues pour soutenir les scolarisations partagées.

À l'IME "L'Amitié" de Choye, une enseignante :Utilise tous les moyens à sa dispositionpour la continuité pédagogique : mail, téléphone, envois postaux.Échangeavec chaque famille pour savoir s'ils souhaitent s'organiser eux-même avec le travail ou s'ils veulent un programme au quotidien... s'ils peuvent imprimer, s'ils arrivent à proposer des activités à leurs enfants ou s'ils ont besoin d'idées.Ceux qui n'ont pas d'accès internet reçoivent leur travail par La Poste.Le travail est organisé autour d'un projetfédérateur pour garder un lien collectif symbolique : construire un jardin.

À l'IME l'Espoir, avec des élèves en situation de polyhandicaps, Morgane (enseignante spécialisée) :A sollicité directement chacune des familles pour proposerune continuité pédagogique. Les réponses ont toutes été positives.Échangeavec les familles par téléphone ou par mail.A créé deux padlet, qu'elle propose aux familles et à ses élèves, pour garder le lien et travailler. Elle y partage des informations, des liens vidéos, audios, des idées d'activités à faire à la maison...padlet pour les petitspadlet pour les plus grands

À l'IME "Des Hauts-Mesnils", à Dole, on s'est dit qu'on allait :Avoir comme objectif principal de garder le lien entre la maison et l'École, entretenir les acquis, faire lire, faire écrire, et utiliser les nombres un peu chaque jour.Prendre contact directement avec les familles pour envoyer soit des pistes de travail, soit un programme plus détaillé pour faire "l’École à la maison".Partagerles ressources avec les familles via un padlet.Proposer aux non-lecteurs et aux élèves de niveau pré-maternelle des jeux, des scènes de langage avec l'appui des parents... avec à chaque fois des objectifs explicités.Envoyer le travail par la postequand la famille n'a pas de mail.Écrire dans les communications envoyées aux élèves, que si tout n'est pas réalisé, ce n'est pas grave.Proposer un minimum de supports à imprimer, avec à chaque fois une alternativepour réaliser l'activité correspondante en ligne.

Karine, enseignante coordonnatrice de l'ULIS au collège Lou Blazer de Montbéliard :Cherche à ce que ses élèves gardent un rythme de travail minimum.A établi un premier contact par téléphone, et communique par mail avec ceux qui le peuvent.Cherche à adapter aux compétences des élèves bénéficiant de l'ULIS le travail donné par les enseignants du collège pour soutenir les inclusions.A organisé sa première classe virtuelle à l'aide de l'outil "la classe à la maison" du CNED. Après avoir paramétré le site, la classe s'est très bien passée. Les élèves étaient presque tous "là", ils se sont pris au jeu, ont respecté les règles, échangé sur le confinement, travaillé en lecture et décidé de se retrouver chaque jour à 15 heures.A laissé la classe virtuelle ouverte à la suite de sa session, pour permettre à ses élèves de "papoter (...et ils étaient très contents)".

Philippe, enseignant coordonnateur de l'ULIS au collège J.P. Guyot de Mandeure :Récupèrele travail demandé aux élèves bénéficiant de l'ULIS par les enseignants du collège grâce à l'ENT. Adaptece qu'il juge trop complexe.Travaille avec l'AESHpour préparer les dossiers de travail.Propose du travail en ligne, du travail sur fiche...en fonction de l'équipement des familles, et pourvarier les modes de travail.A récupéré toutes les adresses mail des familles pour leur transmettre des liens sur des sites pédagogiques qu'il a choisi au préalable.Reprendcontact tous les vendredisavec chaque famille pour faire le bilan de la semaine, ajuster au besoin et maintenir le lien.Corrigeles fiches papiers qu'il reçoit et assure un retour courrier auprès de ses élèves.A reçu un excellent accueilde la part de toutes les familles.

Thibaut, enseignant coordonnateur de l'ULIS du collège Hauts de Bienne à Morez :Continue d'être sollicité par les collègues afin d'adapter les cours pour les élèves bénéficiant de l'ULIS et pour d'autres.Transmet les contenus par mail ou par l'ENT : traces écrites, exercices d'entrainement, QCM.S'est mis aux QCM sur l'ENT qu'il juge très intéressants.Échange avec parents et élève via mail, téléphone, pronote, réseaux sociaux.Fait participer les parents en les incitant à lui poser des questions.À créé un groupe "whatsapp" pour les parents, mais aussi pour les élèves : envoi du travail en photo, entraide, contact de l'enseignant par message, appels à l'enseignant par vidéo, mini-quizz challenge ( exemple : "vous avez 5 minutes pour écrire un petit texte sur le thème suivant, avec les contraintes suivantes...").

Julien et Thomas, coordonnateurs des ULIS au collège Edgar Faure de Valdahon :Ont informétous les élèves et tous les parents sur la manière dont ils assuraient la continuité pédagogique.Suiventpar le biais de l'ENT le travail donné à leurs élèves dans les cours où ils sont inclus.Communiquentdirectement par mail ou sms avec les famillesquand le travail à effectuer est compliqué.Ont réactivé le blog ULIS du collège pour communiquer "au jour le jour" avec les parents et les élèves.Envoient le travail par voie postale à un élève qui n'a pas accès à un ordinateur.Échangent avec leurs élèves par sur un groupe "whatsapp"pour toute question ou récupérations photographiques des devoirs effectués.

Christine, enseignante au Micro-lycée du Lycée Pergaud de Besançon :Se fixe comme objectif d'accrocher tous les élèves, pourne pas en perdre un seul : les engager à rendre leurs écrits, les motiver, les encourager.Envoie desmessages quotidiens aux équipes enseignantes pour les informer et améliorer le suivi de chaque élève.Varie les échanges en fonction des filières et des matières.Participe aux conseils de classe en audioconférence, remplit des Geva-sco pour permettre la tenue des ESS et assurer la continuité des parcours.Coordonnele travail des élèves et les exigences de rendu des équipes enseignantes.Maintien le lien individuelavec les élèves décrocheurs par un suivi non seulement pédagogique, mais aussi personnel.

Pour les élèves bénéficiant du dispositif ULIS du lycée professionnel Lumière de Luxeuil-les-Bains :Évaluationdes moyens de connexion de chaque élève.Message à chaque famille pour expliciter le travail donné, et préciser le rythmeattendu.Lorsque les familles renvoient le travail, elles préviennent l'enseignant quienvoie la suite. On respecte ainsi le rythme propre à chaque élève.

Au dispositif ITEP de l'Institut Saint-Nicolas de Belfort :Les enseignants, en lien avec les éducateurs, appellent régulièrement les familles.Ils envoient tous les deux jours du travail scolaire par mail en adaptant et personnalisant le travail suivant chaque élève.Pour les rares familles sans connexion, acheminement des documents au domicile une fois par semaine.Travail de lien recensé chaque jour par les professionnels dans un tableau récapitulatif.Création d'un "mur virtuel " :https://padlet.com/pierregirin/eg02td2aq1ly pour faire du lien entre tous les professionnels et partager les outils.Les enseignants, suivant les classes mettent des liens avec des sites intéressants, des éducateurs proposent du bricolage, de l'expérimentation, des fiches de cuisine; l'orthophoniste propose d'autres outils, la psychomotricienne propose des exercices pour sauter, bouger....Une dynamique se crée et permet à chaque professionnel de pouvoir s'investir et ainsi contribuer, de loin, à l'accompagnement global de chaque jeune.

Enseignante coordinatrice de l'Unité d'Enseignement de l'Institut Perdrizet de Giromagny : Visioconférences entre enseignants afin d'organiser la continuité pédagogique.Classes virtuelles, ressources en ligne, e-mail.Envoi des contenus pédagogiques par mail ou par voie postale (via l'établissement).Chaque enseignant contacte les familles plusieurs fois par semaine.Création d'une plateforme de partage de ressources (mutualisation avec d'autres équipes d'autres ESMS).Accompagnement des jeunes du DAFP en visioconférence.

Enseignante coordinatrice de l'ULIS au lycée Tristan Bernard de Besançon :Avec l'accompagnante (AESH-co), contact avec chaque élève et famille par sms et communication téléphonique.Remédiation des problèmes de configuration numérique.Utilisation de l'ENTpour insérer les cours (comme d'habitude).Accès à la classe virtuelle et au padlet.Lien par messagerie académique.Correction, aide, remédiation des cours en fonction du rythme de chacun et des retours des élèves.

Pour aller plus loin et penser la continuité pédagogique et l'accompagnement des élèves à besoins éducatifs particuliers...+ Ressources Eduscolpour penser la continuité pédagogique auprès des élèves à besoins éducatifs particuliers.+ Des murs virtuels (académie de Dijon), des murs virtuels (IMP/DITEP "Saint-Nicolas" de Belfort), des murs virtuels et murs virtuels(IME "L'Espoir" de Besançon).+ La plateforme "CAP école inclusive".+ Le site durectorat de l'académie de Besançon.+ UnKIT FRANCAIS élaboré par le CASNAV de Besançon, avec le concours de Canopé et la DRNE BFC.

Enseignante coordonnatrice de l'ULIS école Saint-Exupéry de Belfort :Appel de toutes les familles chaque vendredi pour percevoir leursressentis, leurs difficultés, et expliquer ce qu'il est important de renvoyer par mail.Fichiers imprimés pour ceux qui n'ont ni internet, ni ordinateur, ni imprimante.Envoi tous les deux jours d'un programme personnalisé à faire où rien n'est à imprimer.Propositions d'activités qui change un peu le quotidien et qui éloigne des écrans.