Want to make creations as awesome as this one?

No description

Transcript

La commedia

dell'

ARTE

A votre avis, que signifie "commedia dell'arte" ? Pensez à l'étymologie.

La signification

1

La comédie de métier

En italien, signifie « comédie de métier ». La commedia dell'arte, était donc un théâtre professionnel. Les comédiens gagnaient leur vie à jouer la comédie et n'étaient plus des amateurs. Ils étaient capables de représenter des tragédies, des comédies, des pastorales (pièces ayant pour sujet des amours entre bergers et bergères), des farces... en privé comme en public (rue/palais).

Quelques informations sur l'histoire de la commedia dell'arte

Un peu d'histoire

2

Du XVIe au XVIIIe siècle

Ces troupes itinérantes, composées de 9 à 15 personnes dont des femmes, naissent en Italie au XVIe siècle. Elles ont beaucoup influencé le théâtre français. Molière, en 1658, partage la salle du Petit-Bourbon avec les Italiens, en particulier Tiberio Fiorelli qui joue Scaramouche. On retrouve des traces de cette influence dans certains personnages (Scapin, les jeunes amoureux) et dans les thèmes (le vieillards amoureux). Marivaux, au XVIIIe siècle, sera aussi inspiré par les Italiens, de retour avec la Régence.

Les caractéristiques

3

Une mécanique bien huilée

La comedia del'arte mettait en scène des jeux masqués, improvisés, à personnages fixes, volubiles et acrobatiques. Les comédiens improvisaient sur un thème reglé d'avance: le scénario. C'était donc une création collective de comédiens habitués à jouer ensemble. Cultivés, ils avaient en têtes de multiples tirades, repliques-choc. Le canevas était d'une simplicité efficace, surtout prétexte aux farces grivoises qui ravissait le beau monde.

Les comédiens étaient masqués (mais pas les femmes) d'un demi-masque en cuir qui cachait le haut du visage. On pouvait parler mais pas grimacer. On compensait donc par le jeu du corps => le pantomime. La représentation était mêlée de chants et de danses.

Découvrons à présent des personnages que vous connaissez peut-être

Les personnages

4

Qui est ce personnage?

Le plus célèbre

Pablo Picasso, Arlequin, 1918

Arlequin vu par Maurice Sand, 1860

Son nom vient de Hellequin, démon médiéval à la tête d'esprits malins qui mène des tapages nocturne. Le visage noir d'Arlequin aurait été brûlé au feu de l'enfer. Personnage souple et bondissant. A l'origine son costume était entièrement rapiécé. Puis son costume devient coloré. A l'origine rustre et naïf, il devient un personnage rusé, vif, il aime s'amuser et faire de l'esprit. C'est le personnage le plus connu et à traverser les âges.

Arlequin

Pablo Picasso, Arlequin, 1918

Arlequin vu par Maurice Sand, 1860

C'est le père des valets de comédies. Valet intrigant, fourbe et bouffon. Son homologue est Scapin et son descendant Figaro (cf Beaumarchais)

Brighella

Brighella vu par Maurice Sand, 1860

Scapin vu par Maurice Sand, 1860

Pantalon : Vieillard avare, ancien marchand. Grognon, méchant. Souvent dupé par Arlequin. Il a inspiré les vieillards avares de Molière. Le docteur: Vieillard savant et médecin farfelu. Ami et ennemi de Pantalon. Sot et libidineux.

Pantalon et le docteur

Pantalon vu par Maurice Sand, 1860

Le docteur vu par Maurice Sand, 1860

Polichinelle: Valet rusé. Son nom vient de pulcellino = petit poussin. Ce qui signifie qu'il piaille pour attirer l'attention. Sens du ridicule. Bavard, il ne sait pas garder un secret => l'expression "secret de Polichinelle".Pierrot: Valet naïf mais honnête. Personnage distrait qui fait naître les quiproquo. Joue souvent les amoureux des servantes.

Polichinelle et Pierrot

Polichinelle vu par Maurice Sand, 1860

Pierrot vu par Maurice Sand, 1860

Isabelle: Amoureuse. Elle est à l'origine des intrigues à cause de ces amours contrariées avec Léolio.Ravissante, gracieuse, raffinée. On peut penser aux jeunes premières chez Molière.Colombine: Servante délurée et piquante qui n'a pas la langue dans sa poche. Aide souvent les amours de sa maîtresse. Apparaît parfois en Arlequine du fait de son amour pour Arlequin. Elle engendrera chez Molière les soubrettes malignes.

Isabelle et Colombine

Isabelle vue par Maurice Sand, 1860

Colombine vue par Maurice Sand, 1860

Léolio: L'amoureux. Maniéré, élégant, autorité sur les valets. Jeune premier chez Molière. Le capitan: Soldat fanfaron qui n'est pas sans rappelé le « miles gloriosus » de Plaute. Vaniteux, il se pavane mais est en réalité un poltron.

Léolio et le Capitan

Léolio vu par Maurice Sand, 1860

Le Capitan vu par Maurice Sand, 1860

Merci pour

votre

Attention