Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Une bonne épouse: elle s’occupe à la perfection de son ménage et tient fermement les cordon de la bourse, légèrement avare

Axe 4: Les personnages secondaires ou d'arrière-plan

Une femme avenante , tout en rondeur et en force, qui a tout à attendre de la vie

Une femme avisée : elle met en garde son mari contre son «ami» Berru , les dangers de son implications dans les combats politiques de la CommuneAu retour de Jacques, elle préfère la sécurité assurée par son second mari Sagnard plutôt que de revenir vivre avec Jacques dans le besoin

Elle met en garde son mari contre son « ami » Berru , les dangers de son implications dans les combats politiques de la CommuneChap1 pg 41: « Félicie, inquiète et révoltée devant cette large bouche qui engloutissait les meilleurs morceaux » (Berru selon Félicie)pg 43: « Prends garde, répétait Félicie pleine de méfiance, ça finira mal, avec ton Berru. Nourris-le, puisque ça te fait plaisir ; mais laisse-lealler se faire casser la tête tout seul.»pg 43:« Elle aussi voulait la république. En 48, son père était mort sur une barricade. Seulement, ce souvenir, au lieu de l’affoler, la rendait raisonnable.»pg 43: « Les discours de Berru l’indignaient et lui faisaient peur, parce qu’ils ne lui semblaient pas honnêtes»Elle revoit Jacques à son retour, après la surprise et l’émotion, elle reprend ses espritsChap 3 pg 65: « elle était la plus raisonnable » « Quand elle ne s’étrangle plus, elle voulut sortir d’une situation intolérable et entama la terrible discussionElle préfère la sécurité assurée par son nouveau mari Sagnard plutôt que de revenir vivre avec Jacques dans le besoinChap 3 pg 66: Quoi ! elle si blanche, si dodue, accoutumée maintenant à toutesles douceurs bourgeoises,recommencerait sa vie rude et pauvre d’autrefois, en compagnie de cet homme qui lui semblait un spectre!

Un portrait à visée argumentative illustrant le déterminisme selon Zola : Félicie incarne une classe sociale: la petite bourgeoisie et son portrait dès le départ préfigure sa destinée.

Une femme qui s’élève socialement: de la classe ouvrière à la petite bourgeoisie des commerçants prospères

Une mère

Félicie

citations

citations

citations

citations

Jacques

citations

Chap 1 pg 40: « Félicie, très propre, menait la maison en femmeadroite et prudente, un peu «chienne» peut-être, disait le père, car elle leur servait des légumes plus souvent que de la viande, pour mettre des sous de côté, en cas de malheur.»Chap 1: « Félicie faisait desmiracles, on vécut au jour le jour de ce pain noir du siège »Sa description s'oppose à celle de Jacques Damour (influençable, oisif, fougueux ( voir axe 2)) et laisse ainsi s’opposer des destinés différentes pour Félicie et Jacques.

Chap 1 pg 39: « une grande belle fille de dix-huitans, la nièce d’une fruitière de la Villette»pg 40: « Bien qu’elle approchât de la quarantaine, restait jeune, un peu engraissée, d’une rondeur d’épaules et de hanches qui en faisait la belle femme du quartier. »Chap.3 pg 62: « Félicie, si belle, si jeune », « elle si blanche, si dodue »

S’oppose au portrait de Jacques , qui parait vieux et maigre dès le début de la nouvellechap 1: "Jacques s'était comme séché et les huit années qui les séparaient le montraient déjà vieux à côté d'elle."et qui est présenté comme vieux et usé tout au long de la nouvellechap 2: "on le trouvait trop vieux."chap 3: "pour ce viel ivrogne, ce misérable, qui sentait la pauvreté"

Elle met en garde son mari contre son « ami » Berru , les dangers de son implications dans les combats politiques de la CommuneChap I pg 41: « Félicie, inquiète et révoltée devant cette large bouche qui engloutissait les meilleurs morceaux » (Félicie voit en Berru un profiteur dont il faut se méfier)pg 43: « Prends garde, répétait Félicie pleine de méfiance, ça finira mal, avec ton Berru. Nourris-le, puisque ça te fait plaisir ; maislaisse-le aller se faire casser la tête tout seul. »pg 43:« Elle aussi voulait la république. En 48, son père était mort sur une barricade. Seulement, ce souvenir, au lieu de l’affoler, la rendait raisonnable. »« Les discours de Berru l’indignaient et luifaisaient peur, parce qu’ils ne lui semblaient pas honnêtes »Elle revoit Jacques à son retour, après la surprise et l’émotion, elle reprend ses espritsChap 3 pg 65: « elle était la plus raisonnable » « Quand elle ne s’étrangle plus, elle voulut sortir d’une situation intolérable et entama la terrible discussionElle préfère la sécurité assurée par son nouveau mari Sagnard plutôt que de revenir vivre avec Jacques dans le besoinChap 3 pg 66: Quoi ! elle si blanche, si dodue, accoutumée maintenant à toutes les douceurs bourgeoises, recommencerait sa vie rude et pauvre d’autrefois, en compagnie de cet homme qui lui semblait un spectre ! (opposition de deux classes sociales)

Elévation socialeChap 3 pg 61: « Félicie occupait un haut comptoir »: position spatiale en hauteur traduit l’élévation sociale de FélicieEmbourgeoisement de Félicie:Chap 3 pg 61: « cette femme bien mise, l’air bourgeois »Chap 3 pg 61: « Propre, lissede peau, avec ses bandeaux noirs et son col blanc, elle avait la gravité sourianteet affairée d’une bonne commerçante, qui, une plume à la main, l’autre main dans la monnaie du comptoir, représente l’honnêteté et la prospéritéd’une maison » (caractéristique d'une classe sociale)Chap 3 pg 66: "Quoi ! elle si blanche, si dodue, accoutumée maintenant à toutes les douceurs bourgeoises, recommencerait savie rude et pauvred’autrefois, en compagnie de cet homme qui lui semblait un spectre !" (deux mondes opposés: les bourgeois et les ouvriers)Chap 3 pg 69: « son instinct de bonne commerçantela ramena dans son comptoir, au milieu des glaces claires, très pâle, mais très calme, comme si rien ne s’était passé. » (déterminisme selon Zola)

*Avec Jacques Damour-Eugène : chap 1 "comme ils eurent de suite un garçon" . Il meurt d’une balle en pleine poitrine-Louise: chap 1: "Neuf ans plus tard, une fille vint à son tour". Elle est abandonnée par sa mère, elle devient une fille entretenueChapitre 1: «soignait la petite Louise retombée malade, à cause de la mauvaise nourriture».*Avec SagnardUn garçon de six ans et une fillette de quatre ans

Félicie vient du latin Félicitas, "chance, bonheur"Patronyme significatif qui laisse supposer que le personnage de Félicie est prédestiné

Axe 4: Les personnages secondaires ou d'arrière-plan

Un opportuniste

chap I pg 41:-"Damour put même lui faire la charité de l'inviter à dîner parfois; et bientôt le camarade vint matin et soir."-"cette large bouche qui engloutissait les meilleurs morceaux."chap I pg 45: "Quant à Berru, il avait disparu depuis l’armistice, sans doute, il était tombé ailleurs sur une meilleure table.chap IV pg 75: "Berru, surpris, trouvant que ça finissait drôlement, parut tout à fait scandalisé, quand le camarade refusa l'invitation."chap V pg 81: "Comment donc ! mais c'est le paradis ! cria Berru qui accepta pour son camarade. S'il s'ennuie, j'irai le voir."chap V pg 82: "C'est Berru qui vient passer des quatre et cinq jours à la campagne. Il a enfin trouvé, chez Damour, le coin qu'il rêvait pour se goberger."

Un lâche

Chap I pg 47:"Elle osa faire remarquer que ce grand diable de Berru, qui criait tant, n'était pas assez bête pour aller attraper des coups de fusil.""Pourquoi n'y va-t-il pas lui-même, au lieu de pousser les autres ? disait Félicie"

Un ouvrier miséreux

Chap I, pg 41: "Apitoyé par la misère d'un voisin, un grand diable de peintre en bâtiment nommé Berru et qui crevait la faim."

Un personnage écouté ou détesté

Détesté par Féliciechap I pg 41: "cette large bouche qui engloutissait les meilleurs morceaux."chap 1 pg 43:-"Les discours de Berru l'indignaient et lui faisaient peur, parce qu'ils ne lui semblaient pas honnêtes."'"Félicie, pleine de méfiance"-"Mais elle est plus était plus inquiète encore de l'air ardent et sombre dont son fils Eugène écoutait Berru."Chap III pg 62: ""Ah ! c'est vous, monsieur Berru."Et elle paraissait guère contente, les lèvres pincées dans une légère moue de mépris.""Apprécié et écouté par Jacques Damourchap I pg 42: "Aussi écoutait-il Berru avec attention, trouvant qu'il raisonnait très bien, et que pour sûr la répubique arriverait comme il disait."chp V pg 82: "Puis le soir, les deux camarades causent politique".

Il profite des gens, de leur hospitalité et de la situation

Ecouté par JacquesDétesté par Félicie

Il quitte la capitale avant l'arrivée des troupes gouvernementales

Il pousse Jacques et son fils à descendre dans la rue avec ses beaux discours et il encourage Jacques à se Venger de Félicie

Berru

Un manipulateur

Manipulateur avec ses discours grandiloquentschap I pg 41: "Berru, patriote, parlait de creuser des mines [.....] il expliquait à Damour son gouvernement à lui, tous frères, tous libres, la richesse à tout le monde, la justice et l'égalité régnant partout en bas."Comme ne 93", ajoutait-il, sans savoir."Manipulateur lors des retrouvailles avec Jacqueschap II pg 59 :-"Ce que le peintre ne disait pas, c'était que tout de suite après le départ du déporté, il avait tâché de se mettre avec Félicie, dont les fortes épaules le séduisaient. Aussi gardait-il contre elle une sourde rancune de ce qu'elle avait préféré le boucher Sagnard, à cause de sa fortune sans doute."-"Moi à ta place, j'irais chez eux, et je m'installerais, et je flanquerais Sagnard à la porte, s'il n’embêtait... Tu es le maître après tout".Manipulateur lors des retrouvailles entre Jacques et Félicie-chap III pg 65: "Berru ricanant."-chap III pg 66 : "Berru qu'on invitait point à s'assoir, s'était allongé tranquillement dans le second fauteuil, après avoir murmuré à l'oreille de son ami:"Les petits Sagnard.... Hein ? ça pousse vite, la graine de mioches !"-chap III pg 67: "Le peintre appuya de la tête. Cette scène l'amusait"chap III pg 67: "Il crut devoir jouer un beau rôle. Il intervint, en disant d'un ton sentencieux:"

" qui crevait la faim", chap I pg 41"

chap I pg 41:-"Damour put même lui faire la charité de l'inviter à dîner parfois; et bientôt le camarade vint matin et soir."-"cette large bouche qui engloutissait les meilleurs morceaux."chap IV pg 75: "Berru, surpris, trouvant que ça finissait drôlement, parut tout à fait scandalisé, quand le camarade refusa l'invitation."chap V pg 81: "Comment donc ! mais c'est le paradis ! cria Berru qui accepta pour son camarade. S'il s'ennuie, j'irai le voir."chap V pg 82: "C'est Berru qui vient passer des quatre et cinq jours à la campagne. Il a enfin trouvé, chez Damour, le coin qu'il rêvait pour se goberger."

Un personnage trouble