Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Guillaume Apollinaire
Alcools

Qui est Guillaume
Apollinaire ?

Né le 26 août 1880 à Rome, Apollinaire est issu d'une famille liée par sa mère à la noblesse polonaise. Son père serait un officier italien. Installé à Monaco dès 1897, Apollinaire est inscrit aux lycées de Cannes et de Nice.
En 1898, la famille s’installe à Paris. En 1899, il propose ses premiers écrits à quelques revues, qui refusent de les publier. Divers emplois de bureau.
1901 est une année tournant pour le jeune homme, qui part en Allemagne pour y être précepteur au sein d'une famille. Il tombe amoureux d'Annie Playden, une gouvernante anglaise. Amour non réciproque..
En 1902, Apollinaire revient en France et publie l'Hérésiarque. Pour la première fois, il signe du nom que l'on lui donne aujourd'hui. De 1905 à 1907, il exerce différents emplois dans la bourse, tout en publiant plusieurs écrits.
En 1907, il rencontre la peintre Marie Laurencin, autre muse pour son œuvre : la liaison, tumultueuse, dure jusqu’en 1912. Apollinaire fréquente et soutient les peintres avant-gardistes, en particulier cubistes : Picasso, Braque, Robert Delaunay, André Derain, Raoul Dufy, le Douanier Rousseau ... Il devient journaliste, poète, critique d'art et conférencier. Il fait un court séjour en prison pour une affaire de complicité de vol d’objets d’art.
En 1913, Apollinaire publie Alcools, recueil majeur qui réunit son œuvre poétique depuis 1898.

En 1914, il rencontre Louise de Coligny-Châtillon, la courtise, lui envoie des poèmes et la renomme Lou. Il parvient à s'enrôler comme artilleur dans l'armée française.
En 1915, lors d’une permission, il rencontre Madeleine Pagès dans un train et se fiance un peu plus tard avec elle. Paraît le Poète assassiné.
1916 : Apollinaire est blessé par un éclat d'obus au niveau de la tête, il rompt ses fiançailles. Affaibli par sa blessure, il doit être trépané, puis suivre une longue convalescence.
1917 : Apollinaire renoue avec les milieux littéraires, fait représenter sa pièce Les Mamelles de Tirésias, écrit une conférence sur « l'Esprit nouveau », épouse Jacqueline Kolb.
1918 : publication des Calligrammes. Apollinaire meurt le 9 novembre 1918 de la grippe espagnole, 2 jours avant l’armistice. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Présentation de l'oeuvre

Le contexte du recueil


Alcools paraît en pleine période d’agitation intellectuelle et artistique que suscitent les mouvements d’avant-garde dans les arts plastiques (cubisme), la musique et la littérature (surréalisme). Dans son recueil résolument moderne qui s’étale sur une quinzaine d’années d’élaboration (des poèmes sont d’abord publiés dans des revues), Apollinaire joue entre tradition et explosion des formes et des langages, offrant au lecteur une poésie expérimentale qui explore différents aspects (de l’élégie, qui est un court poème mélancolique, au vers libre).
Alcools se présente comme le manifeste d’un esprit novateur qui mêle formes, tons et genres. On peut noter la suppression presque totale de ponctuation, une harmonie recherchée entre le moderne et le classique, une inspiration symboliste et cubiste. Cette structure poétique moderne contribue à servir de modèle pour la nouvelle génération surréaliste.


Présentation


Alcools est un recueil de poèmes de Guillaume Apollinaire (1880-1918) paru en 1913. Les différents poèmes furent rédigés pendant seize ans. Il décida de les rassembler au sein du recueil « Alcools » en 1913, après avoir assisté à une lecture de « La prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France » par son auteur, Blaise Cendrars.

Alcools présente une poésie expérimentale. Apollinaire y explore de nombreux aspects de son art, tant dans les formes poétiques que dans les thèmes abordés. Le recueil montre un poète déchiré par ses ruptures amoureuses, déchirement perceptible dans de célèbres pièces telles que La Chanson du mal-aimé. Un autre thème central est fait d’alcools, qui reviennent fréquemment, tantôt par des expériences d’ivresse, tantôt par des images poétiques.

S’inspirant de Cendrars, il supprime la ponctuation, créant dans certains vers des ambiguïtés qui en enrichissent grandement la lecture.

Plusieurs thèmes :


- L'alcool

- La peinture

- Exilés, marginaux, vagabonds

- La ville

- L'amour

- Le monde moderne

- La fuite du temps

- Les voyages et l'errance

- La musique

- Contes, légendes et mythes

- L'Allemagne

- La poésie du quotidien


Thème :
L'AMOUR

Un tableau

Des citations

1

2

3

4

5

Analyse

6

WATCH

Ce tableau s'intitule La muse inspirant le poète, il a été peint en 1909 par le Douanier Rousseau, un ami d'Apollinaire. Sur ce tableau, on peut y voir 2 personnes côte à côte, à droite Guillaume Apollinaire et à gauche, ça femme de l'époque, Marie Laurencin.

"Mon coeur battait battait très fort à sa parole"

Salomé

"Les mains dans les mains restons face à face

Tandis que sous

Le pont de nos bras passe

Des éternels regards l'onde si lasse"

Le pont Mirabeau

"Une femme se promène souvent

Dans le jardin toute seule

Et quand je passe sur la route bordée de tilleuls

Nous nous regardons"

Annie

"Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine

Et mon mal est délicieux"

Marie

"Les déités des eaux vives

Laissent couler leurs cheveux

Passe il faut que tu poursuivent

Cette belle ombre que tu veux"

Clotilde

"J'ai chanté ma joie bien-aimée

Chantée l'amour à voix virile

Au moment d'amour de l'année"

La chanson du mal-aimé


L'amour est une thématique très importante dans cette œuvre d'apollinaire. Apollinaire nous fait partager sa découverte de l’univers amoureux à travers ces premières conquêtes que sont Annie Playden, Marie Laurencin et d’autres. Apollinaire nous dévoile ces déceptions et ruptures amoureuses. On y perçoit l’angoisse dans certains poèmes comme par exemple dans « Marie » et « Zone ». A ceci s’ajoute la mélancolie, principalement dans « Blanche Neige » et « le Pont Mirabeau » car Apollinaire perçoit le temps qui passe. Le sentiment le plus visible reste celui de l’abandon dans « L’Adieu » qui est comparable à un adieu à Annie.

Pour conclure, nous remarquons un cycle formé par une rencontre puis une rupture suivie d’une autre rencontre. Nous distinguons un contraste entre épanouissement et chagrin du poète. Cependant, malgré ces mésaventures, il continue d’enchainer les conquêtes comme dans « Le pont Mirabeau » où il ne peut s’empêcher de chercher l’amour malgré les blessures causées par celle-ci comme nous le prouve ce vers : « Comme l’espérance est violente ».

Nous avons choisi ce tableau car il représente bien l'amour, avec Apollinaire au côté d'une de ses femmes Marie Laurencin, que l'on retrouve dans certains poèmes d'Apollinaire.

De plus, nous avons choisi ce tableau car le peintre, le Douanier Rousseau était un ami d'Apollinaire.