Want to make creations as awesome as this one?

No description

Transcript

Sensibilisation

bertrand.pelletier@ac-orleans-tours.fr

ULIS Lycée

"Être aveugle éloigne des choses,être sourd éloigne des personnes"

« handicap » médical+dimension sociale=« situation de handicap »

1

"Sourd" ?!

1. Qu'évoque pour toi le mot "sourd" ?Quelques mots seulementhttps://answergarden.ch/918350

2. Choses qu'il ne pourrait / devrait pas faire ?Quelques verbes seulement https://answergarden.ch/918353

Des clichés ?

"Les élèves sourds n’échappent pas à la diversité et ne peuvent se résumer à leur seule surdité, ils sont des enfants ou adolescents présentant les mêmes besoins fondamentaux que les élèves entendants. L’adaptation de l’école à leur situation particulière consiste à les traiter ni tout à fait comme les autres, ni complètement différemment, mais équitablement, en respectant leurs différences et en leur donnant les moyens d’accéder aux apprentissages."

Angélica Dass est une photographe brésilienne née en 1979.Elle est la créatrice du projet Humanæ.En mars 2016, elle donne une conférence TED intitulée « La beauté de la peau humaine dans toutes ses couleurs », sur la façon dont les couleurs de peau « nous font nous voir comme différents, alors que nous sommes égaux ».Il y a des personnes qui :- entendent ou pas ... VS plus ou moins bien ;- qui parlent ou pas ... VSplus ou moins bien ;- qui signent ou pas ... VSplus ou moins bien ;- qui arrivent à lire et écrire ou pas ... VSplus ou moins bien;- qui ont des appareils ou pas ...VSplus maintenant.

Handicap pour lequel il y a le plus de réprésentations fausses ?Communication, du latin communicare, mettre en commun, faire part de, partage, dérivé de communis, commun.Un handicap partagé donc !

Représentation positiveSi, au contraire, l’élève est considéré comme différent, avec des capacités, des ressources, des stratégies particulières que l’on va chercher à repérer et exploiter, les réponses pédagogiques le concernant tendront à amener l’enseignant vers l’exploitation de la gestualité naturelle, le recours fréquent au canal visuel.

Représentation négativeSi l’élève sourd est vu avant tout comme un élève qui n’entend pas ou mal et ne parle pas ou mal, l’attention de l’enseignant va avoir tendance à se focaliser sur la réhabilitation de l’audition, les aspects acoustiques de l’aménagement de la communication, la « correction » de la parole orale, dans le but de remédier au déficit observé.

VS

Comme dans toute situation pédagogique, la représentation préalable que l’on se fait de l’élève sourd va très largement influencer les choix pédagogiques que l’on va adopter pour lui

"La présence d’élèves sourds dans une école ou une classe peut constituer une grande richesse pour tous les autres élèves, elle interroge l’école tout entière sur son projet. L’enseignant peut mettre en place des solidarités en veillant à ce qu’elles ne soient jamais trop pesantes, celles-ci dévoileront les capacités de chacun et celles des élèves sourds.Il n’est pas rare que les enfants de la classe perçoivent l’attention qui est portée à l’enfant sourd comme du favoritisme. Cette représentation peut être discutée en invitant les enfants à considérer l’aide comme quelque chose dont chacun peut avoir besoin à un moment donné dans une situation particulière. Pour éviter de stigmatiser le(s) enfant(s) sourd(s), un travail sur la différence peut être envisagé. La surdité sera alors déclinée parmi d’autres différences. Certains albums de littérature jeunesse ou certaines chansons peuvent s’avérer de bons supports, car ils permettent à l’élève sourd de ne pas être directement concerné en tant que personne ; on peut aborder la surdité sans nécessairement entrer dans son intimité puisqu’il ne s’agit pas de « sa » surdité. Il importe de présenter plusieurs représentations de la surditépour ne pas risquer de réduire les enfants sourds à l’illustration d’un seul personnage. Dans le cadre d’un projet d’école, la découverte de la LSF au travers de sorties culturelles ou par des actions d’initiation offrira un autre regard sur la surdité, sur la différence et sur la langue et constituera un apprentissage et uneouverture à la différence. [...] Afin de construire son identité, de se projeter dans l’avenir en tant que sourd ou malentendant, l’enfant sourd a besoin d’être en contact avec d’autres enfants sourds, et d’avoir la possibilité de voir des adultes sourds en position valorisée. La valorisation de la culture sourde et de la LSF est un excellent moyen pour donner une image positive de la surdité."

" Je suis sourde ! "Je suis sourde ne veut pas dire :" Je n'entends pas." Cela veut dire : " J'ai compris que je suis sourde. " C'est une phrase positive et déterminante. [...]A Washington, les autres m'ont dit : " Tu es pareille que nous, tu es sourde. " Et ils m'ont montré le signe qui désigne le sourd.Personne ne me l'avait DIT. Elle est là, la révélation, car je n'avais pas encore construit ce concept-là dans ma tête.J'en étais encore à une définition de moi du genre : " Emmannuelle t'entend pas." Après avoir compris le " je ", je m'appelle Emmanuelle, je comprends ce soir-là, comme un éclair :" Je suis sourde. "[...] Pour moi, la langue des signes correspond à la voix, mes yeux sont mes oreilles. Sincèrement, il ne me manque rien. C'est la société qui me rend handicapée, qui me rend dépendante des entendants.

9%

5 à 6 millions de Français concernés par la déficience auditive, soit 9% de la population60% de cette population a plus de 55 ans90% environ le sont devenus

Quelques chiffres ...

1%

95%

2 millions de personnes malentendantes1,8 million de personnes sourdes80 000 à 180 000 utilisent la Langue des signes, soit environ 1%

200 à 700 enfants sourds naissent chaque année en France95% des enfants sourds ont des parents entendants et des parents sourds ont 95% de chance de faire un enfant entendant.

Différents qualificatifs ?

Je suis "sourd"Je suis "sourd et muet"Je suis "malentendant"Je suis "déficient auditif"Surdité de transmission ou deperception dont les causes peuvent être :- génétiques- prénatales ou néonatales- infantiles- traumatiques- ...

Surdité profonde : les sons de la parole ne sont pas perçus ; Une perception (vibration) ;Une compréhension impossible ;Le port de l’aide auditive n’apporte que le bruit, les signaux d’alarme

Différentes surdités ...

Plus de 90 dB

Surdité sévère : compromet la perception et la compréhension, certains sons ne seront pas perçus, même en élevant la voix. Les risques de confusion, de contresens sont accrus;Besoin de la Lecture Labiale

70 à 90 dB

Surdité moyenne : affecte la perception des sons les moins forts ; Les sons de l’environnement sonore sont difficilement perçus ;Compréhension de la parole est partielle et difficile en milieu bruyant ; Communication duelle

40 à 70 dB

Surdité légère : peut passer inaperçue, elle perturbe la perception des sons les plus aigus de la langue et affecte peu la compréhension des échanges oraux ;Confusion de mots et de sons ;Répétition des mots

20 à 40 dB

"La connaissance du diagnostic médical ne permet pas à elle seule de comprendre, de prédire le parcours personnel, langagier et scolaire de l’enfant, ni de prévoir ses réactions dans la classe, dans telle ou telle situation de communication. Elle situe ses potentialités purement auditives, notamment sa capacité à percevoir ou non des sons de la parole. Quoi qu’il en soit, c’est l’observation régulière de l’élève dans diverses situations, la relation avec lui qui permettent à l’enseignant de se faire l’opinion la plus juste de ce dont l’élève à besoin en matière de communication et d’apprentissage."

Contour d'oreilleSurdité légère à sévèreAdapter aux enfants

Les appareils auditifs

Appareil intra-auriculaireSurdité légère à sévèreDiscret mais fragile

Implant cochléairesurdité profondeAvant 3 ans ...

L’audition ne peut être réhabilitée dans sa totalité, les solutions prothétiques ou chirurgicales proposées consistant à atténuer la perte auditive, mais elles ne font jamais de l’élève sourd ou malentendant un entendant

Les difficultés ...

30%

Certaines personnes ne peuvent intégrer qu'environ 30% du message oral ...Beaucoup de sourds sont illetrés ou mémorisent des phrases sans être capable d'en construire de nouvelles.

Ne pas comprendre la paroleEtre obligé d’avoir une attention constante pourcomprendreAcquérir difficilement la parole et ne pas contrôler sa voixManquer d’informations en permanenceAcquérir difficilement le langage oral et écrit

Parfois, ils sont imputés à de la mauvaise volonté, à une absence de concentration, voire à une éventuelle limitation intellectuelle. [...] Ce n’est pas la surdité, en elle-même, qui représente un obstacle à l’élaboration d’une pensée abstraite, mais bien le déficit de communication précoce, aisée et les difficultés d’accès à un langage rigoureux[tout comme pour les élèves ordinaires].

Scolariser les élèves sourds ou malentendants, CNDP

Sans être soi-même sourd, on peut tout à fait naturellement ressentir : – des difficultés à comprendre l’autre ;– l’incertitude, la peur de ne pas avoir été compris ;– des blocages (l’impossibilité de trouver le moyen de se faire comprendre) ;– une fatigue liée à la concentration importante au moment de la formulation de ce qu’on va dire ;– un sentiment d’inconfort.

Ressentis de part et d’autre, de façon intense et prolongée, ces sentiments peuvent aboutirà une rupture de communication. On peut avoir tendance:– à limiter son propre inconfort et à restaurer ses réflexes de communication (faire comme d’habitude...) ;– à parler de choses simples, de façon brève pour limiter les difficultés (faire court, faire simple) ;– à dire qu’on a compris ou ne pas dire que l’on ne comprend pas, pour atténuer le malaise, et inversement se persuader qu’on a été compris (faire semblant). – Certains pourront même fuir la communication, se replier sur eux ou devenir agressif.

Mémoire sémantique et compréhension

La compréhension ?Ce qu'en disent les sciences cognitives ...

Un lexique riche et précis

"Conceptualiser, c’est avant tout comparer des situations et identifier des ressemblances et des différences entre des objets. Pour pouvoir extraire ces ressemblances, il est nécessaire que l’élève soit confronté à un nombre conséquent de situations qui constituent une base d’expériences, et qu’il dispose d’une langue assez riche pour pouvoir les évoquer et les formaliser. On constate parfois chez certains élèves sourds un déficit ou un retard d’expérience. Valoriser l’expérience ne doit pas conduire à réduire l’activité des élèves sourds à des manipulations (savoirs implicites) sans prise de conscience de leur part de ce qu’ils font et pourquoi ils le font (savoirs explicites)."

Les difficultés de compréhension doivent être analysées : il peut s’agir d’un obstacle conceptuel, linguistique, ou d’un manque de connaissances générales. Dès lors que les obstacles se multiplient et risquent d’entraver la bonne marche de la classe, la recherche de solutions alternatives doit être envisagée, sous la forme du recours à une aide humaine, d’un changement de mode de communication ou d’une modification du dispositif de scolarisation. Si, malgré les aides techniques ou humaines et les moments de soutien personnalisé envisagés, l’élève sourd ne peut suivre toutes les activités en classe en raison du trop gros effort d’attention, de la richesse des concepts et de la complexité du vocabulaire utilisé ,ou du rythme d’apprentissage, on peut envisager, pour une partie des enseignements, une scolarisation en unité d’enseignement, en regroupement ponctuel d’élèves hors de la classe ou au sein d’une CLIS (classe pour l’inclusion scolaire).

Quelques citations ...

"Je vois comme je pourrais entendre. Mes yeux sont mes oreilles. J'écris comme je peux signer. Mes mains sont bilingues. Je vous offre ma différence. Mon cœur n'est sourd de rien en ce double monde."

Emmanuelle LABORIT, Actrive et écrivaine

"Il ne manque rien aux enfants Sourds, ils sont différents des enfants entendants."

Françoise DOLTO, Pédiatre

"À s'obstiner contre les déficiences, on augmente souvent le handicap : l'exemple des sourds."

Bernard MOTTEZ, Sociologue

"Qu'importe la surdité de l'oreille quand l'esprit entend ? La seule surdité, la vraie surdité, la surdité incurable, c'est celle de l'intelligence."

Victor HUGO, Ecrivain

2

Comment vais-je communiquer ?!

Trouve quelques moyens provisoires de communiquer avec un sourd

Comment interpeller un sourd ?

"Chaque élève sourd ou malentendant est un être singulier, aux caractéristiques propres, liées à son parcours, son éducation, sa personnalité mais aussi à son niveau d’audition et à son mode de communication privilégié. Pour entrer en contact avec un élève, il est important d’être ouvert à toute forme de communication, d’accueillir et d’écouter le message de l’élève sans chercher à le corriger, d’accepter sa différence en lui signifiant que l’on accepte son mode de communication. Cette communication est une forme d’échange qui peut déboucher sur des interactions langagières." "Les élèves sourds peuvent parfois paraître impolis s’ils n’ont pas eu l’occasion de découvrir et d’intégrer les usages sociaux. En effet, c’est l’imitation, mais aussi le langage vocal ou gestuel qui permet l’acquisition des comportements adaptés aux personnes et aux situations. [...] À l’inverse, l’enseignant doit s’enquérir des usages sociaux de la communauté sourde, qu’il pourrait mal interpréter, comme par exemple le pointage de personnes par l’index, la façon d’interpeller en tapotant l’épaule..."

Langage parlé complété (LPC)C'est un outil

Langue des signes française (LSF)C'est une langue

Nécessite de la technique (maîtrise et rapidité)Nécessite un environnement approprié (articulation, absence de bruits de fond)Nécessite un effort supplémentaire pour reconnaître le sens et les sosies labiaux (Pain - Bain - Main ouManteau – Bateau - Chapeau ) etles consonnes invisibles (Car - Gare ou Rouler - Couler)Cela génère une très grande fatigue

Rattachée à une cultureAvec son alphabetAvec son vocabulaireAvec sa grammaire (non linéaire)Avec sa syntaxeReconnue comme langue à part entière depuis 2005

VS

Dans les deux cas, nécessite une bonne maîtrise de la langue choisie !L'utilisation de la LSF est admise dans le cadre d'un examen oral

Les modes de communication "directe"

Communication orale(français ou LSF)

Les informations données oralement peuvent être précédées ou suivies par les écrits du tableau.Des documents audiovisuels peuvent être remplacés au besoin par des documents écrits.Une interrogation en français oral peut être transformée en interrogation écrite, dès lors que le niveau de français écrit de l’élève le permet

Communication écrite

Il s’agit d’utiliser tous les moyens à disposition : la parole, la mimogestualité, le dessin... Si l’élève est peu à l’aise à l’oral, cette communication ne peut être que ponctuelle et provisoire. Elle peut suffire dans des activités nécessitant peu de communication.

Communication totale

Sinon médiateur linguistique : codeur LPC ou interprète/interface LSFDans tous les cas, la découverte et l’apprentissage du français écrit reste une priorité.

Il s’agit du décretn° 2006-509 relatif à l’éducation et au parcours scolaires des jeunes sourds.

Il s’agit de la loin° 2005-102 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Il s’agit de la loin° 91-73 relative à la liberté de choix entre une communication bilingue – langue des signes et français – et une communication orale.

Que dit la loi ?

30.06.1975

10.07.1989

18.01.1991

11.02.2005

3.05.2006

Il s’agit de la loin° 89-486 sur l’éducation.

Il s’agit de la loi d’orientationn° 75-534 en faveur des personnes handicapées qui a été consolidée le12 février 2005.

Ce sont les parents qui font le choix du mode communication utilisé pour sa scolarité (communication bilingue, LSF/langue française, et une communication en langue française). L'enfant ne formule pas toujours explicitement ses choix, mais les manifeste à travers les stratégies qu’il emploie ; c’est pourquoi, il est crucial d’observer, d’accepter et de valider tous ses choix de communication, quels qu’ils soient.

La LSF reconnue comme langue à part entière

Fin de l'inerdiction du congrès de Milan

Le réveil sourd, les sourds en tant que communauté

Langue des Signes Française

XVIIIe

1880

1970

1991

2005

Le congrès de Milan interdit la langue des signes en classe

L'abbé de l'Epée, l'un des précurseurs de l'enseignement spécialisé aux sourds

La langue des signes n'est pas universelle !

La particularité commune à toutes les langues signées du monde est de pouvoir à la fois dire, au moyen de signes, mais aussi de montrer des formes, des sentiments, des attitudes ou des mouvements. Cette caractéristique fondamentale de toute gestualité fait que la communication entre les locuteurs de toute langue signée, qu’elle soit « familiale », locale, nationale, se trouve largement facilitée.

3

Je ne parle pas la langue des signes !

Tu vas jouer à un jeu ...

Fais deviner en signant !

grand

collège

2

3

dormir

femme

cahier

4

5

6

évaluation / test

poisson

ami

7

8

9

verre

merci

mathématiques

10

11

12

homme

1

Fais deviner avec ta tête !

en colère

méfiant

2

3

intelligent

triste

peur

4

5

6

dégoût

rusé

amour

7

8

9

orgeuilleux

respect

compliqué

10

11

12

content

1

Rien ne sert de crier.Si la personne sourde a des restes auditifs et porte des prothèses, elle peut être gênée par une intensité trop forte.

Une bonne articulation est nécessaire.Le débit de la parole ne doit pas être trop rapide ni trop lent.

La mimo-gestualité a un rôle très important dans la communication.La mimique exprime les sentiments, les modalités, la syntaxe.

Ne pas arpenter la classe et disparaître du champ de vision de la personne sourde. Le regard a un rôle de prise de contact et de maintien de la communication

L’encourager à communiquer ne doit pas consister à le faire sans cesse répéter ce qu’il a mal dit ou mal signé, ni à transformer les lieux d’échanges ou d’apprentissage en lieux de rééducation. [...] Il importe de ne pas préjuger que l’élève fait exprès de ne pas comprendre.

Scolariser les élèves sourds ou malentendants, CNDP

Quelques signes à retenir pour bien accueillir ...

Bonjour, comment ça va, je m'appelle...

oui, non, merci, stp, désolé, pardon

triste, content, en colère, fatigué

parents, enfants, grands-parents, ...

boire, manger, dormir, travailler, ...

et encore plein d'autres !

+info

"Les témoins qui dérangent"

Les témoins qui dérangent (2016)170 minUn film vous transportera au cœur du système de santé et tout particulièrement de la surdité. Au travers des interviews chocs des anciens élèves, des professionnels et des parents d’enfants sourds vous dévoileront des vérités dérangeantes. Ce documentaire montrera l’importance de la place de la langue des signes dans l’éducation.

+info

Les "malentendus" scolaires

Un enseignement plus explicite bénéficiera à tous les élèves !

Que signifie enseigner plus explicitement ? Qui explicite ? Expliciter quoi ? Expliciter quand ? Sylvie Cèbe, Jacques Bernardin et Patrick Rayou ont donné leur point de vue lors d'une session de formation des formateurs REP+ organisée à l'IFÉ par le bureau de l'Education Prioritaire de la DGESCO en collaboration avec le Centre Alain Savary, lors d'une table ronde animée par Fabienne Paulin Moulard (IGEN).CLIQUE ICI POUR ACCEDER A LA RESSOURCE

PAUSE !

Tout le monde apprécie les pauses, celles et ceux qui ont une grande fatigabilité encore plus !

L'amour est un oiseau rebelle Que nul ne peut apprivoiser Et c'est bien en vain qu'on l'appelle S'il lui convient de refuser Rien n'y fait, menace ou prière L'un parle bien l'autre se tait Et c'est l'autre que je préfère Il n'a rien dit mais il me plaît L'amour (x4) L'amour est enfant de bohème Il n'a jamais jamais connu de loi Si tu ne m'aimes pas je t'aime Et si je t'aime prends garde à toi Prends garde à toi Si tu ne m'aimes pas, si tu ne m'aimes pas je t'aime Prends garde à toi Mais si je t'aime, si je t'aime prends garde à toi

Elèves (a)normaux ou (extra)ordinaires ?

"La présence d’élèves sourds dans une école ou une classe peut constituer une grande richesse pour tous les autres élèves, elle interroge l’école tout entière sur son projet. L’enseignant peut mettre en place des solidarités. [...] Dans le cadre d’un projet d’école, la découverte de la LSF au travers de sorties culturelles ou par des actions d’initiation offrira un autre regard sur la surdité, sur la différence et sur la langue et constituera un apprentissage et une ouverture à la différence."

Bibliographie - Sitographie - Ressources

CNDPScolariser les enfants sourds ou malentendants

Emmannuelle LaboritLe cri de la mouette

EduscolLes élèves en situation de handicap ou malades

ARTEL'oeil et la main