Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Depuis 2012, ce sont uniquement des coureurs français qui ont remporté l'UTMB chez les hommes. C'est plus varié chez les femmes ou une Espagnole, une Italienne, deux Françaises, une Américaine et une Britannique ont triomphé depuis 2012. Si l'on remonte à 2003 toutes catégories confondues, seuls des athlètes européens ou américains l'ont emporté, à l'exception du Népalais Dawa Sherpa.

Les demandes d'inscription ont été multipliées par 10 entre 2003 et 2019. Il y avait 711 candidats au départ lors de la première édition, contre 7850 en 2019. Un record.

Les femmes sont nettement moins nombreuses que les hommes sur l'UTMB. Elles étaient 267 sur 2561 participants en 2018, soit 10,43% des coureurs engagés.

En 2003, c'est un coureur népalais qui remportait le premier UTMB. En 2019, ce sont les athlètes élites chinois qui rêvent d'ajouter pour la première fois leur nom au palmarès. Ils seront aussi nombreux que les athlètes britanniques et italiens au départ des différentes courses de l’UTMB avec 13 athlètes élites inscrits. Seuls, la France, l'Espagne et les Etats-Unis sont mieux représentés.

En 2018, 783 partants ont abandonné en cours de route, soit un taux d'abandon de 30,57%.

La cote de performance ITRA moyenne des participants était de 542 (sur 1000) en 2018. Xavier Thevenard, le vainqueur de l'UTMB 2018, avait une cote ITRA de 903.

L'âge moyen des coureurs engagés en 2019 est de 43 ans. Un chiffre stable selon la direction de l'UTMB. Le plus vieux vainqueur, Marco Olmo en 2007, était âgé de 59 ans. Le plus jeune était Kilian Jornet, 20 ans en 2008.

Le premier vainqueur, Dawa Sherpa, avait réalisé le tour du massif du Mont-Blanc en 20h05min59s. En 2019, Xavier Thévenard a achevé la boucle en 20h44min16s. Mais le parcours mesure désormais 168km, contre 155km en 2003. Sur la version actuelle, le record appartient à François d'Haene, qui l'avait emporté en 20h11min44s en 2014. Le Français était passé sous la barre des 20 heures en 2017, mais sur un parcours amputé de plusieurs difficultés à cause de la météo. Chez les femmes, c'est l'Américaine Rory Bosio qui a été la plus rapide en terminant en 22h37min26s en 2013.

Les finishers de l'UTMB bouclent le parcours entre 40 et 42 heures en moyenne. Le délai maximal pour rallier l'arrivée est de 46 heures et 30 minutes.

Le peloton de l'UTMB est de plus en plus international. Il y avait des athlètes de 20 pays différents au départ de la première édition en 2003, contre 100 nationalités en 2018.