Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Sur le chemin de l'école inclusive...

PMS

Rôle du PMS

Plan d'intégration

Plan d'intégration


Un.e enseignant.e et une école qui proposent l’orientation vers l’enseignement spécialisé le font avec le souci de rendre service à l’élève. Elles/ils ont atteint leurs limites professionnelles et sont perdu.e.s face aux difficultés de l'élève. Pourtant, il est des solutions qui peuvent venir en aide aux enseignant.e.s, aux enfants et à leurs parents ; notamment, l’intégration scolaire.


L’intégration scolaire, définie dans le décret du 3 mars 2004, permet à l’élève d'effectuer sa scolarité dans l’enseignement ordinaire tout en bénéficiant du soutien d’une école d’enseignement spécialisé elle/il bénéficie d’une aide spécialisée supplémentaire.


Ce soutien permet aux enseignant.e.s de mettre en place des pratiques pédagogiques nouvelles et adaptées aux difficultés rencontrées par les élèves.



Des expériences d’intégration d'élèves à besoins spécifiques dans l’enseignement ordinaire ont démontré l’efficacité du système. D’année en année, le nombre d’enfants intégré.e.s est en constante augmentation.


Ce sont les élèves du type 8 (troubles des apprentissages) qui bénéficient le plus souvent du dispositif d’intégration. Ils sont suivis par les élèves des types 6 (déficiences visuelles) et 7 (déficiences auditives).


Les enseignements spécialisés de type 1 (retard mental léger) et 3 (troubles du comportement et/ou de la personnalité) représentent la part plus faible d’élèves en intégration.


Tout projet d’intégration s'établit par la collaboration entre les centres psycho-médico-sociaux (PMS), les directions des établissements des enseignements ordinaires et spécialisé concernés, l'élève et ses parents.


> Infor Jeunes Laeken peut vous aider dans ces démarches.

Contactez nous au 02 421 71 31 ou par email : Laeken@inforjeunes.eu


Qui peut bénéficier de l’intégration scolaire ?

Tous les élèves à besoins spécifiques, qu’elles/ils soient dans l’enseignement ordinaire ou dans l’un des 8 types (lien vers passage sur les différentes formes) de l’enseignement spécialisé peuvent bénéficier de l’intégration scolaire. L’intégration scolaire peut être mise en place dans tous les établissements scolaires.


Il existe plusieurs catégories d’intégration dans l’enseignement ordinaire, elle s’organisent en fonction :

  1. de la durée du projet

    1. temporaire : un ou plusieurs moments dans l’année scolaire

    2. permanente : l’année scolaire entière.

  2. du volume de cours suivis dans l’enseignement ordinaire :

    1. partielle : une partie des cours sont suivis

    2. totale : tous les cours sont suivis


Soit 4 manières d’intégrer un.e élève :

  1. Intégration permanente totale (la plus fréquente)

  2. Intégration temporaire totale

  3. Intégration permanente partielle

  4. Intégration temporaire partielle


Réorientation de l’enseignement spécialisé vers l’ordinaire

Toute demande de réorientation vers l’enseignement ordinaire doit être faite sur base d’un avis motivé non contraignant du Conseil de classe et du CPMS.

En cas d’orientation vers l’enseignement secondaire, l’élève doit également obtenir l’avis favorable du conseil d’admission de l’école d’accueil.

L’avis des parents n’est que consultatif. Ils n’ont donc pas la possibilité d’imposer la réintégration dans l’enseignement ordinaire.


> Infor Jeunes Laeken peut vous aider dans ces démarches. Contactez nous au 02 421 71 31 ou par email : Laeken@inforjeunes.eu


Sources

Les indicateurs de l’enseignement 2018 et 2011

L’enseignement spécialisé : orientation

PIA

Plan individuel d'apprentissage


Aménagement raisonnable

Aménagement raisonnable


Sur base de la législation belge anti-discrimination, tout élève en situation de handicap (physique, sensoriel, de déficience intellectuelle, avec des troubles de l'apprentissage ou du comportements, avec une maladie chronique) a droit à des aménagements raisonnables dans l'enseignement.

Un aménagement raisonnable est une mesure concrète permettant de répondre à des besoins spécifiques (dyslexie, dysorthographie, dysphasie, TDA/H, handicap mental, autisme, etc). Sa fonction est de réduire autant que possible les effets négatifs d’un environnement inadapté.


Le décret "Aménagements raisonnables" du 7 décembre 2017 impose aux écoles la mise en place d'aménagements raisonnables pour l'élève à besoins spécifiques pour autant que sa situation ne rende pas indispensable une prise en charge par l'enseignement spécialisé.

> Mieux cheminer au sein des besoins spécifiques d’apprentissage


Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme explique les aménagements raisonnables et sensibilise les enseignants à l'équité à instaurer dans le milieu scolaire afin d'assurer la mise en place d'un enseignement inclusif de qualité.

> À l’école de ton choix avec un handicap: les aménagements raisonnables dans l’enseignement

> Vers un système d’éducation inclusif en Belgique


Article de la RTBF publié le 03/02/21

Vidéo sur les aménagements raisonnables

DEMANDERAIS-TU À UN MYOPE D'ENLEVER SES LUNETTES?



TÉMOIGNAGE DE MYRIAME

ÉTUDIANTE DYSPHASIQUE



INTERVIEW DE Sébastien Schetgen

Inspecteur de la santé à la ville de Bruxelles



Enquête 2019 Aménagements raisonnables
La FAPEO mène une enquête sur la mise en œuvre des aménagements raisonnables, du point de vue de l’élève, du parent et de celui de l’enseignant.

Vos avis et expériences les intéressent. Cliquer ici.


Sources:

http://www.enseignement.be/index.php?page=27781

DYS

DYS
Par "dys" on entend les troubles de l'apprentissages tels que la dyslexie, dyspraxie, dysorthographie, dysphasie, dyscalculie, etc.


Ces troubles sont très nombreux. Par classe, on retrouve en moyenne un.e "dys" et un.e TDA/H (trouble de l'attention et/ou hyperactivité).



Le parcours des personnes à besoins spécifiques n’est pas un long fleuve tranquille. Elles/ils ont donc développé des aptitudes particulières pour compenser et s’adapter. Par exemple : la créativité, la persévérance, l'intelligence émotionnelle, une excellente mémoire, etc.


> Les aptitudes particulières des personnes avec handicap mentale léger, autisme et des "dys".


> Découvre d’autres célébrités à besoins spécifiques ici.


*** On t'explique ici ce que veulent dire "besoins spécifiques", "aménagements raisonnables", "dys", etc. > Consulte le lexique.

Inégalité

Relégation

Inégalité et relégation



INTERVIEW DE JEAN-PIERRE COENEN

PRÉSIDENT DE LA LIGUE DES DROITS DE L'ENFANT



À ce sujet, lire :

"Le spécialisé en Communauté française, un enseignement spécial ... pour les pauvres" de l'Observatoire belge des inégalités.



> Inégalités et discriminations aussi dans le monde du travail

inadéquate

Orientation

des
Parents

Place des parents


Rôle du PMS


Enquête 2019 "Aménagements raisonnables"
La FAPEO mène une enquête sur la mise en œuvre des aménagements raisonnables, du point de vue de l’élève, du parent et de l’enseignant.

Vos avis et expériences les intéressent. Cliquer ici.

Place

Place des parents


Rôle du PMS

En Bref...

En Bref... L'école inclusive, Marie-Dounia vous dit tout



Droit scolaire, mensonges et vidéos : l'enseignement spécialisé


Liens utiles

Liens utiles
Pour plus d'informations nous vous conseillons de visiter les différents liens ci-dessous :

Université

École

Haute

Enseig

nement

Spécialisé

DYS

TÉMOIGNAGE DE MYRIAM

ÉTUDIANTE DYSPHASIQUE



Rôle du PMS

En Bref... L'école inclusive, Marie-Dounia vous dit tout



Droit scolaire, mensonges et vidéos : l'enseignement spécialisé


Plan d'intégration



Plan individuel d'apprentissage


Aménagements raisonnables




Inégalité relégation

Avec le soutient de



Nous remercions chaleureusement l'ensemble

des intervenants qui ont participé à ce webdoc.


www.inforjeunes.eu


Designed by Charlotte Cammaerts

Thanks to Mel Rodicq Creative

Thanks to Freepik,Sketchepedia, Creativetoons, Brgfx

Haute école et Université


Inscription

Au moment de l'inscription, chaque établissement d'enseignement supérieur prend les dispositions nécessaires pour informer les étudiants des modalités prévues en faveur d'un enseignement supérieur inclusif. Les informations sur les aménagements raisonnables sont portées à la connaissance des étudiants.


Ils sont mentionnés dans le règlement des études de chaque établissement d'enseignement supérieur et sur son site internet dès le mois de mai qui précède l'année académique concernée.


Les établissements d'enseignement supérieur inscrivent les étudiants bénéficiaires au même titre que les autres étudiants et mettent en oeuvre les aménagements raisonnables et nécessaires à leur situation dans l'organisation, le déroulement et l'accompagnement de leurs études, y compris des stages et des activités d'intégration professionnelle.


Démarches

L'étudiant qui souhaite bénéficier des dispositions du présent décret en fait la demande auprès du service d'accueil et d'accompagnement. Il fournit tout document probant, notamment :

1° soit la décision d'un organisme public chargé de l'intégration des personnes en situation de handicap,

2° soit un rapport circonstancié datant de moins d'un an au moment de la demande et établi par un spécialiste dans le domaine médical ou par une équipe pluridisciplinaire .


Changement d'école

En cas de changement d'établissement d'enseignement supérieur en cours d'année académique, les documents restent valables et sont transmis au nouvel établissement d'enseignement supérieur.

Place des parents


Rôle du PMS

Place des parents



Rôle du PMS


Enquête 2019 : "Aménagements raisonnables"
La FAPEO mène une enquête sur la mise en œuvre des aménagements raisonnables, du point de vue de l’élève, du parent et de l’enseignant.

Vos avis et expériences les intéressent. Cliquer ici.

En Bref... L'école inclusive, Marie-Dounia vous dit tout



Droit scolaire, mensonges et vidéos : l'enseignement spécialisé


Liens utiles
Pour plus d'informations nous vous conseillons de visiter les différents liens ci-dessous :

Réorientation vers l'ordinaire


La réorientation d'un élève de l'enseignement spécialisé vers l'enseignement ordinaire reste trop rare.


Elles est toutefois possible, comme le montre le témoignage de Myriam.


Toute demande de réorientation vers l’enseignement ordinaire doit être faite sur base d’un avis motivé non contraignant du Conseil de classe et du CPMS.


En cas d’orientation vers l’enseignement secondaire, l’élève doit également obtenir l’avis favorable du conseil d’admission de l’école d’accueil.


L’avis des parents n’est que consultatif. Elles/ils n’ont donc pas la possibilité d’imposer la réintégration dans l’enseignement ordinaire.


> Infor Jeunes Laeken peut vous aider dans ces démarches. Contactez nous au 02 421 71 31 ou par email : Laeken@inforjeunes.eu



TÉMOIGNAGE DE MYRIAME

ÉTUDIANTE DYSPHASIQUE





Enseignement Spécialisé


L'enseignement spécialisé est destiné aux enfants et aux adolescents qui, sur la base d'un examen multidisciplinaire, doivent bénéficier d'un enseignement adapté en raison de leurs besoins spécifiques et de leurs possibilités pédagogiques.


Il est organisé sur la base de la nature et de l'importance des besoins éducatifs et des possibilités des élèves et assure le développement de toutes leurs aptitudes tout en les préparant, selon les cas :

1. à l'intégration dans un milieu de vie ou de travail adapté;

2. à l'exercice de métiers ou de professions compatibles avec leur handicap qui rende possible leur intégration dans un milieu de vie et de travail ordinaire;

3. à la poursuite des études jusqu'au terme de l'enseignement secondaire supérieur tout en offrant des possibilités de vie active.


Tableau extrait des "Indicateurs de l'enseignement 2018" cliquer ici pour y accéder



Interview de Jean-Pierre Coenen

Président de la Ligue des Droits de l'Enfant



TÉMOIGNAGE DE MYRIAM

ÉTUDIANTE DYSPHASIQUE



Les différents types et formes de l'ENSEIGNEMENT spécialisé

Type 1 : Retard mental léger

Type 2 : Retard mental modéré ou sévère

Type 3 : Troubles du comportement et/ou de la personnalité

Type 4 : Déficience physique

Type 5 : Maladie ou convalescence

Type 6 : Déficiences visuelles

Type 7 : Déficiences auditives

Type 8 : Troubles des apprentissages


Forme 1 : Enseignement secondaire spécialisé d’adaptation sociale

Forme 2 : Enseignement secondaire spécialisé d’adaptation sociale et professionnelle

Forme 3 : Enseignement secondaire professionnel spécialisé

Forme 4 : Enseignement secondaire général, technique, artistique et professionnel de transition ou de qualification


> Après l'enseignement spécialisé

Orientation inadéquate


De nombreux services d’aide aux familles (S.A.S., écoles de devoirs, cohésions sociales, etc.) sont interpellés par le fait qu’un très grand nombre d’enfants issus de familles modestes sont orienté.e.s vers l’enseignement spécialisé alors qu’elles/ils ne sont porteuse.eur.s d’aucun handicap.


> Qu'est-ce que l'enseignement spécialisé ?


Il existe pourtant des solutions pour éviter ces orientations et permettre aux élèves de progresser tout en restant dans leur école.



Rares retours vers l'ENSEIGNEMENT ordinaire

Les orientations vers l’enseignement spécialisé permettent rarement à l’élève de réintégrer l’enseignement général ordinaire.


Selon le type (1, 2, 3 ou 8), seulement 1 à 8 % des élèves obtiennent leur CEB - Certificat d'Étude de Base et parviennent à entrer en 1ère C (commune) de l’enseignement général secondaire, tandis que 20 à 52% doivent se contenter de la 1ère D (différenciée).


Les 39 à 72 % d’élèves restants sont orientés vers l’enseignement secondaire spécialisé. Ceux-ci, qui avaient été orientés en raison de leur milieu social modeste, se retrouvent intégrés dans des types d’enseignement destinés exclusivement à des enfants porteurs de handicaps, alors qu’ils n’y ont pas leur place.


L'enseignement spécialisé ne permet pas d'accéder au CESS (Certificat d’Enseignement Secondaire Supérieur) sauf très exceptionnellement dans certaines formes.


Conditions d’orientation et types d’enseignement spécialisé

Pour inscrire un.e enfant dans les types 1, 2, 3, 4 ou 8 de l'enseignement spécialisé, il est nécessaire que le CPMS (ou un service d’orientation scolaire et professionnelle) établisse un rapport motivant une telle orientation.


Pour le type 5 (maladie ou convalescence), ce rapport doit être établi par un.e pédiatre.


Pour les types 6 (déficience visuelle) et 7 (déficience auditive), ce sont respectivement un.e spécialiste en ophtalmologie ou en oto-rhino-laryngologie qui doivent établir le rapport.


Ce sont les parents qui prennent la décision finale. Ils peuvent marquer leur accord à cette inscription, ou s’y opposer.


> Infor Jeunes Laeken peut vous aider dans ces démarches.

Contactez-nous au 02 421 71 31 ou par email : Laeken@inforjeunes.eu



Abus et discriminations envers les enfants de famille modeste


L’orientation vers les types 1, 2, 3 et 8 dépend essentiellement du niveau socio-économique du quartier de résidence des élèves. Plus le quartier est modeste, plus les enfants sont orienté.e.s vers l’enseignement spécialisé et ce, dès le début du parcours scolaire. Cela perdure tout au long de la scolarité.


Les critères qui déterminent ces orientations confondent « troubles d’apprentissage » et « difficultés scolaires liées à un milieu socioculturel modeste ». L’orientation vers l’enseignement spécialisé est alors considérée comme une remédiation, ce qui relève pourtant de l’enseignement ordinaire.


Il faut éviter ces orientations non justifiées par des troubles instrumentaux et/ou des troubles d’apprentissage.


À ce sujet, lire :

"Le spécialisé en Communauté française, un enseignement spécial ... pour les pauvres" de l'Observatoire belge des inégalités.


L’accord des parents est indispensable pour l’orientation vers l’enseignement spécialisé. Ils peuvent s’y opposer ! Cependant, il est important de ne pas laisser les parents seuls face à cette décision. Ils doivent pouvoir trouver de l’aide et se faire conseiller.

> Infor Jeunes Laeken peut aussi vous aider dans ces démarches.

Contactez-nous au 02 421 71 31 ou par email : Laeken@inforjeunes.eu


Du type 8 en primaire vers le type 1 en secondaire, une absurdité

La majorité des enfants du type 8 (troubles de l’apprentissage : dyslexie, dyspraxie, troubles de l’attention, etc.) ont besoin de plusieurs années de rééducation et ce, bien au-delà de leurs études primaires. Il est donc important que l’enseignement spécialisé de type 8 continue en secondaire.



Après le type 8

L’enseignement spécialisé de type 8 vise la réintégration des élèves dans l’enseignement ordinaire, raison pour laquelle le type 8 n'est pas organisé en secondaire. Pourtant, moins de 60% des élèves qui fréquentaient le type 8 en 6e primaire entament leur 1ère année secondaire dans l’enseignement ordinaire, presque toujours en 1ère différenciée. Les autres sont majoritairement orientés vers l'enseignement spécialisé secondaire de type 1, correspondant au handicap mental léger.


Le type 8 en secondaire ...

Depuis septembre 2019, le type 8 est prolongé au 1er degré de l'enseignement secondaire pour les élèves qui y étaient inscrits en primaire.


Sources

L’enseignement spécialisé : orientation

Les indicateurs de l’enseignement 2018 et 2011

L’enseignement spécialisé : orientation

PISTES D'ACTIONS ET PROPOSITIONS POLITIQUES


NOS RECOMMANDATIONS À L’ATTENTION DES POLITIQUES

De par son travail avec les jeunes et leurs familles, Infor Jeunes Laeken occupe une position privilégiée et transversale en matière d’écoute, d’observation, d’aide et d’intervention qui l’amène à faire certaines recommandations pratiques et politiques sur la transition école-emploi.

En effet, dans notre travail au quotidien, nous suivons des familles qui sollicitent des aménagements raisonnables auprès des écoles. Cette expérience spécifique contient un ensemble de « bonnes pratiques » qui, selon nous, peuvent être transférables dans le domaine de l’emploi.

En outre, précisons aussi que nos permanents réalisent quotidiennement un traitement de l’information pratique et juridique dans ce type de problématique, une aide à la rédaction de CV avec le public, ainsi que des simulations d’entretiens d’embauche.

Enfin, Infor Jeunes Laeken entend continuer à œuvrer en matière de transition école-emploi et, en conséquence, dans le champ des besoins spécifiques et des aménagements raisonnables. À ce titre, nous souhaiterions pouvoir bénéficier de la part des pouvoirs publics de moyens à la hauteur des efforts déployés pour ce projet.

Nos recommandations sont donc les suivantes :


École

  • Au moment de l’inscription dans un établissement scolaire : rendre obligatoire et systématique pour l’école la question des besoins spécifiques et des aménagements raisonnables dans la procédure d’inscription. Il s’agit donc d’inverser la logique qui prévaut actuellement et qui laisse la demande d’aménagements à l’initiative des parents.


  • En finir avec l’orientation d’enfants vers des types de l’enseignement spécialisé qui ne leur conviennent pas, conformément aux objectifs du Pacte d’Excellence qui prévoit notamment que +/- 7000 enfants du type 8 soient réintégrés dans l’enseignement ordinaire moyennant le bénéfice d’aménagements raisonnables.
    NB : L’enseignement spécialisé compte +/- 37000 élèves dont 40% dans le type 8. On observe une surreprésentation des enfants issus des milieux populaires dans les 8 types qui structurent l’enseignement spécialisé.
    Lire : « L’enseignement spécialisé en Communauté française, un enseignement pour les pauvres » A. Romainville, Géographe, professeure à l’ULB


  • Mieux faire connaître les aménagements raisonnables par la mise en place de campagnes d’information et de sensibilisation, ainsi que par le soutien des élèves et de leurs familles en dialogue avec l’école.


  • Faire appliquer la règle qui veut que l’on tente d’abord les aménagements raisonnables avant d’orienter le jeune vers le spécialisé, ce qui suppose aussi un changement des mentalités des acteurs du système.


  • Instaurer le type 8 en secondaire pour éviter l’orientation vers d’autres types qui ne leur conviennent pas.


  • Créer un type spécifique pour les enfants porteurs de troubles autistiques.


  • Informer clairement les parents sur les conséquences de l’orientation vers le spécialisé, ainsi que sur les alternatives existantes (aménagements raisonnables, intégration, etc.).


  • Insérer dans le programme de la formation initiale des enseignants (Hautes Ecoles, universités, CAP, etc.) de l’orthopédagogie, ainsi que la formation aux besoins spécifiques et aux aménagements raisonnables.


  • Inclure cette problématique dans la formation continue des enseignants et des directions d’école.


  • Visibiliser davantage l’information existante sur la problématique.


  • Rendre publique et transparente l’évaluation qui démarrera cette année sur l’implémentation des aménagements raisonnables.


Transition

  • Appliquer le projet Transition 2020 dans toutes les écoles spécialisées et pour tou.te.s les élèves


  • Mettre en route un projet de transition pour les jeunes ayant besoin d’aménagements raisonnables dans l’enseignement ordinaire.