Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

En 1555, l'éditeur Jean de Tournes publie à Lyon les Sonnets de Louise Labé.En 2018, les lycéen.nes i-voix en découvrent à Brest le manuscrit original. Les variantes sont particulièrement intéressantes : aucun des vers inconnus qui y figurent ne comprend la lettre E. Révélation : comme le démontrent ces décasyllabes lipogrammatiques, Louise Labé doit bel et bien être considérée comme la fondatrice de l'OuLiPo !Voici par exemple, retranscrits et annotés par Maria et Enora, les vers sans E originaux du sonnet 24.

Nous avons changé le mot "temps consumé" en "futur tari" parce que cette tournure évoque le temps qui passe, ce qui provoque un sentiment d'amertume et de solitude.

Nous avons également changé la tournure "en pleurant" en "sanglotant" puisque celui-ci connotait quand même un chagrin, mais l'image d'une larme ruisselant sur une joue était toujours présente.

Louise Labé avait tout d'abord écrit ce vers en utilisant "mille" mais nous avons préféré remplacer ce mot par "si longs". Tout d'abord, car cela faisait plus poétique, cela montrait bien l'unité de grandeur et en employant ces mots, nous respections la contrainte des syllabes qui était de diviser le vers en deux parties : une de quatre syllabes et une de six.

Ensuite, nous avons changé les mots "mille douleurs mordantes" qu'avait employé l'autrice par "lourd chagrins infini" puisque cela correspondait a la rime employée dans ces 2 vers mais aussi puisque cela imprégnait bien l'idée de douleur mais aussi de peine.