Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

GARGANTUA

Gargantua, second roman éponyme de François Rabelais, raconte la naissance puis la vie d’un géant. Il s'agit en fait du père de Pantagruel, héros du premier roman, éponyme également, de François Rabelais.

La naissance de Gargantua fut pour le moins étonnante puisqu'il sorti de l’oreille de sa mère Gargamelle lors d’un festin en hurlant cette phrase : “A boire ! A boire ! ” Grandgousier, voyant son fils pour la première fois prononça les mots suivants “Que grand tu as!” décrivant ainsi sa gorge et et lui donnant par la même occasion son nom : Gargantua.

Un jour que ses parents revenaient chez eux après une longue absence, Gargantua annonça à son père une découverte qu’il avait faite : il venait d'inventer un "torche-cul" d'une grande douceur. C’est ainsi que Grandgousier considéra les qualités intellectuelles dont était doté son fils. Grandgousier décida alors de le placer auprès de différents précepteurs pour lui donner une solide éducation.


De retour chez lui après ses études à Paris, Gargantua découvrit que le royaume de son père était en guerre contre le royaume voisin parce que ce dernier les avait privés de "fouaces" en refusant de leur en vendre. Il était rentré juste à temps pour lui porter secours à son peuple qui grâce à lui gagna la guerre.


La dernière partie du roman est consacrée aux récompenses attribuées aux soldats ayant réalisé des prouesses lors des batailles.


Ponocrates est le précepteur qui s’occupera de l’éducation du jeune Gargantua lors de son séjour à Paris. Il s’agit d’un homme qui prône une éducation humaniste et qui est à l’écoute de son élève. Pour commencer, il observe la manière de vivre de Gargantua. Cela montre l’attention qu’il lui porte et lui permet d’adapter son enseignement et de lui inculquer les valeurs humanistes.


Rabelais nous présente un personnage qui prend du temps pour bien expliquer et s’assurer ainsi de la bonne compréhension de son élève. Il prend ainsi le temps de converser avec Gargantua pour qu’il puisse bien assimiler toutes les connaissances qu”il accompagne d’exemples. Avec Ponocrates, toutes les heures de la journée sont l’occasion de revenir sur certains points de leçon. Par exemple, les trajets journaliers, les repas et autres moment de la journée s’accompagne d’échanges diverses et variés.


De plus, Ponocrates pratique des activités sportives aux côtés de Gargantua; il lui montre les bienfaits ainsi du sport sur la santé et l'entretien du corps. Cette pédagogie illustre le principe humaniste “un esprit sain dans un corps sain”.

L'objet le plus emblématique du roman est selon moi l'habit que l’on attribua au jeune Gargantua. Il présente certaines valeurs symboliques à ne pas négliger. Bien entendu on pourrait noter sa taille et les ressources matérielles nécessaires à sa création mais ce qui marque le plus à ce sujet, ce qui se trouve être le plus allégorique sont les couleurs que Grandgousier a souhaité lui donner : le blanc et la bleu.


L’auteur, dans le texte, fait un aparté au sujet des couleurs, expliquant ce qu’elles représentent et quelles sont leur origine et histoire. Tout un passage est consacré à la symbolique des couleurs. Le blanc est la celle qui pour Grandgousier signifie la joie, la plaisir, la réjouissance ; et quant au bleu, il rappelle les "choses célestes". Rabelais fait donc tout un détour au chapitre neuf dans lequel il insère un livre intitulé “Le blason des couleurs”. C’est un chapitre particulièrement intéressant et instructif sur la symbolique associée aux couleurs.


L’abbaye de Thélème est un lieu important :C’est un espace tout à fait différent d’une abbaye comme on l’entend en général. C’est un lieu somptueux ayant été créer pour remercier un moine, Frère Jean, ayant combattu au cours de la guerre Picrocholine opposant le royaume de Grandgousier au royaume de Picrochole. Dans ce lieu règne la liberté de l’individu : chacun choisit son activité selon son bon plaisir. On y profite d'une vie harmonieuse en communauté où la culture a une place importante, et surtout où le bonheur est une priorité.


Ce lieu apparaît comme contraire à une véritable abbaye, endroit où règne le silence, puisque c’est un lieu où la parole est autorisée. De plus, l'abbaye n'est plus réservée aux hommes, c'est un domaine mixte où se retrouvent des femmes et des hommes.. Une autre différence importante avec l'abbaye "classique" est que la pauvreté n'y est pas présente et que les habitants ne sont pas cloîtrés. Ils pourront sortir au bout de quelques années : la liberté est mot d'ordre. L'abbaye de Thélème est une utopie. L’organisation de la vie est idyllique, elle ne présente aucun défaut ni aucun vice.

La Joconde a été peinte entre 1503 et 1507 par Léonard de Vinci. C’est un tableau caractéristique de la Renaissance et de l’Humanisme, celle-ci ayant été révolutionnée à cette période par les éléments suivants :


  • Le personnage traduit des émotions : Mona-Lisa est représentée de trois quart, on voit l’intégralité de son buste et les traits de son visages tracent le tout premier sourire visible sur en peinture.
  • Le décor est dorénavant travaillé, on pourra y voir par exemples des paysages et non plus un fond noir uniforme. Dans le tableau de De Vinci, on note la présence d'un décors composé d'un chemin, de montagnes et d'un lac.
  • Ce tableau rempli donc les critères de nouveauté caractéristique de la renaissance du mouvement artistique de l’humanisme.


On peut associer ce tableau au roman Gargantua de François Rabelais puisque lui aussi comporte des éléments se référant directement au mouvement humaniste. On note par exemple l'éducation que Ponocrates offre à Gargantua, il s'agit d'une éducation purement humaniste.

La lecture du roman de Rabelais, intitulé Gargantua, apporte certaines précisions sur le mouvement qu'est l'humanisme. Il illustre par des cas concrets ce que l'on entend dans la définition théorique du mot humanisme. Le mouvement humaniste prône la diffusion de la connaissance, le roman de Rabelais illustre la diffusion de la connaissance avec le personnage de Ponocrates qui instruit Gargantua et avec tous les jeunes habitants de l'abbaye de Thélème qui savent parler de nombreuses langues pour composer de la poésie en vers et en prose.


La lecture du roman nous fait aussi prendre conscience non seulement des nombreuses connaissances mais aussi du nombre de sujets qui sont étudiés : les mathématiques, l'astronomie, la lecture, la compréhension de la bible ... C'est une quantité de connaissances incroyable que Rabelais nous présente au cours de son roman et que le mouvement humaniste a essayé de développer au XVIème siècle.