Want to make creations as awesome as this one?

No description

Transcript

Kévin BRESSANLor'fm, à ThionvilleMai à juillet 2017Missions et retour d'expérience :« J’ai effectué mon stage au sein de la rédaction Lor’Fm en tant que journaliste, rédacteur et présentateur. Lor’Fm est la première radio indépendante de Lorraine, avec plus de 100 000 auditeurs par jour. Je réalisais quotidiennement des articles (5 en moyenne) sur l’actualité, aussi bien locale, régionale et internationale. J’ai suivi une formation très régulière pour la rédaction de flashs et la mise en voix des textes. J’ai réalisé des reportages, interviews radio sur le terrain ou en studio afin d’en extraire 50 secondes maximum, pour les diffuser à l’antenne. Mes sujets étaient variés (culture, politique, économie, actualité, société…). Après chaque entrevue, j’ai écrit un article sur le site internet Lor’Fm avec l’ensemble du podcast de l’interview, une ou des photos pour illustrer les propos. J’ai aussi effectué des reportages vidéo sur le terrain : le montage final est diffusé sur la page Facebook de la radio avec un format compris entre 30 secondes et 2 minutes 30 maximum. J’ai participé à des directs d’événements : Tour de France, opération de police, Grottes de Han… Les 2 dernières semaines, j’ai rédigé et présenté des informations en direct à l’antenne en 2 minutes. J’écrivais mes propres flashs en l’espace d’une heure : cinq à six brèves de base et deux autres supplémentaires, pour ne pas avoir la même chose à chaque fois. Je présentais aussi parfois la météo.»Allez donc voir :Écoutez : l'ex-directeur directeur de thèse de Farid Ikken nous livre son témoignageVidéo Facebook : Sur la "magnifique Grotte de Han"

Moran Kerinec Lyon Capitale, à LyonAvril à mai 2017Missions et retour d'expérience :« J’ai principalement réalisé des reportages (société, politique) et des enquêtes (société, consommation). J’ai aussi écrit des brèves (5 à 7 par semaine) et fait des live-tweet d’événements importants. J’ai particulièrement amélioré mes capacités de journaliste d’investigation. Travailler aux côtés de professionnels chevronnés qui pratiquent ce genre depuis des années, pouvoir recevoir leurs conseils, voire tout simplement les observer mener l’enquête sur des questions très sensibles (religieuses, d’argent, d’emplois fictifs, de luttes politiques) fut extrêmement formateur. La liberté de pouvoir prendre le temps de creuser un sujet pendant plusieurs semaines est une chance rare. Quant au procès en diffamation qu’a provoqué une de mes enquêtes, pouvoir voir son travail taillé en morceaux par un avocat adverse au tribunal est une expérience qui vaut la peine d’être vécue.» À noter que Moran a remporté son procès !Allez donc lire :Soirée électorale : l’extrême gauche joue à cache-cache avec la policeDécines : le bureau de vote dans un lieu lié au gouvernement turc ?VPC : ces sociétés qui profitent de la crédulité des personnes âgées

Marine SCHNEIDERFrance 3 Lorraine, à NancyMaià août 2017Missions et retour d'expérience :«Je m’attendais à un stage très sédentaire où j’allais écrire des articles toute la journée avec les informations des collègues JRI. Finalement, j’ai fait pas mal de terrain et ça m’a conforté dans mon besoin de rencontrer des gens, plutôt que de s’enterrer dans un bureau. J’étais rédactrice web, mais aussicommunity manageretphotographe. J’ai aussi remplacé le rédacteur en chef adjoint au web pendant ses congés. J’ai su gérer une équipe de journalistes dédiée au web et aussi les rédacteurs TV qui effectuaient des remplacementsponctuels au web. J’ai fait le choix éditorial des articles chaque jour pendant six semaines. J’ai aussi transmis mon savoir aux rédacteurs TV, notamment sur les notions de traitement d’images, de code ou même d’environnement journalistique sur Internet.Sinon, j’ai aussi pu faire des rencontres de photographes pro avec lesquels j’ai travaillé pendant les événements locaux. Nous sommes devenus amis, nous sommes d’ailleurs partis shooter des festivals de musique ensemble. Et on continue. Ça me donne envie de monter ma propre boîte de photo.»Allez donc lire :Affaire Grégory : l'essentiel en 4 pointsElie GUCKERTRCF Lorraine Nancy, à NancyDe mi-mai au 11 juin 2017Missions et retour d'expérience :« Passer de la théorie (l’université) à la pratique (l’entreprise) peut s’apparenter à tenter de traverser un mur de briques rouges à 200 à l’heure tout en essayant de rester en vie. Je suis toujours là pour en parler donc c’est que ça s’est bien passé ! J’ai réalisé les tâches d’un journaliste radio : proposer des sujets, s’en emparer (ou voir tes collègues te les prendre), les préparer, passer des coups de fil, trouver des contacts. Puis partir sur le terrain avec un micro, recueillir les témoignages, revenir à la rédaction, monter son sujet, le mettre en forme, écrire les lancements et les pieds, rédiger des brèves et enfin dormir. En pleines législatives, j’ai pu interviewer les principaux candidats de Meurthe-et-Moselle. J’ai réussi à en coincer une et une autre fois c’est moi qui me suis fait coincer. C’est le jeu ! »

Élodie POTENTELa Dépêche du midi(service web), à ToulouseJuillet à fin septembre 2017Missions et retour d'expérience :«J’ai rédigé des articles d’actualités et fait du community management. C'était bien de découvrir ce qu'est un desk local, ça m'a beaucoup apporté : déjà découvrir comment fonctionne un groupe comme la dépêche, sachant que le desk gère tous les articles en web first de tous les départements, et trouver des idées de sujets web. Ça m'a fait découvrir le métier de community manager sur une page avec 50 000 abonnés, c'était donc un challenge.»Allez donc lire :Quatre Tarnais racontent : «À Cambrils, la peur de notre vie»

Lucas HueberL'Est Éclair, à Troyes15 mai au 6 août 2017Missions et retour d'expérience : « À Troyes, l’ancrage local est très marqué, mis en avant et revendiqué, que cela soit par les journalistes ou la rédaction, qui met un point d’honneur à toujours faire passer le local avant tout. Si la déclinaison de sujets nationaux à l’échelle départementale est mise en avant, cela passe aussi par le fait de retrouver les informations générales (nationales et internationales) à la fin du journal. En arrivant au mois de mai, je ne m’attendais pas à voir une telle importance du local par rapport au régional. Mais cette configuration est en fait « normale », dans un département où le journal local fait office de seul fournisseur d’actualité (outre deux stations de radio et une télévision locale). De plus, avec 300 000 habitants, le département est essentiellement rural et est attaché à son journal, chose que j’ai pu constater durant mes reportages sur le terrain. L’une de mes principales surprises a été de trouver une équipe relativement jeune dans la rédaction, portée sur les réseaux sociaux, loin d’y être réfractaire, ce qui n’est pas le cas dans tous les titres de PQR.»Allez donc lire :Shawn James : «Troyes est une ville que j’adore !»Un week-end au festival en Othe...La rue Mitantier soigne ses brûluresAnalyses alimentaires et autopsie

Estelle LÉVÊQUEÉdition du soir(Ouest-France), à RennesJuillet à août 2017Missions et retour d'expérience :« Je suis plutôt satisfaite de ce stage car j'ai pu écrire sur plusieurs sujets différents (santé, société, nutrition, économie...). Mais le fait d'écrire des papiers (desk) pour un site comme l'Édition du Soir implique de ne pas se déplacer en reportage sur le terrain. J'avais entre 1 et 3 articles à écrire par jour. Je devais aussi réaliser du "teasing" sur les réseaux sociaux, à savoir préparer les publications sur le site deOuestfrance.fret sur Facebook.»Allez donc lire:Pourquoi le prix du thé de Darjeeling va flamberPourquoi Macron se bat tant pour les JO ?Ce petit garçon voulait être princesse à DisneylandMargot RidonJactiv(Ouest-France), à RennesMi-mai à août 2017Missions et retour d'expérience :Écriture d'articles (desk), productions de vidéos et "mises en ligne" (sélection d'articles repris depuis Ouest-France)« J’avais beaucoup d’attentes pour ce stage car c’était le premier que je faisais au sein d’une rédaction connue à l’échelle régionale. Je pensais que j’allais écrire sur des sujets variés liés aux étudiants mais la plupart des articles étaient des actualités reprises sur d’autres sites d’informations qui étaient susceptibles de faire du clic. Les deux journalistes qui m’ont encadrée pendant mon stage m’ont appris à mieux organiser mes articles grâce à leurs relectures systématiques. Ce stage était décevant du point de vue des contenus que j’ai produit car les plus intéressants étaient souvent donnés aux journalistes titulaires plutôt qu’aux stagiaires. Cependant, ce stage m’a permis de découvrir de nouveaux logiciels et d’améliorer ma veille informationnelle. Je proposais également quotidiennement des sujets étudiants, réseaux sociaux, applications et magazines. Enfin, j’ai réalisé des vidéos sur la plateforme Wibbitz pour enrichir des articles. »Allez donc lire:Cybersécurité. Quelques conseils pour protéger ses donnéesBillets de festival. Comment peut-on éviter les arnaques ?Clément et Nora ont fait un tour du monde en cinq mois

Camille GilletLa Dépêche du midi, à AlbiJuin 2017Missions et retour d'expérience :«Je réalisais des articles pour le print sur l'actualité locale et quelques vidéos. Ce stage s'est très bien passé, l'équipe m'a très bien intégrée et j'étais considérée comme une journaliste et pas comme une stagiaire, j'ai donc pu beaucoup progresser.»

Elie GUCKERTFrance Bleu LorraineNord, à MetzJuin 2017Missions et retour d'expérience :« La grande leçon de mes stages de première année c’est qu’on apprendra toujours plus en faisant sur le terrain, surtout dans ce métier qu’est le journalisme. La radio notamment est un média assez spécifique avec des méthodologies peut être moins gravées dans le marbre que celles de la presse écrite. J’ai réalisé les tâches d’un journaliste radio : préparer la conférence de rédaction, proposer des sujets, s’en emparer (ou voir tes collègues te les prendre), les préparer, passer des coups de fil, trouver des contacts. Puis partir sur le terrain avec un micro, recueillir les témoignages, revenir à la rédaction, monter son sujet, le mettre en forme, écrire les lancements et les pieds, rédiger des brèves, et enfin dormir. France Bleu jouit du statut de quasi-institution auprès des citoyens grâce à son fort ancrage local. J’ai particulièrement apprécié réaliser un reportage sur une exposition du FRAC. J’avais suivi la commissaire dans les allées de l’expo et je l’avais laissé tout m’expliquer. Le son final a pris la forme d’un tout sonore (reportage avec seulement des sons pris sur place) où l’on entendait sa voix entrecoupée de quelques sons d’ambiance et d’œuvres bizarroïdes. C’était un vrai sketch. Les collègues avait trouvé ça drôle sans même que j’ai besoin d’expliquer quoi que ce soit. Le sujet parlait de lui-même, donc j’étais très content.»

Uranie TosicMirabelle TV, à WoippyAvril à juillet 2017Missions et retour d'expérience :« Au départ j'avais beaucoup d'appréhensions, mais dès la première semaine j'ai été très bien intégrée : à la fois au sein de l'équipe qui me voyait comme une collègue et à la fois dans le travail de la chaîne où je devais rendre le travail dans les mêmes conditions que les autres.Je faisais le métier de Journaliste Reporter d'Images (JRI) : tournage, montage, mixage de la voix etc…L'ambiance était géniale et j'ai vraiment adoré y être, je ne voyais pas le temps passer, c'était une expérience très enrichissante. Je réalisais de nombreux reportages pour le journal du soir et j'ai également participé aux soirées électorales pour recueillir les données et les transmettre aux infographistes.»Allez donc voir :Portrait sur la venue du photo reporter Reza à l'Arsenal