Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

18 février

Pour le pape,Trump n'est pas chrétien

Trump invite Moscouà espionner Clinton

27 juillet

31 juillet

Polémique avec le père d'un soldat musulman

27 juillet

Des électeurs «pitoyables»

11 septembre

Un malaise et des questions sur sa santé

Une campagne américaine marquée par une succession de scandales et rebondissements

31 juillet

Polémique avec le père d'un soldat musulman

L'affaire des e-mails resurgit

28 octobre

ELECTION DAY8 novembre

Le Washington Post publie une vidéo dans laquelle le candidat républicain tient des propos dégradants envers les femmes et se vante de "tout pouvoir leur faire" car il est "une star"."Des plaisanteries de vestiaire", se défend le milliardaire. Mais dans la foulée, des ténors du parti républicain lui retirent leur soutien et une dizaine de femmes l’accusent d’attouchements sexuels.»Donald Trump embarrassé par d'anciens propos sexistes

À J-11 du vote, le patron du FBI James Comey crée la surprise en annonçant qu’il rouvre cette enquête pourtant classée en juillet 2016. En cause, la découverte de nouveaux messages potentiellement "pertinents", sans autre précision.Donald Trump évoque "le plus grand scandale politique depuis le Watergate".Pour Hillary Clinton, "le dossier est vide". "Je ne cherche pas d'excuses, c'est une erreur et je le regrette", ajoute-t-elle.»Présidentielle américaine: Hillary Clinton rattrapée par l'affaire des emails

"Une personne qui veut construire des murs et non des ponts n'est pas chrétienne", critique sans détour le Pape François.Furieux, Donald Trump juge "honteux" qu'"un leader religieux mette en doute la foi d'une personne".L'incident diplomatique est rare : jamais un pape ne s'était immiscé ainsi dans la campagne américaine, et jamais un candidat ne s'en était pris au souverain pontife si violemment.»Donald Trump «pas chrétien»: la réponse du candidat républicain au Papel

Hillary Clinton, qui vient de quitter la cérémonie d'anniversaire du 11-septembre à New York, chancelle puis perd l'équilibre avant que des membres de son équipe ne la rattrapent.Le malaise contraint la candidate à révéler plus d'informations sur son état de santé.Depuis son hospitalisation en 2012 pour traiter un caillot de sang dans la tête, la candidate âgée de 68 ans est en effet régulièrement questionnée sur ce sujet.Critiquée pour son manque de transparence,Hillary Clinton a décidé de faire amende honorable et jouer la transparence médicale.»Le «manque de transparence» de Clinton épinglé par la presse après son malaise»Après son malaise, Hillary Clinton peine à rassurer les électeurs américains

Dans un pays où les militaires bénéficient d'un immense respect, Donald Trump se livre à "sacrilège" qui passe particulièrement mal auprès de l'électorat républicain en s'en prenant à la famille d'un soldat américain musulman mort au combat.Interpellé par les parents lors de la convention démocrate, Donald Trump se moque de la mère qui, en tant que femme musulmane, "ne serait pas autorisée à parler" et compare maladroitement leur sacrifice à ceux qu'il a consentis en tant qu'investisseur.L'escalade verbale dure quelques jours et coûte cher à Trump, qui perd plusieurs points dans les sondages.»Trump pris dans une polémique avec le père d'un soldat musulman

Lors d'une soirée de levée de fonds, la candidate assimile "la moitié des partisans de Trump" à des gens "pitoyables".Avant de détailler: "les racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes".Accusée par les républicains démocrates de mépriser l'Américain moyen, Hillary Clinton présente ses excuses le lendemain.»Clinton s'excuse après s'en être prise aux électeurs de Trump

"La Russie, si vous nous écoutez, j'espère que vous retrouverez les 30.000 emails disparus !", lance Donald Trump à propos de l’affaire des e-mails d’Hillary Clinton.Accusé d'inviter Moscou à espionner sa rivale, le républicain assure que ses propos étaient "sarcastiques". Mais pour l'ancien patron de la CIA, Michael J. Morell, le candidat est "un espion russe qui s'ignore".»L'ombre du Kremlin plane sur la présidentielle américaine